Notes de lecture: L. Graslin, Les échanges à longue distance en Mésopotamie au Ier millénaire. Une approche économique, Paris, De Boccard, Orient & Méditerranée 5, 2009, par Julien Monerie (doctorant Paris 1)

L’ouvrage de Laetitia Graslin-Thomé a l’intérêt d’être à la fois un outil de travail indispensable pour qui s’intéresse à l’économie du Proche-Orient dans la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. et un véritable essai d’histoire économique proposant une lecture néo-institutionnaliste des sources de la période.

Cet ouvrage réussit la gageure d’être à la fois un outil pratique de travail historiographique, une introduction détaillée à la documentation concernant les échanges à longue distance au Proche-Orient et un essai audacieux d’histoire économique.

Ce dernier aspect est probablement le plus intéressant puisque l’auteure, dans une démarche explicitement expérimentale, se propose de tester le modèle néo-institutionnaliste au cas particulier du Proche Orient au Ier millénaire av. J.-C. Le néo-institutionnalisme est un modèle économique développé par Douglass North, prix Nobel d’économie 1993, qui se propose de centrer la réflexion économique non pas sur les échanges, mais sur le cadre des échanges, ce que North appelle des « institutions ». Par institution, North entend l’ensemble des règles de société qui agissent sur les échanges. Elles peuvent être explicites, comme des lois ou des règlementations, ou implicites, comme les coutumes et habitudes, par exemple. Dans le cadre de ces institutions évoluent des « organisations » (exploitations familiales, firmes marchandes, sanctuaires, États), qui adoptent différents comportements économiques en fonction de ce cadre d’échange délimité par les institutions. Et l’une des principales variables qui guide ces comportements économiques est constituée par ce que l’on appelle des coûts de transaction. Cette dernière notion rassemble en résumé tout ce qui empêche concrètement la libre confrontation de l’offre et de la demande, à savoir les coûts de transport, les coûts d’information sur les conditions d’échange, les coûts liés à la garantie du respect des termes de l’échange par les deux parties contre la fraude, mais aussi les coûts de protection de l’objet échangé contre la malveillance de tierces personnes. Et toute la théorie néo-institutionnaliste repose justement sur l’idée selon laquelle les institutions sont établies et évoluent de façon à ce que les organisations limitent leurs coûts de transaction. Ainsi, par exemple, un droit commercial différent du droit local aura tendance à se développer dans les ports sous l’effet de l’intensification des échanges maritimes à longue distance. Et de la même manière, pour prendre cette fois l’exemple d’une institution informelle, un marché local verra la mise en place de mécanismes de réputation permettant de savoir qu’on peut se fier à tel ou tel marchand.

Ce modèle a été développé dans les années 1980-90 et il est très en vogue en histoire ancienne depuis le début des années 2000. J’en veux pour preuve la colossale Cambridge Economic History of the Greco Roman World, parue en 2009, qui adoptait une perspective résolument northienne, ou encore une table-ronde intitulée « Quels modèles pour quelle histoire ? Néo-institutionnalisme et histoire économique » qui s’est tenue à Bordeaux en novembre 2011.

Alors pourquoi un tel engouement ? Sans doute parce qu’à la différence des modèles statiques proposés jusqu’alors, le modèle néo-institutionnaliste est justement dynamique et donc fondamentalement compatible avec une analyse historique. Plus spécifiquement, les historiens de l’économie antique, assommés par des décennies de débats entre primitivistes et modernistes, espèrent sans doute y trouver le moyen de dépasser cette dichotomie, de plus en plus perçue  comme stérilisante, et rendue en grande partie obsolète par l’augmentation significative de la documentation historique depuis les années 80. Et pourtant, malgré cet engouement de principe, les tentatives pour appliquer une grille de lecture northienne à une documentation particulière sont jusqu’ici assez rares en histoire ancienne. On pense évidemment à Alain Bresson en histoire grecque, à Joseph Manning en égyptologie ou encore à Peter Bang en histoire romaine, mais on serait aujourd’hui bien en peine de trouver beaucoup plus de noms à cette liste, qui est par contre destinée, je pense, à s’allonger substantiellement dans les années à venir. C’est donc une œuvre pionnière que celle de Laetitia Graslin, qui propose dans la troisième partie de sa thèse une lecture néo-institutionnaliste des sources à un milieu orientaliste toujours un peu en retrait des grands débats historiographiques.

Et ce n’est d’ailleurs pas le moindre des mérites de cet ouvrage que de proposer dans une première partie un répertoire extrêmement pratique des courants et des idées qui ont traversé l’histoire économique depuis un siècle et demi, avec toujours une volonté de lier la théorie à la pratique, une démarche qui caractérise d’ailleurs l’ensemble de l’ouvrage.

Le lecteur y trouvera donc :

– d’abord un résumé précis des principes des grands courants historiographiques, depuis le vieux débat entre primitivistes et modernistes et son pendant plus oriental opposant formalistes et substantivistes jusqu’aux opinions des auteurs qui ont marqué la pensée économique du xxè s. tels que M. Weber, K. Marx, K. Polanyi et bien sûr D. North, avec à chaque fois une étude des influences de ces auteurs ou de ces courants sur l’historiographie orientaliste, avec par exemple une présentation précise de l’oeuvre des auteurs marxiens, tels que I. M. Diakonoff ou, côté italien, M. Liverani et C. Zaccagnini.

– puis, une étude par mot-clés (autoconsommation, réciprocité, troc, redistribution, marché etc.), précisant à chaque fois la signification que prend le terme pour les différentes écoles historiographiques. Ainsi, par exemple, la notion de « commerce international », est étudiée successivement selon quatre points de vue différents :

le point de vue néo-classique, qui envisage le commerce entre États selon la théorie ricardienne des avantages comparatifs, d’où découlent un processus de spécialisation régionale et la mise en place d’une division internationale du travail, ainsi que des phénomènes de cycle de produit. Si l’on envisage par exemple les productions textiles, on constate une spécialisation régionale entre la laine assyrienne, les tissus colorés phéniciens et le lin égyptien, mais aussi des phénomènes d’imitation qui entrent dans le cadre de la théorie des cycles de produits, tel que l’apparition en Mésopotamie des tissus multicolores, les išpar birmi, par imitation des tissus levantins.

le point de vue substantiviste, marqué par l’importance de la notion polanyienne du port of trade, conçu comme une espèce de sas neutre et hermétique entre deux cultures possédant des institutions économiques différentes, et permettant de ne pas déstabiliser l’équilibre social de la communauté locale. Ainsi par exemple le port fortifié de Blakhiyah, à proximité de Gaza, qui fut ouvert par Sargon II pour réguler les relations commerciales avec l’Égypte, et sur le site duquel on a mis au jour une série de magasins en briques près de la plage.

le point de vue de la théorie des jeux, qui analyse les échanges à longue distance en fonction des intérêts des participants en l’absence d’institution régulatrice, qui ont le choix entre la collaboration, qui permet d’instaurer une relation sur le long terme, à l’image par exemple du traité entre le roi assyrien Assarhaddon et le roi Ba’al de Tyr au viiè s. av. J.-C., ou la trahison, qui permet un profit immédiat, mais risque de compromettre les relations à long terme comme l’illustre par exemple l’attaque de la caravane arabique menée par le dynaste suhéen Ninurta-kudurri-uṣur, dans la vallée du Moyen-Euphrate, au viiiè s. av. J.-C.

enfin le point de vue marxien du commerce prédateur, qui conçoit le commerce comme un jeu à somme nulle (si un participant profite de l’échange, c’est que son partenaire y perd) et envisage la mise en place d’échanges forcés type butin ou tribut comme un moyen pour les entités politiques comme l’empire néo-assyrien de se procurer des produits qu’elles ne peuvent pas se procurer autrement.

À la première partie qui se concevait comme un outil de travail historiographique, répond une deuxième, avec laquelle on entre véritablement dans le cœur du sujet, et qui se présente pour sa part comme un outil de travail incontournable sur l’économie de la Mésopotamie dans la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. La région connaît en effet à cette époque d’importantes évolutions liées d’abord à la stabilisation politique de la région après les troubles de la fin du IIè millénaire, puis à l’établissement des empires néo-assyrien, néo-babylonien et enfin achéménide. Ces nouvelles conditions politiques et sociales s’accompagnent d’évolutions économiques importantes, liées à l’élargissement et à la diversification de l’horizon des échanges. Et ce sont justement les échanges terrestres à longue distance qui intéressent l’auteure, avec une acception volontairement large de la notion d’échanges, défini comme transfert de propriété, ce qui lui permet notamment d’inclure les sources néo-assyriennes liées à la livraison de tributs.

Cette deuxième partie se présente donc comme un répertoire des produits et des itinéraires. Si l’on désire par exemple tout savoir sur les échanges de lin en Mésopotamie au Ier millénaire, il nous suffit d’ouvrir les pp. 205 à 208 pour apprendre que c’était un tissu noble, souvent importé de l’ouest, jusqu’à Babylone, qui jouait le rôle de centre de redistribution, pour arriver enfin dans les temples de la régions où ils étaient travaillés, et qu’une pièce de lin coûtait entre quatre et quarante sicles d’argent en fonction de la qualité du tissu. Et si l’on désire connaître en un coup d’œil tous les lieux de provenance de lin mentionnés dans les sources, il suffit d’ouvrir la p. 201 où l’on trouve une carte récapitulative. Ces mises au point par produit, très pratiques d’utilisation, ont par ailleurs le mérite de prendre réellement en compte la spécificité des sources, et notamment la dichotomie entre sources royales néo-assyriennes, qui documentent avant tout les modes d’échanges forcés, de type tribut ou butin, et les sources néo-babyloniennes centrées sur les temples, qui documentent des modes d’approvisionnement commercial par le biais d’agents privés notamment. Elles prennent également en compte, et c’est là à mon sens l’un des principaux mérites de l’ouvrage, l’évolution chronologique des zones d’échanges privilégiées pour chaque produit. Ainsi, par exemple,, les chevaux viennent principalement des zones proches de la Mésopotamie (Médie / triangle du Khabur / piémont syro-anatolien / Égypte), mais l’approvisionnement anatolien est bloqué à partir du VIII° s. avec l’extension occidentale de l’Urartu, et les Assyriens se reportent alors vers les zones d’approvisionnement iraniennes, puis égyptienne à partir de la conquête de la région par Assarhaddon.

Et de la même manière que, dans la première partie de l’ouvrage, l’entrée par mot-clés succédait à l’entrée par courant historiographique, dans la deuxième partie, l’entrée par produit est suivie par un tour d’horizon extrêmement utile des routes commerciales du Proche-Orient, tour d’horizon qui met une fois de plus l’accent sur les évolutions internes à la période et notamment sur les effets de la domestication du chameau, puis du dromadaire. Les camélidés, en effet, sont plus résistants que l’âne, et leur utilisation permet d’augmenter considérablement les distances parcourues en milieu extrême. Les routes du désert existaient certes auparavant : on a mention par exemple de routes empruntables par des ânes entre Mari et Tadmor au début du IIè millénaire av. J‑C, mais la domestication des camélidés au début du Ier millénaire permit un changement d’échelle dans l’horizon des échanges, et ouvrit notamment la route de l’Arabie, peut-être d’abord seulement l’Arabie du Nord par Tayma, puis à partir du viiiè s. avec l’Arabie du Sud, avec notamment le trafic de l’encens, qui prit de plus en plus d’importance avec le temps. Le recours progressif aux camélidés fit ainsi baisser les coûts de transaction et permit l’intensification des échanges, qui favorisa les intermédiaires commerciaux, tà l’image du royaume de Saba, qui devint la plaque tournante du commerce de l’encens à l’époque sargonide.

Ce dernier exemple nous amène logiquement à la troisième partie de l’ouvrage, qui est la partie proprement néo-institutionnaliste de l’ouvrage. De fait, le commerce à longue distance, par les coûts de transaction élevés qu’il engendre (coûts de transport, de douanes, de change, d’information, d’encadrement juridique…), se prête particulièrement à une lecture northienne. Et l’auteur envisage successivement deux types d’organisations dans cette perspective : d’abord l’État, puis les marchands.

L’auteure pose d’abord une hypothèse de départ, qui est que l’État, par l’exercice de ses fonctions régaliennes, tend à limiter les coûts de transaction, quand il y voit un intérêt, par le maintien de la sécurité des routes, l’imposition d’un droit unifié, la création de ports de commerce etc. La conséquence de cette limitation des coûts de transaction est une intensification des échanges, qui stimule la production par une spécialisation. L’auteure prend ainsi l’exemple de l’établissement d’Ekron, près de Jérusalem, qui était à l’époque sargonide un énorme centre de production d’huile d’olive, dont l’essor fut manifestement stimulé par la conquête assyrienne. L’auteure prend ensuite un autre exemple, qui me paraît particulièrement intéressant, en ce qu’il démontre bien les potentialités de la lecture néo-institutionnaliste des échanges : c’est l’exemple des poids et mesures. Ils sont, dans le Proche-Orient du début du Ier millénaire, extrêmement variés, et constituent un bon exemple de ce que D. North appelle une « institution inefficace héritée ». Pourtant, l’adoption d’un système plus homogène se fit lentement et n’arriva à son terme qu’à l’époque néo-babylonienne, alors même que la conquête assyrienne aurait pu entraîner une véritable homogénéisation des systèmes. Il convient dès lors de se poser la question des raisons d’une telle lenteur de l’homogénéisation. La réponse, si l’on en croit l’auteure, est à chercher dans le comportement des agents participant aux échanges, qui tiraient profit de la cohabitation d’une multiplicité de systèmes de poids et mesures, puisque cette multiplicité leur permettait de changer de système en fonction de leurs interlocuteurs et de leurs intérêts. Si la rationalisation des poids et mesures a tendance à réduire les coûts de transaction, les organisations ne voyaient donc pas l’intérêt de faire évoluer l’institution, qui aurait risqué de limiter leurs profits immédiats. Cette inertie des organisations montre bien qu’il faut se garder de toute téléologie moderniste, et c’est là à mon sens l’un des principaux apports de l’approche néo-institutionnaliste. Ce dernier exemple invite également à se pencher sur un autre type d’organisation, qui sont les marchands. Ces organisations fonctionnaient avant tout autour d’institutions informelles, là où les institutions formelles étaient plutôt le propre des États. Ces institutions formelles étaient destinées à réduire les coûts de transaction liés aux risques soulevés par les échanges à longue distance, depuis les risques liés au transport jusqu’aux risques de tromperie de la part du partenaire commercial. Et l’auteure donne comme exemple d’institution les contrats dits harrānu, qui étaient une forme d’association de marchands mettant leur capital en commun afin de mutualiser et donc limiter les risques liés au coûts de transaction pour des opérations commerciales de tout type. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que ces institutions avaient tendance à être délaissées par les marchands qui avaient suffisamment prospéré pour supporter sans grand dommage des revers financiers.

Au terme de ce rapide tour d’horizon, que peut-on conclure au sujet de l’analyse néo-insitutionnelle ? D. North a déjà ses détracteurs dans les rangs des historiens de l’Antiquité, détracteurs dont l’argument principal est que le néo-institutionnalisme ne tient pas ses promesses en ce qu’il ne permet pas réellement de dépasser la vieille opposition entre primitivistes et modernistes : plusieurs lectures très différentes des sources sont en effet possibles à travers cette nouvelle grille, depuis l’analyse néo-moderniste d’Alain Bresson jusqu’à celle néo-primitiviste de Peter Bang et de son modèle du bazar impérial romain, modèle qui a fit dire à D. Rathbone que le néo-institutionnalisme était un « return ticket to finleyism ». La grille northienne n’en permet pas moins de développer des analyses intéressantes et inédites, qui prennent en compte d’autres formes de rationalité, et permettent de jeter des ponts entre économie et histoire, et c’est d’ailleurs uniquement à ce titre, dans une démarche expérimentale, que l’auteure a proposé cette lecture. Ce n’est pourtant pas, loin de là, le seul mérite de cet ouvrage, qui tantôt outil de travail, tantôt essai historique, sait se faire, à l’image de son auteure, modeste, utile, précis et audacieux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *