Tous les articles par Laura COUSIN

Notes de lecture : K. Kleber, Tempel und Palast. Die Beziehungen zwischen dem König und dem Eanna-Tempel im spätbabylonischen Uruk, AOAT 358, Münster, 2008

En 2008 paraissait l’ouvrage de K. Kleber intitulé Tempel und Palast. Die Beziehungen zwischen dem König und dem Eanna-Tempel im spätbabylonischen Uruk (auquel on se réfèrera ci-après comme Tempel und Palast), accueilli dans la collection allemande Alter Orient und Altes Testament, n°358. Cette publication présente la thèse soutenue par l’autrice cette même année 2008 à la Westfälische Wilhems Universität de Münster. K. Kleber est actuellement professeure associée à l’Université Libre d’Amsterdam, et conduit notamment un projet sur l’histoire fiscale à l’époque achéménide[1].

Avant d’éditer sa thèse, l’autrice avait déjà contribué à notre connaissance du sanctuaire de l’Eanna, « Temple du Ciel » dédié à la déesse Ištar à Uruk, grâce à quatre publications :

  • la première consacrée aux activités liées à la pêche dans le temple de l’Eanna[2].
  • la deuxième sur l’approvisionnement des artisans du temple d’Uruk en bière, farine et huile, qui illustre, entre autres, la persistance d’un système fondé sur les rations d’entretien[3].
  • la troisième, co-écrite avec E. Frahm de l’Université de Yale, proposait l’édition du texte inédit PTS 2185, dans lequel il était question de la prison du temple de l’Eanna[4].
  • la quatrième sur les problématiques relatives au parjure et sa punition[5]. K. Kleber y étudie la clause hiṭu ša šarri šadadu/zabalu, sur laquelle on reviendra en 2.3.

  1. Contexte de parution de l’ouvrage

 

  • Le projet START

La thèse de l’autrice a été, en partie, rédigée sous les auspices du projet START piloté par M. Jursa, programme pour lequel il avait obtenu des financements dès 2002. Le dessein de M. Jursa consistait à présenter une synthèse des sources historiques et économiques de la Babylonie au premier millénaire[6], et c’est dans cette démarche, visant à mieux connaître les structures administratives de la Babylonie, que s’inscrivent les recherches de K. Kleber.

  • La problématique de la relation entre le roi et le temple

Les études consacrées aux relations entre l’administration royale et les temples au premier millénaire étaient encore peu nombreuses jusque dans les années 2000[7] : on peut néanmoins citer celle de J. MacGinnis sur l’établissement royal dans la ville de Sippar[8], ou la monographie de P.-A. Beaulieu sur le roi Nabonide[9].

L’Eanna, en tant qu’agent économique, avait reçu un bon traitement, mais n’avait pas vraiment été étudié dans sa globalité. La question des pratiques agricoles dans ce sanctuaire a été bien abordée dès 1968 par D. Cocquerillat[10]. Les questions relatives à la comptabilité des troupeaux ont intéressé, en premier lieu, R. H. Sack en 1979[11], puis G. van Driel et K. Nemet-Nejat en 1994[12] (plus spécifiquement sur la question des troupeaux institutionnalisés dans l’Eanna), et enfin S. Zawadzki en 2003[13]. Quant aux prébendes, elles ont été bien étudiées pour le début du règne de Nabopolassar par R. Da Riva[14].

Dès 1941, l’historien du droit M. San Nicolò s’était attelé à la question de l’introduction de fonctionnaires royaux dans la deuxième moitié du premier millénaire av. J.-C., dans son important ouvrage prosopographique fondé sur l’étude des temples aux époques néo-babylonienne et achéménide[15]. S’en sont suivies plusieurs études reprenant cette thématique de l’implication de l’administration royale dans le temple de l’Eanna, notamment celles de H. W. F. Saggs en 1959[16], de H. M. Kümmel en 1979[17], et de R. H. Sack en 1995[18].

On remarque, toutefois, un véritable tournant dans le traitement de l’Eanna à partir de 2005 avec la parution de AOAT 330[19], où la fonction du temple d’Uruk comme agent économique est abordée différemment :

  • soit sous un angle impliquant le pouvoir royal : P.-A. Beaulieu a ainsi mis en lumière la contribution de l’Eanna à la construction du Palais Nord de Babylone[20], tandis que B. Jankovic étudiait l’implication royale au sein de la gestion de l’agriculture des sanctuaires[21].
  • soit en étudiant ses structures économiques dans leur globalité, comme l’a fait K. Kleber (infra, n. 3).

Cette inflexion s’est ensuite confirmée avec la publication des thèses de E. E. Payne (The Craftsmen of the Neo-Babylonian Period : A Study of The Textile and Metal Workers of The Eanna Temple, 2007), de K. Kleber, et de M. Kozuh (The Sacrificial Economy : Assessors, Contractors, and Thieves in the Management of Sacrificial Sheep at the Eanna Temple of Uruk, 2014).

  1. Essai de synthèse de l’ouvrage

 Tempel und Palast est divisé en huit parties : une introduction très dense, six chapitres consacrés à l’étude des différentes relations entre la Couronne et le Temple, et enfin une très intéressante reprise des arguments présentés dans l’ouvrage. Le chapitre le plus développé est celui consacré aux taxes. Tempel und Palast présente, en outre, l’édition de 40 textes inédits de la Yale Babylonian Collection, du British Museum et de la Free Library de Philadelphie.

 2.1. Introduction de l’ouvrage

Pour rappel, la documentation du temple de l’Eanna se compose de 8000 textes, publiés ou non, dont la plupart a été acquise sur le marché des antiquités au début du 20e siècle. Cette archive est maintenant éclatée entre les collections de Yale, Princeton, Paris, Berlin et Londres. Des lots très importants ont été également mis au jour par les fouilles allemandes d’Uruk (environ 4000 fragments). Si l’on trouve quelques textes de l’époque néo-assyrienne, la majeure partie de la documentation commence à l’époque de Nabopolassar (626-605), et demeure constante jusqu’à la deuxième année de Darius Ier (520/519), période qui marque un point de rupture dans le corpus et peut s’expliquer par une réforme du temple. Les textes les plus récents datent, quant à eux, de l’an 29 de Darius Ier (493/492). De plus, comme les tablettes n’ont pas été trouvées in situ dans leur contexte archéologique premier, ce manque de données complique notre connaissance de la structure de cette archive.

2.2. Deuxième chapitre : La structure hiérarchique du temple

K. Kleber s’intéresse, dans le deuxième chapitre, à l’introduction de fonctionnaires royaux dans l’administration du temple, et propose une très intéressante prosopographie de ces hauts personnages. Elle aborde les politiques personnelles de chaque roi pour le temple, ainsi que les missions des représentants royaux. Pour rappel, aux époques néo-babylonienne et achéménide, la ville d’Uruk est placée sous la responsabilité d’un šakin ṭēmi (gouverneur), assisté d’un šanû (vice-gouverneur). L’administration du temple de l’Eanna est, quant à elle, tripartite, avec le qīpu, le šatammu (administrateur en chef venant de l’élite locale) et le ṭupšar bīti (scribe du temple, venant aussi de l’élite locale).

Cette structure de base se modifie ensuite progressivement, avec l’introduction de courtisans ša rēši ou ša rēš šarri (dont la traduction n’est pas encore bien assurée[22]), à partir de l’an 26 de Nabuchodonosor II (579/578). L’office de šatammu est aboli de la 30e année de Nabuchodonosor II (575/574) jusqu’à la fin de son règne en 561, sûrement pour régler un conflit interne entre ce dernier et le qīpu. À rebours, l’abolition de cette fonction constitue une perte et un dédit importants pour l’élite urukéenne. De même, la fonction de šatammu est supprimée pendant les onze premières années de règne de Nabonide, témoignant des relations houleuses entre Nabonide, la ville d’Uruk et son sanctuaire principal, à cause de l’usurpation du souverain. En supprimant l’office de šatammu, Nabonide en conçoit un nouveau, celui de ša rēši ša bēl piqitti et le place au sommet de la hiérarchie du temple. À partir de l’an 11 de Nabonide (545/544), cette réforme est annulée, et l’on voit cohabiter le šatammu et le bēl piqitti.

2.3. Troisième chapitre : L’implication royale dans le temple

L’autrice insiste, dans la troisième partie de son ouvrage, sur les interventions directes de la Couronne dans différents domaines économiques du temple : l’agriculture, l’élevage et l’artisanat. Il y est aussi question des punitions infligées en cas de délits par la justice du roi. K. Kleber se consacre surtout à l’étude de la clause hīṭu ša šarri… šadādu/zabālu, qui apparaît seulement dans la documentation de l’Eanna et signifie, « porter la punition du roi ». Pour mémoire, šadādu et zabālu signifient tous deux « porter », voire « endurer ». Dans le CAD H, il est bien précisé que cette formule n’est attestée qu’à l’époque néo-babylonienne, et le dictionnaire la traduit par « said of punishment to be suffered »[23]. Cette expression peut d’ailleurs être modifiée : šarru est alors remplacé par le nom d’un roi, d’un gouverneur, la mention du bēl piqitti, d’un dieu, ou par une combinaison dieu et roi (hīṭu ša ilī u šarri išaddad), le complément dépendant du degré de la peine envisagée.

2.4. Quatrième chapitre : La taxation

Le quatrième chapitre, très approfondi, est consacré aux taxes et aux obligations de service dus par l’Eanna. Le temple doit, par exemple, donner une taxe de farine, entretenir le palais de Abanu/Amanu[24], livrer des armes, entretenir des travailleurs, participer aux projets de constructions royales, ou encore au service militaire. Ce chapitre est aussi l’occasion de présenter les résidences royales en dehors de Babylone, voire aux alentours de l’Eanna.

La problématique de l’implication du temple dans les projets royaux n’est pas sans rappeler l’étude de P.-A. Beaulieu parue dans AOAT 330 (infra n. 20). Nabuchodonosor II a, en effet, construit un deuxième palais à Babylone, au nord du palais originel. P.-A. Beaulieu a rassemblé 43 textes, toujours inédits, relatifs aux opérations de constructions de cet édifice, documents provenant du temple de l’Eanna à Uruk. Il y est fait mention du « travail de corvée du temple de l’Eanna dans le palais en face de la porte d’Ištar » (en akkadien dullu ša Eanna ša ina ekalli ša pani abul Ištar). En outre, comme Nabuchodonosor a manifestement été šatammu de l’Eanna avant de devenir prince héritier[25], il a très certainement gardé des liens  étroits avec le sanctuaire, qu’il a ensuite utilisé pour réaliser certains projets d’envergure. Le temple d’Uruk n’est pas le seul sanctuaire à participer activement à l’effort du pays, comme l’a notamment montré l’étude S. Zawadzki, consacrée à un projet de creusement du canal de Sippar entreprise lors du règne de Nabonide suite à un cataclysme[26]. La construction se déroule sous la responsabilité de la Couronne, mais avec la forte participation de l’Ebabbar.

2.5. Cinquième chapitre : La production de laine

Le cinquième chapitre a trait au commerce de la laine. Cette production est l’un des atouts majeurs de l’Eanna et permet une rentrée d’argent importante. K. Kleber estime cette production à 75-115 tonnes par an, dont 70% sont acheminés au palais (52-80 tonnes). Si des ateliers de production textile destinée à la vente ne sont pas réellement attestés dans le temple, il existe néanmoins une production dédiée au culte. Les principaux clients de cette laine sont le palais de Babylone et la ville de Madakalšu du Pays de la Mer, où se trouve probablement un palais.

2.6. Sixième chapitre : Les relations cultuelles entre le roi et le temple

Le sixième chapitre évoque les relations cultuelles et religieuses entre le souverain et le temple de l’Eanna. Le roi se présente très souvent comme le protecteur de leur sacralité et de leur culte. Il fait des dons au temple sous la forme de personnes et de biens luxueux. Le roi prend également part au culte par des offrandes. Les sanctuaires sont, par ailleurs, des lieux de représentation pour le roi : des stèles figurant le souverain sont placées dans le temple de l’Eanna, mais aussi dans l’Ebabbar de Sippar[27], voire dans l’Esagil de Babylone[28], et reçoivent des offrandes.

2.7. Septième chapitre : L’Eanna et l’empire néo-babylonien

Le septième chapitre se penche sur les relations entre le temple de l’Eanna et l’administration du Pays de la Mer, notamment avec son représentant appelé šakin māti, dont le titre est identique au šakin māt tâmti. L’A. parvient à cette intéressante conclusion grâce à l’étude croisée de la prosopographie des gouverneurs du Pays de la Mer et des textes issus des archives de l’Eanna, de l’Ebabbar, des Egibi et de Itti-Šamaš-balāṭu de Larsa. Les relations entre le Pays de la Mer et l’Eanna se traduisent surtout par des échanges, notamment d’or destiné à la réalisation d’éléments pour les divinités.

Conclusion

Tempel und Palast démontre que les temples sont à la fois de grands établissements économiques, mais aussi des institutions entretenant une relation très spécifique avec le roi. Le sanctuaire est considéré comme étant la maison des divinités, et le roi se présente comme le véritable pourvoyeur des dieux, le garant de la sacralité des temples, devant assurer le bon fonctionnement du culte. Le temple permet aussi au roi d’asseoir sa légitimité et de propager sa souveraineté, notamment par les personnes placées au sein de son administration par la Couronne. À l’époque néo-babylonienne, l’Eanna est contrôlé dans ses grands domaines (culte, économie, juridiction) par l’administration royale, ses fonctionnaires étant en partie des fonctionnaires royaux. Le temple représente une grande force économique et prend part au financement et à la réalisation de projets royaux, de ce fait, sanctuaire et Couronne sont donc souvent très liés.

Cet ouvrage, comme celui de A. C. V. M. Bongenaar consacré aux archives de l’Ebabbar de Sippar[29], ou celui de C. Waerzeggers sur les archives du temple de l’Ezida de Borsippa[30], contribue à notre connaissance des sanctuaires babyloniens en tant qu’agents économiques entre les 7e et 5e siècles, et met en lumière qu’ils sont des relais essentiels du pouvoir royal à l’échelle locale.

L’enjeu de la thèse de K. Kleber était surtout de remettre en question l’idée selon laquelle il existerait une tension, voire un conflit entre le temple et la Couronne, comme l’indiquait par exemple M. Dandamaev en 1994[31]. Il suggérait que le temple était indépendant de la Couronne, et qu’il existerait au premier millénaire une confrontation, voire une tension, entre les temples babyloniens et le palais, ce que l’autrice infirme par sa démonstration.

L’ouvrage de K. Kleber est par conséquent un excellent outil de travail. Sa réflexion sur le temple de l’Eanna, et la remise à plat de nos connaissances sur les relations entre ce sanctuaire et le pouvoir royal, font de cet ouvrage un outil essentiel aux études néo-babyloniennes de ces dernières années.

[1] Voir le site http://achaemenid-taxation-project.nl

[2] K. Kleber, “Die Fischerei in der spätbabylonischen Zeit”, WZKM 94, 2004, p. 133-165.

[3] K. Kleber, “Von Bierproduzenten und Gefängnisaufsehern: dezentrale Güterverteilung und Buchhaltung in Eanna”, dans H. D. Baker et M. Jursa (éds.), Approaching the Babylonian Economy. Proceedings of the START Project Symposium held in Vienna, 1-3 July 2004, AOAT 330, Münster, 2005, p. 289-321.

[4] K. Kleber et E. Frahm, “A Not-so-Great Escape : Crime and Punishment according to a Document from Neo-Babylonian Uruk”, JCS 58, 2006, p. 109-122.

[5] K. Kleber, “Zum Meineid und zu seiner Bestrafung in Babylonien”, ZAR 13, 2007, p. 23-38.

[6] H. D. Baker et M. Jursa (éds.), Approaching the Babylonian Economy. Proceedings of the START Project Symposium held in Vienna, 1-3 July 2004, AOAT 330, Münster, 2005, p. 31: « Nous avons déjà précisé que les synthèses sur les structures économiques de la Mésopotamie ou de la Babylonie prenaient généralement le troisième voire le deuxième millénaire comme point de départ, puis incluaient le premier millénaire à leurs généralisations, ou ne le mentionnaient pas explicitement ».

[7] Voir l’abondante bibliographie pour les troisième et deuxième millénaires citée par l’A. en introduction de Tempel und Palast, p. 1-4.

[8] J. MacGinnis, “The Royal Establishment at Sippar in the 6th Century BC”, ZA 84, 1994, p. 198-219.

[9] P.-A. Beaulieu, The Reign of Nabonidus King of Babylon 556-539 B.C., YNER 10, New Haven-Londres, 1989.

[10] D. Cocquerillat, Palmeraies et cultures de l’Eanna d’Uruk (559-520), ADFU 8, Berlin, 1968.

[11] R. H. Sack, “Some Notes on Bookkeeping in Eanna”, AOAT 203 (Studies in Honor of Tom B. Jones), Kevelaer, 1979, p. 111-118.

[12] G. van Driel et K. R. Nemet-Nejat, “Bookkeeping Practices for an Institutional Herd at Eanna”, JCS 46, 1994, p. 47-58.

[13] S. Zawadzki, “Bookkeeping Practices at the Eanna Temple in Uruk in the Light of the Text NBC 4897”, JCS 55, 2003, p. 99-123.

[14] R. Da Riva, “Pfründen in Eanna in der Zeit der Unruhe”, AfO 50, 2003/2004, p. 245-254.

[15] M. San Nicolò, Beiträge zu einer Prosopographie neubabylonischer Beamten der Zivil und Tempelverwaltung, Munich, 1941.

[16] H. W. F. Saggs, “Two Administrative Officials at Erech in the 6th Century B.C.”, Sumer 15, 1959, p. 29-38.

[17] H. M. Kümmel, Familie, Beruf und Amt in spätbabylonischen Uruk, Berlin, 1979.

[18] R. H. Sack, “Royal and Temple Officials in Eanna and Uruk in the Chaldean Period”, dans M. Dietrich et O. Loretz (éds.), Vom alten Orient aum Altem Testament. Festschrift für Wolfram Freiherrn von Soden zum 85. Geburtstag am 19. Juni 1993, AOAT 240, Kevelaer, 1995, p. 425-432.

[19] AOAT 330 = H. D. Baker et M. Jursa (éds.), Approaching the Babylonian Economy. Proceedings of the START Project Symposium held in Vienna, 1-3 July 2004, AOAT 330, Münster, 2005.

[20] P.-A. Beaulieu, “Eanna’s contribution to the construction of the North Palace at Babylon”, AOAT 330, p. 45-73.

[21] B. Jankovic, “Between a rock and a hard place: an aspect of the manpower problem in the agricultural sector of Eanna”, AOAT 330, p. 167-181.

[22] Sur la question des courtisans, voir notamment N. De Zorzi et M. Jursa, “The Courtier in the Commentary”, N.A.B.U. 2011/33.

[23] CAD H, p. 211b-212a.

[24] À propos de ce palais, voir aussi M. San Nicolò, “Zur Verproviantierung des kgl. Hoflagers in Abanu durch den Eanna-Tempel in Uruk”, ArOr 17, 1949, p. 323-330, et G. Tolini, “Les repas du Grand roi en Babylonie. Cambyse et le palais d’Abanu”, dans X. Faivre, B. Lion et C. Michel (éds.), Et il y eut un esprit dans l’Homme. Jean Bottéro et la 
Mésopotamie, Travaux de la Maison René-Ginouvès 6, Paris, 2009, p. 237-254.

[25] Voir M. Jursa, “Die Söhne Kudurrus und die Herkunft der Neubabylonischen Dynastie”, RA 101, Paris, 2007, p. 125-136

[26] S. Zawadzki, “The building project north of Sippar in the time of Nabonidus”, AOAT 330, p. 381-392.

[27] J. MacGinnis, “Statue Manufacture in Sippar”, WZKM 85, p. 181-185.

[28] Voir SAA 13 178.

[29] A. C. V. M. Bongenaar, The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar: Its Administration and Its Prosopography, PIHANS 80, Istanbul, 1997.

[30] C. Waerzeggers, The Ezida temple of Borsippa: Priesthood, cult, archives, AH 15, Leyde, 2010.

[31] M. Dandamaev, « The Confrontation between State and Temple in Babylonia in the Sixth Century B.C. », dans P. Borgeaud (éd.), Le temple, lieu de conflit, Louvain, 1994, p. 77-88.

Concernant Laura Cousin : post-doctorante, Paris 1 – Panthéon Sorbonne, ArScAn HAROC

Notes de lecture: H. Baker et M. Jursa (éds.), Approaching the Babylonian Economy (Proceedings of the START Project Symposium Held in Vienna, 1-3 July 2004, AOAT 330, Münster, 2005 par Laura Cousin (doctorante, Paris 1)

Introduction

Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque consacré à l’histoire économique de la Babylonie du premier millénaire avant notre ère, qui s’est tenu à l’Université de Vienne du 1er et 3 Juillet 2004. Il est la première synthèse des recherches effectuées au sein du projet “Economic History of Babylonia in the First Millenium BC”, qui a vu le jour sous les auspices du Fonds zur Förderung der Wissenschaftlichen Forschung de Vienne, à l’initiative de M. Jursa (1).

L’ouvrage compte quinze articles en français, anglais et allemand, qui traitent tous de la deuxième moitié du premier millénaire. On peut se demander pourquoi le choix a été fait de se concentrer sur cette période. La réponse à cette interrogation se trouve dans un ouvrage plus récent de M. Jursa, qui indique : « Nous avons déjà précisé que les synthèses sur les structures économiques de la Mésopotamie ou de la Babylonie prenaient généralement le troisième voire le deuxième millénaire comme point de départ, puis incluaient le premier millénaire à leurs généralisations, ou ne le mentionnaient pas explicitement » (2). Le fait de s’intéresser particulièrement au premier millénaire résulte par conséquent d’un réel besoin (3). La majeure partie des articles se fonde sur des documents de la pratique, et plusieurs d’entre eux proposent des éditions de textes inédits, ainsi que des copies des tablettes (4).

Présentation générale de Approaching the Babylonian Economy

Le projet START

Pour mieux comprendre cet ouvrage, il faut s’intéresser plus particulièrement aux perspectives de recherches du projet START. Dans l’introduction de AOAT 330, H. Baker et M. Jursa soulignent qu’ils souhaitent déterminer les tendances économiques de la période « à savoir l’expansion démographique et la croissance économique générale qui vont de pair avec une augmentation de l’urbanisation et une monétisation graduelle de l’économie » (5). Pour compléter ces informations sur la genèse du projet START dans le cadre de l’ouvrage, il n’est pas inutile de consulter le site internet du Fonds zur Förderung der Wissenschaftlichen Forschung (6).  On y apprend que M. Jursa a obtenu un prix pour former un projet START en 2002. Le prix est décerné tous les ans à plusieurs jeunes chercheurs et existe depuis 1996 à initiative du Ministre autrichien de la Science, de la Recherche et des Arts, Rudolf Scholten. Cette distinction permet à de jeunes scientifiques d’excellence, toutes disciplines confondues, de se concentrer sur leurs recherches avec une mise à disposition de moyens financiers conséquents. A la page qui lui est consacrée, M. Jursa indique, en premier lieu, le but de son projet: il souhaite présenter pour la première fois une synthèse des sources historiques et économiques de la Babylonie au premier millénaire. En deuxième lieu, il évoque les problématiques qu’il a l’intention d’aborder : la démographie, l’urbanisation, l’agriculture, l’exploitation des domaines agricoles, les échanges commerciaux, les échanges de biens, le développement des prix et des salaires, pour terminer par un essai de définition de ce que sont les stratégies individuelles économiques et les modèles d’investissement.

Par conséquent, il articule ses recherches en trois temps. Pendant la première phase du projet, il se concentre sur la question de la stratification sociale de la Babylonie au premier millénaire dont les acteurs les plus importants sont le roi et son administration, les temples et les propriétaires fonciers urbains. Ils sont présentés selon leurs interactions économiques et sociales.  Approaching the Babylonian Economy est le fruit de ces recherches. Ensuite dans une seconde phase, il s’intéresse d’une part à la culture matérielle de la Babylonie, en essayant notamment d’apporter des éléments de réflexion sur le cadre domestique, et d’autre part à l’élevage.

Forme de l’ouvrage

AOAT 330 a l’ambition de présenter des axes de recherches très divers, ce qui pose la question de leur harmonisation. Les articles y sont présentés dans un ordre qui ne répond pas forcément à une véritable cohérence interne ou à un grand thème. C’est en fait  l’ordre alphabétique des noms d’auteurs qui a prévalu. On trouve ainsi l’article de E. Gehlken, centré sur la sociologie et l’étude des âges au sein de la famille, suivi de celui de L. Graslin sur les théories économiques du commerce international à époque néo-babylonienne.

De fait, il ne faut pas chercher une répartition chronologique au sein de l’ouvrage. Ce dernier s’ouvre par un article de H. Baker sur l’époque hellénistique et se ferme sur celui de S. Zawadski consacré à des travaux réalisés sous Nabonide. Le livre n’est donc pas destiné à être lu dans l’ordre des chapitres comme on pourrait l’envisager de prime abord, et il revient au lecteur de constituer par lui-même les grands thèmes de cet ouvrage. Cette organisation a été voulue M. Jursa et H. Baker, qui indiquent ainsi : «C’est intentionnellement un rassemblement hétérogène et cette hétérogénéité reflète les diverses voies par lesquelles l’économie et la société du premier millénaire en Babylonie peuvent – et doivent – être approchées, si dans le futur, des traitements plus synthétiques et plus généraux de ces phénomènes à multiples facettes sont réalisés » (7).

Grands thèmes de l’ouvrage

Des articles – outils de travail

Deux articles peuvent être inclus dans cette rubrique, ceux de C. Waerzeggers intitulé “The dispersal history of the Borsippa archives” et de L. Graslin sur “Les théories économiques du commerce international et leur usage pour l’étude des échanges à longue distance à l’époque néo-babylonienne”. Ce sont des outils de travail qui se révèlent très précieux, et pas seulement pour la compréhension globale de l’ouvrage, car ils sont un véritable apport aux connaissances  générales du lecteur.

L’article de L. Graslin examine les différents modèles économiques que l’on tente d’appliquer à l’économie mésopotamienne. L’auteur discute par exemple de l’application du modèle polanyien et des théories néo-classiques à l’économie mésopotamienne. Quant à C. Waerzeggers, elle rappelle que les archives de Borsippa sont devenues très accessibles depuis ces deux dernières décennies et permettent de reconsidérer la position de plusieurs personnages. Cette collection permet en outre de reconstruire l’histoire de la dispersion du corpus cunéiforme de Borsippa et de réassembler les groupes dispersés sur le marché.  L’auteur présente, en effet, la liste des acquisitions par le British Museum des tablettes et leur historique, et établit enfin une prosopographie particulièrement intéressante.

Le cadre géographique et temporel: la Babylonie du Sud dans la deuxième partie du premier millénaire

Il est à noter que la plupart des études prennent pour toile de fond le sud de la Babylonie, en particulier la ville d’Uruk, devenue dans la deuxième moitié du premier millénaire, une entité économique de première importance. C’est ce que l’on observe en particulier dans l’article de F. Joannès, “Les relations entre Babylonie et Iran au début de la période achéménide : quelques remarques”. F. Joannès, en se concentrant sur la cour itinérante perse, observe le développement de divers centres de production de denrées destinées à la cour. Dans la ville d’Uruk se trouvent des artisans spécialisés dans la fabrication de produits de luxe. A partir du règne de Cyrus, entre la Babylonie méridionale et l’Iran se développe un système particulier de relations économiques, impliquant la fourniture par la Babylonie puis l’acheminement vers l’Iran d’hommes et de marchandises. Pendant le règne de Darius Ier, les fournitures de produits et d’hommes sont amplifiées. La main d’œuvre et les produits alimentaires sont envoyés vers Suse. Dans l’article de K. Kessler, “Zu den ökonomischen Verhältnissen von Uruk in neu- und spätbabylonischer Zeit”, il est question de la période hellénistique, pendant laquelle Uruk est devenue le centre majeur du commerce et des échanges, en particulier avec la Grèce.

En outre, l’aspect géographique se double d’un aspect démographique. H. Baker et M. Jursa  proposent de reconsidérer la problématique de la croissance démographique à partir des publications de R. Adams (8) et de J.A. Brinkman (9).  L’étude de E. Gehlken, intitulée “Childhood and youth, work and old age in Babylonia – a statistical analysis”, s’inscrit dans cette démarche (10). L’auteur s’intéresse aux âges des membres d’une même famille à fin du premier millénaire et à la vie professionnelle de ces individus. Ainsi établit-il que les jeunes hommes commencent à travailler vers 16 ou 17 ans, après un apprentissage d’une durée de trois à cinq ans. Leur temps d’activité est d’environ 23 ans et un cinquième des hommes atteint l’âge de 45 ans. Dans une famille typique, trois enfants seulement atteignent l’âge du plein travail.

La reconsidération du rôle des temples par rapport à l’institution royale et l’importance des entrepreneurs

Le rôle de l’institution royale

L’article de P-A. Beaulieu, “Eanna’s contribution to the construction of the North Palace” est l’exemple même de l’implication de la Couronne dans les affaires du temple. Nabuchodonosor II a, en effet, construit un deuxième palais à Babylone, au Nord du palais originel. P-A. Beaulieu a rassemblé 43 textes relatifs aux opérations de constructions de cet édifice, documents  provenant du temple de l’Eanna à Uruk. Il est fait mention du “travail de corvée du temple de l’Eanna dans le palais en face de la porte d’Ištar” (11). P-A. Beaulieu a ainsi établi que l’Eanna a fortement contribué à la réalisation du palais (12). Cet article peut être mis en rapport avec celui de S. Zawadzki, “The building project north of Sippar in the time of Nabonidus”, qui traite également d’une construction royale, celle entreprise lors du règne de Nabonide sur un canal à Sippar suite à un cataclysme. La construction est sous la responsabilité de l’Etat mais avec la forte participation de l’Ebabbar.

Le rôle déterminant du pouvoir royal est également visible dans l’article de B. Jankovic, “Between a rock and a hard place : an aspect of the manpower problem in the agricultural sector of Eanna”. L’auteur étudie la tablette YBC 4000, issue du temple de l’Eanna à Uruk,  et datée de la 34e année de Nabuchodonosor II (13). Elle souhaite présenter de nouveaux éléments sur l’organisation du sanctuaire, en particulier sur la main d’œuvre utilisée par ce dernier et sur l’implication du pouvoir royal au sein du temple. Elle évoque ainsi deux catégories de travailleurs agricoles employés par le temple, les ikkaru et les errešu (14). Le temple rencontre en effet des problèmes pour trouver de la main d’œuvre (15) et attribue par conséquent de grandes parcelles de terrain à ses exploitants-ikkaru, ce qui peut conduire à des situations frauduleuses lorsqu’un ikkaru cède l’une de ses parcelles à un métayer. La Couronne est donc intervenue et l’un de ses représentants a imposé la peine de mort à quiconque se rendrait coupable de ce délit dans le futur.

Dans l’article de K. Kessler: “Zu den ökonomischen Verhältnissen von Uruk in neu- und spätbabylonischer Zeit”, on assiste à un autre phénomène. Les sanctuaires reversent une partie des offrandes alimentaires au palais, pour entretenir le personnel palatial, les caisses royales profitant, entre autres, de dons de dattes.

Les grands entrepreneurs

Dans cet ouvrage sont aussi présentés de grands entrepreneurs, dont on peut tenter de dresser dans les grandes lignes un portrait grâce aux articles qui leur sont consacrés. Ces entrepreneurs ont des profils multiples, et sont pour la plupart impliqués dans plusieurs types d’activités.

M. Stolper dans “Farming with the Murašûs and others: costs and returns of cereal agriculture in fifth-century Babylonian texts” revient sur son ouvrage Entrepreneurs and Empire (16) et se pose la question suivante : est-ce que le modèle présenté dans les archives des Murašu est applicable tel quel dans les autres archives contemporaines ? Il les compare alors avec les textes  du Kasr ou de Tattannu, soit des archives du Ve siècle. Après avoir établi des échelles de prix de locations de domaines agricoles ou de ventes d’animaux de traits, il en conclut que les modèles présents dans les archives des Murašu ne peuvent être étendus à toutes les archives du Ve siècle.

Un autre cas est présenté par M. Jursa dans “Das Archiv von Bel-eṭeri-Šamaš” (17). Ce personnage est présent dans plusieurs sociétés commerciales à Nippur regroupant plusieurs personnes, associations du type appelé ana harrāni. Sa carrière est surtout connue en tant qu’exploitant de domaines agricoles royaux (18). Mais Bel-eṭeri-Šamaš fut également impliqué dans l’administration de domaines privés sur le canal de Sîn et la gestion des terres des temples. Il a entretenu, par exemple, des relations commerciales avec l’Ekur, le temple du dieu Enlil, pendant le règne de Cyrus, en vendant des dattes pour le compte du sanctuaire d’Enlil.

H. Baker dans “The property portfolio of a family of builders from Hellenistic Uruk” retrace la destinée des différentes générations de la famille de Anu-maru-ittannu, au travers des transactions immobilières effectuées. L’auteur observe que des propriétés situées dans trois endroits d’Uruk – des maisons et parcelles vierges dans le quartier de la porte d’Ištar, une maison et un terrain à la porte du marché et un bīt qāti dans l’enceinte du temple de  Ešgal – sont passées entre les mains de la famille à différentes époques. Suit une importante discussion autour de la question du bīt ritti. Ce terme apparaît pour la première fois à l’époque de Nabopolassar. A l’époque hellénistique, des propriétés urbaines sont qualifiées de bīt ritti, H. Baker propose alors que cette formule désigne une maison en propriété privée dont le temple tire un bénéfice (19).

P. Corò Capitanio dans “Business profiles of multi-prebend holders in Seleucid Uruk: reconsidering the dossier of Lâbâši/Anu-zēru-iddin//Ekur-zākir” s’intéresse à ceux que l’on désigne sous le terme de « multi-détenteurs de prébendes ». Cette tendance à accumuler les prébendes templières dans les mains d’un petit nombre d’individus est une pratique bien connue de l’Uruk séleucide. Pour accroître leurs possessions, il existe trois types de stratégies : acheter de nouveaux types de prébendes, acheter plus de parts d’une prébende déjà donnée, acheter plus de parts de jours donnés d’une prébende donnée.

C. Wunsch dans “The Šangû-Ninurta archive” (20) évoque les membres de la famille Šangu-Ninurta, ainsi que ceux des familles Bel-apla-uṣur et Eṭiru. Les archives s’étendent entre les règnes de Nabuchodonosor II et de Xerxès et sont constituées d’actes de propriétés et de transactions commerciales. L’intérêt de ce groupe de documents est de faire la lumière sur les pratiques d’héritage néo-babylonien, et sur la transmission des biens entre les membres de familles aisées. La transmission à la génération suivante se fait en particulier «via les dots, donc par voie féminine» (21).

Les moyens de paiement

Cet ouvrage consacre une part importante à la monétisation de l’économie. Néanmoins, il est nécessaire de pondérer : on constate l’emploi de salaires en argent mais  également d’un système redistributif non fondé sur l’argent et qui persiste tout au long du Ier millénaire. Les informations sur ce processus de monétisation n’ont cependant pas été regroupées et il incombe au lecteur de faire sa propre synthèse.

Une utilisation accrue de l’argent…

L’article de P-A. Beaulieu se révèle d’une grande utilité pour traiter la question de l’existence d’un salaire en argent. L’auteur recense les termes désignant les travailleurs du temple de l’Eanna et les associe aux moyens de paiement servant à rétribuer les travailleurs dans les textes qu’il a rassemblés : les contrats entre l’Eanna et les entrepreneurs privés (reconnaissance de dettes en argent avec obligation de délivrer des briques pour le travail sur le palais royal), les lettres et la comptabilité de l’administration du temple qui énumèrent l’argent donné (22). Ainsi constate-t-on que quasiment tous les textes mentionnent un paiement en argent (23).

…mais la persistance d’un système fondé sur les rations d’entretien    

Néanmoins, les hommes travaillant pour les temples reçoivent des revenus en nature, comme le démontre l’étude de K. Kleber, “Von Bierproduzenten und Gefängnisaufsehern: die zentrale Güterverteilung und Buchhaltung in Eanna”, fondée sur des textes ayant pour objet l’approvisionnement des artisans du temple en bière, farine et huile. Une personne d’un centre de distribution du temple répartit les biens entre les personnes désignées. La farine et l’huile sont destinées aux artisans ou aux travailleurs de force. L’huile est ainsi enregistrée dans les comptes, et ne sert pas au culte.

On voit également émerger ce système dans l’article de W. Henkelman “Animal sacrifice and ‘external’ exchange in the Persepolis Fortification Tablets” (24), qui s’intéresse à un cas non-babylonien. Dans cette réflexion sur le culte zoroastriste sous Darius Ier, on remarque par conséquent la prépondérance du roi dans l’économie de Persépolis. Les fêtes qui demandent des sacrifices sont connectées avec le pouvoir royal, le roi ordonnant que du bétail soit fourni en vue des sacrifices. Des systèmes d’échanges de vin et de grain contre des animaux destinés au sacrifice sont alors mis en place.

Conclusion

Cet ouvrage a le mérite d’apporter une vision très complète de l’économie babylonienne, même s’il s’agit surtout de l’histoire économique des élites urbaines, où des hommes d’affaires se livrent à toutes sortes d’activités entrepreneuriales . Il a ainsi le grand mérite d’avoir fait apparaître  les nouvelles tendances de recherche à l’oeuvre sur l’économie mésopotamienne, et d’avoir repris un domaine de recherche majeur, celui de l’étude du premier millénaire.

NOTES

(1) Le projet START a duré de 2002 à 2009.

(2) M. Jursa,  Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millenium BC, AOAT 377, Münster, 2010 p. 31

(3) Dans l’introduction, H. Baker et M. Jursa précisent par ailleurs que les résultats du projet sont également consultables dans trois autres ouvrages, ceux de M. Jursa, Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millenium BC, AOAT 377, Münster, 2010 ; de H. Baker, The Archive of the Nappahu Family, AfO Beih 30, Vienne, 2004; et de B. Jankovic, Vogelzucht und Vogelfang in Sippar im 1.Jahrtausend v. Chr, Veröffentlichungen zur Wirtschaftsgeschichte Babyloniens im 1. Jahrtausend v. Chr, AOAT 315, Münster, 2004).

(4) Voir l’article de M. Jursa, “Das Archiv von Bel-eṭeri-Šamaš”, p. 197-268.

(5) H. Baker et M. Jursa, Introduction, p.1

(6) Pour une consultation du site internet: www.fwf.ac.at

(7) Voir p. 5-6

(8) R. Adams, Heartland of Cities, Surveys of Ancient Settlement and Land Use on the Central Floodplain on the Euphrates, Chicago, 1981

(9) J.A. Brinkman dans “Settlement Surveys and Documentary Evidence: Regional Variation and Secular Trend in Mesopotamian Demography”, JNES 43/3, 1984, décrit « une croissance démographique soutenue et une augmentation graduelle de l’urbanisation en Mésopotamie du Sud, vers le 8ème siècle ».

(10) La lecture de cet article n’est pas aisée, du fait de son usage d’équations dont l’élaboration demeure souvent obscure. On a d’ailleurs l’impression que H. Baker et M. Jursa ne savent que faire de cet article, comme on peut le constater dans l’introduction p. 2 : « Tandis que ces chiffres ne peuvent pas à eux seuls prouver la croissance démographique, ils sont au moins conformes au modèle proposé».

(11) En akkadien dullu ša Eanna ša ina ekalli ša pāni abul Ištar

(12) On pourrait ajouter que l’Eanna a sûrement fortement participé à la construction du palais Nord, eu égard aux liens qu’entretenait Nabuchodonosor II avec ce temple. Il est ainsi de plus en plus admis qu’il fut šatammu du sanctuaire : voir M. Jursa, “Die Söhne Kudurrus und die Herkunft der Neubabylonischen Dynastie”, RA 101, Paris, 2007 : 125-136

(13) Soit aux alentours de 570.

(14) Pour une définition des termes  ikkaru et errešu, voir F. Joannès, La Mésopotamie au premier millénaire avant J.-C., p. 190

(15) Voir p. 174-175: l’auteur évoque un déficit de population après la période kassite, ainsi qu’un déclin du pouvoir politique babylonien, ayant provoqué la venue de tribus ouest-sémitiques. Elle mentionne aussi les déportations de population à l’époque néo-assyrienne, tout cela ayant la consequence suivante : « the temples emerged from this period of decline, which, according to Brinkman, must have ended by the second half of the eighth century, with large areas of land, some of it acquired through royal grants, but with too few dependants among the rural population to cope with it all […]. As a consequence, the temple had to hire workers from the outside population, who were not its dependants ». Cette explication apparaît en totale contradiction avec celle qui émerge des articles de P.-A. Beaulieu et S. Zawadski: le temple devant envoyer ses travailleurs lors des travaux royaux, il semble se trouve alors en déficit de main d’œuvre.

(16) M.W. Stolper, Entrepreneurs and Empire : the Murašû archive, the Murašu firm, and Persian Rule in Babylonia, Leiden, 1985.

(17) M. Jursa avait annoncé la publication de ces archives dans l’un de ses précédents ouvrages, Neo-Babylonian Legal and Administrative Documents, GMTR 1. Il évoquait un corpus de 42 textes dans GMTR 1, mais n’en a publié que 38 dans AOAT 330. Les quatre textes manquants, sont ceux publiés par C.S. Knopf dans “Items of Interest from Miscellaneous Neo-Babylonian Documents”, Bulletin of the Southern California Academy of Sciences 32, 1933 : 41-76

(18) Ces domaines se situent à Alu-ša-ardāni, sur le canal Šilihtu et sur le canal Simmagir

19) Voir p. 35

(20) Cette archive avait déjà été évoquée par M. Jursa dans GMTR 1.

(21) Voir p. 367

22) Voir le tableau p. 69 par exemple.

(23) Dans son ouvrage Les échanges à longue distance en Mésopotamie au Ier millénaire : une approche économique, Paris, 2009 : p. 129,  L. Graslin-Thomé, souligne que « l’hypothèse de travail que s’est donnée le groupe de Vienne rassemblé par M. Jursa est que l’époque néo-babylonienne est marquée par un accroissement, mais que celui-ci n’est pas favorable aux temples. Ceux-ci sont contraints de faire appel à une main d’œuvre extérieure, à laquelle ils doivent verser des salaires monétaires ».

(24) L’«Archive des Fortifications» fait partie d’un lot de tablettes élamites mises au jour à Persépolis entre 1933 et 1936-38. Environ 30 000 tablettes et fragments furent découverts. Les documents sont de natures diverses : mémos, listes de rations, lettres.