Notes de lecture: Robert Rollinger & Christopher Ulf (eds.), Commerce and Monetary Systems in the Ancient World. Means of Transmission and Cultural Interaction. Proceedings of the Fifth Annual Symposium of the Assyrian and Babylonian Intellectual Heritage Project. Held in Innsbruck, Austria, October 3rd-8th, 2002, Melammu Symposia 5, Stuttgart, 2004, par Anne-Renée Castex (doctorante, Paris 1)

Ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre du projet «Melammu : the Assyrian and Babylonian Intellectual Heritage in East and West», avait pour objectif d’étudier le commerce et les systèmes monétaires sous l’angle des contacts culturels entre Orient et Occident, dans une période vaste de plus de 3.000 ans, du troisième millénaire avant notre ère jusqu’à l’époque islamique. Mais face à la difficulté de lier commerce et transferts culturels, la plupart des contributeurs ont traité l’un ou l’autre aspect séparément. Du point de vue de l’histoire économique, les débats ont porté principalement sur deux aspects méthodologiques : l’application des théories économiques en histoire ancienne et l’utilisation des modèles à des fins heuristiques. Malgré une volonté évidente de ne pas tomber dans une polémique stérilisante bien que légitime, à l’instar de la querelle entre modernistes et primitivistes concernant la nature de l’économie ancienne, il apparaît que ces questions d’approches méthodologiques sont loins d’être tranchées. Et ce n’est pas le moindre mérite de ce colloque que d’aborder ces problèmes dans une optique pluridisciplinaire, nécessaire afin d’entamer une réflexion épistémologique commune, contribuant de ce fait au décloisonnement des études sur l’économie ancienne.

*          *          *

Le “Melammu Project”

Ce colloque s’inscrit dans le cadre d‘un projet de recherche international lancé en 1998 intitulé «Melammu : the Assyrian and Babylonian Intellectual Heritage in East and West», dont le but est d’étudier la diffusion et la transformation de la culture mésopotamienne dans le monde ancien au sens large :  depuis le IIe millénaire jusqu’à l’époque islamique.

Le nom du projet, «Melammu», a été choisi à dessein pour illustrer l‘impact de la culture mésopotamienne sur le monde environnant et les cultures postérieures. Ce mot akkadien emprunté au sumérien (me.lám) désigne l’éclat qui entoure les divinités (1). Il fournit un exemple de transfert et de continuité culturelle sur près de 4.500 ans (2600 jusqu’à nos jours), depuis l’aura des dieux, démons et rois mésopotamiens jusqu’aux halos des saints et des anges byzantins et aux auréoles chrétiennes.

Dans le cadre de ce projet, des colloques sont organisés annuellement avec un thème spécifique, qui s’inscrit dans les orientations générales. Leur objectif premier est de promouvoir une recherche pluridisciplinaire en fournissant une tribune et un forum où peuvent être étudiés de manière systématique les processus de continuité culturelle (transferts, diffusion) dans le monde ancien. Cependant, il semble que le projet marque le pas depuis 2002, probablement pour des raisons financières. En effet, le dernier colloque, qui s’est tenu en 2008, quatre ans après le précédent, n’a toujours pas été publié.

À ce jour, six colloques ont eu lieu, entre 1998 et 2008, portant majoritairement sur des thèmes d’histoire culturelle : l’héritage de l’empire assyrien [1998](2), la mythologie [1999] (3), les idéologies [2000] (4), l’historiographie des études proche-orientales [2001] (5), le commerce et les systèmes monétaires [2002], et enfin la globalisation au premier millénaire [2008, à paraître]. Le colloque de 2002 est donc le seul pour lequel un thème explicitement économique a été choisi.

Le commerce comme vecteur d’échange culturel : un objet d’étude impossible?

 Dans le cadre du projet “Melammu” et à la lecture de l’introduction, il apparaît que l’objectif de ce colloque était d’étudier le commerce et les systèmes monétaires en tant que moyens de transmission et d’interaction culturelle car «les impératifs économiques sont des ressorts de l’activité humaine et la force motrice des rencontres trans-culturelles» (6). Le projet sous-jacent était plus précisément d’étudier les contacts Est-Ouest en évitant le double écueil de l’orientalisme (7) et de l’eurocentrisme (8), dans l’idée que «les énormes changements qui ont eu lieu dans les différentes zones de Grèce dans le premier tiers du premier millénaire avant J.-C. restent incompréhensibles sans le contexte plus large de l’histoire orientale» (9). On constate donc que, dans la lignée d’un M. Rostovtzeff, l’histoire du commerce est conçue ici avant tout comme une réflexion sur les rapports entre Orient et Occident plutôt que comme une véritable histoire économique et sociale. Dans cette perspective, l’accent était donc mis sur les agents du commerce international comme vecteurs des relations interculturelles ainsi que sur les zones d’interface comme la côte levantine et Chypre.

Sur trente-huit communications, vingt-neuf ont été retenues pour publication. La majorité des contributions concerne le premier millénaire. Les actes ont gardé pour structure les différentes sessions du colloque et sont divisés en huit parties : les théories économiques (I), la Mésopotamie au troisième millénaire (II), Mésopotamie et Levant dans la première moitié du premier millénaire  (III), Grèce archaïque (IV), les théories économiques appliquées à l’Antiquité classique (V), Levant, Egypte et monde égéen dans la première moitié du premier millénaire (VI), Grèce et Achéménides, Parthes, Sassanides et Rome (VII), aspects particuliers (VIII).

À la lecture, force est de constater  que le contenu de l’ouvrage est fort différent de ce que son titre laisserait penser. Car le projet annoncé se révèle en grande partie irréalisable. Si l‘étude des sociétés multiculturelles assyriennes, babyloniennes et perses ou celle du commerce phénicien paraît en effet pleine de promesses, les sources directes manquent, comme l’explique Muhammad Dandamayev, dans sa communication sur les minorités ethniques en Babylonie au premier millénaire: «nos informations sur les contacts culturels entre groupes de différentes nations en Mésopotamie sont extrêmement maigres» (10). Pour l’empire perse, Josef Wiesehöfer remarque que si l’intégration politique à cette échelle favorise les échanges, il n’a que peu de données pour le confirmer (11). Après avoir passé en revue la documentation et listé quelques exemples classiques de transferts culturels entre Perses et Grecs, il est en mesure de conclure que commerce et transferts culturels il y a eu, mais sans pouvoir relier les deux. Dans sa contribution sur la Babylonie au Ier millénaire (12), Michael Jursa dispose de suffisamment de données pour prouver l’existence d‘un commerce babylonien avec la Méditerranée, mais ne peut le reconstruire en détail. Le reste de son article porte donc uniquement sur les traits de l’économie babylonienne. Pour l’empire assyrien, Karen Radner fait face à la même difficulté (13). Enfin, concernant les Phéniciens, les sources, essentiellement externes, à savoir grecques et bibliques documentent la vision que ceux-ci avaient des Phéniciens et la réalité de l’ampleur de leur commerce, mais sans pouvoir aller beaucoup plus loin. Ingomar Weiler, qui a comparé l’esclavage dans Homère et la documentation proche-orientale, s’est quant à lui retrouvé confronté à une difficulté d’ordre méthodologique : comparer des sources littéraires du côté grec, juridiques et administratives pour le Proche-Orient et l’Egypte (14).

De fait, face à ces difficultés, la plupart des auteurs ont donc traité séparément le thème ou le sous-thème du colloque : les échanges culturels d’une part, le commerce d’autre part. Seule une minorité de contributions a réussi à lier les deux. C’est par exemple le cas de Kurt Raaflaub, qui s’est intéressé au rôle joué par l’élite grecque de l’époque archaïque dans les interactions avec le Proche-Orient et l’Egypte (15), et d’Andrea Gariboldi, qui a tenté d’appréhender les traits de la royauté parthe par la comparaison des titres des monnaies séleucides et parthes (16).

Finalement, concernant l’économie du Proche-Orient ancien, on peut retenir environ la moitié des contributions du colloque, dont l’apport sera synthétisé suivant deux axes problématisés. Le premier concerne la méthode à adopter pour l’histoire économique, l’application des théories économiques à l’étude de l’Antiquité en général, et du Proche-Orient en particulier, et notamment la question de l’actualité de la vieille controverse entre primitivistes et modernistes.  Le deuxième aspect concerne la pertinence de l’application des modèles comme outils heuristiques pour l’étude de l’économie ancienne, et les modalités de leur utilisation.

L’histoire économique : une méthodologie à construire, une terminologie à clarifier

 Dans sa communication sur les théories économiques et le Proche-Orient ancien (17), Marc Van de Mieroop affirme qu‘«aucune vraie histoire économique du Proche-Orient ancien n’a jamais été écrite.»  (p. 54). La raison principale en serait la méthodologie des historiens, qui, trop souvent, ne précisent pas quelle est le fondement théorique de leurs analyses, c’est-à-dire à quel courant de pensée économique ils se rattachent. Il en résulte une imprécision de la terminologie, qui est pointée du doigt par plusieurs auteurs.

C’est le cas par exemple de Piotr Steinkeller dans sa communication sur la définition de l’activité économique privée en Babylonie au IIIe millénaire (18). Il bute en effet sur l’expression de «secteur privé» appliquée à l’économie non étatique. Pour lui en effet, ce terme n’est pas neutre puisqu’il suppose qu’on considère que «l’économie en question représentait une entité complètement indépendante, […] physiquement séparée […] de l’économie étatique.» (p. 92) alors qu’il pense à l’inverse que «l’activité économique privée […] était l’autre face de l’économie d’Etat» (p. 92). Pour illustrer ce rapport, il utilise la métaphore de la double hélice de l’ADN (p. 93), et celle des deux faces d’une même pièce de monnaie. Il conclut donc que  la séparation entre «privé» et «public» n‘étant pas pertinente pour analyser l’économie et la société babylonienne à l’époque d’Ur III, il faudrait abandonner cette terminologie, à moins, dit-il, qu’il soit bien clair pour tout le monde que le terme «privé» «signifie quelque chose de fondamentalement différent» (p. 93) dans ce contexte. Concernant l’économie babylonienne au premier millénaire, Michael Jursa distingue pour sa part entre «secteur privé» et «institutions» (palais, temple), tout en précisant également que les deux systèmes se complètent.

Autre dénomination qui pose problème à Steinkeller : celle de «ration», utilisée pour désigner les attributions d’orge aux dépendants de l’Etat. D’après lui en effet, puisque les quantités distribuées excédaient les possibilités de consommation des allocataires, le reste pouvait être utilisé comme moyen d’échange afin d’obtenir d’autres produits. Il serait alors plus judicieux de parler de «salaire» (p. 96).

Enfin, le terme le plus problématique, et qui suscite le plus de controverses jusqu’à ce jour, est celui de «marché» car il a pour corollaire la question de l’existence de l’économie de marché dans l’Antiquité. Comme le remarque Marc Van de Mieroop, cette situation résulte en grande partie des «différentes significations données au terme de ‘marché’» (p. 61). En effet, sous la plume des historiens, celui-ci désigne tour à tour l’endroit où l’échange a lieu, l’échange lui-même, ou le mode de fixation des prix par le système de l’offre et de la demande. Il note également que pour le Proche-Orient ancien, «les débats ressemblent souvent à de nouvelles déclarations d’opinions déjà exprimées, et n’ont pas conduit à un échange d’idées fructueux.» (p. 60).

Ces problèmes de terminologie et la question de l’existence d’une économie de marché dans l’Antiquité renvoient en effet au débat sur la nature de l’économie antique qui a opposé modernistes et primitivistes depuis la fin du dix-neuvième siècle et la fameuse querelle Bücher-Meyer (19). Pour les modernistes, les principes qui gèrent l’économie moderne peuvent se retrouver dans l’économie antique. Il n’y a pas de différence de nature mais de degré. Ils n’hésitent donc pas à appliquer une terminologie «moderne» à l’Antiquité. À l’inverse pour les primitivistes, il y a fondamentalement une différence de nature entre les sociétés anciennes et modernes. Il n’est donc pas possible de leur appliquer les mêmes concepts économiques et la même terminologie. Cela aboutit en général au développement d’une conception évolutionniste de l’histoire, soit le passage par un certain nombre de stades d’évolution. C’est par exemple le cas avec le concept de «port de commerce», développé par Karl Polanyi pour désigner l’institution économique qui gérait les échanges internationaux avant l’établissement du marché à l’époque moderne (20).

Comme le remarque Jursa, l’introduction de la controverse entre primitivistes et modernistes en assyriologie est relativement jeune. Elle est aussi moins sanglante qu’elle a pu l’être dans les études classiques et les points de vue semblent moins tranchés. Il est possible néanmoins de discerner quelques tendances. Vu la terminologie qu’il emploie et les analyses qu’il développe, Jursa lui-même semble plutôt se ranger dans le camp des modernistes. C’est d’ailleurs le cas d’une majorité d’assyriologues, bien qu’ils ne le précisent que rarement, comme le note avec raison Van de Mieroop: il constate en effet que l’idée selon laquelle «les outils de l’analyse économique moderne peuvent être utilisés pour étudier les données anciennes […] sous-tend nombre de travaux analytiques sur les données économiques» dans les études proche-orientales (p. 57). Cependant, Jursa admet volontiers que les documents babyloniens du premier millénaire peuvent aussi bien soutenir une vision moderniste que fournir des arguments aux primitivistes.

C’est loin d’être le cas de Morris Silver, économiste de formation, quant à lui résolument moderniste. Sa contribution est en effet un véritable plaidoyer moderniste, comme l’indique son titre «Modern Ancients» (21). Moses Finley avait tort de penser que les principes de l’économie néo-classique ne peuvent s’appliquer à l’Antiquité, Proche-Orient compris, affirme-t-il. Et ce n’est pas parce que les Anciens n’ont pas formulé de théories économiques abstraites, qu’ils ne se conformaient pas à des «lois économiques» (22). Il prend l’exemple des textes astronomiques babyloniens qui démontrent pour lui que le prix du grain variait en fonction de l’offre et de la demande (23).

Il critique également les primitivistes polanyiens qui tentent de délégitimer le travail des économistes «professionnels» en affirmant que les sources leur sont inaccessibles car insuffisamment transcrites et traduites (p. 82) et défend la spécificité de l’approche économique des sources anciennes et la méthode des économistes en général. Sa défense se transforme en attaque, lorsqu’il dénonce à l’inverse les idées fausses et les erreurs d’analyse commises par les historiens quand ils traitent des phénomènes économiques. Pour lui, leurs analyses sont souvent simplistes et «économiquement naïves» (p. 77), comme quand G. van Driel critique le comportement des accapareurs qui aggraverait la pénurie de grains (24). Pour Morris Silver, «c’est mécomprendre […] le rôle crucial joué par la spéculation dans un système de marché» (p. 77) : en effet, les spéculateurs ne font pas qu’acheter et accaparer, ils vendent. Leur rôle consiste précisément à acheter du grain après la récolte et à le stocker afin de le revendre plus tard, ce qui limite la hausse des prix, et répartit la consommation du grain dans le temps (en évitant une hausse importante de la consommation après la récolte, suivie d’une forte baisse quand le grain commence à manquer). Au final pour Morris Silver, «les erreurs sont inévitables quand les chercheurs travaillent en dehors de leur domaine» (p. 77). On pourrait cependant tout à fait lui retourner ce commentaire du point de vue de la méthode historique, puisqu’il picore à toutes les époques pour étayer son propos sans faire de différence entre les sources, d’Ur III à l’époque néo-babylonienne, en passant par la documentation paléo-babylonienne et Nuzi.

Un autre aspect important du point de vue méthodologique est la question de l’autonomie du champ d’étude économique, à savoir : est-il possible d’étudier l’économie comme un champ séparé du réel (notamment des aspects sociaux, culturels, religieux, etc.) ? Karl Polanyi avait répondu «non» en créant son concept d’ «encastrement» (embeddedness (25)) : l’économie antique serait «encastrée» dans le social et ne saurait constituer un domaine autonome. Engelbert Theurl, économiste de formation comme Morris Silver, revient sur cette question, dans son article qui passe en revue les théories existantes sur l’origine de la monnaie (26). Il présente deux théories a priori inconciliables : la première est la théorie des coûts de transaction, selon laquelle l’utilisation de la monnaie réduirait les coûts de transaction économique (27) et la seconde est celle de Bernhard Laum pour qui la monnaie a une origine religieuse et sacrificielle (28). Il fait ensuite référence à une tentative de catégorisation de l’influence des phénomènes culturels dans la théorie économique, effectuée par Eric Jones (29). Celui-ci a distingué trois points de vue : le premier selon lequel la culture est subordonnée à l’économie (cultural nullity), l’idée inverse selon laquelle l’économie est subodonnée à la culture (cultural fixity), et enfin une position de compromis qui considère qu’économie et culture interagissent et sont complémentaires (cultural reciprocity). Theurl conclut que cette dernière est probablement la plus fertile des trois.

C’est également une position d’équilibre qui semble s’imposer dans la querelle entre primitivistes et modernistes. Dans son article sur les Phéniciens (30), Michael Sommer oppose les Phéniciens, qui auraient une mentalité «moderne», au moins partiellement dominée par les catégories du marché, aux Egyptiens, aux Grecs et aux Hébreux, pour qui l’interaction commerciale serait encastrée dans un ensemble de conceptions religieuses et sociales. Marc Van de Mieroop conclut de son côté à la coexistence des différents types d’interaction économique au Proche-Orient (réciprocité, redistribution, échange marchand), ce en quoi il est suivi par Michael Jursa. Van de Mieroop est plus que sceptique quant au fait qu’il soit possible de développer un cadre général d’analyse de l’économie pour le Proche-Orient ancien. Mais en fin de compte, peu importe, car ce qui compte, tranchent Van de Mieroop et Steinkeller, c’est de contextualiser, en se concentrant sur les caractéristiques de chaque situation historique, dans le but de comprendre sa spécificité. Il s’agit finalement d’une tentative pour essayer de dépasser l’opposition primitivistes/modernistes, à l’instar de ce qu’a proposé Alain Bresson pour l’économie de la Grèce ancienne (31).

 Apports et limites de la modélisation comme outil heuristique

Contextualiser ou généraliser : ces deux démarches sont-elles forcément antithétiques ? L’approche comparée, qui consiste à confronter des époques et des civilisations diverses, et l’approche conceptuelle, qui construit des modèles pour aider à penser, sont-elles nécessairement anachroniques et nient-elle les singularités historiques?

Marc Van de Mieroop manifeste le même scepticisme vis-à-vis de l’emploi des modèles (32) en histoire ancienne, qu’à l’égard de l’utilisation des théories économiques (p. 58, 62), et ce fondamentalement pour la même raison : dans les deux cas, il s’agit de cadres conceptuels qui n’ont pas été forgés pour l’Antiquité. Le passé n’est alors pas étudié pour lui-même mais dans une optique souvent téléologique, ou pour fournir un contraste avec le présent : «Tout comme Marx et Engels étaient à la recherche d’une société primitive communiste dans l’Antiquité, Polanyi cherchait un meilleur système économique à cette époque.» (p. 56 – 57). Chez Max Weber, il remarque que ce qui est présent dans un idéal-type (33) est absent ou bien son opposé dans un autre. Puisque la ville médiévale est caractérisée par une production importante pour l’exportation, «alors l’idéal-type de la {ville} ancienne était caractérisé par l’absence de production artisanale à grande échelle et une absence d’exportations» (p. 57). Pour Van de Mieroop, cette façon de concevoir une réalité non pour elle-même mais négativement est problématique. Pour autant, ce n’est pas parce que l’étude du Proche-Orient ancien n’était pas la préoccupation principale de ces penseurs que leurs théories ne fournissent pas des outils d’analyse intéressants. Et les refuser reviendrait à rester bloquer dans une «impasse post-structuraliste» (p. 62).

Plusieurs contributeurs du colloque ont utilisé des modèles ou des idéaux-types dans leur analyse, tout en soulignant leurs limites. Et dans certains cas, ces modèles se révèlent bien utiles.  Dans l’analyse du commerce à longue distance des Phéniciens, des modèles d’organisation spatiale reposant sur l’opposition hiérarchique entre  centre et périphérie (34) sont couramment utilisés (35). Dans sa contribution, Michael Sommer n’échappe pas à la tendance et se sert du modèle du Système-Monde, créé par le sociologue Immanuel Wallerstein à partir du concept d’économie-Monde de Fernand Braudel (36). Celui-ci décrit un centre, entouré de périphéries hiérarchisées, avec une augmentation de la complexité de la périphérie vers le centre, et une division économique du travail. Ce modèle, développé à partir de la prophétie biblique d’Ezéchiel contre Tyr (Ezek. 27), qui décrit le réseau commercial de la ville, lui sert de fait à pallier à l’absence d’autres sources pour étayer sa conviction que les Phéniciens avaient une vision «moderne» des échanges, et mettaient à profit les écarts de prix entre les différents niveaux hiérarchiques du système mondial à leur profit. Buckhard Meissner décrit quant à lui des essais récents de modélisation sur la circulation de l’argent (37) (comme le modèle d’Aperghis pour l’époque séleucide (38)). D’après lui, et contre Finley qui ne pensait pas que l’économie ancienne était quantifiable, les modèles peuvent permettre notamment de généraliser des maximes tirées de l’expérience pratique et d’expliquer les facteurs influant sur les prix. Enfin, au sujet de l’économie babylonienne au premier millénaire, Jursa distingue entre 2 types de comportement économique : celui du rentier, qui dispose de capitaux hérités (principalement des terres et des prébendes) et celui de l’entrepreneur, dont le but est de faire du profit et opère dans un cadre concurrentiel. Comme il le précise bien, cette distinction a avant tout une valeur heuristique ; il est très peu probable que l’on rencontre l’une ou l’autre figure à l’état pur dans les sources.

On touche ici au sens même de la démarche de modélisation. Le modèle ne doit pas être un dogme, mais une incitation à la réflexion et une vision structurée par une question de recherche. Il faut être souple et ne pas le plaquer sans discernement sur des réalités historiques différentes. Répondant à Eduard Meyer qui rejetait toute structuration du matériau historique par une «théorie», Max Weber affirmait : «La diversité inarticulée des faits ne justifie pas cependant que nous forgions des concepts imprécis» (39).

*          *          *

 Au vu des discussions croisées qui se sont déroulées dans ce colloque concernant l’histoire économique, il s’avère que la méthodologie est encore en grande partie en construction et fait l’objet de nombreux débats. Des réflexions restent à mener et à ce titre le dialogue entre historiens et économistes peut être fructueux. Si cela implique que les historiens prennent des cours d’économie, comme le souhaiterait Morris Silver, il faudrait également que plus d’économistes prennent au sérieux la méthode historique et se spécialisent dans l’étude des économies de l’Antiquité. Ce n’est que dans ces conditions qu’un échange véritablement productif pourra avoir lieu pour construire la méthodologie d’une discipline par essence pluridisciplinaire.

(1) Chicago Assyrian Dictionary M, vol. 2, Melammu 1, p. 9 – 12. Le «temple et ses diverses parties, statues divines, mobilier et trésor du dieu. Les rois, ainsi que certains objets privilégiés en sont aussi parfois également nantis» (cf. E. Cassin, La splendeur divine. Introduction à l’étude de la mentalité mésopotamienne, Paris, 1968, p. 2).

(2) Sanna Aro & R.M. Whiting, The Heirs of Assyria, Melammu Symposia 1, Helsinki, 2000.

(3) R.M. Whiting, Mythology and Mythologies, Melammu Symposia 2, Helsinki, 2001.

(4) A. Panaino and G. Pettinato, Ideologies as Intercultural Phenomena, Melammu Symposia 3, Milan, 2002.

(5) A. Panaino and A. Piras, Schools of Oriental Studies and the Development of Modern Historiography, Melammu Symposia 4, Milan, 2004.

(6) Robert Rollinger, «Das fünfte internationale ‘Melammu-Meeting’ in Innsbruck. Überlegungen zu Kulturkontakt und Kulturstausch in der Alten Welt», p. 24. NB : toutes les citations issues des actes du colloque ont été traduites en français pour faciliter la lecture en évitant le passage permanent d’une langue à une autre (italien, anglais, allemand).

(7) Sur ce concept, voir l’ouvrage fondateur de E. Saïd, L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris, 1996.

(8) Terme créé durant la décolonisation, après la seconde guerre mondiale. Il s’agit d’une forme d’ethnocentrisme : vision du monde dans une perspective européenne, avec la croyance implicite d’une supériorité de la culture européenne.

(9) op cit. note n° 6, p. 24.

(10) Muhammad Dandamayev, «Twin Towns and Ethnic Minorities in First –Millennium Babylonia», p. 147.

(11) Josef Wiesehöfer, «“Persien, der faszinierende Feind der Griechen“: Güteraustauch und Kulturtransfer in achaimendischer Zeit», p. 295 – 310.

(12) Michael Jursa, «Grundzüge der Wirtschaftsformen Babyloniens im ersten Jahrtausend v.Chr.», p. 115 – 136.

(13) Karen Radner, «assyrische Handelspolitik : die Symbiose mit unabhängen Handelszentren und ihre Kontrolle durch Assyrien“

(14) Ingomar Weiler, «Sklaverei in der homerischen und altorientalischen Welt. Vergleichende Betrachtungen», p. 270 – 291.

(15) Kurt A. Raaflaub, «Archaic Greek Aristocrats as Carriers of Cultural Interaction», p. 197 – 216.

(16) Andrea Gariboldi, «Royal Ideological Patterns between Seleucid and Parthian Coins: the case of Theopator», p. 366- 384.

(17) Marc Van de Mieroop, «Economic Theories and the Ancient Near East», p. 54 – 64.

(18) Piotr Steinkeller, «Toward a Definition of Private Economic Activity in Third Millennium Babylonia», p. 91 – 111.

(19) En 1893, dans Die Entstehung der Volkswirtschaft («l’émergence de l’économie nationale»), l’économiste Karl Bücher développe une théorie évolutionniste de l’économie, passant par trois stades de développement : l’économie domestique (Antiquité), l’économie urbaine (Moyen-âge) et l’économie nationale (époque moderne). En 1895, lors d’une conférence sur l’évolution économique de l’Antiquité, l’historien Eduard Meyer défend à l’inverse la thèse de la modernité de l’économie antique. Sur le développement de cette controverse et les débats qu’elle a suscités en histoire ancienne, voir B. Wagner-Hasel, «Le regard de Karl Bücher sur l’économie antique et le débat sur la théorie économique et l’histoire», in H. Bruhns (ed.), Histoire et économie politique en Allemagne de Gustav Schmoller à Max Weber, Paris, 2004, p. 159 – 182.

(20) Cf. K. Polanyi, «Ports of Trade in Early Societies», The Journal of Economic History 23 (1963), p. 30 – 45.

(21) Morris Silver, «Modern Ancients», p. 65 – 87.

(22) Il réfute ici le raisonnement de Moses Finley dans The Ancient Economy (1973, traduction française en 1975). Alain Bresson avait déjà critiqué cet argument en arguant qu’une chose peut très bien exister sans être conceptualisée (cf. A. Bresson, «Moses Finley», in Les historiens, Paris, 2003, p. 178 – 192).

(23) Marc Van de Mieroop conclut exactement l’inverse à partir des mêmes documents (p. 61), qu’il n’a toutefois pas étudiés lui-même. Pour l’étude des prix à partir des textes astronomiques, voir P. Vargyas, A History of Babylonian Prices in the first Millennium BC. Prices of the Basic Commodities», HSAO 10, Heidelberg, 2001.

(24) Cf. G. van Driel, «Capital Formation and Investment in an Institutional Context in Ancient Mesopotamia», In J.G. Dercksen (ed.), Trade and Finance in Ancient Mesopotamia, Leiden, 1999 , p. 33, n° 21.

(25) Cf. K. Polanyi, The Great Transformation, New York, 1944.

 (26) Engelbert Theurl, «Konkurrierende Theorien der Geldentstehung : Einige Überlegungen zur Vereinbarkeit», p. 33 – 53.

(27) Cette théorie de la création monétaire, si elle s’est développée indépendamment (Ronald Coase, The Nature of the Firm, 1937), peut être classée dans une vaste théorie économique : la Nouvelle Economie Institutionnelle (néo-institutionnalisme), qui tente d’expliquer la formation et la dynamique des institutions à l’aide des coûts de transaction : les institutions sociales et économiques comme l’État sont considérés comme des mécanismes pour réduire les coûts en échange de biens et contribuer ainsi à une augmentation du bien-être.

(28) Elle dériverait d’actes symboliques comme les sacrifices aux dieux, les paiements aux prêtres et les amendes pour blessures et morts (cf. B. Laum, Heiliges Geld. Eine Historische Untersuchung über den Sakralen Ursprung des Geldes, Tübingen, 1924).

(29) Cf. Eric L. Jones, «Culture and its Relationship to Economic Change», Journal of Intitutional and Theoretical Economics 151/2 (1995), p. 269 – 285.

(30) Michael Sommer, «Die Peripherie als Zentrum: die Phöniker und der interkontinentale Fernhandel im Weltsystem der Eisenzeit», p. 233 – 244.

(31) Pour lui en effet, il faut arrêter de séparer les deux logiques, économique et institutionnelle, mais au contraire replacer au centre de tous les raisonnements les institutions, comprises comme tout ce qui réglemente et limite les sociétés humaines (cf. Douglas North et les Néo-institutionnalistes). Bien qu’il adopte un point de vue «néo-moderniste» en définissant l’économie de la Grèce ancienne comme une «économie à marché», il appelle à dépasser les concepts de «primitivisme» et de «modernisme» pour tenter d’élaborer un nouveau système économique pour la Grèce ancienne, un système contextualisé (cf. A. Bresson, La cité marchande, Bordeaux, 2000).

(32) «représentation schématique de la réalité élaborée en vue d’une démonstration» (P. Haggett, Locational Analysis in Human Geography, Londres, 1965).

(33) D’après Max Weber, «an ideal type is formed by the one-sided accentuation of one or more points of view and by the synthesis of a great many diffuse, discrete, more or less present and occasionally absent concrete individual phenomena, which are arranged according to those onesidedly emphasized viewpoints into a unified analytical construct (Gedankenbild). In its conceptual purity, this mental construct (Gedankenbild) cannot be found empirically anywhere in reality. It is a utopia.» (cf. Max Weber, «‘Objectivity’ in Social Science and Social Policy», in E. A. Shils and H. A. Finch, The Methodology of the Social Science, New York, 1904, p. 89 – 99, 110 – 112).

(34) Le modèle «centre-périphérie» est un modèle hiérarchique d’organisation spatiale, qui ressortit d’une démarche de modélisation. La métaphore géométrique du centre et de la périphérie est souvent utilisée pour décrire l’opposition entre les deux types fondamentaux de lieux dans un système spatial : celui qui le commande et en bénéficie, le centre, et ceux qui le subissent, en position périphérique. Ce couple conceptuel, créé par l’économiste et sociologue W. Sombart (Der moderne Kapitalismus, Leipzig, 1902), a été récupéré par les géographes et constitue depuis les années 1970 l’un des concepts phare de l’analyse spatiale mise en œuvre par la Nouvelle Géographie.

(35) Concernant le commerce phénicien dans l’empire assyrien, voir S. Gitin, «The Neo-Assyrian Empire and its Western Periphery : The Levant, with a Focus on Philistine Ekron», in Parpola, S. & Whiting, R.M., Assyria 1995. Proceedings of the 10th Anniversary Symposium of the Neo-Assyrian Text Corpus Project, Helsinki September 7 – 11, 1995. Helsinki, 1997, p. 77 – 103. Les cités phéniciennes de Tyr et Sidon ont également été identifiées à des ports de commerce par K. Polanyi (op. cit, note n° 20) et M.T. Larsen («The Tradition of of Empire in Mesopotamia», in Larsen, M.T. (ed.), Power and Propaganda: A Symposium on Ancient Empires, Mesopotamia 7, Copenhague, 1979, p. 85 – 100).

(36) Ce concept, créé par l’historien Fernand Braudel (La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949), désigne une portion de la planète économiquement autonome, organisée selon un modèle hiérarchique ternaire avec un centre, que Braudel identifiait avec une grande ville capitaliste dominante, une semi-périphérie intégrée et une périphérie plus ou moins lointaine et marginale. Ce «morceau de la planète économiquement autonome, capable pour l’essentiel de se suffire à lui-même et auquel ses liaisons et ses échanges intérieurs confèrent une certaine unité organique» (cf. F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe – XVIIIe siècles, Paris, 1979, p. 12) est donc d’abord un espace politique, transformé en espace économique unifié et cohérent, comprenant un centre et des périphéries plus ou moins intégrées. Cette conception sera par la suite reprise par I. Wallerstein (The Modern World System, vol. 1 : Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century, New York – Londres, 1974) qui développera cette notion en substituant à la ville-centre une construction étatique nationale militairement assez puissante et économiquement assez avancée pour imposer son hégémonie à des espaces de plus en plus lointains.

(37) Buckhard Meissner, «Über Modelle antiker Geldverkehrssysteme», p. 311 – 326.

(38) Il porte sur la population, la production de biens (notamment agricoles), la collecte des impôts et le monnayage. Partant d’une estimation de la population orientale de cinq à six millions d’habitants, dont un million en Mésopotamie, il évalue à mille ou deux mille talents l’argent en circulation en Mésopotamie.

(39) Cité par H. Bruhns, «À propos de l’histoire ancienne et de l’économie politique chez Max Weber», in Max Weber, Économie et société dans l’Antiquité, précédé de Les Causes sociales du déclin de la civilisation antique, Paris, 1998, p. 56.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *