Notes de lecture: Péter Vargyas, From Elephantine to Babylon. Selected Studies of Péter Vargyas on Ancient Near Eastern Economy, Budapest, 2010, par Gauthier Tolini (docteur, Paris 1)

Spécialiste de l’histoire du Proche-Orient ancien, Péter Vargyas était membre du département d’Histoire de l’antiquité de l’université de Pécs (Hongrie). Ses études ont concerné essentiellement l’histoire économique de la Mésopotamie au IIe et Ier millénaire. Il est notamment l’auteur d’une monographie importante consacrée aux prix des produits de base en Babylonie publiée en 2001 (P. Vargyas, A History of Babylonian Prices in the First Millenium BC. 1. Prices of the Basic Commodities, Heidelberger Studien zum alten Orient – Band 10. Heidelberger Orientverlag, 2001). À la suite de son décès prématuré en 2009, ses collègues de l’université ont décidé de publier un recueil d’hommages rassemblant vingt-trois articles publiés entre 1984 et 2005. Ces différents travaux couvrent une large période chronologique, depuis le IIe millénaire (études consacrées aux marchands hittites d’Ugarit), jusqu’à la fin du Ier millénaire (ses recherches ont aussi porté sur la Babylonie hellénistique et parthe). Le cadre géographique impliqué dans ces études dépasse celui annoncé par le titre de l’ouvrage. On y trouve effectivement de nombreuses articles consacrés à l’Égypte et à la Mésopotamie, mais aussi à l’Iran avec une étude concernant le trésor d’argent découvert sur le site de Nush-e Jan situé en Médie. D’autre part, les différentes langues utilisées pour ses articles, à savoir l’anglais, le français et l’allemand, témoignent d’une volonté forte chez P. Vargyas de voir diffuser ses travaux auprès d’un large public. Il n’est pas question pour nous de traiter de l’ensemble des sujets de cet ouvrage, mais de nous concentrer avant tout sur ses principales études portant sur l’économie en Babylonie au Ier millénaire et notamment sur les prix et les réformes monétaires de Darius Ier. Ces deux sujets nous permettront de présenter une partie de la documentation babylonienne utilisée pour étudier l’économie et également d’exposer les réussites et les échecs des méthodes d’analyse et d’interprétation élaborées par P. Vargyas.

Incrédulité, tâtonnement et hypothèses concernant les prix des produits de base en Babylonie

