Notes de lecture: M. Jursa, Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millennium BC, AOAT 377, Münster, 2010 par Bruno Gombert (doctorant, Paris 1)

L’ouvrage de M. Jursa, Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millennium BC: economic geography, economic mentalities, agriculture, the use of money and the problem of economic growth, constitue un élément incontournable pour la construction d’une histoire économique de la Mésopotamie antique. La très riche documentation, en grande partie inédite, sur laquelle l’auteur s’est appuyé pour construire cet ouvrage, ainsi que la méthode de traitement des sources et de production du discours historique en font, avant tout, un outil incontournable et facilement utilisable. Toutes les questions relatives à l’économie de la Babylonie du Ier millénaire av. n. è. y sont abordées. Toutefois, certains points semblent, plus que d’autres, problématiques et alimenteront sans aucun doute les débats entre les historiens

L’ouvrage de M. Jursa tient lieu de conclusion au projet START qui avait pour but d’«identifier et comprendre les phénomènes et les tendances qui déterminent le développement de l’économie de la Babylonie du premier millénaire(1)».

M. Jursa focalise son étude principalement sur le «long 6ème siècle». Il s’agit de la période qui débute en 612 avec la chute de l’empire néo-assyrien et s’achève en 484 avec les révoltes contre Xerxès et la fin de certaines archives. Ce cadre chronologique présente une grande cohérence à la fois dans la nature des nombreuses sources et dans les structures économiques et sociales. En effet, l’aire géographique étudiée, la Babylonie, qui passe au cours de ces quelques 150 années du centre d’un empire à une province, semble avoir connu, paradoxalement, une certaine stabilité.

Si M. Jursa reprend en introduction les principaux concepts d’histoire économiques utilisés en assyriologie et se propose, dans son ouvrage, d’en interroger la pertinence à partir des sources, il se situe lui-même dans le courant historiographique «moderniste». L’emploi d’une terminologie et de modèles économiques modernes pour analyser son sujet en atteste. Les modernistes insistent sur l’importance des liens entre les agents économiques, sur l’ouverture commerciale, sur l’importance des échanges et de l’économie monétaire et sur l’existence d’une «bourgeoisie d’affaires». En fait, ils n’hésitent pas à utiliser des modèles économiques récents pour analyser les sociétés antiques.

Pour M. Jursa, la spécificité de la période traitée par rapport aux siècles précédents est la nécessité pour les deux grands acteurs économiques institutionnels, le temple et le palais, de se tourner, pour leur bon fonctionnement, vers le secteur privé de l’économie (2). Les acteurs économiques privés, qui sont liés par leurs activités à un marché dont l’existence ne fait aucun doute pour l’auteur, voient leur importance croitre tout-au-long du Ier millénaire. Ces deux évolutions majeures auraient contribué à la diffusion de l’argent utilisé dans la conduite des échanges. Nous tacherons ici de résumer quels éléments nouveaux apportent cet ouvrage à l’histoire économique du Proche-Orient ancien.

1. Méthodes et ressources documentaires.

Avant de présenter des exemples détaillés de raisonnements historiques développés dans ce livre, revenons dans un premier temps sur la manière dont il est constitué et rédigé.

1.1. Méthode de traitement des sources et de rédaction.

La plupart des chapitres et des sous-parties sont traités rigoureusement, et leur rédaction rend l’ouvrage facilement consultable. En effet, les points abordés sont précisément introduits, problématisés et conclus. Chaque aspect, ou presque, de l’économie de la Babylonie du Ier millénaire fait l’objet d’un développement dès lors qu’il est documenté par les sources. Le livre offre donc un large panorama de son champ d’investigation. Pour faciliter la recherche, un index très complet de presque cinquante pages permet au lecteur de localiser rapidement une information ou un développement argumenté dans cet ouvrage dense (3). En cela, le livre de M. Jursa constitue un outil précieux pour l’historien.

A chaque question posée, M. Jursa tente d’apporter une ou des réponses construites en interrogeant toute la documentation mise à sa disposition. La masse des textes qu’il a rassemblé avec les autres membres du projet START, est exceptionnelle (plus de 2500 textes cités, presque un tiers sont inédits). Dès lors, chaque développement s’appuie sur une documentation riche.

Par ailleurs, c’est aussi la méthode de traitement sériel des sources qui induit la qualité des discours historiques que M. Jursa produit dans son ouvrage. Deux exemples illustrent bien les méthodes de traitement des sources utilisées par l’auteur. Le premier concerne la formation du prix de l’orge et l’utilisation par l’auteur de l’outil statistique pour traiter ces sources.

1.2. Etude de cas n° 1 : la formation du prix de l’orge.

Pour traiter du prix de l’orge et essayer de faire ressortir certaines tendances, M. Jursa a réuni 85 textes allant de la 9ème année de Nabopolassar à la 35ème année de Darius relatifs à ce sujet. A partir de ces données nombreuses mais variables, M. Jursa utilise une méthode mathématique, la régression polynomiale consistant à construire pour une série de données variables un polynôme, c’est-à-dire une courbe, exprimant une tendance (cf. fig. 1 : le prix de l’orge (4)). Le coefficient de détermination relativement haut du polynôme indique que celle-ci correspond plutôt bien aux valeurs relevées.

Ces données statistiques montrent, entre autre, une baisse des prix à la fin du 7ème siècle jusqu’à 550 environ, une forte augmentation à partir de 550 environ, puis une décroissance à partir du 5ème siècle. Les interprétations proposées par M. Jursa pour expliquer ces tendances seront l’objet de la dernière partie de ce compte-rendu.

1.3. Etude de cas n°2 : Le bilan comptable de l’Ebabbar pour les années 12 à 14 de Nabonide.

Le deuxième exemple des méthodes employées par M. Jursa pour traiter les sources ne concernent plus une série de documents couvrant toute la période traitée mais un dossier de textes produits pendant une courte période. A partir des archives de l’Ebabbar, il cherche à établir le bilan comptable du temple de Sippar (5) afin de proposer une vision d’ensemble de l’économie du temple pendant une période choisie et donner une idée des interactions entre les différentes branches de l’institution. 544 textes ont été rassemblés pour constituer cet échantillon documentant les années 12 à 14 de Nabonide.

A partir de ce dossier, M. Jursa expose précisément l’ensemble des revenus d’abord, puis des dépenses du temple. Par exemple, pour les revenus en produits agricoles provenant des terres de l’Ebabbar, M. Jursa montre que durant la période traitée le temple a reçu environ 11 400 kur de dattes et 4300 kur d’orge (6). En plus de ces données quantitatives, les moyens par lesquels les produits sont sortis ou entrés à l’Ebabbar sont indiqués.

Le bilan de cette investigation nous renseigne sur des thèmes tels que l’efficience du modèle de la redistribution pour analyser l’économie du temple, l’implication de cette institution dans les échanges monétarisés, ou encore le recours à la main d’œuvre louée, etc. Ces thèmes constituent des points fondamentaux de l’ouvrage puisque la manière dont M. Jursa les traite induit les hypothèses qu’il propose. Nous allons donc tacher d’exposer dans une seconde partie les principales tendances de l’économie de la Babylonie du Ier millénaire, que l’auteur expose dans son ouvrage et résume au 6ème chapitre (7).

2. Un tableau exhaustif de l’économie du «long 6ème siècle» babylonien.

2.1. Géographie économique et agricole.

Dès le deuxième chapitre, par l’étude de la circulation des personnes et des biens, l’auteur montre que la Babylonie fonctionne comme un unique espace économique intégré dans lequel Babylone joue le rôle de point nodal. La route de l’Euphrate constitue la plus importante voie de communication et permet une connexion entre presque toutes les villes par le biais du fleuve ou de ses principaux canaux. Chacune de ces villes, en plus d’être un élément du réseau interrégional de communication, dispose de son propre réseau local. Dans cet espace économique, M. Jursa montre que :

– Les marchandises circulent facilement et régulièrement, notamment grâce au faible cout du transport fluvial.

– Babylone, par son statut de capitale administrative et religieuse, polarise les biens et personnes. Elle est un gros centre de consommation, et on y trouve souvent des notables des autres villes de Babylonie, en plus de nombreuses communautés d’étrangers

Pour autant, la Babylonie n’est pas un espace agricole homogène, et M. Jursa distingue 2 régimes agricoles différents :

– La production d’orge, qui correspond à une pratique extensive de l’agriculture, implique des rendements moins importants qu’une culture intensive comme celle de la datte.

– La production de datte nécessite, elle, plus d’investissement et un temps plus long entre la mise en culture et la première récolte, mais en contrepartie offre un rendement plus important.

M. Jursa distingue pour chaque ville de Babylonie des pratiques et des régimes agricoles qui varient en fonction de leur environnement naturel, mais aussi en fonction des choix des acteurs économiques. Ces choix peuvent être motivés d’une part par la présence près de la zone agricole exploitée d’une grosse ville consommatrice qui pourrait absorber une partie du surplus, mais aussi par le degré d’intervention de la couronne.

Dans les villes du nord de la Babylonie, la tendance semble être à l’intensification, notamment grâce aux interventions royales telles que la construction du nār šarri, au 6ème siècle près de Sippar (8) et le système de distribution de terres royales à Borsippa au 7ème siècle (9). Les archives des villes du sud (Nippur et Uruk) documentent une agriculture plus traditionnelle, où, si la tendance à l’intensification est aussi visible, la culture extensive de l’orge demeure importante.

On note donc, pour conclure, une tendance à l’intensification des productions agricoles chez les acteurs privés de l’économie, et dans une moindre mesure, chez les acteurs institutionnels. Toutefois, les régimes agricoles demeurent variés. Ces variations reflètent les modèles d’investissement des agents économiques dans la gestion de la terre qui demeure, dans une société agraire comme la Mésopotamie, la plus grande forme de richesse. Toutefois l’agriculture n’est pas le seul secteur d’activité où interviennent les agents économiques, notamment les agents économiques privés.

2.2. Acteurs privés de l’économie.

Dans son troisième chapitre, M. Jursa cherche à identifier les formes d’affaires les plus importantes en passant au crible les activités économiques documentées par les archives privées. M. Jursa insiste sur la diversité des acteurs couverts par cette documentation, tant au niveau de leur situation économique et sociale que de leurs comportements économiques.

En conclusion de ce chapitre M. Jursa élabore une typologie des agents privés de l’économie et distingue deux profils types : les «rentiers» et les «entrepreneurs» (10).

1- Les rentiers se distinguent par des comportements économiques déterminés par certaines possessions plus que par certaines activités pour assurer leur subsistance. Leur principal objectif est de préserver, gérer et éventuellement augmenter le patrimoine patriarcal. Leur mentalité économique peut donc être considérée comme «conservatrice» et les possibilités de croissance sociale et économique sont limitées au sein de ce groupe. La nécessité pour les rentiers de tirer le plus de revenus possible de leurs terres sans avoir à se tourner vers de nouvelles activités économiques, a conduit à l’intensification agricole dans les domaines privés.

2- Si les rentiers peuvent être définis par ce qu’ils possèdent, les entrepreneurs le sont par ce qu’ils font. Ce groupe est moins homogène que celui des rentiers. Initialement, les entrepreneurs sont des acteurs économiques qui n’étaient pas en connexion étroite avec le temple. Ils ne détenaient pas, par exemple, de prébende et ne faisaient pas partie du groupe des notables urbains «traditionnels». La propriété foncière n’était généralement pas le modèle d’investissement privilégié des entrepreneurs, même si certaines familles, comme les Egibi, convertissaient leurs bénéfices en terres agricoles. Ils sont surtout très impliqués dans les affaires : gestion des terres agricoles, contrats de fermage, échanges domestiques et longues distances, ferme des impôts, participation active dans les partenariats d’affaires et les activités bancaires. Les activités économiques des entrepreneurs semblent, selon M. Jursa, avoir été indispensables au bon fonctionnement de l’économie institutionnelle. Il montre que le système de terres de service ne fonctionnait correctement que grâce à l’intermédiaire d’hommes d’affaires comme les Murašu qui fournissaient à crédit des moyens de payement aux propriétaires de domaines de service, pour les taxes ou le financement d’un substitut qu’ils devaient.

Cette activité de crédit est particulièrement révélatrice de la sphère économique dans laquelle évoluent les entrepreneurs. Pour M. Jursa, ils tirent leurs revenus de l’émergence – à l’époque étudiée – d’une nouvelle tendance économique, dont ils constituent par leurs activités, un rouage fondamental. En effet, dans une période où les échanges seraient de plus en plus monétarisés, les entrepreneurs dont la sphère économique correspond plus ou moins au domaine des échanges basés sur la monnaie, auraient constitué sans doute un élément essentiel du changement. Toutefois, s’ils profitent largement de ce système, ils n’en sont pas à l’origine. En effet, l’intensification de la production agricole combinée aux interventions de la couronne dans la gestion des terres (travaux publics, distribution de terres, …) auraient entrainé une augmentation du surplus disponible et corrélativement un accroissement des échanges, ce qui aurait permis aux entrepreneurs de développer leurs activités.

Les acteurs institutionnels ont donc eu aussi un rôle à jouer dans le développement des échanges monétarisés. Nous allons voir de quelle manière, les activités de ces acteurs, notamment les temples, ont encouragé ce changement économique.

2.3. Acteurs institutionnels de l’économie.

La première hypothèse de M. Jursa est que si les temples, notamment l’Eanna d’Uruk, possèdent plus de terres que les acteurs privés, ils ne sont pas pour autant les producteurs agricoles les plus importants. Cela est dû au mode de gestion de leur domaine.

En effet, un élément structurel concernant la gestion agricole par les temples est l’important manque de moyens de production : le temple possède plus de terres qu’il ne peut en travailler. Il manque constamment de charrues, d’animaux de trait, et surtout de main-d’œuvre. Pour illustrer cette théorie, M. Jursa s’appuie sur le personnel utilisé par le temple, lorsqu’il doit participer aux grands travaux de constructions entrepris par la couronne. Par exemple le texte CT 56, 572 de l’archive de l’Ebabbar listant les travailleurs employés par le temple pour creuser un fossé près de Sippar durant les 13ème et 14ème années de Nabuchodonosor II montre clairement que les hommes recrutés n’appartenaient pas tous au temple. Il ne s’agît donc pas de travail forcé mais de travail «salarié», et la main d’œuvre est fournie par les villages indépendants aux alentours de Sippar (11).

Le recours au travail «salarié» dans le cadre de l’économie institutionnelle est un point sur lequel M. Jursa se focalise du fait des conséquences que cela entraine : La nécessité pour le temple se s’appuyer en partie sur les circuits d’échanges extérieurs. Ce dernier point rend inopérant, pour analyser le fonctionnement du temple, le seul modèle traditionnel de l’oikos, basé entièrement sur la redistribution. L’ouverture du temple sur les circuits d’échanges monétarisés le contredit.

En outre, l’analyse systématique des kurummātu (12) – considérés généralement comme des rations en nature distribuées au dépendants du temple -, montre un autre niveau d’ouverture du temple sur l’économie extérieure. M. Jursa pense qu’il s’agit en fait de salaires, certes en nature, mais dont une partie avait vocation à être échangée. En effet, les denrées distribuées, particulièrement généreuses, ne correspondaient pas aux besoins nutritionnels des bénéficiaires, mais plutôt au coût de la vie.

Pour M. Jursa, «loin d’être soutenu par un système redistributif essentiellement fermé fournissant à tous [de quoi subvenir à] leurs besoins de base, le personnel institutionnel de l’Eanna et de l’Ebabbar vivait dans un contexte économique qui les forçait à obtenir par l’échange économique, c’est à dire par l’achat, la plus grande part de ce dont ils avaient besoin pour leur subsistance» (13). Même le personnel des temples aurait donc été impliqué dans les circuits d’échanges.

Enfin, les analyses des bilans comptables des deux principaux temples montrent que leurs productions ne suffisaient pas à leur autosuffisance. Il en résulte que les temples ne pouvaient pas fonctionner sans s’engager dans les échanges monétarisés, notamment par le biais des marchands et plus généralement par le biais de la sphère d’activités économiques des entrepreneurs.

Les bilans comptables de ces temples dressés par M. Jursa nous renseignent, en outre, sur le rôle du palais dans l’économie des temples. L’argent que ces derniers arrivaient à se procurer par la revente du surplus contre de l’argent, leur permettait juste d’assurer leur fonctionnement quotidien. Les temples étaient, de fait, dans l’impossibilité de thésauriser de l’argent sous forme de vaisselle de culte. Cette dernière opération ne pouvait être réalisée que grâce à des dons royaux.

Les sources sur le palais sont rares. Pour M. Jursa, le palais n’aurait pas eu besoin de s’appuyer comme le temple sur les échanges extérieurs pour subvenir à ses besoins et pouvait s’appuyer sur un système de taxes et de travail forcé plus efficient. Le palais serait, plus que le temple, une entité économique fondée sur l’«exploitation» de son personnel (14). Enfin, le palais aurait pu compter sur un apport en argent en grande quantité, suffisamment pour assurer l’approvisionnement du temple et pour participer à la large diffusion des échanges monétarisés.

3. La place de l’argent-monnaie dans l’économie néo-babylonienne : une question problématique.

Abordons maintenant la question sans doute la plus problématique de l’ouvrage, celle concernant la diffusion de l’argent utilisé comme monnaie dans les échanges. Au premier millénaire l’argent aurait constitué, selon M. Jursa, le moyen de payement le plus couramment utilisé. Les critères établis pour définir la monnaie dans les économies prémodernes sont presque tous issus des travaux de Polanyi. Une marchandise peut-être une monnaie si elle sert d’unité de compte pour attribuer une valeur à un bien, si elle peut, elle-même, être utilisée comme moyen de payement et/ou si elle peut être thésaurisée. Polanyi différencie les all-purpose money, qui rassemblent tous ces critères simultanément et les special-purpose money. Si entre les Assyriologues il y a presque un consensus sur la qualification de l’argent comme une monnaie, la principale question consiste à savoir si l’argent, dont la pesée serait imprécise et le pouvoir d’achat très haut, a pu être autre chose qu’une high-range money.

3.1. Une high-range monnaie ?

Pour l’auteur, l’économie babylonienne aurait connu un tournant au 6ème siècle : L’argent-monnaie serait devenu de plus en plus important dans les échanges, au détriment des cheap money, du troc et du modèle traditionnel de la redistribution. M. Jursa conteste les deux arguments avancés par les chercheurs qui considèrent l’argent comme une high-range money. Selon lui, le système de pesée serait plus précis au 6ème qu’aux siècles précédents et, parallèlement, son pouvoir d’achat aurait diminué.

Il montre d’une part qu’apparaissent à la fin du 7ème siècle des formules précisant la pureté de l’argent et d’autre part que la terminologie qualifiant l’argent connait des évolutions significatrices :

1- Des formules précisant l’aloi de l’argent apparaissent aux alentours de 600 et deviennent fréquentes à la fin du règne de Nbk II. Par exemple la formule ša ina ištēn šilqi bitqu est la plus fréquemment mentionnée jusqu’à la fin du règne de Xerxès et désigne de l’argent pur 87,5 % (15). D’une part, de telles références montrent que les précisions sur la finesse de l’argent sont de plus en plus importantes dans les échanges. L’aloi de l’argent pouvait, et devait, être vérifié. D’autre part on constate qu’il était facile de vérifier la finesse de l’argent, voire de la garantir.

2- M. Jursa reprend, en outre, la terminologie utilisée pour qualifier l’argent. Il note qu’à partir du règne d’Artaxerxès Ier, le terme peṣû ‘brillant’ dont les occurrences sont nombreuses au 6ème n’est plus employé. Alors que le terme peṣû disparait progressivement, le terme qalû ‘raffiné’ devient presque exclusif pour qualifier l’argent. Pour M. Jursa, ces ruptures seraient la conséquence d’une volonté de standardisation de la part du palais s’agissant de la forme de l’argent qui était accepté dans les échanges (16).

Parallèlement, le pouvoir d’achat de l’argent semble avoir diminué progressivement à partir du de la fin du 7ème siècle. En fait, son pouvoir d’achat aurait correspondu à la moitié, voire au tiers, du pouvoir d’achat de l’argent à la période paléo-babylonienne. Pour soutenir cette hypothèse, M. Jursa s’appuie sur deux exemples :

– Dans la section 5.5.3.2. rédigée par Johannes Hackl, un dossier provenant des archives privées de Borsippar montre qu’une somme d’un quart de sicle pouvait payer : 12 litres d’orge (BM 82736), ou une paire de scandales en cuir (VS 6, 317) (17).

– Attestation de petites quantités d’argent utilisées comme payement : 1/24 de sicle (girû) (YOS 21 174) et 1/40 de sicle (hallūru) (18).

Selon l’auteur, l’argent aurait sans doute été moins cher à partir de la fin du 7ème qu’on a pu le penser et il aurait aussi circulé plus largement.

3.2. La diffusion de l’argent dans les échanges monétarisés.

Il ne fait donc aucun doute pour M. Jursa que l’argent constituait une all purchase money dès le 6ème siècle, et cela aurait permis sa large diffusion dans toutes les strates de la société babylonienne. Certaines transactions étaient, en effet, systématiquement conduites en argent, et l’emploi de l’argent est attesté dans presque toutes les catégories de transactions. Pour l’auteur, «Tous les habitants des villes babyloniennes auraient été, à des degrés différents, intégrés dans l’économie monétarisé» (19).

Si l’utilisation de l’argent comme monnaie est bien attestée dans les archives des notables urbains, M. Jursa cherche à démontrer que son utilisation se serait même diffusée dans des strates de la société qui, traditionnellement, ne sont pas considérées par les historiens comme étant impliquées dans la sphère monétarisée de l’économie.

Tout d’abord, le système de taxation et de service abordé à la section 5.5.5 (20) est un indice important pour déterminer le degré de monétarisation de l’économie dans son ensemble. M. Jursa se questionne sur l’influence de ce système, et notamment celle de la réforme de Darius, sur la circulation de la monnaie dans la société. Pour lui, «La pratique courante consistant à payer un soldat ou un travailleur (en argent) comme substitut, signifie que les payeurs de taxes devaient avoir des revenus en argent» (21). Les activités économiques d’hommes d’affaires comme les Egibi qui prêtaient de l’argent aux producteurs agricoles afin qu’ils puissent payer les taxes dues, montrent que cette partie de la population a été poussée vers la sphère monétarisée de l’économie.

Par ailleurs, l’emploi de l’argent dans les échanges se serait diffusé jusque dans les campagnes. M. Jursa présente les quelques documents qui permettent de voir les implications de l’usage de la monnaie dans un contexte rural. Par exemple, le texte Neriglissar 15 de l’archive de Nūr-Sîn nous renseigne sur un producteur agricole qui, ayant vendu une partie de sa production à un homme d’affaires, insiste pour que l’acheteur découpe le lingot d’argent qu’il doit en petites portions (22). M. Jursa en déduit que l’argent devait être utilisé dans les campagnes dans des quantités peu importantes et que les échanges monétarisés devaient être moins répandus dans les campagnes qu’en milieu urbain.

Enfin, la nécessité pour les temples de recourir à de la main d’œuvre louée pour participer aux chantiers publics a entrainé des dépenses en argent qui était utilisées localement. Les principaux bénéficiaires étaient les nombreux journaliers (hirelings) ruraux ou urbains. En effet, en comparant le coût du travail loué par rapport aux rations du personnel (23), M. Jursa remarque que :

1- la demande pour cette main d’œuvre était telle que les salaires payés ont largement excédé la valeur les rations distribuées au personnel du temple.

2- Ces grands travaux réalisés grâce à la main d’œuvre louée auraient entrainé la création d’une classe de travailleurs urbains (urban working class), c’est-à-dire une strate de la société dont les membres n’étaient pas, principalement, employés dans l’agriculture et qui étaient très largement intégrés dans l’économie monétarisée (24).

Il y aurait donc une différence notable entre l’économie du long 6ème siècle et celle des siècles précédents. En effet, les sources du 8ème siècle reflètent un usage que l’on peut qualifier de «traditionnel» de l’argent : il est utilisé pour acheter des produits chers et surtout au sein de la sphère d’activités économiques des marchands professionnels. Au 6ème siècle, l’argent devient une all purchase money et se serait diffusé dans l’ensemble de la société babylonienne.

3.3. Augmentation des prix et masse d’argent en circulation.

A partir d’une méthode présentée en première partie M. Jursa analyse l’évolution des prix de plusieurs denrées de natures différentes : Orge, datte, sésame, laine, couverture (túg.kur.ra), esclaves, moutons et palmeraies. Ces évolutions sont reproduites à la page 746 sous forme de graphique (cf. fig. 2 : prix des produits de base, des esclaves et des terres (25)). M. Jursa remarque une tendance généralisée : Tous les prix suivent une évolution partiellement similaire. En effet, entre 570 et 550, ils connaissent une phase de relative stabilité après une baisse vers 600. A partir de 550, les prix commencent à augmenter progressivement pour atteindre leur maximum entre 510 et 500.

M. Jursa réfute la théorie selon laquelle l’augmentation des prix à partir de 550 serait due à une pression démographique qui aurait créé un déséquilibre entre l’offre et la demande et entrainé une inflation. Cette théorie, selon lui, ne peut expliquer, ni la rapidité du développement des prix, ni l’augmentation de produits de natures aussi différentes et pour lesquels les structures gouvernant l’offre et la demande sont si différentes : la demande en esclave est différente de la demande en dattes. Un déséquilibre entre l’offre et la demande peut néanmoins être utilisé pour expliquer l’augmentation plus importante du prix de l’orge et l’augmentation plus lente du prix des dattes. Pour M. Jursa, le processus d’intensification agricole aurait entrainé une ratification de l’orge. A l’inverse, le prix de dattes a augmenté plus doucement que les autres produits du fait de la grande disponibilité de cette denrée. Selon l’auteur, cette augmentation généralisée des prix serait due à un changement du système monétaire : «seulement un changement dans l’offre en argent aurait pu affecter, à peu près de la même manière, [les prix] de produits aussi divers que des esclaves, des moutons et des dattes (26)».

En effet, le pillage de l’empire assyrien et les campagnes menées en Syrie par Nabuchodonosor II auraient entrainé un tel afflux d’argent en Babylonie, que son pouvoir d’achat aurait alors considérablement diminué. Cette plus grande disponibilité du métal précieux aurait ainsi permis son utilisation en tant que all purchase money et sa diffusion dans toute la société babylonienne. Parallèlement, cette diffusion aurait été galvanisée par la politique de dépenses de la royauté et le recours au travail loué plus qu’au travail contraint. En outre, l’intensification agricole aurait amené un surplus sur le marché et aurait conduit à l’implication de la notabilité urbaine dans les échanges monétarisés. Le recours au travail loué et la vise en vente des productions agricoles (ajoutés au système de taxes) aurait contribué à la diffusion des échanges monétarisés de la ville vers les campagnes, où l’argent aurait été utilisé, mais dans une moindre mesure.

Conclusion

Pour conclure, plusieurs éléments font du livre de Michael Jursa un ouvrage majeur. Tout d’abord, les sources sur lesquelles les différents auteurs se sont appuyés sont nombreuses et en grande partie inédites. En cela, ce livre contribue à une meilleure connaissance d’une documentation, aujourd’hui encore, en grande partie difficilement accessible aux chercheurs. Il constitue donc un outil majeur autant par le nombre de documents qu’il sollicite que la méthode par laquelle ils sont traités. Le découpage rigoureux en thèmes énoncés précisément facilite l’utilisation de ce qu’il est possible de considérer, en autre, comme un «manuel» presque exhaustif sur l’histoire économique de la Babylonie au premier millénaire av. n. è.

Toutefois, il ne s’agit pas là d’un dense ouvrage de synthèse. En effet, l’auteur s’engage pleinement dans les débats historiographiques, à l’aide d’une méthode juste, et exprime dans cet ouvrage des thèses qui lui sont chères comme celles, par exemple, sur la diffusion de l’argent-monnaie dans la société babylonienne du «long 6ème siècle». Si certaines de ses hypothèses ne manquerons pas d’être interrogées et critiquées par les historiens, il ne fait aucun doute que M. Jursa pose par ce livre un jalon important dans la construction d’une historiographie de l’économie de l’antiquité.

(1) Les dates et périodes cités dans ce compte-rendu doivent être situées avant l’ère chrétienne.

(2) Laetitia Graslin-Thomé, Les échanges à longue distance en Mésopotamie au Ier millénaire: une approche économique, Orient & Méditerranée, n°5, Editions DE BOCCARD, Paris, 2009, p. 129.

(3) p. 850-897.

(4) p. 448.

(5) Section 4.4.2, p. 510-540.

(6) p. 511.

(7) p. 754-816.

(8) Section 4.2, p. 322-360.

(9) Section 4.3, p. 360-385.

(10) Section 3.3.4, p. 282-294.

(11) p. 663

(12) Section 5.6.3, p. 669-681.

(13) « far from being supported by an essentially closed redistributive system catering to all their basic needs, the institutional personnel of Eanna and Ebabbar lived in a economic setting which forced them to obtain through economic exchange, i.e. through purchase, much of what they needed for they livelihood. », p. .

(14) « A Mesopotamian palace household was always a more ‘exploitative’ economic entity geared towards elite consumption (and the type of productive activities that were required by these consumption patterns) than any temple », p. 771

(15) p. 475-490

(16) « This terminological shift must be owed to an intervention by the central administration under Artaxerxes I aiming at a standardisation of the forms in which silver was allowed to be used as a means of exchange », p. 773

(17) p. 641

(18) p. 631.

(19) « all inhabitants of a Babylonian city would have been drawn into the monetary economy to some extent at least », p. 788.

(20) p. 645-660.

(21) « The common and clearly practice of hiring substitute labourers or soldiers (who had to be paid in cash) meant that private taxpayers had to have some income », p. 657.

(22) p. 729.

(23) Section 5.6.3.3. p. 673-681.

(24) p. 681.

(25) p. 746.

(26) « Only a change in the money supply would affect commodities as diverse as slaves, sheep and dates in roughly the same manner », p. 782.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.