L’étude des prix en Babylonie fait l’objet de trois articles présents dans cet ouvrage: Les prix des denrées alimentaires de première nécessité en Babylonie à l’époque achéménide et hellénistique (p.55-75), L’économie de la Mésopotamie et les tablettes astronomiques (p.76-86) et Astronomische Tagebücher und Preislisten (p.222-232). Ces articles reposent sur l’examen d’une documentation spécifique à savoir les journaux astronomiques dont P. Vargyas souligne ainsi l’importance comme « source de choix non seulement pour les astronomes, mais aussi pour les historiens » (p.77). Dans ces journaux sont consignés les phénomènes célestes et également d’autres signes qui ont semblé importants pour les observateurs, dont l’état du ciel, le prix de différents produits de première nécessité, le niveau des eaux de l’Euphrate et les événements politiques, militaires et locaux marquants. C’est la mention de prix qui offre à l’historien un matériau unique dans l’histoire de l’Antiquité. Ces produits de première nécessité sont exprimés dans l’ordre suivant : l’orge, les dattes, le kasû, le cresson, le sésame et la laine. P. Vargyas explique l’ordre des produits alimentaires en fonction de leur importance, l’orge et les dattes étant ainsi à la base de la nourriture. Le kasû (dont l’identification reste débattue) jouait, quant à lui, un rôle important dans la fabrication de la bière. Enfin, le cresson permettait une alimentation plus variée. On trouve ensuite l’huile de sésame qui n’était pas seulement utilisée dans la cuisine, mais aussi pour les soins du corps et l’éclairage. Enfin, en dernière position, se trouve la laine la matière première principale de l’habillement. Les tablettes expriment toujours le volume de produits que l’on peut acheter pour 1 sicle d’argent (soit 8, 4 g.). P. Vargyas reconnaît que cette façon de présenter les choses peut nous surprendre et même être « gênante » (p. 58) de prime abord puisque plus la quantité de produits est élevée, plus le prix est bas et au contraire plus la quantité de produits est basse, plus le prix est élevé. Face à ces données, P. Vargyas exprime d’abord sa perplexité : « Quand j’ai classé ces prix pour la première fois par an et par mois, j’ai trouvé un désordre dont je n’ai su que faire » (p.78). La très grande fluctuation des prix lui semblait alors « irrationnelle » (p.80). L’auteur reconstitue ainsi le mouvement général du prix des dattes dont la récolte se situe au cours du mois d’arahsamnu de l’année babylonienne (octobre-novembre) : les prix chutent pendant l’hiver, puis augmentent continuellement de début mars à la fin mai, puis rechutent parfois brutalement avant d’augmenter à nouveau de la fin de juillet à septembre (p. 62). Pour illustrer l’importance de la chute des prix au mois de mai, P. Vargyas prend l’exemple de l’année 258 où l’on pouvait acheter 52, 5 litres de dattes pour 1 sicle d’argent d’avril à début mai et 124 litres entre mai et juin. À partir de cet exemple, il constate que le prix des dattes a chuté de près de 100 % en un mois. Pour l’auteur ce double mouvement de chute et de hausse des prix, surtout lors des mois de mai-juin, ne semble pas « naturel » (p. 62). On s’attend en effet à ce que le prix reste stable après la récolte puis augmente en fonction de la diminution des stocks disponibles jusqu’à la prochaine récolte qui a lieu en octobre-novembre. P. Vargyas a alors l’idée de mettre en relation les prix des différents produits pour voir si leurs évolutions respectives ne seraient pas liées. Il conclut ainsi : « Les prix babyloniens étaient en fluctuation permanente, et, en dehors des effets saisonniers, les changements de prix étaient influencés par le mouvement des prix des différents articles de base les uns par rapport aux autres » (p.78). L’auteur explique ainsi les différentes fluctuations du prix des dattes. La baisse constatée en mai s’explique par la chute de la demande qui s’est reportée sur l’orge dont le prix est alors au plus bas (nous sommes juste après la récolte). Puis l’augmentation du prix de l’orge entraîne à nouveau le déplacement de la demande sur les dattes en été dont le prix augmente alors. Au printemps, le manque de céréales entraîne un nouveau report de la demande sur les dattes, ce qui en fait monter le prix. Pour illustrer la théorie de P. Vargyas sur le transfert de demande entre l’orge et les dattes, R. Van der Spek s’appuie sur un passage de Diodore qui évoque ainsi la marche d’Eumène de Cardia en direction de l’Élam en 317 : « Celui-ci cependant ayant traversé le Tigre et se trouvant dans la Susiane, partagea son armée en trois corps pour la facilité des vivres et malgré cette précaution, il rencontra une grande disette d’orge. Il fut réduit à distribuer à ses soldats du riz, du sésame, des dattes et de pareilles espèces de fruits qui abondent en ces terres » (Diodore XIX, 13.6). Ce départ en Élam a eu lieu à partir du mois d’octobre, soit au moment de la récolte de dattes (R. Van der Spek, « The effect of war on the prices of barley and agricultural land in Hellenistic Babylonia » in : J. Andreau, P. Briant, R. Descat, (éd.), Économie antique. La guerre dans les économies antiques, Entretiens d’archéologie et d’histoire 5, Saint-Bertrand-de-Comminges, 2000 : 296). Fort de ce constat, P. Vargyas peut alors appliquer son modèle aux autres prix. Il prend pour cela l’exemple de la laine. Il constate que le prix de la laine est relativement stable, entre 2 et 1,5 kg pour 1 sicle d’argent suivant les années. Les prix des denrées alimentaires de l’an 274 témoignent d’une famine en Babylonie, pourtant on constate que prix de la laine est alors exceptionnellement bas : 2, 5 kg pour un sicle. L’auteur explique ce fait par les rapports entre l’offre et la demande : le prix élevé de l’orge et des dattes absorbait le pouvoir d’achat, la demande de laine était donc faible et son prix baissait.

Pour P. Vargyas, ces changements de prix donnent ainsi l’image d’une économie orientée vers le marché. Ces changements étaient déterminés par deux facteurs : les changements de l’offre liés aux cycles de production agricole et les décalages périodiques de la demande se rabattant sur les dattes ou sur l’orge. D’après ses observations, les prix changeaient constamment en fonction de la loi de l’offre et de la demande et les pouvoirs centraux n’intervenaient pas dans la régulation des prix, les reports de la demande corrigeaient ainsi les hausses de prix (p. 71 et p.82-83). Ainsi, les articles rassemblés dans From Elephantine to Babylon constituent une très bonne introduction à la monographie que P. Vargyas rédigea sur ce sujet et qui parut en anglais en 2001 sous le titre A History of Babylonian Prices in the First Millenium BC.

Si l’hypothèse de P. Vargyas concernant les fluctuations saisonnières des prix représente une avancée décisive, en revanche, certains points de son travail furent l’objet de discussions. Un des plus controversés est l’utilisation du terme de « prix ». Nous avons vu que ce que Vargyas appelait « prix » (price, Preise) était en fait la quantité de biens achetée pour 1 sicle d’argent. Les tablettes astronomiques utilisent le terme de mahīru que R. Van der Spek propose de traduire par « valeur d’échange », beaucoup plus proche de la réalité. Pour Van der Spek cette confusion entre « valeur d’échange » et « prix » a conduit Vargyas à commettre de nombreuses erreurs d’interprétation. Par exemple, les tablettes astronomiques montrent que la quantité d’orge que l’on pouvait acheter avec 1 sicle d’argent a diminué de 360 litres à 120 litres au cours de l’été de l’année 566/565. Pour Vargyas, le « prix » de l’orge a augmenté de 67 % car la quantité achetée pour 1 sicle a diminué de 67 % (A History of Babylonian Prices in the First Millenium BC, p.109, fig. 29). Cependant, la méthode de Vargyas ne permet pas de connaître le prix réel de l’orge. Pour cela, Van der Spek calcule la valeur de 1 000 litres d’orge et conclut, quant à lui, à une augmentation de 200 % du prix de l’orge (R. van der Spek & C. Mandemakers, « Sense and Nonsense in the Statistical Approach of Babylonian prices », BiOr 60, 2003, p.521-537). Malgré cette imprécision terminologique, la méthode empirique et déductive que P. Vargyas a appliquée à des faits bruts a permis d’obtenir des résultats fructueux qui ont permis de faire avancer la recherche.

À la recherche du sicle de Darius Ier ou l’impasse méthodologique

 À travers plusieurs de ses articles, P. Vargyas a également contribué à l’étude de la réforme tributaire de Darius Ier : « Kaspu ginnu and the Monetary Reform of Darius I » (p. 102-120) et « Darius I and the Daric Reconsidered » (p. 130-140). D’après Hérodote, le Grand Roi aurait réorganisé l’Empire perse en vingt satrapies et aurait fixé pour chacune d’entre elles un tribut annuel à verser en or ou en argent (III, 89-94). Il y a aujourd’hui un consensus historique pour attribuer à Darius Ier la frappe des premières monnaies royales achéménides : la monnaie d’argent (sicle) et la monnaie d’or (darique). Elles représentent toutes deux le roi en archer. La date des premières frappes n’est pas connue avec précision. On dispose néanmoins d’un repère chronologique, il s’agit de l’empreinte d’une monnaie royale scellant une tablette de Persépolis daté de l’an 22 de Darius (500/499). Pour Pierre Briant, le monnayage royal aurait débuté vers 512, au moment où le Grand Roi s’est assuré le contrôle strict de l’Asie Mineure (P. Briant, Histoire de l’Empire perse, Paris, 1996 : 420-421). En effet, les premières monnaies royales perses ont d’abord été frappées exclusivement à Sardes. Elles ont circulé de manière préférentielle en Asie Mineure. Cependant, on constate que le sicle ne s’est pas imposé comme monnaie unique, puisque les cités grecques de la côte ont continué de frapper leurs propres monnaies.

Qu’en est-il de la circulation des monnaies de Darius en Babylonie ? Précisons qu’aucun texte ne fait référence de manière explicite ni aux dariques ni aux sicles de Darius. De même, on a très peu de traces archéologiques de ces monnaies. On en trouve quelques-unes entières ou découpées dans le Trésor d’argent de Babylone daté de l’époque perse (cf. J. Reade, « A Hoard of Silver currency from Achaemenid Babylon », Iran 24, p. 79-89). Ainsi, en Babylonie, avant l’époque séleucide, on ne trouve aucune attestation de paiement au moyen de pièces de monnaie dans la vie quotidienne, l’argent est toujours pesé. Malgré l’absence de preuves textuelles de l’utilisation des monnaies perses, P. Vargyas affirme qu’il n’y a pas de raison de penser que les Babyloniens n’aient pas eu accès aux sicles de Darius : « This is not by chance, since no mentions of the coins of Darius are thought to exist in the cuneiform records. This is understandable for the darics but highly improbable for the sigloi, as we have no reason to think that people in Babylonia lacked access to these coins » (p.107). L’auteur raisonne ici par induction et entreprend de rechercher les sicles de Darius dans la documentation cunéiforme du VIe siècle composé de milliers de textes issus d’archives privées des grandes familles de notables et des archives administratifs des temples dont l’Eanna d’Uruk et l’Ebabbar de Sippar. Pour ce faire, Vargyas s’intéresse aux nombreux adjectifs qualifiant la monnaie en Babylonie et constate l’apparition de l’expression « kaspu ginnu » au cours du règne de Cyrus et l’augmentation de son utilisation lors du règne de Darius Ier. L’auteur conclut que cette augmentation lors de ce dernier règne ne peut pas être accidentelle (p.108). Avant de proposer sa propre interprétation du kaspu ginnu, Vargyas rappelle la définition vague qu’en donne le Chicago Assyrian Dictionary (CAD) : l’ « argent porteur d’une marque ginnu » (CAD G, p.79b). Puis, il présente les interprétations opposées que M. Powell (« A Contribution to the History of Money in Mesopotamia Prior to the Invention of Coinage », in B. Hruška and G. Komoróczy (éd.), Festschrift Lubor Matouš, Eötvös Loránd Tudományegyetem, Ókori Történeti Tanszekek, Budapest, 1978, p. 211–243) et F. Joannès (« Métaux précieux et moyens de paiement en Babylonie achéménide et hellénistique », Transeuphratène 8, p. 137-144) ont données de cette expression. Les deux auteurs interprètent différemment les lettres GC 2, 101 et CT 22, 40. Dans la première, deux hauts administrateurs du temple de l’Eanna avertissent ainsi des orfèvres : « Si c’est de l’argent ša ginni que vous avez fondu, alors vous subirez le châtiment du roi » (GC 2, 101 : 8). Dans la deuxième, un administrateur de l’Ebabbar de Sippar prévient un orfèvre : « Telle est l’instruction royale : ‘On ne doit pas donner de l’argent ša ginni’’. Tu ne dois donc recevoir que de l’argent parfaitement raffiné » (CT 22, 40 : 11). Pour M. Powell, le kaspu ginnu est de l’argent qui porte l’empreinte du roi. Au contraire, pour F. Joannès, suivant le CAD G 80a, la marque-ginnu signifierait que l’argent n’est pas destiné à un usage d’orfèvrerie en raison de sa qualité imparfaitement pure, mais qu’il pouvait être utilisé dans le cadre d’échanges commerciaux car son degré de pureté restait suffisant ; en effet, de nombreux textes précisent que le degré de pureté de l’argent ša ginnu est de 87, 5%. La présence d’une marque (ginnu) sur l’argent ne serait qu’une indication de qualité et n’implique pas une émission prise en charge par une autorité monétaire. F. Joannès propose alors de traduire ginnu par poinçon. L’argent poinçonné serait alors affecté d’une pureté reconnue, car quantifiée. Vargyas se range du côté de l’opinion de Powell et conclut que Cyrus le Grand a introduit de l’argent estampillé en Babylonie protégé par un édit royal. Son utilisation et sa diffusion ont été limitées au cours des premiers rois perses, Cyrus et Cambyse, comme le prouvent les quatre références dont Vargyas disposait (p. 116). Puis durant le règne de Darius, l’argent ša ginnu s’est répandu comme l’attestent les 135 références rassemblées (p. 116-120). Vargyas propose d’affiner la chronologie de la diffusion de cet argent estampillé. Au début du règne de Darius Ier jusqu’en 517, l’argent ša ginnu est surtout utilisé pour des prêts ou pour des opérations commerciales impliquant des quantités d’argent importantes. L’argent estampillé a pénétré tous les secteurs économiques : location de maison, achat de terres, d’animaux, d’huile, paiement des salaires, etc. Des transactions impliquant de petites quantités sont payées en argent estampillé. En se basant sur cette chronologie, P. Vargyas propose d’identifier cet argent estampillé d’un poids régulier avec le sicle créé par Darius : « If we ask after this survey what this stamped silver of regular weight introduced by Darius could be, it is hard to escape the conclusion that they be identified with the sigloi » (p. 111). Puis l’auteur s’efforce de répondre lui-même à deux objections que cette identification pourrait soulever. Premièrement, on peut se demander pourquoi les textes ne précisent jamais l’autorité qui a apposé cette marque-ginnu à la différence des monnaies séleucides qui indiquent par exemple « statère d’Antiochos ». Cette absence de référence à une autorité précise est relevée dans le CAD : « the word ginnu must refer to a mark actually stamped on the metal. This mark evidently was not applied by an authority, because if it had been, this authority would have been mentioned in our texts » (CAD G, 80a). Pourquoi dans le cas du kaspu ginnu ne pas préciser le nom du roi perse qui figurerait sur cette pièce de monnaie ? Vargyas remarque que les pièces achéménides ne comportent pas le nom du roi et ont des motifs très limités, il était donc impossible pour les habitants d’identifier le roi représenté. Deuxièmement, on constate (d’après les données disponibles lors de la rédaction des différentes études de Vargyas sur ce sujet) des références aux kaspu ša ginnu au cours du règne de Cyrus. Cet argent ne peut donc pas correspondre au sicle introduit par Darius. Pour Vargyas, les pièces estampillées sous le règne du fondateur de l’Empire perse feraient en fait référence à des Créséides (p.112).

En conclusion, pour Vargyas l’analyse du monnayage de Darius que les historiens datent de 512 doit être reprise car on trouve une mention de kaspu ša ginnu sous le règne de Nabuchodonosor IV qui se déclara roi en Babylonie en 521. À ce moment, Darius Ier aurait entrepris une réforme monétaire importante en faisant frapper une monnaie à son effigie pour faire circuler l’image royale et affirmer ainsi son pouvoir sur les provinces reconquises. Pour P. Vargyas, la même expression de kaspu ša ginnu désignerait donc deux pièces de monnaies différentes : des Créséides sous le règne de Cyrus (539-530) et des sicles de Darius à partir du règne de Nabuchodonosor IV (521).

Avoir avoir été formulée l’hypothèse de P. Vargyas a suscité de nombreuses réserves. Elle a été fortement contredite par M. Jursa dans son ouvrage consacré à l’économie de la Babylonie : Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millenium BC., AOAT 377, Münster, 2011, p.480-490. L’auteur rappelle que le contexte archéologique montre que le sicle perse n’a pas pénétré en Babylonie. Il fait également remarquer que la qualité du sicle de Darius (entre 96 et 98 %) est supérieur à celle du kaspu ša ginni (qui est toujours de 87, 5% comme le précise les textes). Il ajoute que la chronologie proposée par Vargyas est incomplète, les premières attestations du kaspu ša ginni remontent à Nabonide et s’arrêtent au début du règne de Xerxès. M. Jursa ouvre alors une nouvelle piste de recherche : la répartition chronologique des références montre que nous sommes face à une pratique visant à garantir la qualité de l’argent introduite par la royauté néo-babylonienne et poursuivie par les rois perses. Celle-ci a peut-être été encouragée par Darius. Cet argent garanti (par un poinçon, une estampe, ou bien une effigie) était semble-t-il validé par les temples et destiné en priorité au trésor royal. Dès lors, la profonde restructuration administrative décidée par Xerxès en 484 après les révoltes en Babylonie soutenues par les temples pourrait expliquer la disparition de cet argent dont la qualité était garantie.

* * *

Les deux études menées par Vargyas concernant les prix à partir des journaux astronomiques et les sicles de Darius à partir des textes privés et administratifs ont débouché sur de réelles avancées historiques pour la première et sur un échec pour la deuxième. Cette différence dans les résultats obtenus s’explique par les méthodes suivies. Nous avons vu que dans le cadre de l’étude des prix, l’auteur était parti des données brutes des textes qu’il a ordonnées sans savoir ce qu’il allait y trouver, il confessait même n’y rien avoir compris pendant longtemps. Les articles présents dans From Babylon to Elephantine nous permettent de suivre la manière dont P. Vargyas a construit son raisonnement historique avec ses tâtonnements, ses doutes et ses hypothèses. Les résultats de cette méthode empirique et déductive se sont révélés concluants. Dans le cas du sicle de Darius, P. Vargyas a changé de méthode d’analyse. Il est parti d’un postulat de base à savoir que le sicle de Darius s’était forcément répandu en Babylonie (« we have no reason to think that people in Babylonia lacked access to these coins », p.107). Ce raisonnement par induction l’a conduit à sur-interpréter les références qu’il avait rassemblées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *