Archives pour la catégorie Lectures / Readings

Notes de lecture : E. Payne, The Craftsmen of the Neo-Babylonian Period: A Study of the Textile and Metal Workers of the Eanna Temple, thèse de l’université de Yale non publiée, 2007

Introduction

La thèse d’Elizabeth Payne, intitulée The Craftsmen of the Neo-Babylonian Period: A Study of the Textile and Metal Workers of the Eanna Temple, est une contribution majeure pour notre compréhension de l’organisation du travail dans l’un des plus grands sanctuaires néo-babyloniens connus, l’Eanna d’Uruk. Appuyée sur de nombreuses sources inédites, cette étude examine en profondeur le fonctionnement de l’artisanat du temple à travers une prosopographie de ses acteurs, en prenant pour exemple les deux professions les mieux documentées, les travailleurs du textile et du métal. Le manuscrit de cette thèse, encore inédit, a été rendu disponible en ligne par son auteur, qui prévoit de le publier dans les années à venir, accompagné d’une édition du corpus des textes cunéiformes cités.

Elizabeth Payne a étudié l’archéologie dans les Universités de Brown et de Boston. D’abord spécialisée en Egyptologie, elle a réalisé un Master sur l’architecture religieuse paléo-babylonienne, avant de préparer son doctorat à Yale, sous la direction de Benjamin R. Foster. Par la suite, en tant que conservatrice à la Yale Babylonian Collection, elle a poursuivi ses recherches et a grandement contribué à l’inventaire des tablettes cunéiformes, et en particulier des textes néo-babyloniens d’Uruk.

Ses travaux récents se situent dans le courant historiographique actuel qui s’intéresse à l’étude des mécanismes économiques ainsi qu’aux structures sociales de la Babylonie pendant le « long VIe siècle av. J.-C. ». Elizabeth Payne a rédigé le chapitre intitulé « A dossier of wage-earning smiths in the Eanna archives » dans l’ouvrage récent de Michael Jursa sur l’économie de la Babylonie au Ier millénaire.[1] A l’intérieur de ce courant, elle s’intéresse plus particulièrement aux aspects concrets de la vie socio-économique. Ainsi, ses principaux centres d’intérêt concernent, dans le contexte du temple de l’Eanna d’Uruk, la main-d’œuvre artisanale, son statut, ses tâches, mais aussi la manière dont le temple contrôle et organise cet artisanat, et quelles sont les logiques d’enregistrement des archives.

Les travaux d’Elizabeth Payne, dans la lignée de sa thèse, portent essentiellement sur les artisanats du textile et du métal organisés par le temple[2]. Ses publications mettent souvent en valeur de nouveaux textes provenant des archives d’Uruk et demeurés jusque là inédits. Ainsi, dans son article « New evidence for the « Craftsmen’s charter », paru dans la Revue d’Assyriologie en 2008, elle publie un texte du British Museum parallèle à la célèbre « charte des artisans »[3], qui permet de mieux comprendre comment le temple de l’Eanna tente d’imposer un contrôle sur sa main d’œuvre pour empêcher les vols des matériaux précieux qu’il lui confie. Lors de son travail d’inventaire de la collection de Yale, Elizabeth Payne découvre parfois des pépites qui n’avaient pas encore attiré l’attention des chercheurs, comme un texte musical YBC 11381, publié dans les mélanges en l’honneur de Benjamin Foster[4]. A travers ses travaux concernant des cas concrets, elle révèle de nouveaux aspects du fonctionnement structurel du temple de l’Eanna.

C’est également l’approche et la méthode qu’elle a choisi d’adopter dans sa thèse de doctorat portant sur les artisans du textile et du métal dans le temple de l’Eanna d’Uruk, depuis le règne de Kandalanu (647-627 BC) jusqu’à la deuxième année du règne de Darius (520 BC). Ce travail représente plus qu’une simple prosopographie des artisans. Il contient une réflexion sur « les artisans en tant que groupe, en décrivant leur statut légal, leurs méthodes de rémunération, ainsi que les questions relatives à leur mobilité et à leur origine« [5]. Elizabeth Payne décrit précisément chaque profession spécialisée à l’intérieur de ce groupe, leur organisation hiérarchique, leurs responsabilités.

Pour réaliser son étude, l’auteur s’est appuyée sur le corpus des textes de l’Eanna mentionnant ces artisans. Sur les 8000 textes que comptent les archives d’Uruk au Ier millénaire, elle estime à 1600 les textes concernant les artisans, dont la majorité concernent le travail du textile et du métal. Les textes de son corpus sont mentionnés au fil de l’étude et repris dans les différentes rubriques de sa prosopographie. La provenance et la découverte des archives de l’Eanna sont présentées dans un premier chapitre introductif, p. 4-6, et les caractéristiques générales de l’exercice du culte à Uruk, qui expliquent l’existence de ces artisanats spécialisés sont décrites p. 6-10.

Toujours dans le premier chapitre, l’auteur mentionne les deux ouvrages principaux qui ont inspiré son travail et qui représentent des modèles de prosopographie: celui de H. M. Kümmel, Familie, Beruf und Amt im spätbabylonischen Uruk (1979) et celui de A. V. C. M. Bongenaar, The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar, 2007[6]. Elle cite également les travaux de L. Oppenheim, P. A. Beaulieu, S. Zawadzki et E. Matsushima concernant les artisans du textile et, pour ceux du métal, les études de S. Zawadzki et M. Kunert[7].

Dans ce contexte, la démarche choisie par Elizabeth Payne est la suivante: « étudier profondément une partie de la main d’œuvre du temple, en se concentrant non seulement sur les artisans et leurs professions, mais aussi sur leurs relations avec le temple et sur les méthodes de contrôle, de rémunération, et d’enregistrement écrit du temple« .[8]

Deuxième chapitre : statut de la main-d’œuvre artisanale et relations avec l’Eanna

Dans le chapitre 2, qui s’intitule « les artisans de l’Eanna », Elizabeth Payne étudie les différents statuts de la main d’œuvre, ses relations avec le temple, les méthodes de rémunération des artisans, les attributs de chacune des professions, ainsi que les relations entre elles. Enfin, elle examine les pratiques administratives du temple mises en œuvre pour contrôler les artisans.

Les travailleurs du temple comprennent des personnes libres (mār banê), et des dépendants. Les travailleurs libres se répartissent en deux groupes, les prébendiers, dont le statut social est le plus élevé, et les artisans libres rémunérés par des rations. Le second groupe est peu nombreux. Selon l’auteur, les artisans dépendants (non libres), au statut d’oblat (širku) composaient certainement la majeure partie de la main d’œuvre artisanale de l’Eanna, et leur nombre a été sous-estimé par les études précédentes[9]. En effet, les širku, ne sont pas toujours qualifiés de cet épithète dans les textes les concernant. Elizabeth Payne les identifie grâce à ses recherches prosopographiques. Les artisans dépendants sont organisés hiérarchiquement sous la direction d’un rab širki et d’un décurion (rab ešerti) de statut libre. Un seul esclave privé (qallu) est mentionné dans les archives.

Il existe des prébendes d’orfèvre (kutimmu), de joaillier (kabšarru), de laveur (ašlāku) et de tisserand (išparu), en revanche, il n’y a pas de prébende de forgeron (nappaḫ parzilli), bronzier (nappāḫ siparri), blanchisseur (pūṣāia), et tisserand de la laine colorée (išpar birmi). Ces dernières professions sont occupées par des artisans libres ou des oblats.

Elizabeth Payne étudie la rémunération des artisans. Concernant le montant des rations attribuées aux artisans libres et dépendants à Uruk, les données sont difficiles à interpréter car les paiements sont souvent partiels, dépendants des situations particulières, sans qu’un système strict à l’image de celui de Sippar n’apparaisse. L’auteur présente néanmoins les données générales disponibles dans deux tableaux (p. 23-25 et p. 26), puis les données particulières attestées pour chacune des professions du textile et du métal (p. 24-45). Lorsque ces informations sont suffisamment nombreuses, l’évolution du montant des rations semble similaire au schéma général observé par M. Jursa pour l’Eanna. Les joailliers, en particulier, reçoivent plus souvent du pain que les autres et leurs rations semblent plus importantes. Quelques forgerons, sous Nabuchodonosor II, reçoivent un salaire (idū), d’un montant supérieur aux rations, mais ce cas est rare (p. 45-54).

Toujours dans ce chapitre, un passage très intéressant concerne les lieux de travail des artisans et leur mobilité (p. 55-60). En effet, les textes décrivent rarement les conditions concrètes de travail des artisans. Or, Elizabeth Payne recense les attestations d’ateliers spécialisés pour certaines professions: les tisserands (bīt išparī, bīt miḫṣi), les orfèvres (bīt kutimmī), les joailliers (bīt lú-kab-sar-meš). Elle montre aussi l’existence d’ateliers non spécialisés (bīt dulli, bīt ummânī), et elle liste les lieux où les objets fabriqués sont stockés ou distribués (bīt dulli, bīt karê, papaḫu). Concernant les déplacements des artisans, l’auteur les classe en trois catégories: les mobilités pour se procurer des matériaux, les déplacements pour pratiquer leur art dans une autre ville, ou les fuites d’artisans, qui tentent d’échapper à leur condition.

Enfin, le dernier paragraphe de ce chapitre est également d’un intérêt majeur, car il développe le cas très particulier des artisans de statut servile, fils de zakītu. Les zakītu sont une catégorie de femmes esclaves que leur maître a libéré pour qu’elles entrent au service du temple (p. 60-62). Elizabeth Payne liste les cas d’artisans fils de zakītu et s’interroge sur l’identification de ces personnes qui oscille entre la mention du nom du père, et la qualification fils de zakītu.

Troisième chapitre : la terminologie administrative de l’Eanna

Le troisième chapitre examine la terminologie administrative employée par l’Eanna dans les textes concernant ces artisans. Ce chapitre permet de replacer ce dossier documentaire dans le contexte plus large des archives de l’Eanna. L’auteur s’interroge sur la nature de cette documentation : pourquoi elle a été écrite, de quelle manière, comment il faut interpréter les textes.

 Elizabeth Payne propose une typologie de la documentation concernant les artisans du textile et du métal en trois catégories:

  • Les textes enregistrant des remises de matériaux du temple à des artisans, contre lesquels les travailleurs devront livrer un produit fini (formule ina pāni, à la disposition de).
  • Les textes enregistrant des remises de biens sans attente d’un retour, par exemple les distributions de rations (emploi du verbe našû, emporter).
  • Les textes enregistrant les livraisons effectuées par des artisans au temple (emploi du verbe maḫāru).

            L’auteur analyse ensuite successivement un certain nombre de mots-clés qui apparaissent souvent dans les textes, en donnant des exemples :

  • ḫāṭu (poids, stock): désigne un poids de matériau, avec trois usages possibles en fonction du contexte: un paiement, une quantité de matériau mis à la disposition d’un artisan et le poids de matériau nécessaire à la fabrication d’un objet.
  • tēḫirtu (solde non utilisé): matériaux qui avaient été remis à un artisan et qui restent, après l’accomplissement d’un travail donné.
  •  gamru (travail accompli): équivalent de la formule « dullu gamru » employée à Sippar, qui identifie les quantités de matériau à déduire du stock (ḫāṭu).
  •  BE-qu (pitqu ou batqu) (fonte ou réparation) : dont l’écriture est ambigüe, lorsque l’expression apparaît pour le travail du métal on ne peut se décider entre les deux significations.

            Elizabeth Payne analyse ensuite les poids utilisés pour mesurer les quantités de métaux, et propose un tableau des attestations de ces poids dans les archives. (p. 77-82). Enfin, elle propose une réflexion sur la nature de la documentation administrative dans les archives de l’Eanna (p. 82-85). Elle rappelle que ces archives proviennent de l’administration du temple et non des artisans et note qu’il est rare que plusieurs textes documentent la même transaction, par exemple la remise de matériaux puis la livraison du produit fini. Cependant, grâce à l’exemple des textes YBC 9035 et NCBT 464, qui enregistrent la même transaction de deux points de vue, Elizabeth Payne parvient à identifier les deux objectifs poursuivis par l’administration du temple lorsqu’elle rédige ces archives: tenir le compte des matériaux et objets remis aux artisans, et identifier où les produits finis seront utilisés et par qui. Elle en déduit que le temple tenait des enregistrement séparés pour les artisans et pour les objets.

            Ainsi, ce chapitre, par une analyse des caractéristiques formelles de la documentation, permet de mieux comprendre les techniques d’enregistrement des textes par l’administration du temple et d’en saisir la logique.

Quatrième chapitre : les artisans du textile

Le quatrième chapitre de l’étude concerne les artisans du textile: les laveurs (ašlāku), les blanchisseurs (pūṣāya), et les tisserands (išparu et išpar birmi). Leur principale tâche est de fabriquer les vêtements offerts aux statues des dieux lors de cérémonies religieuses. Les textes concernant les tisserands ont la même répartition chronologique hétérogène que l’ensemble des archives de l’Eanna: ils apparaissent sous le règne de Nabopolassar, sont très nombreux à partir du milieu du règne de Nabuchodonosor II et pendant la première moitié du règne de Nabonide, puis décroissent en nombre.

Pour chacune des professions du textile, l’auteur indique le nombre de textes qui les mentionnent, propose une typologie de ces textes, liste les tâches des artisans et leurs responsabilités et examine leur organisation (seul, par deux, par équipe), et leur statut.

Ainsi, les laveurs, ašlāku, ont pour fonction de laver les vêtements avant ou après les cérémonies de l’habillement (lubuštu). Ils reçoivent et livrent des aromates ainsi que tous types de vêtements divins, parfois avec leurs sequins. Elizabeth Payne démontre, à la suite de H. Kümmel, qu’il faut clairement distinguer les laveurs (lú-túg-babbar ašlāku) des blanchisseurs (pūṣāia). Elle analyse leur calendrier de travail, corrélé aux cérémonies religieuses, et étudie les matériaux qu’ils emploient. La particularité des laveurs est qu’ils sont prébendiers. Bien que leur patronyme soit rarement mentionné, ils appartiennent à l’élite sociale. Ils travaillent souvent par deux, et sont peu nombreux: au plus quatre d’entre eux sont actifs en même temps selon les textes qui nous sont parvenus. Le seul cas de laveurs de statut servile (širku) mentionné dans la documentation s’explique probablement par la pratique du remplacement: le prébendier loue les services d’un tiers pour accomplir son obligation à sa place.

Les blanchisseurs (pūšāia), sont essentiellement chargés de la fabrication des rideaux en lin utilisés dans les chapelles des divinités (gidlû, gadalû, šiddu). Elizabeth Payne identifie un dossier de contrats de fabrication de ces rideaux, passés entre le temple et des équipes de 5 artisans. D’autres textes indiquent que les blanchisseurs fabriquent du fil et des cordons (ṭimu, guḫalṣu), qu’ils lavent (zikû) et blanchissent (peṣû) le vêtement en lin salḫu et qu’ils s’approvisionnent en matériaux, notamment en lin. Organisés en équipe, les blanchisseurs ne sont pas des prébendiers, ce sont en majorité des esclaves (širku) selon l’auteur. Ils accomplissent ainsi des corvées pour le temple (surveillance, garde des moutons, curages des canaux, travaux agricoles, etc).

Le dernier groupe englobe, selon Elizabeth Payne, les tisserands (išparu, lú-uš-bar) et les tisserands de la laine colorée (lú-uš-bar bir-mi). Cette seconde spécialité n’apparaît que tard sous le règne de Nabonide (année 25 selon PTS 3334). Même s’il n’existe pas de profession « teinturier », les artisans de la laine colorée exercent de fait cette profession car ils reçoivent des matériaux colorants. L’auteur établit la liste des teintures mentionnées dans les textes, propose des traductions de ce vocabulaire et analyse leur provenance, souvent importée, ainsi que leurs prix (p. 135-139). Les tisserands reçoivent de la laine blanche et teinte, du lin sous une forme travaillée, des teintures et mordants, et des vêtements des dieux. Ils livrent de la laine teinte et des vêtements. Elizabeth Payne analyse à part les longues listes de vêtements destinés aux cérémonies religieuses, livrés par des tisserands prébendiers, et remarque qu’elles sont semblables dans leur fonction aux textes « dullu peṣû » de Sippar. La prébende de tisserand apparaît tardivement à Uruk, ces prébendiers sont peu nombreux, et rémunérés en argent. En revanche, les tisserands de la laine colorée ne sont jamais prébendiers, ce sont probablement des oblats et ils accomplissent des corvées en plus de leur travail. L’auteur reconstitue leur organisation par équipe (p. 141-145), et note plusieurs exemples de fuite de ces artisans. Ce chapitre se termine par la prosopographie des artisans du textile (p. 153-201).

Cinquième chapitre : les artisans des métaux et pierres

Le cinquième chapitre concerne les travailleurs du métal. Quatre professions spécialisées sont identifiées par Elizabeth Payne: les orfèvres (kutimmu), les bronziers (nappāḫ sippari), les forgerons (nappāḫ parzilli) et les joailliers (kabšarru). Les deux premiers groupes sont responsables de la fabrication et de l’entretien des bijoux et de la vaisselle cultuels en métal. Les joailliers préparent les pierres précieuses qui ornent les bijoux des dieux, et sont liés au groupe des orfèvres. Seuls les forgerons ne travaillent pas pour le secteur religieux. Ces derniers sont responsables de la fabrication des outils pour les artisans, les travailleurs agricoles et les personnes chargées de l’entretien des canaux. Au total 650 textes concernent les travailleurs du métal et c’est le groupe le plus important concernant une production artisanale à Uruk. Le temple contrôle soigneusement les transferts de produits et objets précieux entre ses entrepôts et les travailleurs. Comme pour les artisans du textile, Elizabeth Payne  présente, pour chaque profession, leurs responsabilités, leur organisation, liste les artisans actifs pendant une même période (nombre, répartition chronologique), et examine leur statut.

Les orfèvres (kutimmu) ont deux tâches principales. Ils doivent fabriquer et entretenir (réparer, nettoyer) les objets cultuels en or (ce pour quoi ils reçoivent de l’or et des objets). L’auteur met en valeur la diversité des informations contenues dans les archives les concernant : la provenance de l’or, le vocabulaire de la vaisselle cultuelle, le poids des objets, les divinités concernées, les lieux de stockage. Elle remarque une évolution de l’organisation des artisans: jusqu’au règne de Nabopolassar, plusieurs familles d’orfèvres travaillent indépendamment pour le temple, et à partir de la 3ème année de règne de Nabuchodonosor II, deux hommes provenant de deux familles différentes et travaillant en équipe, prennent la responsabilité de toute la production. Selon Elizabeth Payne, cette nouvelle organisation a pour but de mieux se prémunir contre les vols. La plupart des orfèvres sont des prébendiers, et certains d’entre eux appartiennent au cercle restreint des ērib-bīti. Les autres sont oblats.

Les textes concernant les joailliers (kabšarru) présentent une répartition particulière selon l’auteur. Ces artisans reçoivent des matériaux et des outils, mais ne livrent jamais des produits finis. Les joailliers sont responsables de la taille des pierres et de la préparation des perles pour les bijoux. Ils lavent et réparent également les bijoux. Les joailliers apparaissent comme témoins dans de nombreux documents légaux, ce qui est inhabituel pour des artisans, et indique leur haut statut social. La liste des pierres qu’ils utilisent est présentée par l’auteur p. 258. Ils ne sont pas organisés en différentes équipes, mais l’un d’entre eux est responsable de tous les autres. Il est très probable qu’il existait une prébende de joaillier, même si elle n’est pas clairement attestée dans la documentation. Certains de ces travailleurs étaient cependant des oblats rémunérés par des rations.

Les forgerons du bronze (nappāḫ siparri) et du fer (nappāḫ parzilli) représentent deux groupes bien distincts, même s’ils apparaissent aussi sans spécialisation (nappāḫu). Les bronziers, reçoivent des matériaux pour fabriquer des objets en bronze, en argent ou en étain pour le culte (vaisselle et objets décoratifs), ou pour des outils. Ils doivent également les réparer. Elizabeth Payne estime qu’une douzaine de bronziers travaillent pour l’Eanna en même temps. Leur organisation n’est pas claire, mais ils peuvent avoir travaillé en équipe. Ils ne sont pas prébendiers. Ils doivent accomplir des corvées et un grand nombre d’entre eux sont oblats. Deux bronziers reçoivent un salaire (idû).

Les forgerons du fer reçoivent des matériaux et livrent essentiellement des outils en fer, qui ne sont pas destinés au culte. Ils sont organisés en deux équipes, chacune étant sous la direction d’un artisan. Les forgerons ne sont pas prébendiers, ils accomplissent des corvées pour le temple et sont rémunérés par des rations. Elizabeth Payne cite l’exemple d’une famille d’oblats forgerons et d’un forgeron ayant le statut de mār banê.

Dans ce chapitre, la prosopographie des artisans est présentée, non pas de manière globale, mais à la fin de chacune des sous-parties concernant chacune des professions.

Conclusion

La thèse d’Elizabeth Payne représente un travail synthétique et complet sur l’organisation et les tâches des deux catégories d’artisans les plus représentées dans les archives de l’Eanna, les travailleurs du métal et du textile. Elle révèle l’organisation du travail, les spécialisations des travailleurs, leur différents statuts, leur rémunérations, mais aussi les relations qu’ils entretiennent avec le temple. Elizabeth Payne replace toujours les informations analysées dans leur contexte écrit en menant dans chaque chapitre une réflexion sur les sources elles-mêmes avec un classement typologique des textes, l’étude des causes de leur rédaction et l’établissement de la nature de ces documents. La combinaison d’une analyse socio-économique et d’une réflexion sur la nature des archives, lui permet d’ancrer son analyse dans un contexte plus large et de saisir à travers l’exemple de deux professions toute une partie du fonctionnement administratif du sanctuaire.

A la lumière de la documentation de Sippar présentée par S. Zawadzki dans son ouvrage Garments of the Gods[10], deux remarques complémentaires peuvent être émises concernant les artisans du textile à Uruk. La première concerne la profession des tisserands du lin (išpar kitê), qui existe à Sippar, mais qui est absente à Uruk. Il apparaît que les blanchisseurs (pūṣāia) d’Uruk ont les mêmes tâches que les tisserands du lin de Sippar. En effet, à Sippar, les deux professions de blanchisseur et de tisserand du lin sont étroitement liées, et certains artisans possèdent les deux qualifications. De plus, le travail de blanchissage est une étape indispensable à la préparation des étoffes de lin ; elle consiste à blanchir le tissu en dissolvant la cellulose qui reste accrochée sur les fibres textiles. Nous pouvons donc supposer que les blanchisseurs (pūṣāia) d’Uruk, qui fabriquent des textiles en lin, s’approvisionnent en lin, livrent du fil de lin, lavent et blanchissent les vêtements de lin, sont les équivalents des tisserands du lin (išpar kitê) de Sippar. A Uruk, le terme de « blanchisseur », qui désignait l’étape la plus emblématique du travail du lin, était donc utilisée par métonymie pour désigner des artisans qui exerçaient également d’autres tâches, comme le tissage. Selon Elizabeth Payne, les tisserands de la laine colorée utilisent parfois du lin (c’est le cas à Sippar aussi), mais on remarque qu’ils l’emploient seulement sous une forme déjà travaillée. Comme à Sippar, on observerait donc à Uruk une claire distinction entre les spécialistes du travail de la laine et les spécialistes du travail du lin. Il est également possible que l’absence de la dénomination « tisserand du lin », à Uruk, s’explique par un usage moins développé de ce matériau à Uruk par rapport à Sippar, où les vêtements divins en lin sont plus nombreux et variés.

La seconde remarque, également inspirée par la comparaison avec l’organisation de l’artisanat textile à Sippar, concerne l’organisation des tisserands, parmi lesquels nous proposons de distinguer deux groupes. Les tisserands prébendiers (išparu) forment un premier groupe, distinct par leur statut et par leur fonction : ils préparent les vêtements remis aux divinités, qui sont enregistrés dans les listes miḫṣu peṣû (textes qu’Elizabeth Payne identifie comme un groupe à part p. 125-126), et ont un statut social supérieur. Les tisserands de la laine colorée (išpar birmi) forment un second groupe. L’ambigüité provient du fait que, à Uruk, ces tisserands sont parfois appelés simplement « išparu« , comme les tisserands prébendiers. Pourtant, leur fonction est distincte de ces derniers. Alors que les prébendiers livrent les vêtements avant les cérémonies, et s’occupent probablement du tissage et de la préparation finale des vêtements, les tisserands de la laine colorée sont spécialisés dans la teinture de la laine et la réalisation de certains habits particuliers. Ils reçoivent des matériaux bruts (laine, laine teinte, teintures, mordants, fils) et livrent des produits semi-finis ou finis (laine teinte et vêtements).

La thèse d’Elizabeth Payne apporte beaucoup de nouvelles données permettant une meilleure compréhension de l’organisation économique et sociale du temple de l’Eanna, ceci grâce à son analyse approfondie de deux groupes d’artisans dont le travail est essentiel au fonctionnement du sanctuaire. L’édition de cette thèse et des nombreux textes inédits sur lesquels elle s’appuie est donc particulièrement attendue.

[1] Dans M. Jursa (dir.), Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millennium BC. Economic geography, economic mentalities, agriculture, the use of money and the problem of economic growth, Alter Orient und Altes Testament, AOAT 337, Ugarit-Verlag, 2010, p. 688-693.

[2] E. E. Payne « The ‘Rought Draft’ of a Neo-Babylonian Accounting Document », dans Micah Ross (dir.), From the Banks of the Euphrates. Studies in Honor of Alice Louise Slotsky, Eisenbrauns, Winona Lake, Indiana, 2007, p. 181-192; E. E. Payne, « New Evidence for the « Craftsmen’s Charter », Revue d’assyriologie et d’Archéologie Orientale 120, 2008/1, p. 99-114; B. R. Foster & E. E. Payne, « Cuneiform Tablets from Mount Holyoke College », Orientalia 81/4, 2012, p. 277-317; E. E. Payne, « Accounting for Gold in a Period of Unrest », dans B. J. Collins et P. Michalowski (dirs.) Beyond Hatti. A tribute to Gary Beckman, Lockwood Press, Atlanta, 2013, p. 231-239.

[3] YNER 1, 1 ; originellement publié par Weisberg en 1967. Voir la bibliographie complète dans l’article d’E. E. Payne.

[4] E. E. Payne « A new addition to the musical corpus », dans S. C. Melville et A. L. Slotsky, Opening the Tablet Box, Near Eastern Studies in Honor of Benjamin R. Foster, Culture and History of the Ancient Near East 42, Brill, Leiden and Boston, 2010, p. 291-300.

[5] p. 1.

[6] H. M. Kümmel, 1979, Familie, Beruf und Amt im spätbabylonischen Uruk: Prosopographische Untersuchungen zu Berufsgruppen des 6. Jahrhunderts v. Chr. in Uruk. Abhandlungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 20, Mann, Berlin et A. V. C. M. Bongenaar, The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar: Its Administration and its Prosopography, PIHANS 80, Nederlands Historisch-Archeologisch Instituut te Istanbul, Leiden, 1997.

[7] A. L. Oppenheim, « The Golden Garments of the Gods », Journal of Near Eastern Studies vol.8, n°3, 1949, p. 172-193 ; S. Zawadzki Garments of the Gods. Studies on the Textile Industry and the Pantheon of Sippar according to the Texts from the Ebabbar Archive. Volume 1, Orbis Biblicus et Orientalis 218, Academic Press Fribourg, Fribourg, 2006 ; P.-A. Beaulieu, The Pantheon of Uruk During the Neo-Babylonian Period, Cuneiform Monographs 23, Leiden – Boston: Brill – Styx, 2003 ; E. Matsushima, « Divine Statues in Ancient Mesopotamia : Their Fashioning and Clothing and Their Interaction with the Society », dans E. Matsushima (dir.) Official Cult and Popular Religion in the Ancient Near EastThe City and Its Life Held at the Middle Eastern Culture Center in Japan, Mitaka, Tokyo, March 20-22, 1992, Universitätsverlag, Heidelberg, 1993, p. 207-217; E. Matsushima, « On the Material Related to the Clothing Ceremony- lubuštu in the Later Periods in Babylonia », Acta Sumerologica 16, 1994, p. 177-200 ; E. Matsushima, « Eleven Neo-Babylonian Texts Relating to the lubuštu Ceremony », dans HIH Prince Tekahito Mikasa (ed.) Essays on Ancient Anatolia and Its Surronding Civilization, Bulletin of the Middle Eastern Center in Japan vol.8, Harrassowitz, Wiesbaden, 1995, p. 235-243 ; S. Zawadzki, « Ironsmith, Bronzesmith and Goldsmith in the Neo-Babylonian Texts from Sippar: Contributions to Study on Babylonian Society in the Second half of the first Millennium BC », Die Welt des Orients. Wissenschaftliche Beiträge zur Kunde des Morgenlandes 22, p. 21-47 ; M. Kunert, An English translation of Metalurgia i Zlotnictwo w Okresie Nowobabilonskim na Podstawie Tekstów z Archiwum Swiatyni Ebabbar w Sippar (Metallurgy and Goldsmithery in the Neo-Babylonian Period, based on texts from the Archive of the Ebabbar Temple in Sippar), PhD Dissertation, Uniwersytet Szczecinski, 2005, inédit.

[8] p. 1.

[9] Dandamaev, M. A., Slavery in Babylonia, from Nabopolassar to Alexander the Great (626-331 BC). Rev. Ed. Trad. V. A. Powell, Northern Illinois University Press, DeKalb Illinois, 1984.

[10] S. Zawadzki, op. cit., 2006 et S. Zawadzki, Garments of the Gods. Texts, Volume 2, Orbis Biblicus et Orientalis 260, Fribourg University Press, Fribourg, 2013.

Concernant Louise Quillien : docteure de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, post-doctorante à l’EPHE, LabEx HASTEC.

Notes de lecture : S. Zawadzki, Neo-Babylonian Documents from Sippar pertaining to the Cult, Instytut Historii Uniwersytetu im. Adama Mickiewicza, Poznań, 2013

Introduction

Les centres d’intérêts de S. Zawadzki portent sur l’histoire du 1er millénaire avant J.-C., incluant les périodes néo-assyrienne, néo-babylonienne, achéménide et séleucide. En plus de s’être intéressé à l’étude de questions de l’histoire politique, il a consacré un nombre important d’articles aux aspects économiques de la vie du temple de l’Eanna à Uruk, mais aussi et surtout à l’étude des archives du temple de l’Ebabbar de Sippar. Il a fait l’édition d’un grand nombre de textes de l’époque néo-babylonienne et a publié plusieurs ouvrages :

  • The Fall of Assyria and Median-Babylonian Relations in light of the Nabopolassar Chronicle, Adam Mickiewicz University Press, Eburon, Poznán-Delft Poznán, 1988, une étude des causes et des circonstances de la chute de l’empire assyrien.
  • Ze studiów nad chronologią Babilonii. Koniec VII – początek V wieku przed Chr. (en polonais), Wydawnictwo Poznańskiego Towarzystwa Przyjaciół Nauk, Poznán, 1996, 1997, une étude de la chronologie babylonienne : fin du 7ème siècle – début de 5ème siècle avant J.-C. en deux volumes.
  • Garments of the Gods. Studies on the Textile Industry and the Pantheon of Sippar according to the Texts from the Ebabbar Archive. OBO 218, Fribourg 2006, un ouvrage concernant le textile fondé sur l’étude des archives de l’Ebabbar complété par un volume d’édition des textes paru en 2013 : Garments of the Gods. Vol.2 Texts, OBO 260, Fribourg 2013.
  • Neo-Babylonian Documents from Sippar pertaining to the Cult, Poznán, 2013, l’ouvrage en question, qui s’inscrit dans la lignée des études de S. Zawadzki sur les archives de Sippar.

L’ouvrage de S. Zawadzki Neo-Babylonian Documents from Sippar Pertaining to the Cult, paru en 2013 à Poznán, est un ouvrage de 334 pages contenant l’édition de 236 textes dont 125 sont relatifs à la cérémonie du šalām bīti et 111 concernent diverses pratiques religieuses et les prébendes à Sippar.

La plupart des textes sont édités pour la première fois en copies, translitérations et traductions. Ce sont des textes conservés au British Museum. Dans ce livre sont également édités 19 textes de CT 56 et 1 texte de CT 57[2], 18 textes édités à partir des copies de J. N. Strassmaier[3] et 1 texte de BRM I[4]. Parmi ces textes, S. Zawadzki en a collationné 27[5]. Dans ce livre il a rassemblé tous les textes de Sippar reliés par le sujet commun du culte à Sippar et en particulier de la cérémonie du šalām bīti. S. Zawadzki propose des commentaires linguistiques et historiques des textes, dont l’édition est précédée par une description de la cérémonie du šalām bīti. Les textes édités dans cet ouvrage couvrent une période allant du règne de Nabuchodonosor II jusqu’au règne de Darius I.

L’ouvrage de S. Zawadzki comporte trois chapitres. Le premier (p.21-43) rassemble toutes les données concernant la cérémonie du šalām bīti et essaie d’éclairer ses divers aspects à partir des textes administratifs, qui sont les seuls à apporter des renseignements. Le deuxième (p.45-177) est consacré à l’édition des textes concernant la cérémonie de šalām bīti et son organisation[6]. Le troisième chapitre (p.178-315) présente 111 textes administratifs inédits concernant divers aspects des pratiques religieuses à Sippar.

I/ La cérémonie du šalām bīti.

L’expression même de šalām bīti est interprétée par la plupart des chercheurs[7] qui suivent le CAD Š1 :202[8] comme ‘greeting of the temple’, la « salutation du temple ». A. V. C. M. Bongenaar[9] précise pourtant que « the ceremony probably was performed not to “greet” the temple, but to ensure the temple’s “well-being or well-functioning” », étant donné que le verbe šalāmu signifie ‘to stay well, to be in good condition, be intact, healthy’[10]. Etant donné la spécificité des textes disponibles, qui sont des textes de la pratique, il n’est pas encore possible de reconstruire le développement même de la cérémonie du šalām bīti. Les documents fournissent les données suivantes :

  • les dates auxquelles la cérémonie avait lieu ;
  • l’implication des dieux dans le culte ;
  • les types et les quantités des offrandes ;
  • l’organisation et la redistribution des offrandes après la cérémonie.
  1. S. Zawadzki suppose que la cérémonie du šalām bīti était une invention du 1er millénaire et que le fait qu’elle a été célébrée d ans des grandes villes telles que Babylone, Borsippa, Der, Dilbat, Sippar, Uruk et Akkad témoigne de son importance[11]. Les mentions les plus anciennes de la cérémonie remontent à la période néo-assyrienne[12], mais il ne s’agit que de deux évocations. Pour la période néo-babylonienne, après l’attestation la plus ancienne, sur un kudurru de la période de Marduk-zākir-šumi (854-819 avant J.-C., contemporain à Salmanasar III)[13], on dispose d’une documentation abondante concernant cette cérémonie en provenance des villes qui viennent d’être évoquées.

La cérémonie du šalām bīti a été étudiée auparavant par J. MacGinnis (Letter Orders from Sippar, 1995) et par A. V. C. M. Bongenaar (The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar : Its Administration and its Prosopography, 1997). L’ouvrage de S. Zawadzki donne, grâce à l’édition des documents inédits, des précisions sur les dates du déroulement de la cérémonie[14] et sur sa fréquence aussi que sur son organisation et sur l’implication de l’administration du temple dans son organisation. Selon l’interprétation de S. Zawadzki[15], la cérémonie du šalām bīti commençait pendant la dernière partie de la nuit avant le lever du soleil (elle est liée à la cérémonie de bayyātu qui se termine 40 minutes après le lever du soleil). La mention dans le texte n°90, du deuxième repas (tardinnu) qui était servi pendant la cérémonie du šalām bīti suggère que la cérémonie continuait pendant le jour. Le fait que les documents évoquent parfois un don de farine pour deux jours de suite, suggère que la cérémonie pouvait englober deux jours.

Les dates de livraison à l’Ebabbar de la farine destinée à la cérémonie du šalām bīti permettent à S. Zawadzki d’établir que les cérémonies du šalām bīti avaient lieu aux mois de[16] nisannu (i), aiāru (ii), tašrītu (vii), arahsamna (viii), kislīmu (ix) et addaru (xii). Cependant certains documents laissent penser qu’il y avait douze ou treize cérémonies annuelles[17]ce qui correspond au nombre de mois dans l’année. S. Zawadzki suggère que ces documents évoquent les cérémonies pour une divinité particulière et que donc chaque divinité avait une célébration par mois dans son sanctuaire. L’idée de S. Zawadzki diffère de la conclusion établie auparavant par A. V. C. M. Bongenaar[18], selon ce dernier il y avait, en effet, treize cérémonies par an (au moins pour Šamaš), mais ces cérémonies n’avaient lieu qu’aux mois évoqués, car aucune cérémonie n’est attestée pour les mois vi, ix, x et xi. De plus, toujours selon A. V. C. M. Bongenaar, les cérémonies pour Šamaš et pour les autres divinités (Šarrat-Sippar, Gula, Anunnītu) n’ont pas eu lieu aux mêmes jours.

  • S. Zawadzki arrive à la conclusion que des offrandes en céréales et en bétail ont été servies pendant les mêmes cérémonies. Pourtant les documents concernant des offrandes en animaux pour la cérémonie du šalām bīti sont très peu nombreux. Quand il en est question, il s’agit plutôt des bœufs, seuls deux documents évoquent des moutons dans le contexte du šalām bīti.

La livraison d’orge, produit essentiel pour la production de la farine et de la bière, est présentée en tant que loyer (sūtu) des fermiers. Donc cette matière première destinée à la cérémonie du šalām bīti pouvait être livrée directement par les rab sūtu qui étaient en charge de la location des terres du temple.S. Zawadzki estime le montant de l’orge pour chaque cérémonie du šalām bīti à 21 kurru 1 sūtu 6 (3792 litres)[19]. Dans les textes sont présentées les catégories de farine suivantes :

  1. qēm bitqu (en petites quantités) = « farine de bonne qualité de la farine » (CAD B : 278)
  2. qēm halhallu (plus rarement) = « farine ? » (CAD H : 41)
  3. qēm sadru (plus souvent, en plus grandes quantités) = « farine de qualité standard » (CAD S : 19).

D’habitude, la farine est livrée depuis le bīt kīli, la « prison », au bīt karê ou plus rarement au bīt makkūri, l’« entrepôt »[20]. S. Zawadzki traduit le bīt karê comme ‘harbour storehouse’ (« l’entrepôt du quai ») et suppose que le transport fluvial était préféré, mais c’est une conclusion erronée car il confond deux termes karû (sum. gur7, ‘grain-store’, « entrepôt aux céréales ») et kāru (sum. kar, ‘quay, port’, « port »)[21]. Il s’agissait, dans le cas du bīt karê, d’« entrepôt à céréales »[22].

 En ce qui concerne le bīt kīli en tant qu’endroit de production de la farine, même si le broyage de l’orge destiné aux offrandes a été une des principales tâches des prisonniers[23] et même si apparemment une prison du temple existait à Sippar jusqu’au soulèvement de 484 avant J.-C., la documentation montre que le bīt kīli n’est pas le seul endroit de provenance de la farine. La documentation éditée par S. Zawadzki montre qu’à Sippar les prisonniers étaient peu impliqués dans le broyage de l’orge en farine. Les groupes professionnels suivants apparaissent en tant que fournisseurs de la farine :

arad ekalli ‘serviteur du palais’

aškāpē ‘travailleur du cuir’

atû ‘portier’

išpar birme ‘tisserand de la laine colorée’

išpar kitê ‘tisserand de lin’

mukabbu, ‘cantonnier’

naggārē ‘charpentier’

nappāh parzilli ‘ferronnier’

nappāh siparri ‘travailleur de bronze’

rab bānî ‘jardinier’

rab bīt kīli ‘chef de prison’

rab bīt sisê ‘chef de l’étable’

rab sikkati ‘serrurier’

(ṣābē) ša dulli ‘travailleurs’

ša kurummati šarri ‘personne recevant la ration du roi’

(ša) bīt alpi ‘responsable de l’étable’

(ša) bīt immeri ‘responsable de hangar des moutons’

(ša) bīt issiiri ‘responsable de poulailler’

ša bīt qašti ‘responsable de bīt qašti

(ša) bīt qīpi ‘responsable de la résidence du roi’

ušandû ‘oiseler’

En montrant que les représentants de ces professions s’occupaient de l’approvisionnement en farine à l’Ebabbar, S. Zawadzki arrive à la conclusion que l’appartenance d’une personne à un groupe professionnel comme celui des tisserands, forgerons, charpentiers etc. ne garantissait pas que les obligations de cette personne étaient restreintes à des activités strictement professionnelles. S. Zawadzki compare cette situation avec celle de Borsippa, étudiée par C. Waerzeggers[24], où une certaine quantité de farine est produite par des meuniers qui appartiennent à une classe sociale très basse. Cela ressort des contrats entre les meuniers et les boulangers, les meuniers étant payés pour leur travail. A Sippar la situation est différente : les personnes qui livrent la farine appartiennent au personnel du temple de l’Ebabbar, ce sont même parfois des qīpu. Donc même les personnes ayant le rang le plus élevé n’étaient pas exemptes des obligations de meunier. A Sippar, aucun contrat de meunier n’a été retrouvé. S. Zawadzki suppose que le fait de moudre l’orge était une obligation pour laquelle aucun payement supplémentaire n’était établi. Par contre, il suppose que seules les personnes qui étaient à ce moment libres d’exercice de leurs propres professions étaient obligées de moudre. Il est remarquable que les personnes ayant un statut social plus élevés meulaient plus que les professions les plus basses. Le montant de la farine pour une livraison pouvait varier entre 60 (litres) jusqu’à deux kurru (360 litres)[25].

Pour mieux comprendre la cérémonie du šalām bīti à Sippar, elle est comparée à celle d’Uruk. S. Zawadzki se réfère à l’article de F. Joannès[26]. Dans cet article F. Joannès édite le texte HE 145, l’inventaire du mobilier sacré de l’Eanna d’Uruk, et réalise une comparaison avec les textes YOS VI 62, 189, 192 et YOS VII 185, tous évoquant la cérémonie du šalām bīti. Ces textes représentent des listes d’ustensiles pour la cérémonie du šalām bīti. La variété et la richesse de la vaisselle est remarquable. Toutes les pièces sont fabriquées en métaux précieux (or, argent, pierres précieuses). Certaines des pièces de vaisselle sont caractérisées en tant que « vaisselles pour la cérémonie šalām bīti » ce qui veut dire qu’elles étaient soit prévues pour cette cérémonie soit utilisées pour la première fois lors de la cérémonie et donc fabriquée exprès. La mention de harpes dans certains textes permet de supposer que le rite était accompagné de musique et de chants. L’importance de la cérémonie est confirmée par la liste des personnes mentionnées dans YOS XIX 266, une liste d’équipement pris et retourné à bīt urinni, litt. « maison de l’étendard », trésorerie de l’établissement cultuel où l’on entreposait le mobilier sacré. Ce sont les représentants de la haute administration du temple. Le roi lui-même était l’un des pourvoyeurs d’offrandes en nourriture, ce qui est démontré par la présence d’un mušākil alpē ša šarri (fournisseur de bœufs du roi). La cérémonie du šalām bīti était précédée par la cérémonie de la purification (nettoyage du temple), un rituel de purification. Tout cela montre que la cérémonie était d’une grande importance dans le calendrier cultuel du temple de l’Eanna d’Uruk. S. Zawadzki fait la même conclusion pour la cérémonie à Sippar qui avait lieu avant et pendant l’akītu, la fête du Nouvel An.

II/ Les éditions des textes.

Dans la partie édition des textes où sont éditées 236 tablettes, sont d’abord présentés les 24 documents qui représentent des tables de livraison. Ils sont composés de l’en-tête

qēm bitqu ša ana šalām bīti ša itiX ūmi X šanat X ina bīt karê mašhu

« La farine bitqu pour la cérémonie de šalām bīti du (date) a été mesurée dans l’entrepôt »

et d’une section opératoire : colonne gauche indique la quantité de la farine ; colonne droite énumère les titres ou les noms des fournisseurs.

D’autres documents sont rangés par date de la cérémonie[27] en commençant par celles du mois de nisannu (i).

Le troisième chapitre présente 111 textes administratifs inédits concernant divers aspects des pratiques religieuses à Sippar. Les textes de cette partie peuvent être distingués par les produits fournis : la farine, l’orge, les dattes, l’huile, le sésame et l’argent. Ensuite viennent les textes concernant les prébendiers (brasseurs et boulangers), surtout les revenus-maššartu des prébendiers.

Les textes édités par S. Zawadzki dans ce livre montrent les aspects concrets du culte et complètent les données sur l’Ebabbar de Sippar fournies par A.V.C.M. Bongenaar dans son ouvrage The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar : Its Administration and its Prosopography[28]. Un des aspects nouveaux méritant d’être mentionné est l’évocation dans ces textes du dieu Anu : de petits sanctuaires dédiés à son culte avaient leurs propres prébendiers[29] (brasseurs dans le texte n° 170). Même s’il n’occupait pas une position centrale dans le panthéon de Sippar, son culte, comme le remarque S. Zawadzki[30], était plus populaire qu’on ne le pensait.

L’édition des textes est suivie par des index : des textes, des noms propres, des titres et professions, des noms géographiques, des noms des dieux et par un glossaire, qui sont des outils très utiles. Le livre est clair, les index permettent de se retrouver dans les textes. S. Zawadzki rassemble et édite de nouveaux documents concernant le culte à Sippar. Même si ces textes ne permettent toujours pas de répondre à la question de ce qu’était concrètement la cérémonie du šalām bīti, ils permettent de connaître de nouveaux aspects de la cérémonie.

[1] Ce compte-rendu a été présenté dans le cadre de la Troisième journée d’étude Historiographie et Économie néo-babyloniennes, le jeudi 21 avril 2016 à Nanterre.

[2] T.G. Pinches, Cuneiform texts from Babylonian tablets in the British Museum. Pt. 56, Neo-Babylonian and Achaemenid economic texts, London, 1984. T.G. Pinches, Cuneiform texts from Babylonian tablets in the British Museum. Pt. 57, Neo-Babylonian and Achaemenid economic texts, London, 1982.

[3] J. N. Strassmaier, Inschriften von Cambyses, König von Babylon (529-521 v.Chr.), Leipzig, 1890 ; Inschriften von Cyrus, König von Babylon (538-529 v.Chr.), Leipzig , 1890 ; Inschriften von Darius, König von Babylon (521-485 v.Chr.), Leipzig, 1897 ; Inschriften von Nabonidus, König von Babylon (555-538 v.Chr.), Leipzig, 1889.

[4] Babylonian Records in the Library of J. Pierpont Morgan: Clay, A.T., Babylonian business transactions of the first millennium B.C., New York,1912.

[5] Nbn 767, Nbn 890, Nbn 641, Nbn 951, Cyr 229, Dar 538, Dar. 277, Dar 281, Dar 4, Dar 200, Dar 160, CT 56 116, CT 56 757, CT 56 194, CT 56 95, CT 56 93, CT 56 92, CT 56 415, CT 56 414, CT 56 622, BM 75789 = Str. I I 195/3, BM 63898 = Bertin 1591, BM 64132 = Bertin 1746, BM 74578 = Bertin 1974, BM 64047 = Bertin 1896, BM 64125 = Bertin 2941, BM 75548 = Str. 165/3.

[6] Pour quelques textes dont l’édition est prévue par Radosław Tarasewicz, sont fournis des résumés : BM 65545 et BM 65647 + BM 67588, BM 65160.

[7] Notamment, A. Ungnad, Neubabylonische Rechts- und Verwaltungsurkunden – Beiheft zu Band I: Glossar. Leipzig 1937 : 22, 79 ; J. MacGinnis, Letter Orders from Sippar, Poznán, 1995 : 155-156 ; A. V. C. M. Bongenaar, The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar : Its Administration and its Prosopography, Leiden, 1997 : 120-121. Pour les détails voir S. Zawadzki, Neo-Babylonian Documents from Sippar pertaining to the Cult, Poznán, 2013 : 24, n.21).

[8] CAD Š1 : 202 ‘a cultic ceremony’, lit. ‘greeting of the temple’.

[9] A. V. C. M. Bongenaar, op.cit. : 120, n.130.

[10] M. J. H. Linssen dans son ouvrage 2004 The Cults o f Uruk and Babylon: The Temple Ritual Texts as Evidencefor Hellenistic Cult Practices, CM 25, Leiden-Boston, 2004, est d’accord avec ce point de vue.

[11] S. Zawadzki, Neo-Babylonian Documents from Sippar pertaining to the Cult, Poznán, 2013: 21-22.

[12] G. Van Driel, The Cult of Assur, Assen, 1969 : 168 et ABL 437 (= LAS I 280, SAA 10 352 :18).

[13] F. Thureau-Dangin, « Un acte de donation de Marduk-zakir-sumi », RA 16, 1919: 117-156.

[14] S. Zawadzki, op.cit. : 26-28.

[15] S. Zawadzki, op.cit. : 24-25.

[16] Mais ce sont juste les mois pour lesquels il y avait une livraison de farine pour les cérémonies, il est donc probable que pour d’autres la farine n’était juste pas livrée ou que les documents manquent.

[17] S. Zawadzki, op.cit. : 29-30. Il s’agit du texte n°103 (BM 62462) et des textes Cam 178, Dar 30, BM 74504, BM 72761 et BM 63824.

[18] A. V. C. M. Bongenaar, op.cit. : 120. Pour la reconstruction du calendrier des cérémonies de šalām bīti à Sippar par A. V. C. M. Bongenaar op.cit : 121.

[19] S. Zawadzki, op.cit. : 33.

[20] CAD M1 : 137.

[21] Le terme bīt kāre est indiqué dans l’index p.330, tandis que dans les textes apparaît l’idéogramme é. gur7.meš, donc bīt karê.

[22] CAD K : 228.

[23] Selon A.V.C.M. Bongenaar, op.cit : 119, le manque de travailleurs en prison faisait travailler le personnel du temple. Dans ces cas la farine n’était pas livrée à Ebabbar (formule normale pour livraison = ana é.babbar.ra ittadin) mais dans les entrepôts (ina é.gur7.meš iddinu).

[24] C. Waerzeggers, The Ezida Temple of Borsippa: Priesthood, Cult, Archives. Achaemenid History XV. Leiden. 2010: 197-249.

[25] S. Zawadzki, op.cit. : 40.

[26] F. Joannès, « Un inventaire de mobilier sacré d’époque néo-babylonienne », RA 75 (1981) : 143-150.

[27] La date au début texte était la date à laquelle la cérémonie avait lieu, cette date ne correspondait pas toujours avec la date de la rédaction du texte.

[28] A.V.C.M. Bongenaar, op.cit.

[29] Textes nn° 119 (texte très cassé), 149 (bīt Anu) ; 170 (livraison d’orge pour le sanctuaire d’Anu); 175 (livraison d’orge aux prébendiers brasseurs, notamment pour le sanctuaire d’Anu) ; 190, 200 (les dattes pour le sanctuaire d’Anu).

[30] S. Zawadzki, op.cit. : 10.

Concernant Olga Popova : doctorante à l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, ArScAn – HAROC

Notes de lecture : A. Ragen, The neo-Babylonian širku : A Social History, thèse de l’université d’Harvard non publiée, 2006.

Introduction

            Les travaux exclusivement consacrés aux širkû dans l’historiographie de la Mésopotamie du premier millénaire avant notre ère sont peu nombreux : le volume de Raymond Philip Dougherty dans la collection Yale Oriental Series Researches date de 1923[1], et constitue une première tentative de définition du statut de širku à partir des tablettes de la collection de l’Université de Yale. Muhammad Dandamaev, dans son ouvrage Slavery in Babylonia dont la traduction en anglais date de 1984, consacre une centaine de pages à ce qu’il définit comme l’esclavage du temple[2].

                La thèse d’Asher A. Ragen, soutenue en 2007 et disponible en accès limité dans sa version tapuscrite sur Internet, constitue donc la première synthèse d’envergure sur la documentation où l’on retrouve des širkû. Depuis, en dehors de l’article de Kristin Kleber de 2011, résultant de sa participation à un colloque de 2010 à l’Oriental Institue de Chicago consacré à l’esclavage dans les sociétés proche-orientales[3], il n’y a pas eu d’autres travaux majeurs se concentrant sur les širkû. Cette thèse se retrouve parfois mentionnée dans les travaux d’histoire économique et sociale de la Mésopotamie du premier millénaire, mais est la plupart du temps peu commentée. Le fait que cette thèse n’ait pas été éditée est sans doute la raison principale de cette absence de diffusion des réflexions d’A. A. Ragen concernant le statut de širku.

                Peu d’informations sont disponibles sur le parcours d’Asher A. Ragen, qui n’a visiblement pas, après sa thèse, continué dans le milieu universitaire anglo-saxon. Après un Bachelor of Arts en histoire du Proche-Orient antique obtenu à l’Université Hebraïque de Jérusalem, il a obtenu son doctorat à l’Université d’Harvard en 2007, sous la direction de Paul-Alain Beaulieu. Il n’a publié aucun autre article ou ouvrage.

Le statut de širku et son historiographie

                Le mot širku, dans son étymologie akkadienne, est constitué à partir de la racine Š / R / K, et le verbe akkadien šarâku signifie « présenter, donner en cadeau ». On retrouve le mot širku pour désigner un homme, širkatu pour une femme et širkûtu pour le statut en question. Les personnes définies ainsi se retrouvent très majoritairement dans les documents issus des archives des temples de l’Eanna d’Uruk et de l’Ebabbar de Sippar aux périodes néo-babylonienne et achéménide (539 – 330 avant Jésus-Christ), et désignent des travailleurs sous la responsabilité de ces temples. Ce terme de širku étant retrouvé à très peu d’occasions en dehors de ces périodes et de ces archives, le statut de širkutu se limiterait ainsi à cette documentation (la période hellénistique, où l’on retrouve aussi des mentions de širkû, n’est toutefois pas traitée par A. Ragen). On trouve aussi l’utilisation du mot zakû (masculin) ou zakîtu (féminin) pour désigner les širkû, notamment dans les cas d’affranchissement d’esclave privé dédié ensuite à un temple ; ils sont « libérés » de leur maître ou maîtresse (en général à la mort de celui ou celle-ci) pour ensuite rejoindre les širkû du temple.

                Ce terme de širku a, dans l’historiographie de notre période, toujours constitué un casse-tête que l’ouvrage de R. Dougherty, puis les réflexions de M. Dandamaev symbolisent lorsqu’il s’agit d’en donner une définition précise. Pour R. Dougherty, l’attachement des širkû à une divinité (širku ša Bêl, ša Ištar, ša Šamaš, etc…) en ferait des membres du personnel du temple, avec un statut social inférieur,  des activités cultuelles non identifiables, et disposant d’une vie domestique, pouvant se marier, travailler pour le compte du temple dans diverses activités, etc… R. Dougherty s’est concentré sur la documentation de l’Eanna, la plus directement disponible pour lui en 1923, surtout en ayant travaillé à l’édition des tablettes de Yale, ce qui laisse de côté, à son insu, beaucoup d’aspects du širkûtu.

  1. Dandamaev, dans Slavery in Babylonia, a produit un catalogue des sources et une classification de celles-ci pour les différents statuts socio-économiques assimilables selon lui à de l’esclavage. La majeure partie de son travail fut consacrée à l’esclavage privé, à partir des archives privées babyloniennes de cette période. M. Dandamaev ne distingue pas fondamentalement l’esclavage privé de ce qu’il nomme « l’esclavage du temple », et de manière plus brève, organise son étude de ce type d’esclave selon certains aspects qu’il juge intéressants : le marquage des esclaves du temple, l’usage de chaînes, les fuites d’esclaves, leurs rations, etc… Aspects que l’on retrouve déjà dans son chapitre consacré à l’esclavage privé, mais qui étaient alors beaucoup plus développés.

                Le širku se distingue de l’esclave privé parce que son maître, au lieu d’être un individu, est une institution. Mais l’usage que fait cette institution du širku ne se distingue pas vraiment de ce qu’en aurait fait un maître privé : M. Dandamaev s’éloigne de R. Dougherty en disant qu’on ne trouve que peu d’éléments faisant des širkû des acteurs des rites des temples, et le širku peut aussi bien être artisan, travailleur agricole, agent d’activités commerciales comme l’esclave privé, le qallu. Le terme de širku, comme le terme de qallu, recouvre ainsi des réalités socio-économiques différentes, et M. Dandamaev tente dans ses conclusions de les relier avec les compréhensions juridiques de ces termes.

                La brièveté de l’étude de M. Dandamaev consacrée à l’esclavage du temple semble être due à un problème d’accès à des sources qui aurait pu l’amener à reconsidérer cette assimilation entre esclave privé et esclavage institutionnel : la majorité des textes qu’il commente sont là encore des textes de l’Eanna, et la documentation de l’Ebabbar n’est que peu présente.

                En introduction de sa thèse, A. A. Ragen reprend ces éléments d’historiographie et se distingue des approches de R. Dougherty et M. Dandamaev. Au moment où il travaille sur sa thèse, A. A. Ragen a accès à beaucoup plus de sources que les deux chercheurs précédents, et cela justifie une synthèse entièrement consacrée au statut de širkûtu, séparé de l’esclavage privé et en incorporant à son travail la documentation de l’Ebabbar. Il refuse de traduire le terme de širku, et abandonne ainsi le choix de M. Dandamev pour « esclave du temple », ou « oblat », que l’on peut trouver dans l’historiographie française, ou « devotee » parfois retrouvé en anglais. Ce choix symbolise cette distanciation d’A. A. Ragen des travaux précédents de R. Dougherty et M. Dandamaev. A. A. Ragen veut conserver dans son étude la diversité des situations dans lesquelles on retrouve les širkû dans les archives du temple, et ainsi la polysémie du terme širku. Mais son but final est bien de créer un modèle de compréhension du širkutu, ainsi qu’il le dit en introduction :

                « This study aims at creating a framework in which individual documents relating to širku can be explained. Future studies should attempt to incorporate material on širku from other periods and locations into this model. » (p. 6)

  1. Ragen aborde donc son étude avec l’ambition d’une définition du širku. Pour cela, il construit sa thèse en six chapitres. Le premier est consacré à l’apparition du širku dans la documentation au premier millénaire, et tente d’expliquer les origines de ce statut personnel particulier. Les deuxième et troisième chapitres présentent les documentations de l’Eanna, puis de l’Ebabbar. Enfin, A. Ragen étudie ce qu’il perçoit comme les deux aspects fondamentaux du širkutu: les aspects juridiques (quatrième chapitre), puis les aspects symboliques, religieux du širkutu (cinquième chapitre). Le sixième et dernier chapitre se concentre sur les širkatu, avec un titre évocateur : « Homemakers and Prostitutes – The Varied Life of the širkatu », soit en français « Femmes au foyer et Prostituées, l’existence éclectique de la širkatu », chapitre qui présente la vie domestique des širkû et aborde la question controversée de la prostitution sacrée au sein des temples mésopotamiens.

                En contraste avec ce plan, A. Ragen énonce en introduction qu’il faut essayer de comprendre le statut de širku sur trois plans : économique, juridique et symbolique. Les trois premiers chapitres constituent ainsi l’étude de l’aspect économique des širkû, le quatrième l’aspect juridique, le cinquième l’aspect symbolico-religieux ; le dernier, quant à lui, mélange un peu tout en même temps. La problématique générale de l’ouvrage est peu claire et jamais véritablement énoncée, au-delà de ce que A. Ragen conçoit comme une étude générale de la vie des širkû et de leur statut au sein des temples. A. Ragen énonce dès son introduction qu’il conçoit les širkû non comme des esclaves, qui impliquerait selon lui une absence totale de « liberté » ce qui rejoindrait l’existence des esclaves privés, mais comme des personnes libres avec une relation particulière au temple :

                « Perhaps the most significant insight provided by our study is that the relationship between širku and temple was not one of ownership, but of citizenship. The oblications of širku towards the temple were constructed as tax obligations. They are referred to as ilku obligations, and usually involved recruitement for labor in a work group supervised by a rab širki official. But like all taxation, this was an onerous yet limited obligation. Outside of it širku operated in relative freedom. » (p. 4)

            Le statut de širku est compris ainsi dès le début de son travail par A. Ragen, et ceci constitue son hypothèse qu’il essaie de démontrer tout le long de son propos. Le premier chapitre concernant l’apparition du statut de širku constitue une première approche pour cette démonstration.

Premier chapitre : histoire du statut de širku

                Pour ce faire, A. Ragen présente les attestations du terme širku avant la période néo-babylonienne. Elles sont à vrai dire peu nombreuses. On trouve une attestation du terme dans la liste lexicale sumérienne « sig7.alan = nabnitu » éditée dans MSL XVI qui daterait du deuxième millénaire, sous la forme suivante : ìr.sag.rig7 = ši-ir-ku, géme.sag.rig7 = šar-rak-tu. Les déterminatifs ìr et géme donneraient un sens de servitude à ces mots, mais il est difficile de déterminer à quel contexte ceux-ci font référence. Il s’agit en tout cas de la plus ancienne attestation du terme de širku au masculin et au féminin. A. Ragen en conclut qu’il existerait dès le deuxième millénaire une population servile désignée comme širku.

                Les exemples les plus intéressants d’attestation de ce terme se retrouvent dans des textes néo-assyriens. On a ainsi deux lettres, ND 2717 (Saggs 2001), ABL 1214 (AOAT 5/2), où l’on mentionne des širkû de Bêl dans le premier cas, d’Išum dans le second. La première lettre est adressée à Tiglath-phalazar III après l’accession au trône de Babylone de Mukîn-zêri en 732, où il est dit que ce dernier aurait demandé aux Babyloniens de se rebeller, et que seuls les širkû de Bêl l’aurait suivi, contrairement aux mâr Bâbili. La seconde date de 669, où un officier assyrien écrit à Esarhaddon et décrit la situation de la crue de l’Euphrate à Borsippa, en demandant des instructions au roi ; il mentionne ainsi la présence de širkû d’Išum capables d’aider aux travaux hydrologiques. Ces deux mentions attesteraient selon A. Ragen de l’existence du širkutu comme statut bien établi en Babylonie, et d’un lien alors fort avec le pouvoir royal, soit babylonien, soit assyrien.

                Au-delà des quelques mentions du terme širku, l’émergence de ce statut pour A. Ragen et son lien avec les temples se situent avant tout dans la prise progressive d’autonomie des temples comme institution, en opposition au pouvoir royal. A. Ragen présente ainsi (p. 22 – 45) quelques textes néo-assyriens puis néo-babyloniens où le pouvoir royal accorde des exemptions fiscales et des donations de terres et de prisonniers de guerre aux temples. Pour lui, cela constitue, de la fin du second millénaire à la moitié du premier, une autonomie laissée par les rois à certains temples. Les donations de prisonniers de guerre comme main-d’œuvre aux temples pourraient ainsi former l’origine des širkû dépendants des temples, avec une évolution de leurs activités et de leur statut qui n’est pas perceptible avant les archives des époques néo-babylonienne et achéménide. Les exemptions de l’ilku envers la royauté accordées au personnel de certains temples se transmettraient ainsi aux širkû, comme cela se verrait dans une inscription de Nabonide, YOS 1 045. Nabonide consacre sa fille comme prêtresse-entu au dieu Sîn d’Ur, et accorde au personnel du temple une exemption de la corvée-ilku. Dès lors, les širkû ne doivent pas leur service à la royauté, mais directement au temple.

                A partir de ce type d’exemption et de la terminologie utilisée dans ces textes, A. Ragen voit un parallèle direct avec les documents d’affranchissement et de donation au temple d’esclave privé, récemment étudiés par Cornelia Wunsch et Rachel Magdalene[4]. Pour lui, le phénomène est similaire : il s’agit d’une expression de dévotion exprimée envers la divinité, par l’intermédiaire du temple. Que ce soit du roi au temple, ou d’un particulier au temple, il n’y a qu’une différence de quantité, entre plusieurs milliers de prisonniers de guerre (selon les inscriptions royales) ou quelques esclaves dédiés au temple lorsque leur maître décédera. La question d’un rapport de force entre le roi et un temple précis, selon le contexte historique dans lequel un document est écrit, ou celle du droit de la famille dans le cas de l’affranchissement et donation au temple, ne sont pas abordées par A. Ragen. C’est néanmoins selon lui ce phénomène d’accumulation d’exemptions fiscales et de donations de main d’œuvre qui explique l’apparition du širkutu au sein des temples babyloniens, et cela assurerait son hypothèse selon laquelle les širkû sont avant tout des individus avec une relation d’ordre fiscal avec les temples.

Deuxième et troisième chapitres : les širkû de l’Eanna d’Uruk et de l’Ebabbar de Sippar

                Après cette présentation de l’apparition du statut de širku dans la société babylonienne, A. Ragen présente les archives de l’Eanna puis de l’Ebabbar, ce qui forme les deuxième et troisième chapitres de sa thèse. Les deux archives sont de nature sensiblement différente, ce qui peut influencer notre perception des širkû dans ces deux temples. A. Ragen fait le choix de les aborder séparément.

                L’archive de l’Eanna est assez diverse : on y trouve des lettres, des rapports de procès, des textes économiques liés aux activités agricoles ou d’artisanat, etc… Tandis que celle de l’Ebabbar, bien que plus large, est avant tout constituée de documents d’ordre administratif : listes de rations, ordres de livraisons, reçus. Le propos de A. Ragen pour ces deux parties se constitue autour des différentes activités économiques des širkû telles qu’on peut les percevoir dans ces deux archives. Ainsi pour l’Eanna, A. Ragen présente les širkû artisans, puis les širkû accomplissant la corvée et leur gestion par le rab širki, les širkû éleveurs, ceux ayant un rôle militaire, et enfin les širkû accomplissant des tâches agricoles. Cela montre la diversité des activités de ces personnes, pratiquement tous des hommes, et comment le temple gère cette main-d’œuvre.

                Notons d’emblée qu’il n’y a quasiment aucun document démontrant l’existence d’un travail artisanal indépendant de širku en ce qui concerne l’archive de l’Eanna : tous les documents qu’utilisent A. Ragen démontrent un travail réalisé pour le temple. De plus, il n’est pas toujours précisé dans les documents que les artisans, les bâtisseurs et autres travailleurs spécialisés sont des širkû, et A. Ragen ne fait pas de travail d’ordre prosopographique pour déterminer si ces artisans sont des širkû, ce qui semble pourtant être le cas si on suit les travaux d’Elizabeth Payne[5].

  1. Ragen s’attache ensuite à la présentation du rab širki comme gestionnaire de la main-d’œuvre. Il présente la liste des différents rab širki identifiables dans l’archive de l’Eanna (p. 71 – 72). Il peut s’agir d’un širku lui-même, mais ce ne serait pas systématique. Il ne s’agirait pas non plus d’un contre-maître, mais plutôt d’une sorte d’administrateur chargé par le temple de distribuer les rations alimentaires, de compter les širkû malades ou enfuis, pouvant servir de garant pour les širkû ayant accompli des délits et livrant les matières premières nécessaires aux différents travaux. On trouve surtout ces rab širki dans des documents concernant des travaux commissionnés par la royauté, qui a ainsi besoin de main-d’œuvre et en demande aux temples. Ainsi durant la construction de palais Nord de Nabuchodonosor, on retrouve des širkû de l’Eanna, dans le texte UCP 9/2 024 (p. 75 – 79). Il s’agit d’une demande par les širkû, avec divers officiers, envers l’Eanna pour la nomination d’un nouveau rab širki, demande qui est acceptée par le temple. A. Ragen présente ainsi de nombreux documents où des širkû sont envoyés en dehors d’Uruk pour accomplir des travaux sur des bâtiments ou des canaux. Dans ces différents cas, l’Eanna répond à des demandes du pouvoir royal.

                Les mêmes questions se posent concernant l’archive de l’Ebabbar : existe-t-il un travail artisanal de la part de širkû qui soit indépendant des besoins du temple ? Quelle relation entre le temple et la royauté est-elle exprimée par l’envoi de main-d’œuvre pour des travaux spécifiques, constituée de nombreux širkû ? Difficile de répondre à ces questions, car la documentation présentée par A. Ragen dit peu de choses concernant la première interrogation, et semble avant tout montrer des temples « aux ordres » de la royauté lorsque celle-ci a besoin de beaucoup de travailleurs. La documentation de l’Ebabbar est constituée de nombreuses listes de rations, où sont allouées des quantités d’orge et de dattes à différents types de travailleurs.

                On retrouve ainsi parmi les artisans de l’Ebabbar, dont la plupart serait des širkû même si là encore cela n’est pas forcément mentionné, des artisans du textile, de métaux, de peaux. A. Ragen présente l’argument selon lequel les artisans-širkû de métaux seraient plutôt ceux de « l’ordinaire », traitant le fer, tandis que les objets en bronze et en or, qui seraient liés au culte, seraient travaillés par des artisans non-širkû. A. Ragen est plutôt d’avis que les autorités du temple essaient d’empêcher les širkû de travailler sur des objets du culte, pourtant on voit des artisans-širkû travailler du bronze, voire de l’or (ainsi Iqûpu dans BM 75508), le déficit d’artisans qualifiés expliquant peut-être qu’il faille mettre de côté par moments l’exclusion des širkû du travail d’objets du culte.

                Surtout, des documents de l’Ebabbar montrent que des artisans-širkû de l’Ebabbar ou d’autres travailleurs-širkû reçoivent un paiement, en général en nature, nommé iškaru. Pour A. Ragen, ce paiement annuel sert pour des tâches spécifiques. Le reste du temps du travailleur serait laissé à son propre bénéfice, ce qui serait la preuve d’un travail indépendant de širkû.

                Concernant la question du travail des širkû pour des travaux commissionnés par le pouvoir royal, la documentation de l’Ebabbar est ici très riche (245 – 281), à travers la main-d’œuvre gérée par le qîpu. On retrouve ici des rab širki chargés de la gestion de ces travailleurs, notamment lorsqu’ils sont envoyés loin de Sippar. Ainsi, on peut voir des équipes de travailleurs-širkû envoyés en Elam (CT 56 193, Dar 293), à Lahiru (CT 56 772), ou peut-être pour la construction du palais Nord de Babylone (CT 26 288). Les listes de rations, ainsi que les listes d’inspection, permettent d’avoir une idée sur la composition de ces équipes de travailleurs, et la diversité des activités de ceux qui les composent. Ainsi un širku comme Itti-makû-ili (p. 265 – 273), entre l’an 13 de Nabonide et l’an 4 de Cyrus, peut faire différentes activités : récolteur de dattes (Nbn 729, CT 57 002), batelier (CT 56 217, BM 54225), corvéable sur des travaux de construction (BM 60453, Cyr 126). Les besoins en main-d’œuvre n’étant pas les mêmes sur une année, le temple devait avoir besoin de ce type de travailleurs non-qualifiés rapidement disponibles.

                Concernant l’élevage et les travaux agricoles, la documentation de l’Ebabbar est beaucoup moins riche que celle de l’Eanna, les parallèles sont donc plus difficiles à accomplir. Pour l’élevage et les troupeaux de l’Eanna, on retrouve surtout des širkû dans la préparation des animaux pour les activités cultuelles ou l’alimentation. Ainsi, A. Ragen présente des širkû engraisseurs de bétail, dans les bît urê, etc. Les širkû ne semblent pas s’occuper des troupeaux au quotidien, mais plutôt de certaines activités annexes à l’élevage, ou occupent des positions administratives intermédiaires (comme celui de naqidu). Cette réalité se retrouve en ce qui concerne l’agriculture, avec le fameux Gimillu, fermier général et qui était širku.

                Notons que la présence de širkû comme fermiers généraux sous le système agricole introduit sous Nabonide de gestion des terres de l’Eanna est conçue par A. Ragen comme une ingérence de la royauté dans les affaires du temple. Il y aurait des contacts entre les fermiers généraux-širkû et la royauté, et ces premiers seraient placés dans cette position par volonté de la royauté. Peu de documents sont apportés pour étayer cette opinion malheureusement ; si le système de la ferme générale semble bien être un moment où un rapport de force entre la royauté néo-babylonienne, puis achéménide, et l’Eanna existe, difficile de voir en quoi les fermiers généraux-širkû agiraient en faveur de la première.

                Cette question mise à part, on retrouve bien des širkû dans des postes intermédiaires de l’Eanna dans la gestion de champs de culture d’orge et de palmeraies. Quant aux širkû comme travailleurs agricoles, que ce soit sur les champs de l’Eanna et de l’Ebabbar, A. Ragen nuance Michael Jursa dans son évaluation des ikkarû comme širkû, liés au temple et devant payer une redevance fixe en céréales au temple. La prosopographie ne permettrait pas de créer une équivalence fixe entre ikkaru et širku, le premier terme désignant plus clairement une profession et une distinction administrative propre au temple, le second un statut personnel. On retrouve de manière générale les ikkarû en contexte rural, et restent attachés à ces terres ; les sources ne sont pas suffisantes selon A. Ragen pour affirmer que tous les ikkarû sont des širkû, que ce soit pour l’Eanna ou l’Ebabbar.

                Les conclusions apportées après la présentation des širkû dans le contexte de l’Eanna et de l’Ebabbar fait dire à A. Ragen qu’ainsi, on voit une grande diversité des activités des širkû de ces temples, à différents niveaux de leur hiérarchie, souvent laissés avec une certaine indépendance en ce qui concerne les artisans. Cela ne correspondrait pas à l’idée des širkû comme esclaves des temples, car l’esclavage correspondrait à une existence où chacun serait :

                « toiling endlessly at the behest of a temple, surviving on the meager rations the temple alloted to them » (p. 284)

                Une étude de l’esclavage privé en Babylonie montre aussi une telle diversité d’activités et une liberté d’action économique.

Quatrième et cinquième chapitres : aspects juridiques et religieux du statut de širku

                Après ces trois chapitres consacrés avant tout aux aspects économiques du širkutu, A. Ragen s’attache ensuite à présenter le caractère juridique du statut de širku puis ses aspects symboliques et religieux, avant de traiter à part les širkâtû.

                Concernant le quatrième chapitre, il s’agit avant tout d’un essaie de compréhension du statut de širku en le distinguant de celui de mâr bâni. Cette question a souvent été traitée, notamment par les documents de donation d’esclaves au temple, devenant ensuite širku. Toutefois, certains comptes-rendus de procès, pris à l’initiative d’esclave ou de širku, ont montré que le processus de donation au temple comprenait aussi une forme d’affranchissement, l’esclave voué au temple devenant « zakû » ou « mâr bâni », statuts compris en général comme « personne libre ». A. Ragen synthétise les travaux de Muammad Dandamaev, Martha S. Roth et Raymond Westbrook et rassemble ce type de documents pour en discuter le vocabulaire et la terminologie. La polysémie du terme mâr bâni demeure encore une source d’interrogations, désignant soit des personnes libres sans distinction socio-économique, soit des personnes de haut statut socio-économique, soit des esclaves qui se retrouvent voués au temple par leur maître.

  1. Ragen tente de comprendre la relation entre širkutu et mâr banûti, en ayant pour ambition de donner une définition des deux termes d’ordre juridique. Comme R. Westbrook ou d’autres chercheurs, il tente certaines comparaisons avec le droit hellénistique pour comprendre les « affranchissements » retrouvés dans la documentation de cette période. Le concept de paramone, retrouvé notamment dans la documentation de Delphes entre 200 avant Jésus-Christ et 100 après Jésus-Christ, ainsi que dans d’autres archives d’époque hellénistique, est mobilisé, compris comme une obligation de service auprès du maître / de la maîtresse jusqu’à son décès par l’esclave affranchi, qui deviendra libre ensuite. Les discussions autour de la paramone sont loin d’être terminées dans le domaine de l’histoire hellénistique, mais est de manière générale compris par les assyriologues comme une forme de semi-liberté, ou de semi-esclavage, qui aurait existé dans le droit de certaines villes à l’époque hellénistique. Cela est repris tel quel par A. Ragen, sans prise en compte du contexte historique et de réalités socio-économiques différentes.
  2. Ragen s’attache à décrire l’ensemble de la procédure de donation d’un esclave au temple. Il l’analyse comme une forme de dévotion religieuse, car la terminologie utilisée peut être interprétée comme l’expression d’une piété symbolisée par un cadeau au temple, sous la forme d’un esclave. Il présente ainsi différents cas de donation d’esclave au temple, quasiment tous issus des archives de l’Eanna. Le marquage des širkû, souvent perçu dans ce type de textes ou dans les procès entre des particuliers et le temple, est une question qui revient ainsi souvent, comme preuve de la possession par le temple de ces individus. Les procès en général confirment le statut de širku des personnes contestées, les juges prononçant ces décisions étant de plus liés au temple.

                Dans cette discussion du statut juridique des širkû, leurs relations matrimoniales et familiales sont aussi présentées par A. Ragen. La transmission du statut entre parents et enfants, des mariages entre širkû, ou entre širkû et esclaves privés sont attestés. A. Ragen rassemble ces données mais ne donne pas de conclusion particulière à ce sujet.

                La conclusion apportée par A. Ragen concernant le statut juridique des širkû se fonde avant tout sur le problème de l’affranchissement-vocation des esclaves, interprété comme un acte de piété envers le temple et sa divinité. Ce caractère symbolique et religieux du statut de širku se trouve ensuite développé dans le cinquième chapitre.

                Dans ce chapitre, l’auteur présente ce qui peut être interprété comme la perception sociale du širku dans la société et au sein du temple. Il y aurait ainsi une volonté d’éloigner le širku des périmètres sacrés du temple, en le distinguant de l’erib bîti. Pour cela, A. Ragen présente les différents témoignages ou rapports de procès que l’on retrouve dans la documentation de l’Eanna, mais aussi dans leur traitement au quotidien. On retrouve ainsi des exemples où des širkû sont emprisonnés dans le bît kili, sont enchaînés, sont réprimandés pour leur comportement aux portes du temple, etc… Tout ceci serait dû au statut social particulier du širku, notamment dans son caractère d’impureté rituelle. On empêche les širkû d’avoir accès à certains textes sacrés (YOS 19 110), on les marque du signe de la divinité, tout ceci relève du symbolique et permettrait de définir le statut du širku aux yeux de la société babylonienne. A l’autre extrême, on trouve un individu comme Gimillu, širku fermier général et donc en haut de la hiérarchie administrative de l’Eanna, ainsi que quelques autres cas de širkû qui disposeraient d’un certain confort économique.

  1. Ragen présente donc ces différents aspects, parfois pour revenir sur des questions juridiques présentes dans le chapitre précédent, notamment le marquage des širkû et la comparaison avec les esclaves privés. Il consacre aussi une partie de son propos aux erib bîti et la nécessité de leur pureté rituelle, physique et familiale pour être en contact avec les statues divines et l’accomplissement de rituels. La question de l’emprisonnement, de l’enchaînement des širkû est limitée à une présentation des documents correspondants, sans véritablement apporter d’analyse qui rejoindrait le propos général de cette partie de l’ouvrage. Ces différents points rejoindraient l’idée d’une subordination générale des širkû au sein du personnel du temple.

                Il reprend aussi un point qu’il avait abordé dans le premier chapitre, la mention du širkûtu dans l’épopée de Gilgameš, dans la version standard du premier millénaire, tablette III, ligne 122. Le statut de širku y est présent comme forme d’adoption divine d’Enkidu, et symbolique d’une forme de discours général sur le širkûtu dans la société babylonienne. Ce serait une hypothèse intéressante, mais tirer un propos social aussi vaste à partir d’une ligne d’un texte littéraire est très audacieux. A. Ragen passe quelques temps dans la présentation d’Enkidu comme homme sauvage adopté par le divin, et reprend divers mythes et contes mésopotamiens depuis le troisième millénaire pour étayer son propos ; le širku serait l’étranger, le prisonnier de guerre intégré et adopté par le temple, institution bienveillante par nature. Outre le manque de sources historiques pour appuyer cette vision mythologique du širkûtu, on voit mal comment relier ceci aux mauvais traitements accordés aux širkû présentés dans ce même chapitre et à la dureté des corvées réalisées par une partie des širkû, données que discute pourtant A. Ragen.

Sixième chapitre : les širkâtu

                Enfin, il réserve son dernier chapitre aux femmes širkû, très peu présentes dans l’ensemble de la documentation. Cela l’amène à revenir sur les relations familiales et domestiques des širkû, concernant lesquelles peu de sources sont disponibles et ont pu déjà être présentées dans le chapitre sur le statut juridique des širkû. Le chapitre est court et peu de documentation concentrée sur des femmes-širkû est présentée. La question de la vie domestique amène A. Ragen aux cas où des širkû possèdent ou louent des maisons, indice d’une vie domestique et matrimoniale, ce qui lui fait dire que cela les distingue nettement des esclaves privés (alors que l’on connaît des esclaves privés possédant ou louant des maisons, marié-e-s et ayant des enfants). Le lien avec un propos sur les femmes-širkû est ténu.

                On trouve toutefois quelques cas où des femmes-širkû apparaissent et travaillent. Ainsi le texte YOS 17 009 montre deux širkâtû payées pour un travail non spécifié, et dans JCS 36 007 deux femmes doivent livrer des parures à l’Eanna – A. Ragen l’analyse comme un cas de location du travail de deux širkâtû. Un autre texte, YOS 7 107, contient la mention d’une bît qemeti, en lien avec des širkâtû, qui serait une institution produisant de la farine liée au temple, mais la documentation présentée faisant mention de cette bit qemêti est, de l’aveu même de A. Ragen, peu concluant quant à la compréhension de son fonctionnement. La documentation économique mentionnant des širkâtû dans la thèse de A. Ragen est donc très limitée.

                Concernant la question de la prostitution sacrée, vieille antienne de l’assyriologie, A. Ragen se limite à l’historiographie traitant de cette question, qui n’amène à rien de bien concluant sur l’existence d’une prostitution au sein des temples. A. Ragen ne présente aucun document démontrant une forme de prostitution exercée par des širkâtû dans l’Ebabbar et l’Eanna ; le problème se transpose, sans véritable lien logique, vers la détermination du terme harimtu, apparaissant dans des cas d’adoption d’enfants illégitimes. Le statut de širku est parfois accordé aux enfants nés d’une harimtu, empêchant ainsi à ceux-ci d’être dénués de statut juridique ou social, constante que l’on trouve dans la société mésopotamienne. Le lien avec la question de la prostitution est proprement absent. On en revient ensuite au statut des enfants nés de zakîtû et de celui de familles recomposées à partir de parents širkû / zakû, demeurant en général dans le giron du temple. Ce chapitre se révèle assez décevant, ne se concentrant pas sur le cas des femmes-širkû. Peu de sources mentionnant des femmes-širkû existent, la pertinence d’un chapitre séparé des autres n’apparaît pas vraiment.

Conclusion

                Le principal intérêt de la thèse de A. Ragen est d’avoir rassemblé une documentation qui ne l’avait pas été auparavant. Comme outil, celle-ci demeure difficilement utilisable par l’absence d’un index des textes édités et cités, des noms propres et des lieux géographiques. Elle a le mérite toutefois de bien montrer la diversité des activités et des situations sociales des širkû dans la documentation de l’Eanna et de l’Ebabbar. Si le propos de l’auteur avait été véritablement problématisé et s’était tenu à cette problématique, celui-ci aurait pu être plus facilement suivi. Les analyses de nombreux documents peuvent être pertinentes et utiles pour des études futures consacrées à ce statut ambigu et polysémique de širku. Je ne suivrai toutefois pas l’auteur dans sa compréhension du širkutu comme un lien finalement assez lâche entre un širku et son temple, hypothèse qui trouve sa propre critique dans les documents présentés par A. Ragen et par certaines de ses analyses. Le statut de širku n’implique pas forcément une dépendance totale, ni une liberté conditionnée, mais comprend un ensemble de situations socio-économiques qui n’ont pas besoin d’être essentialisées par une compréhension purement juridique du terme de širku. Il manque une véritable étude historique du širkûtu, permettant de percevoir l’évolution du statut de širku ou sa stabilité, ce que le titre même de la thèse de A. Ragen annonçait pourtant.

Bibliographie

Dandamaev Muhammad, 1984, Slavery in Babylonia – From Nabopolassor to Alexander the Great (626 – 331 B.C.), DeKalb, Illinois, Northern Illinois University Press.

Dougherty Raymond Philip, 1923, The Shirkûtu of Babylonian Deities, New Haven, Yale University Press.

Kleber Kristin, 2011, « Neither Slave nor Truly Free: The Status of the Dependents of Babylonian Temple Households », in Laura Culbertson (dir.), Slaves and Households in the Near East, Chicago, Oriental Institute of Chicago : 101‑111.

Magdalene F. Rachel et Wunsch Cornelia, 2014, « Freedom and Dependency: Neo-Babylonian Manumission Documents with Oblation and Service Obligation », in Extraction and Control. Studies in Honor of Matthew W. Stolper, Chicago.

Payne Elizabeth, 2007, The Craftsmen of the neo-Babylonian Period: A Study of the Textile and Metal Workers of the Eanna Temple, Yale University.

[1]  [Dougherty, 1923].

[2]  [Dandamaev, 1984 : 469‑557].

[3]  [Kleber, 2011].

[4]  [Magdalene et Wunsch, 2014].

[5]  [Payne, 2007].

Notes de lecture : K. Kleber, Tempel und Palast. Die Beziehungen zwischen dem König und dem Eanna-Tempel im spätbabylonischen Uruk, AOAT 358, Münster, 2008

En 2008 paraissait l’ouvrage de K. Kleber intitulé Tempel und Palast. Die Beziehungen zwischen dem König und dem Eanna-Tempel im spätbabylonischen Uruk (auquel on se réfèrera ci-après comme Tempel und Palast), accueilli dans la collection allemande Alter Orient und Altes Testament, n°358. Cette publication présente la thèse soutenue par l’autrice cette même année 2008 à la Westfälische Wilhems Universität de Münster. K. Kleber est actuellement professeure associée à l’Université Libre d’Amsterdam, et conduit notamment un projet sur l’histoire fiscale à l’époque achéménide[1].

Avant d’éditer sa thèse, l’autrice avait déjà contribué à notre connaissance du sanctuaire de l’Eanna, « Temple du Ciel » dédié à la déesse Ištar à Uruk, grâce à quatre publications :

  • la première consacrée aux activités liées à la pêche dans le temple de l’Eanna[2].
  • la deuxième sur l’approvisionnement des artisans du temple d’Uruk en bière, farine et huile, qui illustre, entre autres, la persistance d’un système fondé sur les rations d’entretien[3].
  • la troisième, co-écrite avec E. Frahm de l’Université de Yale, proposait l’édition du texte inédit PTS 2185, dans lequel il était question de la prison du temple de l’Eanna[4].
  • la quatrième sur les problématiques relatives au parjure et sa punition[5]. K. Kleber y étudie la clause hiṭu ša šarri šadadu/zabalu, sur laquelle on reviendra en 2.3.

  1. Contexte de parution de l’ouvrage

 

  • Le projet START

La thèse de l’autrice a été, en partie, rédigée sous les auspices du projet START piloté par M. Jursa, programme pour lequel il avait obtenu des financements dès 2002. Le dessein de M. Jursa consistait à présenter une synthèse des sources historiques et économiques de la Babylonie au premier millénaire[6], et c’est dans cette démarche, visant à mieux connaître les structures administratives de la Babylonie, que s’inscrivent les recherches de K. Kleber.

  • La problématique de la relation entre le roi et le temple

Les études consacrées aux relations entre l’administration royale et les temples au premier millénaire étaient encore peu nombreuses jusque dans les années 2000[7] : on peut néanmoins citer celle de J. MacGinnis sur l’établissement royal dans la ville de Sippar[8], ou la monographie de P.-A. Beaulieu sur le roi Nabonide[9].

L’Eanna, en tant qu’agent économique, avait reçu un bon traitement, mais n’avait pas vraiment été étudié dans sa globalité. La question des pratiques agricoles dans ce sanctuaire a été bien abordée dès 1968 par D. Cocquerillat[10]. Les questions relatives à la comptabilité des troupeaux ont intéressé, en premier lieu, R. H. Sack en 1979[11], puis G. van Driel et K. Nemet-Nejat en 1994[12] (plus spécifiquement sur la question des troupeaux institutionnalisés dans l’Eanna), et enfin S. Zawadzki en 2003[13]. Quant aux prébendes, elles ont été bien étudiées pour le début du règne de Nabopolassar par R. Da Riva[14].

Dès 1941, l’historien du droit M. San Nicolò s’était attelé à la question de l’introduction de fonctionnaires royaux dans la deuxième moitié du premier millénaire av. J.-C., dans son important ouvrage prosopographique fondé sur l’étude des temples aux époques néo-babylonienne et achéménide[15]. S’en sont suivies plusieurs études reprenant cette thématique de l’implication de l’administration royale dans le temple de l’Eanna, notamment celles de H. W. F. Saggs en 1959[16], de H. M. Kümmel en 1979[17], et de R. H. Sack en 1995[18].

On remarque, toutefois, un véritable tournant dans le traitement de l’Eanna à partir de 2005 avec la parution de AOAT 330[19], où la fonction du temple d’Uruk comme agent économique est abordée différemment :

  • soit sous un angle impliquant le pouvoir royal : P.-A. Beaulieu a ainsi mis en lumière la contribution de l’Eanna à la construction du Palais Nord de Babylone[20], tandis que B. Jankovic étudiait l’implication royale au sein de la gestion de l’agriculture des sanctuaires[21].
  • soit en étudiant ses structures économiques dans leur globalité, comme l’a fait K. Kleber (infra, n. 3).

Cette inflexion s’est ensuite confirmée avec la publication des thèses de E. E. Payne (The Craftsmen of the Neo-Babylonian Period : A Study of The Textile and Metal Workers of The Eanna Temple, 2007), de K. Kleber, et de M. Kozuh (The Sacrificial Economy : Assessors, Contractors, and Thieves in the Management of Sacrificial Sheep at the Eanna Temple of Uruk, 2014).

  1. Essai de synthèse de l’ouvrage

 Tempel und Palast est divisé en huit parties : une introduction très dense, six chapitres consacrés à l’étude des différentes relations entre la Couronne et le Temple, et enfin une très intéressante reprise des arguments présentés dans l’ouvrage. Le chapitre le plus développé est celui consacré aux taxes. Tempel und Palast présente, en outre, l’édition de 40 textes inédits de la Yale Babylonian Collection, du British Museum et de la Free Library de Philadelphie.

 2.1. Introduction de l’ouvrage

Pour rappel, la documentation du temple de l’Eanna se compose de 8000 textes, publiés ou non, dont la plupart a été acquise sur le marché des antiquités au début du 20e siècle. Cette archive est maintenant éclatée entre les collections de Yale, Princeton, Paris, Berlin et Londres. Des lots très importants ont été également mis au jour par les fouilles allemandes d’Uruk (environ 4000 fragments). Si l’on trouve quelques textes de l’époque néo-assyrienne, la majeure partie de la documentation commence à l’époque de Nabopolassar (626-605), et demeure constante jusqu’à la deuxième année de Darius Ier (520/519), période qui marque un point de rupture dans le corpus et peut s’expliquer par une réforme du temple. Les textes les plus récents datent, quant à eux, de l’an 29 de Darius Ier (493/492). De plus, comme les tablettes n’ont pas été trouvées in situ dans leur contexte archéologique premier, ce manque de données complique notre connaissance de la structure de cette archive.

2.2. Deuxième chapitre : La structure hiérarchique du temple

K. Kleber s’intéresse, dans le deuxième chapitre, à l’introduction de fonctionnaires royaux dans l’administration du temple, et propose une très intéressante prosopographie de ces hauts personnages. Elle aborde les politiques personnelles de chaque roi pour le temple, ainsi que les missions des représentants royaux. Pour rappel, aux époques néo-babylonienne et achéménide, la ville d’Uruk est placée sous la responsabilité d’un šakin ṭēmi (gouverneur), assisté d’un šanû (vice-gouverneur). L’administration du temple de l’Eanna est, quant à elle, tripartite, avec le qīpu, le šatammu (administrateur en chef venant de l’élite locale) et le ṭupšar bīti (scribe du temple, venant aussi de l’élite locale).

Cette structure de base se modifie ensuite progressivement, avec l’introduction de courtisans ša rēši ou ša rēš šarri (dont la traduction n’est pas encore bien assurée[22]), à partir de l’an 26 de Nabuchodonosor II (579/578). L’office de šatammu est aboli de la 30e année de Nabuchodonosor II (575/574) jusqu’à la fin de son règne en 561, sûrement pour régler un conflit interne entre ce dernier et le qīpu. À rebours, l’abolition de cette fonction constitue une perte et un dédit importants pour l’élite urukéenne. De même, la fonction de šatammu est supprimée pendant les onze premières années de règne de Nabonide, témoignant des relations houleuses entre Nabonide, la ville d’Uruk et son sanctuaire principal, à cause de l’usurpation du souverain. En supprimant l’office de šatammu, Nabonide en conçoit un nouveau, celui de ša rēši ša bēl piqitti et le place au sommet de la hiérarchie du temple. À partir de l’an 11 de Nabonide (545/544), cette réforme est annulée, et l’on voit cohabiter le šatammu et le bēl piqitti.

2.3. Troisième chapitre : L’implication royale dans le temple

L’autrice insiste, dans la troisième partie de son ouvrage, sur les interventions directes de la Couronne dans différents domaines économiques du temple : l’agriculture, l’élevage et l’artisanat. Il y est aussi question des punitions infligées en cas de délits par la justice du roi. K. Kleber se consacre surtout à l’étude de la clause hīṭu ša šarri… šadādu/zabālu, qui apparaît seulement dans la documentation de l’Eanna et signifie, « porter la punition du roi ». Pour mémoire, šadādu et zabālu signifient tous deux « porter », voire « endurer ». Dans le CAD H, il est bien précisé que cette formule n’est attestée qu’à l’époque néo-babylonienne, et le dictionnaire la traduit par « said of punishment to be suffered »[23]. Cette expression peut d’ailleurs être modifiée : šarru est alors remplacé par le nom d’un roi, d’un gouverneur, la mention du bēl piqitti, d’un dieu, ou par une combinaison dieu et roi (hīṭu ša ilī u šarri išaddad), le complément dépendant du degré de la peine envisagée.

2.4. Quatrième chapitre : La taxation

Le quatrième chapitre, très approfondi, est consacré aux taxes et aux obligations de service dus par l’Eanna. Le temple doit, par exemple, donner une taxe de farine, entretenir le palais de Abanu/Amanu[24], livrer des armes, entretenir des travailleurs, participer aux projets de constructions royales, ou encore au service militaire. Ce chapitre est aussi l’occasion de présenter les résidences royales en dehors de Babylone, voire aux alentours de l’Eanna.

La problématique de l’implication du temple dans les projets royaux n’est pas sans rappeler l’étude de P.-A. Beaulieu parue dans AOAT 330 (infra n. 20). Nabuchodonosor II a, en effet, construit un deuxième palais à Babylone, au nord du palais originel. P.-A. Beaulieu a rassemblé 43 textes, toujours inédits, relatifs aux opérations de constructions de cet édifice, documents provenant du temple de l’Eanna à Uruk. Il y est fait mention du « travail de corvée du temple de l’Eanna dans le palais en face de la porte d’Ištar » (en akkadien dullu ša Eanna ša ina ekalli ša pani abul Ištar). En outre, comme Nabuchodonosor a manifestement été šatammu de l’Eanna avant de devenir prince héritier[25], il a très certainement gardé des liens  étroits avec le sanctuaire, qu’il a ensuite utilisé pour réaliser certains projets d’envergure. Le temple d’Uruk n’est pas le seul sanctuaire à participer activement à l’effort du pays, comme l’a notamment montré l’étude S. Zawadzki, consacrée à un projet de creusement du canal de Sippar entreprise lors du règne de Nabonide suite à un cataclysme[26]. La construction se déroule sous la responsabilité de la Couronne, mais avec la forte participation de l’Ebabbar.

2.5. Cinquième chapitre : La production de laine

Le cinquième chapitre a trait au commerce de la laine. Cette production est l’un des atouts majeurs de l’Eanna et permet une rentrée d’argent importante. K. Kleber estime cette production à 75-115 tonnes par an, dont 70% sont acheminés au palais (52-80 tonnes). Si des ateliers de production textile destinée à la vente ne sont pas réellement attestés dans le temple, il existe néanmoins une production dédiée au culte. Les principaux clients de cette laine sont le palais de Babylone et la ville de Madakalšu du Pays de la Mer, où se trouve probablement un palais.

2.6. Sixième chapitre : Les relations cultuelles entre le roi et le temple

Le sixième chapitre évoque les relations cultuelles et religieuses entre le souverain et le temple de l’Eanna. Le roi se présente très souvent comme le protecteur de leur sacralité et de leur culte. Il fait des dons au temple sous la forme de personnes et de biens luxueux. Le roi prend également part au culte par des offrandes. Les sanctuaires sont, par ailleurs, des lieux de représentation pour le roi : des stèles figurant le souverain sont placées dans le temple de l’Eanna, mais aussi dans l’Ebabbar de Sippar[27], voire dans l’Esagil de Babylone[28], et reçoivent des offrandes.

2.7. Septième chapitre : L’Eanna et l’empire néo-babylonien

Le septième chapitre se penche sur les relations entre le temple de l’Eanna et l’administration du Pays de la Mer, notamment avec son représentant appelé šakin māti, dont le titre est identique au šakin māt tâmti. L’A. parvient à cette intéressante conclusion grâce à l’étude croisée de la prosopographie des gouverneurs du Pays de la Mer et des textes issus des archives de l’Eanna, de l’Ebabbar, des Egibi et de Itti-Šamaš-balāṭu de Larsa. Les relations entre le Pays de la Mer et l’Eanna se traduisent surtout par des échanges, notamment d’or destiné à la réalisation d’éléments pour les divinités.

Conclusion

Tempel und Palast démontre que les temples sont à la fois de grands établissements économiques, mais aussi des institutions entretenant une relation très spécifique avec le roi. Le sanctuaire est considéré comme étant la maison des divinités, et le roi se présente comme le véritable pourvoyeur des dieux, le garant de la sacralité des temples, devant assurer le bon fonctionnement du culte. Le temple permet aussi au roi d’asseoir sa légitimité et de propager sa souveraineté, notamment par les personnes placées au sein de son administration par la Couronne. À l’époque néo-babylonienne, l’Eanna est contrôlé dans ses grands domaines (culte, économie, juridiction) par l’administration royale, ses fonctionnaires étant en partie des fonctionnaires royaux. Le temple représente une grande force économique et prend part au financement et à la réalisation de projets royaux, de ce fait, sanctuaire et Couronne sont donc souvent très liés.

Cet ouvrage, comme celui de A. C. V. M. Bongenaar consacré aux archives de l’Ebabbar de Sippar[29], ou celui de C. Waerzeggers sur les archives du temple de l’Ezida de Borsippa[30], contribue à notre connaissance des sanctuaires babyloniens en tant qu’agents économiques entre les 7e et 5e siècles, et met en lumière qu’ils sont des relais essentiels du pouvoir royal à l’échelle locale.

L’enjeu de la thèse de K. Kleber était surtout de remettre en question l’idée selon laquelle il existerait une tension, voire un conflit entre le temple et la Couronne, comme l’indiquait par exemple M. Dandamaev en 1994[31]. Il suggérait que le temple était indépendant de la Couronne, et qu’il existerait au premier millénaire une confrontation, voire une tension, entre les temples babyloniens et le palais, ce que l’autrice infirme par sa démonstration.

L’ouvrage de K. Kleber est par conséquent un excellent outil de travail. Sa réflexion sur le temple de l’Eanna, et la remise à plat de nos connaissances sur les relations entre ce sanctuaire et le pouvoir royal, font de cet ouvrage un outil essentiel aux études néo-babyloniennes de ces dernières années.

[1] Voir le site http://achaemenid-taxation-project.nl

[2] K. Kleber, “Die Fischerei in der spätbabylonischen Zeit”, WZKM 94, 2004, p. 133-165.

[3] K. Kleber, “Von Bierproduzenten und Gefängnisaufsehern: dezentrale Güterverteilung und Buchhaltung in Eanna”, dans H. D. Baker et M. Jursa (éds.), Approaching the Babylonian Economy. Proceedings of the START Project Symposium held in Vienna, 1-3 July 2004, AOAT 330, Münster, 2005, p. 289-321.

[4] K. Kleber et E. Frahm, “A Not-so-Great Escape : Crime and Punishment according to a Document from Neo-Babylonian Uruk”, JCS 58, 2006, p. 109-122.

[5] K. Kleber, “Zum Meineid und zu seiner Bestrafung in Babylonien”, ZAR 13, 2007, p. 23-38.

[6] H. D. Baker et M. Jursa (éds.), Approaching the Babylonian Economy. Proceedings of the START Project Symposium held in Vienna, 1-3 July 2004, AOAT 330, Münster, 2005, p. 31: « Nous avons déjà précisé que les synthèses sur les structures économiques de la Mésopotamie ou de la Babylonie prenaient généralement le troisième voire le deuxième millénaire comme point de départ, puis incluaient le premier millénaire à leurs généralisations, ou ne le mentionnaient pas explicitement ».

[7] Voir l’abondante bibliographie pour les troisième et deuxième millénaires citée par l’A. en introduction de Tempel und Palast, p. 1-4.

[8] J. MacGinnis, “The Royal Establishment at Sippar in the 6th Century BC”, ZA 84, 1994, p. 198-219.

[9] P.-A. Beaulieu, The Reign of Nabonidus King of Babylon 556-539 B.C., YNER 10, New Haven-Londres, 1989.

[10] D. Cocquerillat, Palmeraies et cultures de l’Eanna d’Uruk (559-520), ADFU 8, Berlin, 1968.

[11] R. H. Sack, “Some Notes on Bookkeeping in Eanna”, AOAT 203 (Studies in Honor of Tom B. Jones), Kevelaer, 1979, p. 111-118.

[12] G. van Driel et K. R. Nemet-Nejat, “Bookkeeping Practices for an Institutional Herd at Eanna”, JCS 46, 1994, p. 47-58.

[13] S. Zawadzki, “Bookkeeping Practices at the Eanna Temple in Uruk in the Light of the Text NBC 4897”, JCS 55, 2003, p. 99-123.

[14] R. Da Riva, “Pfründen in Eanna in der Zeit der Unruhe”, AfO 50, 2003/2004, p. 245-254.

[15] M. San Nicolò, Beiträge zu einer Prosopographie neubabylonischer Beamten der Zivil und Tempelverwaltung, Munich, 1941.

[16] H. W. F. Saggs, “Two Administrative Officials at Erech in the 6th Century B.C.”, Sumer 15, 1959, p. 29-38.

[17] H. M. Kümmel, Familie, Beruf und Amt in spätbabylonischen Uruk, Berlin, 1979.

[18] R. H. Sack, “Royal and Temple Officials in Eanna and Uruk in the Chaldean Period”, dans M. Dietrich et O. Loretz (éds.), Vom alten Orient aum Altem Testament. Festschrift für Wolfram Freiherrn von Soden zum 85. Geburtstag am 19. Juni 1993, AOAT 240, Kevelaer, 1995, p. 425-432.

[19] AOAT 330 = H. D. Baker et M. Jursa (éds.), Approaching the Babylonian Economy. Proceedings of the START Project Symposium held in Vienna, 1-3 July 2004, AOAT 330, Münster, 2005.

[20] P.-A. Beaulieu, “Eanna’s contribution to the construction of the North Palace at Babylon”, AOAT 330, p. 45-73.

[21] B. Jankovic, “Between a rock and a hard place: an aspect of the manpower problem in the agricultural sector of Eanna”, AOAT 330, p. 167-181.

[22] Sur la question des courtisans, voir notamment N. De Zorzi et M. Jursa, “The Courtier in the Commentary”, N.A.B.U. 2011/33.

[23] CAD H, p. 211b-212a.

[24] À propos de ce palais, voir aussi M. San Nicolò, “Zur Verproviantierung des kgl. Hoflagers in Abanu durch den Eanna-Tempel in Uruk”, ArOr 17, 1949, p. 323-330, et G. Tolini, “Les repas du Grand roi en Babylonie. Cambyse et le palais d’Abanu”, dans X. Faivre, B. Lion et C. Michel (éds.), Et il y eut un esprit dans l’Homme. Jean Bottéro et la 
Mésopotamie, Travaux de la Maison René-Ginouvès 6, Paris, 2009, p. 237-254.

[25] Voir M. Jursa, “Die Söhne Kudurrus und die Herkunft der Neubabylonischen Dynastie”, RA 101, Paris, 2007, p. 125-136

[26] S. Zawadzki, “The building project north of Sippar in the time of Nabonidus”, AOAT 330, p. 381-392.

[27] J. MacGinnis, “Statue Manufacture in Sippar”, WZKM 85, p. 181-185.

[28] Voir SAA 13 178.

[29] A. C. V. M. Bongenaar, The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar: Its Administration and Its Prosopography, PIHANS 80, Istanbul, 1997.

[30] C. Waerzeggers, The Ezida temple of Borsippa: Priesthood, cult, archives, AH 15, Leyde, 2010.

[31] M. Dandamaev, « The Confrontation between State and Temple in Babylonia in the Sixth Century B.C. », dans P. Borgeaud (éd.), Le temple, lieu de conflit, Louvain, 1994, p. 77-88.

Concernant Laura Cousin : post-doctorante, Paris 1 – Panthéon Sorbonne, ArScAn HAROC

Notes de lecture: Michael Hudson & Baruch A Lévine (éds.), Urbanization and Land Ownership in the Ancient Near East, ‪‪Peabody Museum of Archeology and Ethnologie Bulletin, n°7, Harvard University 1999, par Mustapha Djabellaoui (doctorant, Paris 1)

   Résumé

Cet ouvrage qui se voulait un bilan de l’état de la recherche au milieu des années 90 fait apparaître de multiples problématiques concernant la terre et la propriété foncière en Mésopotamie, notamment en raison de l’importance considérable de la documentation en écriture cunéiforme. Les méthodes historiques employées permettent de dresser un premier bilan d’une économie complexe, le plus souvent héritée de pratiques antérieures. La gestion de la terre n’en est alors qu’une manifestation, aux multiples implications politiques et sociales. En l’absence d’une histoire économique générale de la Mésopotamie, qui reste à écrire, on peut souligner l’apport de cet ouvrage à l’adoption d’une méthodologie qui tienne compte de la particularité des études économiques propres à l’Assyriologie.

*  *  *

L’ISLET, Institute for the Study of Long-Term Economic Trend, a été créé essentiellement pour favoriser l’étude des phénomènes économiques sur le temps long et leurs implications politiques et sociales; il s’appuie pour cela sur des sources ethnographiques, archéologiques et épigraphiques. Organisé depuis Londres et New York, l’ISLET associe des chercheurs et des universitaires du monde entier, car l’institut a le souci de la transdisciplinarité et de la transversalité. Ainsi à plusieurs reprises l’ISLET s’est associé aux presses du Peabody Museum pour la publication de différents colloques organisés aux États-Unis, en Europe et en Russie.

L’un de ces colloques, qui s’est tenu en 1996, était organisé par M. Hudson et B. Levine à l’université de New York aux États-Unis et par M. Dandamaiev à l’Institut oriental de Saint-Pétersbourg en Russie. Ce colloque en deux parties s’inscrivait dans les dynamiques de recherche mises en place par l’ISLET, puisqu’il a associé différents chercheurs et différentes sensibilités historiques. Il est né d’une discussion scientifique entre Marc Van De Mieroop, Baruch Levine, Michel Hudson et Muhammed Dandamaiev, au sujet de la pertinence de la notion de modèle économique appliqué au Proche-Orient Ancien. Les organisateurs ont privilégié la longue durée chronologique, puisqu’elle court sur plusieurs millénaires. Ce choix se justifiait en partie par l’intérêt de produire une étude sur un temps «relativement long», permettant de mieux saisir les différentes évolutions économiques et de dresser ainsi les contours  d’un modèle économique propre aux sociétés de l’Orient ancien. Les thématiques proposées par les organisateurs portaient sur la relation entre proto-urbanisation/urbanisation d’une part et propriété «institutionnelle» et propriété privée d’autre part. Il s’agissait également de s’interroger sur les problématiques liées à la terre et la propriété et à leurs différents modes d’expression. Le colloque a donc tenté de mesurer l’impact de la propriété foncière sur les activités économiques, en proposant des problématiques centrées sur la définition de la propriété privée et sur les modes d’accès à la propriété foncière dans les sociétés de l’Orient ancien.

Le colloque de 1996 est également né du besoin de renouveler les approches économiques et de permettre ainsi la constitution d’une réflexion historiographique concernant l’histoire économique du Proche-Orient Ancien. Au-delà des débats entre primitivistes et néo-institutionnalistes, le colloque avait pour ambition de proposer une nouvelle grille de lecture de l’économie d’expression cunéiforme, tant il convient de prendre en compte les spécificités de cette documentation économique, qui jusqu’en 1996 était absente des débats propres aux études classiques. Les organisateurs et les participants ont tenté de dresser une esquisse d’un modèle économique propre aux sociétés orientales, à partir d’une thématique liée à la propriété et ses différentes formes, depuis l’apparition des premiers sites urbains, à la fin du néolithique (Ve/IVe millénaires) jusqu’à l’arrivée des Macédoniens et des Grecs en Mésopotamie à la fin du IVe siècle et au début du IIIe siècle.

Ce colloque a fait l’objet d’une publication dans les presses du Peabody Museum à Harvard. L’ouvrage est édité par M. Hudson et B. Lévine sous le titre: «Urbanization and Land ownership in the Ancien Near East» (Urbanisation et propriété foncière au Proche-Orient Ancien).  Le présent compte-rendu propose une analyse de cette publication.

L’ouvrage est organisé en trois grandes parties thématiques, qui portent chacune sur une période chronologique liée à un type de sources.

Une première thématique est consacrée aux aires proto-urbaines qui seraient des lieux définis à partir de considérations cosmologiques et servant à des rituels spécifiques. Ainsi, au cours de la préhistoire et de la proto-histoire, la propriété privée serait née d’une volonté d’organiser un espace consacré, voire un lieu de mémoire pour les communautés de chasseurs-cueilleurs. Le développement de cette réflexion s’appuie essentiellement sur les dessins rupestres découverts dans les grottes du sud de la France, ainsi que sur des sources ethnologiques. Les conclusions de cette réflexion illustrent des comportements économiques collectifs, alors qu’aucune source archéologique ou épigraphique n’est disponible.

Dans la seconde partie, les auteurs proposent une étude dans laquelle l’archéologie des cités mésopotamiennes, des IVe, IIIe et IIe millénaires renseigne sur plusieurs facteurs économiques. La topographie fournit des données sur la densité de la population, sur l’aménagement des villes et sur la mise en valeur des propriétés foncières. L’apport de l’archéologie à l’histoire économique soulève ici de nouvelles perspectives de recherches, notamment concernant le cadastre et la distribution spatiale des infrastructures urbaines.

La troisième partie s’appuie sur la documentation cunéiforme et propose une synthèse sur la terre, les tenures et l’immobilier au cours du Ier millénaire. La documentation apporte suffisamment d’éléments pour permettre de dresser un état des lieux des pratiques économiques liées à la gestion de la terre et aux transactions foncières. On s’intéressera dans le cadre de ce compte-rendu, principalement à cette troisième partie même s’il est indispensable de prendre en compte les principales conclusions de M. Hudson concernant l’archéologie et la valeur de la terre dans les villes de Mésopotamie.

Afin de restituer les débats survenus au cours du colloque de 1996, les auteurs de Urbanization and Land ownership publient après chaque article les discussions et les différentes interrogations qui ont suivis les interventions. Cet ajout peut éclairer le lecteur sur les débats, les oppositions, voire parfois les tensions qui ont animé ce colloque de 1996. Cette volonté de «transparence», qui s’inscrit dans une démarche scientifique de restitution d’un cheminement intellectuel, fait également état des débats économiques en cours dans les années 90. L’ouvrage laisse ainsi apparaitre plusieurs problématiques et soulève de facto beaucoup de questions. Il s’interroge ainsi sur la nature de l’économie proche-orientale et les moyens dont disposent les historiens d’en saisir les différentes expressions dans les sources cunéiformes. De même, il propose une lecture plus comptable et pratique des sources cunéiformes, favorisant la compréhension et la contextualisation de la documentation. Plus de dix ans après la publication de cet ouvrage, il paraît donc tout à fait légitime de s’interroger sur l’apport historiographique et scientifique du colloque et de sa publication.

Ce compte-rendu aborde trois points qui m’ont paru essentiels. D’abord, présenter les sources utilisées, celles qui ont été sélectionnées afin de tenter de définir la propriété et ses différentes manifestations. Puis, il sera question de la pertinence de l’utilisation des méthodologies propres à l’historien: l’exploitation des sources suppose ainsi des méthodes particulières qui peuvent fournir des informations et de multiples données sur l’économie. Enfin, d’une manière générale, il sera question des apports majeurs de l’ouvrage et des perspectives de recherches qu’il a soulevées.

1-Les sources

1-1 Sources archéologiques

Un premier point concerne les apports de l’archéologie à l’histoire économique. À ce titre, il faut noter la contribution de M. Hudson, qui dresse un tableau de l’état des découvertes archéologiques en 1996, en Babylonie du sud. Les rapports de fouilles des principaux sites urbains mettent en lumière quelques points importants concernant la gestion des terres et plus précisément leur valeur. Par exemple, la reconstitution de la densité de population devient une donnée essentielle pour comprendre les modes d’occupations des territoires. Il est possible de répertorier des données topographiques et donc lier urbanisme et propriété foncière. M. Hudson émet alors l’hypothèse selon laquelle s’il est vrai que les terres acquièrent davantage de valeur dès lors que l’on en tire un revenu important et régulier, il n’en demeure pas moins qu’elles possèdent également une valeur intrinsèque quand elles se situent à proximité d’un bâtiment conséquent comme un temple ou un palais. On constate aussi que les terres situées le long des canaux, des chenaux et celles localisées près des nœuds de communication peuvent aussi acquérir une forte valeur. Par ailleurs, M. Hudson conclut ses hypothèses archéologiques en ayant recourt à l’épigraphie, en précisant que dans la majorité des sites étudiés, les grands propriétaires fonciers demeurent les temples et/ou les palais. Il est donc logique que les temples qui sont liés aux premières infrastructures urbaines de Mésopotamie aient polarisé leur espace proche, octroyant de facto une importante valeur foncière à l’ensemble spatial situé dans leur périphérie immédiate.

1-2 Sources cunéiformes

Les sources cunéiformes utilisées concernent principalement des transactions immobilières, et des transferts de terres; elles constituent un fonds documentaire inhérent à la compréhension des problématiques liées à la propriété foncière. Cette production documentaire émane essentiellement des temples des principales villes de Babylonie comme l’Ebbabar de Sippar ou l’Eanna d’Uruk, au Ier millénaire avant notre ère. Il est également possible, pour la même période de recourir aux archives privées, comme celles de la famille Egibi.

Ainsi C. Zaccagnigni dans Aspects économiques de la propriété foncière et de l’utilisation de la terre en haute Mésopotamie et en Syrie de la fin du IIIe millénaire à l’époque néo-assyrienne, réfléchit sur l’utilisation des terres et sur la propriété en haute Mésopotamie et en Syrie. L’auteur s’appuie sur une analyse sélective des sources écrites émanant des palais, des temples et des archives privées de la seconde moitié du IIe millénaire à la fin de l’empire néo-assyrien au cours du VIIe siècle. Cette approche ne se prétend pas exhaustive, l’auteur privilégiant principalement les sites du second millénaire à savoir Ebla, Mari, Nuzi, Emar. Il faut noter que C. Zaccagnini fournit peu de détails sur les capitales assyriennes. Sa communication dresse davantage un état des lieux de la propriété et de ses différents modes d’expressions au second millénaire. Les grands organismes y apparaissent comme de grands propriétaires, mais on assiste également à quelques transferts de propriétés en faveur de dignitaires privés.

M. Dandamaiev avec «L’usage de la terre dans la région de Sippar durant les périodes néo-babylonienne et achéménide», sans négliger l’apport de la documentation issue de l’Eanna d’Uruk et en utilisant également des archives privées comme celles des Egibi, étudie principalement les archives de l’Ebabbar de Sippar. Cette documentation compte plus de 5000 documents économiques, administratifs et juridiques de la fin du VIIe siècle jusqu’à l’année 475, qui marque la fin des archives conservées.

C. Wunsch dans «Les biens immobiliers des Egibi à Babylone au VIe siècle avant notre ère» utilise une archive privée, celle des Egibi. Cette importante famille d’entrepreneurs, documentée par environ 3000 tablettes qui couvrent environ un siècle (VIe-Ve siècles) disposait d’un important patrimoine foncier, qui permet de comprendre les mécanismes d’accès à la propriété et les modalités de transmission de l’héritage foncier.

Enfin la contribution de N. Kozyreva dans «Vendeurs et acheteurs de biens immobiliers urbains dans le sud de la Mésopotamie au début du second millénaire», propose de recourir aux impressions des sceaux-cylindres présents sur les contrats de ventes de maisons. Car la glyptique peut améliorer l’état de nos connaissances sur la propriété immobilière en particulier et sur l’économie ancienne en général.

1-3 Quelle cohérence ?

Au vu de la documentation mobilisée et notamment en raison de sa diversité, on doit d’abord s’interroger sur la cohérence de ce fonds documentaire qui apparaît considérable. Dans quelle mesure les sources peuvent-elles nous éclairer sur la propriété foncière et les biens fonciers en Babylonie en général ? Certes, il s’agit d’une documentation de nature économique, a priori favorable à la mise en place d’une analyse historique. Cet aspect est souvent souligné et plusieurs fois relevé par les intervenants eux-mêmes. Mais la documentation économique émanant des centres de pouvoirs peut-elle renseigner à elle seule sur les pratiques économiques d’une société aux ramifications sociales complexes ?

B. Levine et M. Hudson proposent alors de questionner les sources cunéiformes uniquement dans l’optique de savoir s’il existe un marché immobilier et si tel est le cas, comment le déceler dans les sources.

Cela suppose d’abord qu’un bien foncier ait une valeur qui dépende dudit «marché». De ce point de vue M Van de Mieroop dans «Réflexions sur les biens immobiliers urbains dans l’ancienne Mésopotamie» évoque une mise en place progressive et quasiment empirique du «marché». Il s’agit le plus souvent d’un processus en corrélation avec des événements politiques. Ainsi, M. Van de Mieroop évoque l’existence de ce «marché» qu’il constate à partir des différentes dettes contractées à Nippur durant le second millénaire. Le modèle qu’il propose suppose que la documentation renseigne sur des pratiques foncières qui ne sont que le reflet de pratiques économiques, elles-mêmes, obéissant à un «marché». Il émet ainsi l’hypothèse d’offres et de demandes déterminés par les aléas politiques. M. Hudson lui pose alors la même question qu’aux autres intervenants : est-ce que l’on peut parler dans ces conditions de «marché» ? Comment est déterminée la «valeur» du bien en question ? En somme : s’agit-il d’une économie moderne ? Si C. Wunsch rappelle qu’il est séduisant d’importer un modèle économique et même de recourir à un modèle de la propriété foncière et immobilière contemporain, et que de ce fait l’entreprise du colloque soit parfaitement louable, elle insiste en revanche pour utiliser des méthodes d’interprétation historique clairement définies et partagées par la communauté scientifique assyriologique dans son ensemble.

C. Wunsch attire ainsi l’attention de M. Dandamaiev sur le fait que le fonds documentaire qu’il utilise est constitué majoritairement de documents produits par les temples, et qu’à ce titre il demeure tributaire d’une documentation spécifique: en cela elle nécessite un traitement particulier, d’autant plus que cette documentation est une production partiale et partielle. De même M.Hudson, B. Levine et C. Zaccagnigni rappellent que malgré une documentation abondante, il est délicat d’évoquer une pratique immobilière et a fortiori spéculative en Mésopotamie avant le VIe ou le Ve siècle. C’est précisément le propos de C. Wunsch quand elle évoque la documentation disponible qui, selon elle, soulève plus de problèmes qu’elle n’en résout. Enfin, M. Van de Mieroop conclut sur l’une des difficultés de ce colloque à faire face aux caractères limités des preuves apportées par la documentation.

Par conséquent, si l’on peut interroger à loisir les documents disponibles, il faut avoir conscience du fait que nous ne risquons de ne rechercher et identifier que des structures économiques qui nous sont familières ou contemporaines, voire même des structures empruntées aux périodes classiques.

Dès lors, il est parfois hasardeux de développer la cohérence d’un schéma relevant de la seule problématique proposée. Les données économiques disponibles doivent être exploitées de manière différenciée. Il convient de dresser un état des lieux de la documentation avec sa spécificité, et c’est uniquement dans ces conditions que l’on pourra interroger les données obtenues. Pour l’heure, la première cohérence tangible reste celle fournie par la problématique du colloque et cette dernière n’est pas une donnée négligeable puisqu’elle permet une première confrontation des sources avec une problématique somme toute légitime : peut-on transposer un modèle économique moderne en Mésopotamie ancienne ? Quelles sont les analogies possibles ?

2- Les méthodes 

Les méthodes utilisées pour traiter la documentation ont permis de mieux comprendre les pratiques liées au foncier et à l’immobilier. Il s’agit de méthodes inhérentes aux sciences humaines et notamment à l’histoire. Chaque intervenant expérimente une méthode, N. Kozyvera s’intéresse aux sceaux-cylindres, alors que M. Dandamaiev se sert de la prosopographie, enfin, C. Wunsch propose pour sa part, une étude à partir d’ une archive familiale.

2-1 Glyptique et onomastique

N. Kozyreva étudie les noms propres des sceaux-cylindres, apposés sur les tablettes de ventes de maisons datant du second millénaire. Ayant recours à l’onomastique, elle constate qu’une importante population ouest-sémitique achète des maisons situées au sein des principaux centres urbains. Elle émet alors l’hypothèse selon laquelle, les transactions ont lieu au sein d’un cercle restreint, constitué par la famille et le voisinage. Par ailleurs, elle ajoute que la plupart des personnes concernées par la transaction sont des nouveaux venus dans la ville. Ces transactions ne bouleversent pas le mode de vie des populations initialement établies. Elle conclut par une approche sociale de la propriété foncière. Les liens entre acheteurs et vendeurs dépassent le simple cadre économique et il est, selon elle, important de prendre en considération les aspects sociaux. Les pratiques économiques seraient les conséquences de relations d’une autre nature: familiales, politiques, culturelles.

C. Wunsch revient amplement sur la contribution de N. Kozyreva, car elle apporte des éléments sur le peuplement des grandes villes et fait apparaître une problématique importante concernant les acteurs des transactions immobilières en Mésopotamie: quelles sont les personnes qui ont la possibilité d’acquérir des biens fonciers à l’intérieur des villes? Grâce aux sceaux-cylindres, quelques minces indices apparaissent. Malheureusement la glyptique et l’onomastique seules, ne sont pas suffisantes pour mesurer l’ampleur de ce phénomène. Toutefois, il est intéressant de constater que cette vision de la pénétration de nouvelles populations est en rupture avec les approches traditionnelles qui privilégient des installations conflictuelles où la terre est en permanence un objet de confrontation.

2-2 Prosopographie

M. Dandamaiev propose quant à lui une approche méthodologique axée principalement sur la prosopographie et l’onomastique. Il tente de reconstituer les profils des exploitants agricoles de la région de Sippar, au cours de la période néo-babylonienne et achéménide. Il suit le parcours de personnages qui gèrent d’importantes terres agricoles pour le compte du temple de l’Ebabbar. Grâce à la prosopographie, il montre que ceux qui gèrent de vastes propriétés foncières exercent (ou ont exercé) le plus souvent une fonction importante dans l’administration du temple. M. Dandamaiev émet alors l’hypothèse d’une gestion des terres, essentiellement menée depuis le temple. Ce dernier jouerait le rôle d’un administrateur foncier, voire d’un régulateur, notamment en ce qui concerne la distribution des terres, sans doute en concurrence avec un pouvoir politique dont il convient de préciser le rôle dans ce contexte.

C. Wunsch montre la limite de l’étude de M. Dandamaiev car cette dernière a pour cadre essentiellement le temple de l’Ebbabar de Sippar. Elle souligne surtout la limite d’une méthode quand cette dernière utilise un seul fonds documentaire. Pourtant, M. Dandamaiev met en avant l’importance des archives de l’Ebbabar qui lui ont permis de dresser un portrait de quelques personnalités importantes. Ces hommes ont réussi à gérer plusieurs centaines  d’hectares au nom du temple. Ainsi, l’on peut identifier, ou du moins appréhender, une pratique foncière qui va de pair avec un parcours administratif mené dans le sanctuaire. L’ensemble contribue à comprendre la stratégie foncière (s’il en existe une…) appliquée par le temple.

2-3 Les archives des Egibi

Cornelia Wunsch dans sa démonstration tente de contextualiser et de rattacher à des évènements politiques les archives des Egibi de Babylone. Pour cela, elle montre comment s’est constitué le patrimoine foncier des Egibi, particulièrement celui de Nabû-ahhē-iddin, fils de Šulaia, descendant d’Egibi. C’est lui qui a mis en oeuvre une poltiique d’acquisition systématique de terres agricoles et qui a permis à la famille de se «territorialiser». Après sa disparition, les générations suivantes de la famille Egibi se sont attaché à consolider ces possessions. Pour étayer sa démonstration, C. Wunsch souligne l’importnace des événements politiques qui ont permis l’acquisition d’une importante parcelle de terre par Nabû-ahhē-iddin en 559, au cours du règne du roi Nériglissar. La terre concernée couvrait une superficie notable de 24 kur (32 ha) et représentait un investissement conséquent pour les Egibi. C. Wunsch précise par ailleurs que Nabû-ahhē-iddin n’est ici que l’un des associés documentés et qu’il apparaît comme partie prenante d’une vaste entreprise comprenant plusieurs entrepreneurs. Si l’on ignore la forme de cette association, on voit qu’à la mort de l’un des deux acquéreurs, la parcelle a été divisée entre les descendants des deux associés.

La réflexion de C. Wunsch est fondée sur le postulat que les Egibi possèdaient des terres pourvues d’une valeur importante. Cette valeur se justifiait en partie par le potentiel d’augmentation des capacités de production, qui constituait donc une forte valeur ajoutée. Mai sil n’y a pas que cela: il est également question d’une topographie particulière où la localisation et la situation participent à l’estimation de la valeur totale de la terre. Ainsi, C. Wunsch rejoint les conclusions tirées par M. Hudson des données archéologiques.

C. Wunsch reconnaît qu’il reste difficile de rassembler une documentation archéologique suffisamment importante pour en tirer des informations indubitables. Elle se sert donc essentiellement de la documentation épigraphique afin d’étudier les parcelles de terre acquises par les Egibi le long du «grand canal» à Babylone. Elle propose de reprendre toutes les données topographiques, et ainsi de dresser un ou plusieurs plans qui permettraient de constituer un cadastre. L’exploitation du cadastre permettrait de dresser un schéma d’ensemble de la distribution des terres en Mésopotamie. En outre, pour C. Wunsch, les pratiques économiques liées à la propriété foncière et aux biens immobiliers doivent nécessairement être mises en relation avec les liens sociaux et les dépendances qui unissent les principaux acteurs de la vie économique. C’est ainsi que l’on peut saisir les politiques et les stratégies affectées à la gestion des terres, aux tenures et aux propriétés foncières en Mésopotamie.

Ce lot d’archive montre là ses propres limites. Il ne renseigne pas sur l’ensemble du réseau économique connecté à la famille Egibi, quant à la valeur de la terre, les données disponibles ne permettant pas vraiment de dresser un schéma d’ensemble. Par ailleurs les quelques données explicitant la valeur pécunaire des terres ne peuvent être exploitées sur une grande échelle car elles ne fournissent pas de variations assez significatives. 

3- Apports et perspectives de recherches. 

3-1 Une méthodologie pour l’histoire économique.

L’ouvrage fait apparaître des problématiques relativement novatrices pour le milieu des années 90, notamment celles concernant les différentes expressions de la propriété foncière, l’existence d’un marché immobilier et la valeur de la terre en Mésopotamie. En effet, d’importants transferts de biens fonciers sont constatés dans la documentation et ils renseignent parfois sur les modalités des transactions; en outre la documentation fournit des indices, minces mais réels, sur la valeur de la terre. Ces problématiques sont inhérentes au contexte de renouvellement historiographique de cette période. D’où la nécessité de dresser un bilan qui contribue à l’écriture d’une histoire économique de la Mésopotamie.

La fixation de la chronologie offre de nombreuses perspectives de recherche. Un «marché immobilier» n’existe pas en tant que tel avant la seconde partie du Ier millénaire. Les pratiques attestées durant les siècles précédents sont les conséquences de phénomènes sociaux et économiques liés à un contexte politique particulier. Il ne saurait y avoir une histoire économique sans un paradigme politique, même sommaire. Pour autant, au Ier millénaire, on ne constaterait l’apparition modérée d’un marché foncier qu’à partir du IVe siècle, moment où les pratiques économiques et donc foncières et immobilières se mettent à changer. «Cela prendra davantage de temps avant que la terre ne soit l’objet d’un investissement commercial, sans parler du phénomène moderne qui inclut la spéculation» indique ainsi M. Van de Mieroop.

Les principales conclusions apportées par l’ouvrage constituent des paramètres essentiels pour des études futures sur l’économie d’expression cunéiforme. Elles semblent être partagées par tous, tant elles forment un dénominateur commun à l’ensemble de l’ouvrage.

D’abord le recours systématiquement à des méthodes rigoureuses. Désormais, il faut tenir compte de la diversité des sources et dans la mesure du possible se consacrer d’abord à des monographies. En effet, il n’est pas pertinent de tenter de dresser une présentation globale, car on se heurte à la difficulté d’application d’un modèle trop généraliste.

Ensuite,  il faut avoir à l’esprit que l’économie mésopotamienne recèle des mécanismes qui lui sont propres et qu’il convient de faire apparaître en dehors de modèles économiques importés de l’Antiquité classique ou d’une autre période historique.

Enfin, il est absolument nécessaire de travailler sur les liens qui unissent les acteurs de la vie économique tout en examinant le rôle exercé par les détenteurs du pouvoir politique.

3-2 Quelques constats

L’ouvrage comporte quelques points faibles qu’il convient de relever.

En premier lieu, le manque d’une synthèse finale. Ainsi des études de cas trop précises ne permettent pas toujours de répondre aux différentes problématiques. À cela s’ajoute, une difficulté dans l’analyse spatiale : les territoires étudiés ne sont pas toujours définis, d’où la difficulté tout au long de l’ouvrage de recourir à un terme précis, «Mésopotamie» «Proche-Orient ancien», ou simplement la mention du cadre étudié (ville).

Pour autant, l’un des principaux manques de cet ouvrage demeure l’absence d’un cadre et d’une interprétation juridiques. Les formules juridiques, très nombreuses, ne sont pas forcément explicitées, alors que des cas particuliers sont cités comme exemples. Dans quelle mesure, ces exemples sont-ils révélateurs d’un comportement économique plus général?

Ensuite, certains auteurs n’ont pas recours à un vocabulaire commun, ce qui peut parfois donner lieu à des contresens.

Notons également la quasi-absence d’explicitation des données politiques et historiques. Ce manque de contextualisation rend difficile une compréhension de l’ensemble et ne rend pas convenablement compte des évolutions politiques et à plus forte raison économiques observées  sur le «temps long» comme cela est proposé par l’ISLET.

L’utilisation des sources économiques ne doit pas être trop exclusive et négliger d’autres types de documentation : par exemple la documentation épistolaire, relativement abondante en Mésopotamie, qui peut parfaitement nous renseigner sur les pratiques économiques et plus particulièrement celles liées à la propriété foncière et immobilière.

Enfin, l’ouvrage est à replacer dans le contexte d’une économie de marché, celle de la fin du XXe siècle, triomphante et expansionniste qui n’avait pas alors rencontrée de sérieuses remises en cause. Moins de dix ans après la chute du mur de Berlin (à mettre en relation avec la présence au colloque d’historiens de l’ancien bloc de l’Est), en Russie, les oligarques luttent avec les reliquats des grands organismes soviétiques afin de s’approprier davantage de biens immobiliers et de propriétés foncières à Moscou et dans les grandes villes. Voilà pourquoi la Russie est régulièrement citée en exemple par les intervenants qui observent de nombreuses analogies entre l’état relativement dynamique de l’économie russe à la fin des années 90 et les pratiques économiques urbaines en Mésopotamie au Ier millénaire avant notre ère. Par conséquent, il est parfois difficile de dégager les problématiques liées à l’économie ancienne de celles liées à des enjeux plus contemporains

3-3 Une dynamique de recherche.

M. Hudson conclut en annonçant, une nouvelle thématique pour un colloque à venir : «l’écriture d’une histoire économique nécessite de dresser des schémas communs: pourquoi ne pas commencer par le salaire?».

D’autres rencontres ont été organisées par M. Hudson et B. Lévine dans le cadre de l’ISLET et ont donné lieu à publication dans le Peabody Museum Bulletin. Ce groupe de chercheurs est resté très actif en matière d’histoire économique du Proche-Orient ancien, tout au long de la décennie suivante. Il exerce une influence certaine sur l’historiographie économique, en réunissant plusieurs spécialistes. Urbanization and land ownership  fait ainsi partie d’une série de publications qui ont contribué à renouveler l’approche de l’histoire économique mésopotamienne.

Notes de lecture: Péter Vargyas, From Elephantine to Babylon. Selected Studies of Péter Vargyas on Ancient Near Eastern Economy, Budapest, 2010, par Gauthier Tolini (docteur, Paris 1)

Spécialiste de l’histoire du Proche-Orient ancien, Péter Vargyas était membre du département d’Histoire de l’antiquité de l’université de Pécs (Hongrie). Ses études ont concerné essentiellement l’histoire économique de la Mésopotamie au IIe et Ier millénaire. Il est notamment l’auteur d’une monographie importante consacrée aux prix des produits de base en Babylonie publiée en 2001 (P. Vargyas, A History of Babylonian Prices in the First Millenium BC. 1. Prices of the Basic Commodities, Heidelberger Studien zum alten Orient – Band 10. Heidelberger Orientverlag, 2001). À la suite de son décès prématuré en 2009, ses collègues de l’université ont décidé de publier un recueil d’hommages rassemblant vingt-trois articles publiés entre 1984 et 2005. Ces différents travaux couvrent une large période chronologique, depuis le IIe millénaire (études consacrées aux marchands hittites d’Ugarit), jusqu’à la fin du Ier millénaire (ses recherches ont aussi porté sur la Babylonie hellénistique et parthe). Le cadre géographique impliqué dans ces études dépasse celui annoncé par le titre de l’ouvrage. On y trouve effectivement de nombreuses articles consacrés à l’Égypte et à la Mésopotamie, mais aussi à l’Iran avec une étude concernant le trésor d’argent découvert sur le site de Nush-e Jan situé en Médie. D’autre part, les différentes langues utilisées pour ses articles, à savoir l’anglais, le français et l’allemand, témoignent d’une volonté forte chez P. Vargyas de voir diffuser ses travaux auprès d’un large public. Il n’est pas question pour nous de traiter de l’ensemble des sujets de cet ouvrage, mais de nous concentrer avant tout sur ses principales études portant sur l’économie en Babylonie au Ier millénaire et notamment sur les prix et les réformes monétaires de Darius Ier. Ces deux sujets nous permettront de présenter une partie de la documentation babylonienne utilisée pour étudier l’économie et également d’exposer les réussites et les échecs des méthodes d’analyse et d’interprétation élaborées par P. Vargyas.

Incrédulité, tâtonnement et hypothèses concernant les prix des produits de base en Babylonie

L’étude des prix en Babylonie fait l’objet de trois articles présents dans cet ouvrage: Les prix des denrées alimentaires de première nécessité en Babylonie à l’époque achéménide et hellénistique (p.55-75), L’économie de la Mésopotamie et les tablettes astronomiques (p.76-86) et Astronomische Tagebücher und Preislisten (p.222-232). Ces articles reposent sur l’examen d’une documentation spécifique à savoir les journaux astronomiques dont P. Vargyas souligne ainsi l’importance comme « source de choix non seulement pour les astronomes, mais aussi pour les historiens » (p.77). Dans ces journaux sont consignés les phénomènes célestes et également d’autres signes qui ont semblé importants pour les observateurs, dont l’état du ciel, le prix de différents produits de première nécessité, le niveau des eaux de l’Euphrate et les événements politiques, militaires et locaux marquants. C’est la mention de prix qui offre à l’historien un matériau unique dans l’histoire de l’Antiquité. Ces produits de première nécessité sont exprimés dans l’ordre suivant : l’orge, les dattes, le kasû, le cresson, le sésame et la laine. P. Vargyas explique l’ordre des produits alimentaires en fonction de leur importance, l’orge et les dattes étant ainsi à la base de la nourriture. Le kasû (dont l’identification reste débattue) jouait, quant à lui, un rôle important dans la fabrication de la bière. Enfin, le cresson permettait une alimentation plus variée. On trouve ensuite l’huile de sésame qui n’était pas seulement utilisée dans la cuisine, mais aussi pour les soins du corps et l’éclairage. Enfin, en dernière position, se trouve la laine la matière première principale de l’habillement. Les tablettes expriment toujours le volume de produits que l’on peut acheter pour 1 sicle d’argent (soit 8, 4 g.). P. Vargyas reconnaît que cette façon de présenter les choses peut nous surprendre et même être « gênante » (p. 58) de prime abord puisque plus la quantité de produits est élevée, plus le prix est bas et au contraire plus la quantité de produits est basse, plus le prix est élevé. Face à ces données, P. Vargyas exprime d’abord sa perplexité : « Quand j’ai classé ces prix pour la première fois par an et par mois, j’ai trouvé un désordre dont je n’ai su que faire » (p.78). La très grande fluctuation des prix lui semblait alors « irrationnelle » (p.80). L’auteur reconstitue ainsi le mouvement général du prix des dattes dont la récolte se situe au cours du mois d’arahsamnu de l’année babylonienne (octobre-novembre) : les prix chutent pendant l’hiver, puis augmentent continuellement de début mars à la fin mai, puis rechutent parfois brutalement avant d’augmenter à nouveau de la fin de juillet à septembre (p. 62). Pour illustrer l’importance de la chute des prix au mois de mai, P. Vargyas prend l’exemple de l’année 258 où l’on pouvait acheter 52, 5 litres de dattes pour 1 sicle d’argent d’avril à début mai et 124 litres entre mai et juin. À partir de cet exemple, il constate que le prix des dattes a chuté de près de 100 % en un mois. Pour l’auteur ce double mouvement de chute et de hausse des prix, surtout lors des mois de mai-juin, ne semble pas « naturel » (p. 62). On s’attend en effet à ce que le prix reste stable après la récolte puis augmente en fonction de la diminution des stocks disponibles jusqu’à la prochaine récolte qui a lieu en octobre-novembre. P. Vargyas a alors l’idée de mettre en relation les prix des différents produits pour voir si leurs évolutions respectives ne seraient pas liées. Il conclut ainsi : « Les prix babyloniens étaient en fluctuation permanente, et, en dehors des effets saisonniers, les changements de prix étaient influencés par le mouvement des prix des différents articles de base les uns par rapport aux autres » (p.78). L’auteur explique ainsi les différentes fluctuations du prix des dattes. La baisse constatée en mai s’explique par la chute de la demande qui s’est reportée sur l’orge dont le prix est alors au plus bas (nous sommes juste après la récolte). Puis l’augmentation du prix de l’orge entraîne à nouveau le déplacement de la demande sur les dattes en été dont le prix augmente alors. Au printemps, le manque de céréales entraîne un nouveau report de la demande sur les dattes, ce qui en fait monter le prix. Pour illustrer la théorie de P. Vargyas sur le transfert de demande entre l’orge et les dattes, R. Van der Spek s’appuie sur un passage de Diodore qui évoque ainsi la marche d’Eumène de Cardia en direction de l’Élam en 317 : « Celui-ci cependant ayant traversé le Tigre et se trouvant dans la Susiane, partagea son armée en trois corps pour la facilité des vivres et malgré cette précaution, il rencontra une grande disette d’orge. Il fut réduit à distribuer à ses soldats du riz, du sésame, des dattes et de pareilles espèces de fruits qui abondent en ces terres » (Diodore XIX, 13.6). Ce départ en Élam a eu lieu à partir du mois d’octobre, soit au moment de la récolte de dattes (R. Van der Spek, « The effect of war on the prices of barley and agricultural land in Hellenistic Babylonia » in : J. Andreau, P. Briant, R. Descat, (éd.), Économie antique. La guerre dans les économies antiques, Entretiens d’archéologie et d’histoire 5, Saint-Bertrand-de-Comminges, 2000 : 296). Fort de ce constat, P. Vargyas peut alors appliquer son modèle aux autres prix. Il prend pour cela l’exemple de la laine. Il constate que le prix de la laine est relativement stable, entre 2 et 1,5 kg pour 1 sicle d’argent suivant les années. Les prix des denrées alimentaires de l’an 274 témoignent d’une famine en Babylonie, pourtant on constate que prix de la laine est alors exceptionnellement bas : 2, 5 kg pour un sicle. L’auteur explique ce fait par les rapports entre l’offre et la demande : le prix élevé de l’orge et des dattes absorbait le pouvoir d’achat, la demande de laine était donc faible et son prix baissait.

Pour P. Vargyas, ces changements de prix donnent ainsi l’image d’une économie orientée vers le marché. Ces changements étaient déterminés par deux facteurs : les changements de l’offre liés aux cycles de production agricole et les décalages périodiques de la demande se rabattant sur les dattes ou sur l’orge. D’après ses observations, les prix changeaient constamment en fonction de la loi de l’offre et de la demande et les pouvoirs centraux n’intervenaient pas dans la régulation des prix, les reports de la demande corrigeaient ainsi les hausses de prix (p. 71 et p.82-83). Ainsi, les articles rassemblés dans From Elephantine to Babylon constituent une très bonne introduction à la monographie que P. Vargyas rédigea sur ce sujet et qui parut en anglais en 2001 sous le titre A History of Babylonian Prices in the First Millenium BC.

Si l’hypothèse de P. Vargyas concernant les fluctuations saisonnières des prix représente une avancée décisive, en revanche, certains points de son travail furent l’objet de discussions. Un des plus controversés est l’utilisation du terme de « prix ». Nous avons vu que ce que Vargyas appelait « prix » (price, Preise) était en fait la quantité de biens achetée pour 1 sicle d’argent. Les tablettes astronomiques utilisent le terme de mahīru que R. Van der Spek propose de traduire par « valeur d’échange », beaucoup plus proche de la réalité. Pour Van der Spek cette confusion entre « valeur d’échange » et « prix » a conduit Vargyas à commettre de nombreuses erreurs d’interprétation. Par exemple, les tablettes astronomiques montrent que la quantité d’orge que l’on pouvait acheter avec 1 sicle d’argent a diminué de 360 litres à 120 litres au cours de l’été de l’année 566/565. Pour Vargyas, le « prix » de l’orge a augmenté de 67 % car la quantité achetée pour 1 sicle a diminué de 67 % (A History of Babylonian Prices in the First Millenium BC, p.109, fig. 29). Cependant, la méthode de Vargyas ne permet pas de connaître le prix réel de l’orge. Pour cela, Van der Spek calcule la valeur de 1 000 litres d’orge et conclut, quant à lui, à une augmentation de 200 % du prix de l’orge (R. van der Spek & C. Mandemakers, « Sense and Nonsense in the Statistical Approach of Babylonian prices », BiOr 60, 2003, p.521-537). Malgré cette imprécision terminologique, la méthode empirique et déductive que P. Vargyas a appliquée à des faits bruts a permis d’obtenir des résultats fructueux qui ont permis de faire avancer la recherche.

À la recherche du sicle de Darius Ier ou l’impasse méthodologique

 À travers plusieurs de ses articles, P. Vargyas a également contribué à l’étude de la réforme tributaire de Darius Ier : « Kaspu ginnu and the Monetary Reform of Darius I » (p. 102-120) et « Darius I and the Daric Reconsidered » (p. 130-140). D’après Hérodote, le Grand Roi aurait réorganisé l’Empire perse en vingt satrapies et aurait fixé pour chacune d’entre elles un tribut annuel à verser en or ou en argent (III, 89-94). Il y a aujourd’hui un consensus historique pour attribuer à Darius Ier la frappe des premières monnaies royales achéménides : la monnaie d’argent (sicle) et la monnaie d’or (darique). Elles représentent toutes deux le roi en archer. La date des premières frappes n’est pas connue avec précision. On dispose néanmoins d’un repère chronologique, il s’agit de l’empreinte d’une monnaie royale scellant une tablette de Persépolis daté de l’an 22 de Darius (500/499). Pour Pierre Briant, le monnayage royal aurait débuté vers 512, au moment où le Grand Roi s’est assuré le contrôle strict de l’Asie Mineure (P. Briant, Histoire de l’Empire perse, Paris, 1996 : 420-421). En effet, les premières monnaies royales perses ont d’abord été frappées exclusivement à Sardes. Elles ont circulé de manière préférentielle en Asie Mineure. Cependant, on constate que le sicle ne s’est pas imposé comme monnaie unique, puisque les cités grecques de la côte ont continué de frapper leurs propres monnaies.

Qu’en est-il de la circulation des monnaies de Darius en Babylonie ? Précisons qu’aucun texte ne fait référence de manière explicite ni aux dariques ni aux sicles de Darius. De même, on a très peu de traces archéologiques de ces monnaies. On en trouve quelques-unes entières ou découpées dans le Trésor d’argent de Babylone daté de l’époque perse (cf. J. Reade, « A Hoard of Silver currency from Achaemenid Babylon », Iran 24, p. 79-89). Ainsi, en Babylonie, avant l’époque séleucide, on ne trouve aucune attestation de paiement au moyen de pièces de monnaie dans la vie quotidienne, l’argent est toujours pesé. Malgré l’absence de preuves textuelles de l’utilisation des monnaies perses, P. Vargyas affirme qu’il n’y a pas de raison de penser que les Babyloniens n’aient pas eu accès aux sicles de Darius : « This is not by chance, since no mentions of the coins of Darius are thought to exist in the cuneiform records. This is understandable for the darics but highly improbable for the sigloi, as we have no reason to think that people in Babylonia lacked access to these coins » (p.107). L’auteur raisonne ici par induction et entreprend de rechercher les sicles de Darius dans la documentation cunéiforme du VIe siècle composé de milliers de textes issus d’archives privées des grandes familles de notables et des archives administratifs des temples dont l’Eanna d’Uruk et l’Ebabbar de Sippar. Pour ce faire, Vargyas s’intéresse aux nombreux adjectifs qualifiant la monnaie en Babylonie et constate l’apparition de l’expression « kaspu ginnu » au cours du règne de Cyrus et l’augmentation de son utilisation lors du règne de Darius Ier. L’auteur conclut que cette augmentation lors de ce dernier règne ne peut pas être accidentelle (p.108). Avant de proposer sa propre interprétation du kaspu ginnu, Vargyas rappelle la définition vague qu’en donne le Chicago Assyrian Dictionary (CAD) : l’ « argent porteur d’une marque ginnu » (CAD G, p.79b). Puis, il présente les interprétations opposées que M. Powell (« A Contribution to the History of Money in Mesopotamia Prior to the Invention of Coinage », in B. Hruška and G. Komoróczy (éd.), Festschrift Lubor Matouš, Eötvös Loránd Tudományegyetem, Ókori Történeti Tanszekek, Budapest, 1978, p. 211–243) et F. Joannès (« Métaux précieux et moyens de paiement en Babylonie achéménide et hellénistique », Transeuphratène 8, p. 137-144) ont données de cette expression. Les deux auteurs interprètent différemment les lettres GC 2, 101 et CT 22, 40. Dans la première, deux hauts administrateurs du temple de l’Eanna avertissent ainsi des orfèvres : « Si c’est de l’argent ša ginni que vous avez fondu, alors vous subirez le châtiment du roi » (GC 2, 101 : 8). Dans la deuxième, un administrateur de l’Ebabbar de Sippar prévient un orfèvre : « Telle est l’instruction royale : ‘On ne doit pas donner de l’argent ša ginni’’. Tu ne dois donc recevoir que de l’argent parfaitement raffiné » (CT 22, 40 : 11). Pour M. Powell, le kaspu ginnu est de l’argent qui porte l’empreinte du roi. Au contraire, pour F. Joannès, suivant le CAD G 80a, la marque-ginnu signifierait que l’argent n’est pas destiné à un usage d’orfèvrerie en raison de sa qualité imparfaitement pure, mais qu’il pouvait être utilisé dans le cadre d’échanges commerciaux car son degré de pureté restait suffisant ; en effet, de nombreux textes précisent que le degré de pureté de l’argent ša ginnu est de 87, 5%. La présence d’une marque (ginnu) sur l’argent ne serait qu’une indication de qualité et n’implique pas une émission prise en charge par une autorité monétaire. F. Joannès propose alors de traduire ginnu par poinçon. L’argent poinçonné serait alors affecté d’une pureté reconnue, car quantifiée. Vargyas se range du côté de l’opinion de Powell et conclut que Cyrus le Grand a introduit de l’argent estampillé en Babylonie protégé par un édit royal. Son utilisation et sa diffusion ont été limitées au cours des premiers rois perses, Cyrus et Cambyse, comme le prouvent les quatre références dont Vargyas disposait (p. 116). Puis durant le règne de Darius, l’argent ša ginnu s’est répandu comme l’attestent les 135 références rassemblées (p. 116-120). Vargyas propose d’affiner la chronologie de la diffusion de cet argent estampillé. Au début du règne de Darius Ier jusqu’en 517, l’argent ša ginnu est surtout utilisé pour des prêts ou pour des opérations commerciales impliquant des quantités d’argent importantes. L’argent estampillé a pénétré tous les secteurs économiques : location de maison, achat de terres, d’animaux, d’huile, paiement des salaires, etc. Des transactions impliquant de petites quantités sont payées en argent estampillé. En se basant sur cette chronologie, P. Vargyas propose d’identifier cet argent estampillé d’un poids régulier avec le sicle créé par Darius : « If we ask after this survey what this stamped silver of regular weight introduced by Darius could be, it is hard to escape the conclusion that they be identified with the sigloi » (p. 111). Puis l’auteur s’efforce de répondre lui-même à deux objections que cette identification pourrait soulever. Premièrement, on peut se demander pourquoi les textes ne précisent jamais l’autorité qui a apposé cette marque-ginnu à la différence des monnaies séleucides qui indiquent par exemple « statère d’Antiochos ». Cette absence de référence à une autorité précise est relevée dans le CAD : « the word ginnu must refer to a mark actually stamped on the metal. This mark evidently was not applied by an authority, because if it had been, this authority would have been mentioned in our texts » (CAD G, 80a). Pourquoi dans le cas du kaspu ginnu ne pas préciser le nom du roi perse qui figurerait sur cette pièce de monnaie ? Vargyas remarque que les pièces achéménides ne comportent pas le nom du roi et ont des motifs très limités, il était donc impossible pour les habitants d’identifier le roi représenté. Deuxièmement, on constate (d’après les données disponibles lors de la rédaction des différentes études de Vargyas sur ce sujet) des références aux kaspu ša ginnu au cours du règne de Cyrus. Cet argent ne peut donc pas correspondre au sicle introduit par Darius. Pour Vargyas, les pièces estampillées sous le règne du fondateur de l’Empire perse feraient en fait référence à des Créséides (p.112).

En conclusion, pour Vargyas l’analyse du monnayage de Darius que les historiens datent de 512 doit être reprise car on trouve une mention de kaspu ša ginnu sous le règne de Nabuchodonosor IV qui se déclara roi en Babylonie en 521. À ce moment, Darius Ier aurait entrepris une réforme monétaire importante en faisant frapper une monnaie à son effigie pour faire circuler l’image royale et affirmer ainsi son pouvoir sur les provinces reconquises. Pour P. Vargyas, la même expression de kaspu ša ginnu désignerait donc deux pièces de monnaies différentes : des Créséides sous le règne de Cyrus (539-530) et des sicles de Darius à partir du règne de Nabuchodonosor IV (521).

Avoir avoir été formulée l’hypothèse de P. Vargyas a suscité de nombreuses réserves. Elle a été fortement contredite par M. Jursa dans son ouvrage consacré à l’économie de la Babylonie : Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millenium BC., AOAT 377, Münster, 2011, p.480-490. L’auteur rappelle que le contexte archéologique montre que le sicle perse n’a pas pénétré en Babylonie. Il fait également remarquer que la qualité du sicle de Darius (entre 96 et 98 %) est supérieur à celle du kaspu ša ginni (qui est toujours de 87, 5% comme le précise les textes). Il ajoute que la chronologie proposée par Vargyas est incomplète, les premières attestations du kaspu ša ginni remontent à Nabonide et s’arrêtent au début du règne de Xerxès. M. Jursa ouvre alors une nouvelle piste de recherche : la répartition chronologique des références montre que nous sommes face à une pratique visant à garantir la qualité de l’argent introduite par la royauté néo-babylonienne et poursuivie par les rois perses. Celle-ci a peut-être été encouragée par Darius. Cet argent garanti (par un poinçon, une estampe, ou bien une effigie) était semble-t-il validé par les temples et destiné en priorité au trésor royal. Dès lors, la profonde restructuration administrative décidée par Xerxès en 484 après les révoltes en Babylonie soutenues par les temples pourrait expliquer la disparition de cet argent dont la qualité était garantie.

* * *

Les deux études menées par Vargyas concernant les prix à partir des journaux astronomiques et les sicles de Darius à partir des textes privés et administratifs ont débouché sur de réelles avancées historiques pour la première et sur un échec pour la deuxième. Cette différence dans les résultats obtenus s’explique par les méthodes suivies. Nous avons vu que dans le cadre de l’étude des prix, l’auteur était parti des données brutes des textes qu’il a ordonnées sans savoir ce qu’il allait y trouver, il confessait même n’y rien avoir compris pendant longtemps. Les articles présents dans From Babylon to Elephantine nous permettent de suivre la manière dont P. Vargyas a construit son raisonnement historique avec ses tâtonnements, ses doutes et ses hypothèses. Les résultats de cette méthode empirique et déductive se sont révélés concluants. Dans le cas du sicle de Darius, P. Vargyas a changé de méthode d’analyse. Il est parti d’un postulat de base à savoir que le sicle de Darius s’était forcément répandu en Babylonie (« we have no reason to think that people in Babylonia lacked access to these coins », p.107). Ce raisonnement par induction l’a conduit à sur-interpréter les références qu’il avait rassemblées.

Notes de lecture: Robert Rollinger & Christopher Ulf (eds.), Commerce and Monetary Systems in the Ancient World. Means of Transmission and Cultural Interaction. Proceedings of the Fifth Annual Symposium of the Assyrian and Babylonian Intellectual Heritage Project. Held in Innsbruck, Austria, October 3rd-8th, 2002, Melammu Symposia 5, Stuttgart, 2004, par Anne-Renée Castex (doctorante, Paris 1)

Ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre du projet «Melammu : the Assyrian and Babylonian Intellectual Heritage in East and West», avait pour objectif d’étudier le commerce et les systèmes monétaires sous l’angle des contacts culturels entre Orient et Occident, dans une période vaste de plus de 3.000 ans, du troisième millénaire avant notre ère jusqu’à l’époque islamique. Mais face à la difficulté de lier commerce et transferts culturels, la plupart des contributeurs ont traité l’un ou l’autre aspect séparément. Du point de vue de l’histoire économique, les débats ont porté principalement sur deux aspects méthodologiques : l’application des théories économiques en histoire ancienne et l’utilisation des modèles à des fins heuristiques. Malgré une volonté évidente de ne pas tomber dans une polémique stérilisante bien que légitime, à l’instar de la querelle entre modernistes et primitivistes concernant la nature de l’économie ancienne, il apparaît que ces questions d’approches méthodologiques sont loins d’être tranchées. Et ce n’est pas le moindre mérite de ce colloque que d’aborder ces problèmes dans une optique pluridisciplinaire, nécessaire afin d’entamer une réflexion épistémologique commune, contribuant de ce fait au décloisonnement des études sur l’économie ancienne.

*          *          *

Le “Melammu Project”

Ce colloque s’inscrit dans le cadre d‘un projet de recherche international lancé en 1998 intitulé «Melammu : the Assyrian and Babylonian Intellectual Heritage in East and West», dont le but est d’étudier la diffusion et la transformation de la culture mésopotamienne dans le monde ancien au sens large :  depuis le IIe millénaire jusqu’à l’époque islamique.

Le nom du projet, «Melammu», a été choisi à dessein pour illustrer l‘impact de la culture mésopotamienne sur le monde environnant et les cultures postérieures. Ce mot akkadien emprunté au sumérien (me.lám) désigne l’éclat qui entoure les divinités (1). Il fournit un exemple de transfert et de continuité culturelle sur près de 4.500 ans (2600 jusqu’à nos jours), depuis l’aura des dieux, démons et rois mésopotamiens jusqu’aux halos des saints et des anges byzantins et aux auréoles chrétiennes.

Dans le cadre de ce projet, des colloques sont organisés annuellement avec un thème spécifique, qui s’inscrit dans les orientations générales. Leur objectif premier est de promouvoir une recherche pluridisciplinaire en fournissant une tribune et un forum où peuvent être étudiés de manière systématique les processus de continuité culturelle (transferts, diffusion) dans le monde ancien. Cependant, il semble que le projet marque le pas depuis 2002, probablement pour des raisons financières. En effet, le dernier colloque, qui s’est tenu en 2008, quatre ans après le précédent, n’a toujours pas été publié.

À ce jour, six colloques ont eu lieu, entre 1998 et 2008, portant majoritairement sur des thèmes d’histoire culturelle : l’héritage de l’empire assyrien [1998](2), la mythologie [1999] (3), les idéologies [2000] (4), l’historiographie des études proche-orientales [2001] (5), le commerce et les systèmes monétaires [2002], et enfin la globalisation au premier millénaire [2008, à paraître]. Le colloque de 2002 est donc le seul pour lequel un thème explicitement économique a été choisi.

Le commerce comme vecteur d’échange culturel : un objet d’étude impossible?

 Dans le cadre du projet “Melammu” et à la lecture de l’introduction, il apparaît que l’objectif de ce colloque était d’étudier le commerce et les systèmes monétaires en tant que moyens de transmission et d’interaction culturelle car «les impératifs économiques sont des ressorts de l’activité humaine et la force motrice des rencontres trans-culturelles» (6). Le projet sous-jacent était plus précisément d’étudier les contacts Est-Ouest en évitant le double écueil de l’orientalisme (7) et de l’eurocentrisme (8), dans l’idée que «les énormes changements qui ont eu lieu dans les différentes zones de Grèce dans le premier tiers du premier millénaire avant J.-C. restent incompréhensibles sans le contexte plus large de l’histoire orientale» (9). On constate donc que, dans la lignée d’un M. Rostovtzeff, l’histoire du commerce est conçue ici avant tout comme une réflexion sur les rapports entre Orient et Occident plutôt que comme une véritable histoire économique et sociale. Dans cette perspective, l’accent était donc mis sur les agents du commerce international comme vecteurs des relations interculturelles ainsi que sur les zones d’interface comme la côte levantine et Chypre.

Sur trente-huit communications, vingt-neuf ont été retenues pour publication. La majorité des contributions concerne le premier millénaire. Les actes ont gardé pour structure les différentes sessions du colloque et sont divisés en huit parties : les théories économiques (I), la Mésopotamie au troisième millénaire (II), Mésopotamie et Levant dans la première moitié du premier millénaire  (III), Grèce archaïque (IV), les théories économiques appliquées à l’Antiquité classique (V), Levant, Egypte et monde égéen dans la première moitié du premier millénaire (VI), Grèce et Achéménides, Parthes, Sassanides et Rome (VII), aspects particuliers (VIII).

À la lecture, force est de constater  que le contenu de l’ouvrage est fort différent de ce que son titre laisserait penser. Car le projet annoncé se révèle en grande partie irréalisable. Si l‘étude des sociétés multiculturelles assyriennes, babyloniennes et perses ou celle du commerce phénicien paraît en effet pleine de promesses, les sources directes manquent, comme l’explique Muhammad Dandamayev, dans sa communication sur les minorités ethniques en Babylonie au premier millénaire: «nos informations sur les contacts culturels entre groupes de différentes nations en Mésopotamie sont extrêmement maigres» (10). Pour l’empire perse, Josef Wiesehöfer remarque que si l’intégration politique à cette échelle favorise les échanges, il n’a que peu de données pour le confirmer (11). Après avoir passé en revue la documentation et listé quelques exemples classiques de transferts culturels entre Perses et Grecs, il est en mesure de conclure que commerce et transferts culturels il y a eu, mais sans pouvoir relier les deux. Dans sa contribution sur la Babylonie au Ier millénaire (12), Michael Jursa dispose de suffisamment de données pour prouver l’existence d‘un commerce babylonien avec la Méditerranée, mais ne peut le reconstruire en détail. Le reste de son article porte donc uniquement sur les traits de l’économie babylonienne. Pour l’empire assyrien, Karen Radner fait face à la même difficulté (13). Enfin, concernant les Phéniciens, les sources, essentiellement externes, à savoir grecques et bibliques documentent la vision que ceux-ci avaient des Phéniciens et la réalité de l’ampleur de leur commerce, mais sans pouvoir aller beaucoup plus loin. Ingomar Weiler, qui a comparé l’esclavage dans Homère et la documentation proche-orientale, s’est quant à lui retrouvé confronté à une difficulté d’ordre méthodologique : comparer des sources littéraires du côté grec, juridiques et administratives pour le Proche-Orient et l’Egypte (14).

De fait, face à ces difficultés, la plupart des auteurs ont donc traité séparément le thème ou le sous-thème du colloque : les échanges culturels d’une part, le commerce d’autre part. Seule une minorité de contributions a réussi à lier les deux. C’est par exemple le cas de Kurt Raaflaub, qui s’est intéressé au rôle joué par l’élite grecque de l’époque archaïque dans les interactions avec le Proche-Orient et l’Egypte (15), et d’Andrea Gariboldi, qui a tenté d’appréhender les traits de la royauté parthe par la comparaison des titres des monnaies séleucides et parthes (16).

Finalement, concernant l’économie du Proche-Orient ancien, on peut retenir environ la moitié des contributions du colloque, dont l’apport sera synthétisé suivant deux axes problématisés. Le premier concerne la méthode à adopter pour l’histoire économique, l’application des théories économiques à l’étude de l’Antiquité en général, et du Proche-Orient en particulier, et notamment la question de l’actualité de la vieille controverse entre primitivistes et modernistes.  Le deuxième aspect concerne la pertinence de l’application des modèles comme outils heuristiques pour l’étude de l’économie ancienne, et les modalités de leur utilisation.

L’histoire économique : une méthodologie à construire, une terminologie à clarifier

 Dans sa communication sur les théories économiques et le Proche-Orient ancien (17), Marc Van de Mieroop affirme qu‘«aucune vraie histoire économique du Proche-Orient ancien n’a jamais été écrite.»  (p. 54). La raison principale en serait la méthodologie des historiens, qui, trop souvent, ne précisent pas quelle est le fondement théorique de leurs analyses, c’est-à-dire à quel courant de pensée économique ils se rattachent. Il en résulte une imprécision de la terminologie, qui est pointée du doigt par plusieurs auteurs.

C’est le cas par exemple de Piotr Steinkeller dans sa communication sur la définition de l’activité économique privée en Babylonie au IIIe millénaire (18). Il bute en effet sur l’expression de «secteur privé» appliquée à l’économie non étatique. Pour lui en effet, ce terme n’est pas neutre puisqu’il suppose qu’on considère que «l’économie en question représentait une entité complètement indépendante, […] physiquement séparée […] de l’économie étatique.» (p. 92) alors qu’il pense à l’inverse que «l’activité économique privée […] était l’autre face de l’économie d’Etat» (p. 92). Pour illustrer ce rapport, il utilise la métaphore de la double hélice de l’ADN (p. 93), et celle des deux faces d’une même pièce de monnaie. Il conclut donc que  la séparation entre «privé» et «public» n‘étant pas pertinente pour analyser l’économie et la société babylonienne à l’époque d’Ur III, il faudrait abandonner cette terminologie, à moins, dit-il, qu’il soit bien clair pour tout le monde que le terme «privé» «signifie quelque chose de fondamentalement différent» (p. 93) dans ce contexte. Concernant l’économie babylonienne au premier millénaire, Michael Jursa distingue pour sa part entre «secteur privé» et «institutions» (palais, temple), tout en précisant également que les deux systèmes se complètent.

Autre dénomination qui pose problème à Steinkeller : celle de «ration», utilisée pour désigner les attributions d’orge aux dépendants de l’Etat. D’après lui en effet, puisque les quantités distribuées excédaient les possibilités de consommation des allocataires, le reste pouvait être utilisé comme moyen d’échange afin d’obtenir d’autres produits. Il serait alors plus judicieux de parler de «salaire» (p. 96).

Enfin, le terme le plus problématique, et qui suscite le plus de controverses jusqu’à ce jour, est celui de «marché» car il a pour corollaire la question de l’existence de l’économie de marché dans l’Antiquité. Comme le remarque Marc Van de Mieroop, cette situation résulte en grande partie des «différentes significations données au terme de ‘marché’» (p. 61). En effet, sous la plume des historiens, celui-ci désigne tour à tour l’endroit où l’échange a lieu, l’échange lui-même, ou le mode de fixation des prix par le système de l’offre et de la demande. Il note également que pour le Proche-Orient ancien, «les débats ressemblent souvent à de nouvelles déclarations d’opinions déjà exprimées, et n’ont pas conduit à un échange d’idées fructueux.» (p. 60).

Ces problèmes de terminologie et la question de l’existence d’une économie de marché dans l’Antiquité renvoient en effet au débat sur la nature de l’économie antique qui a opposé modernistes et primitivistes depuis la fin du dix-neuvième siècle et la fameuse querelle Bücher-Meyer (19). Pour les modernistes, les principes qui gèrent l’économie moderne peuvent se retrouver dans l’économie antique. Il n’y a pas de différence de nature mais de degré. Ils n’hésitent donc pas à appliquer une terminologie «moderne» à l’Antiquité. À l’inverse pour les primitivistes, il y a fondamentalement une différence de nature entre les sociétés anciennes et modernes. Il n’est donc pas possible de leur appliquer les mêmes concepts économiques et la même terminologie. Cela aboutit en général au développement d’une conception évolutionniste de l’histoire, soit le passage par un certain nombre de stades d’évolution. C’est par exemple le cas avec le concept de «port de commerce», développé par Karl Polanyi pour désigner l’institution économique qui gérait les échanges internationaux avant l’établissement du marché à l’époque moderne (20).

Comme le remarque Jursa, l’introduction de la controverse entre primitivistes et modernistes en assyriologie est relativement jeune. Elle est aussi moins sanglante qu’elle a pu l’être dans les études classiques et les points de vue semblent moins tranchés. Il est possible néanmoins de discerner quelques tendances. Vu la terminologie qu’il emploie et les analyses qu’il développe, Jursa lui-même semble plutôt se ranger dans le camp des modernistes. C’est d’ailleurs le cas d’une majorité d’assyriologues, bien qu’ils ne le précisent que rarement, comme le note avec raison Van de Mieroop: il constate en effet que l’idée selon laquelle «les outils de l’analyse économique moderne peuvent être utilisés pour étudier les données anciennes […] sous-tend nombre de travaux analytiques sur les données économiques» dans les études proche-orientales (p. 57). Cependant, Jursa admet volontiers que les documents babyloniens du premier millénaire peuvent aussi bien soutenir une vision moderniste que fournir des arguments aux primitivistes.

C’est loin d’être le cas de Morris Silver, économiste de formation, quant à lui résolument moderniste. Sa contribution est en effet un véritable plaidoyer moderniste, comme l’indique son titre «Modern Ancients» (21). Moses Finley avait tort de penser que les principes de l’économie néo-classique ne peuvent s’appliquer à l’Antiquité, Proche-Orient compris, affirme-t-il. Et ce n’est pas parce que les Anciens n’ont pas formulé de théories économiques abstraites, qu’ils ne se conformaient pas à des «lois économiques» (22). Il prend l’exemple des textes astronomiques babyloniens qui démontrent pour lui que le prix du grain variait en fonction de l’offre et de la demande (23).

Il critique également les primitivistes polanyiens qui tentent de délégitimer le travail des économistes «professionnels» en affirmant que les sources leur sont inaccessibles car insuffisamment transcrites et traduites (p. 82) et défend la spécificité de l’approche économique des sources anciennes et la méthode des économistes en général. Sa défense se transforme en attaque, lorsqu’il dénonce à l’inverse les idées fausses et les erreurs d’analyse commises par les historiens quand ils traitent des phénomènes économiques. Pour lui, leurs analyses sont souvent simplistes et «économiquement naïves» (p. 77), comme quand G. van Driel critique le comportement des accapareurs qui aggraverait la pénurie de grains (24). Pour Morris Silver, «c’est mécomprendre […] le rôle crucial joué par la spéculation dans un système de marché» (p. 77) : en effet, les spéculateurs ne font pas qu’acheter et accaparer, ils vendent. Leur rôle consiste précisément à acheter du grain après la récolte et à le stocker afin de le revendre plus tard, ce qui limite la hausse des prix, et répartit la consommation du grain dans le temps (en évitant une hausse importante de la consommation après la récolte, suivie d’une forte baisse quand le grain commence à manquer). Au final pour Morris Silver, «les erreurs sont inévitables quand les chercheurs travaillent en dehors de leur domaine» (p. 77). On pourrait cependant tout à fait lui retourner ce commentaire du point de vue de la méthode historique, puisqu’il picore à toutes les époques pour étayer son propos sans faire de différence entre les sources, d’Ur III à l’époque néo-babylonienne, en passant par la documentation paléo-babylonienne et Nuzi.

Un autre aspect important du point de vue méthodologique est la question de l’autonomie du champ d’étude économique, à savoir : est-il possible d’étudier l’économie comme un champ séparé du réel (notamment des aspects sociaux, culturels, religieux, etc.) ? Karl Polanyi avait répondu «non» en créant son concept d’ «encastrement» (embeddedness (25)) : l’économie antique serait «encastrée» dans le social et ne saurait constituer un domaine autonome. Engelbert Theurl, économiste de formation comme Morris Silver, revient sur cette question, dans son article qui passe en revue les théories existantes sur l’origine de la monnaie (26). Il présente deux théories a priori inconciliables : la première est la théorie des coûts de transaction, selon laquelle l’utilisation de la monnaie réduirait les coûts de transaction économique (27) et la seconde est celle de Bernhard Laum pour qui la monnaie a une origine religieuse et sacrificielle (28). Il fait ensuite référence à une tentative de catégorisation de l’influence des phénomènes culturels dans la théorie économique, effectuée par Eric Jones (29). Celui-ci a distingué trois points de vue : le premier selon lequel la culture est subordonnée à l’économie (cultural nullity), l’idée inverse selon laquelle l’économie est subodonnée à la culture (cultural fixity), et enfin une position de compromis qui considère qu’économie et culture interagissent et sont complémentaires (cultural reciprocity). Theurl conclut que cette dernière est probablement la plus fertile des trois.

C’est également une position d’équilibre qui semble s’imposer dans la querelle entre primitivistes et modernistes. Dans son article sur les Phéniciens (30), Michael Sommer oppose les Phéniciens, qui auraient une mentalité «moderne», au moins partiellement dominée par les catégories du marché, aux Egyptiens, aux Grecs et aux Hébreux, pour qui l’interaction commerciale serait encastrée dans un ensemble de conceptions religieuses et sociales. Marc Van de Mieroop conclut de son côté à la coexistence des différents types d’interaction économique au Proche-Orient (réciprocité, redistribution, échange marchand), ce en quoi il est suivi par Michael Jursa. Van de Mieroop est plus que sceptique quant au fait qu’il soit possible de développer un cadre général d’analyse de l’économie pour le Proche-Orient ancien. Mais en fin de compte, peu importe, car ce qui compte, tranchent Van de Mieroop et Steinkeller, c’est de contextualiser, en se concentrant sur les caractéristiques de chaque situation historique, dans le but de comprendre sa spécificité. Il s’agit finalement d’une tentative pour essayer de dépasser l’opposition primitivistes/modernistes, à l’instar de ce qu’a proposé Alain Bresson pour l’économie de la Grèce ancienne (31).

 Apports et limites de la modélisation comme outil heuristique

Contextualiser ou généraliser : ces deux démarches sont-elles forcément antithétiques ? L’approche comparée, qui consiste à confronter des époques et des civilisations diverses, et l’approche conceptuelle, qui construit des modèles pour aider à penser, sont-elles nécessairement anachroniques et nient-elle les singularités historiques?

Marc Van de Mieroop manifeste le même scepticisme vis-à-vis de l’emploi des modèles (32) en histoire ancienne, qu’à l’égard de l’utilisation des théories économiques (p. 58, 62), et ce fondamentalement pour la même raison : dans les deux cas, il s’agit de cadres conceptuels qui n’ont pas été forgés pour l’Antiquité. Le passé n’est alors pas étudié pour lui-même mais dans une optique souvent téléologique, ou pour fournir un contraste avec le présent : «Tout comme Marx et Engels étaient à la recherche d’une société primitive communiste dans l’Antiquité, Polanyi cherchait un meilleur système économique à cette époque.» (p. 56 – 57). Chez Max Weber, il remarque que ce qui est présent dans un idéal-type (33) est absent ou bien son opposé dans un autre. Puisque la ville médiévale est caractérisée par une production importante pour l’exportation, «alors l’idéal-type de la {ville} ancienne était caractérisé par l’absence de production artisanale à grande échelle et une absence d’exportations» (p. 57). Pour Van de Mieroop, cette façon de concevoir une réalité non pour elle-même mais négativement est problématique. Pour autant, ce n’est pas parce que l’étude du Proche-Orient ancien n’était pas la préoccupation principale de ces penseurs que leurs théories ne fournissent pas des outils d’analyse intéressants. Et les refuser reviendrait à rester bloquer dans une «impasse post-structuraliste» (p. 62).

Plusieurs contributeurs du colloque ont utilisé des modèles ou des idéaux-types dans leur analyse, tout en soulignant leurs limites. Et dans certains cas, ces modèles se révèlent bien utiles.  Dans l’analyse du commerce à longue distance des Phéniciens, des modèles d’organisation spatiale reposant sur l’opposition hiérarchique entre  centre et périphérie (34) sont couramment utilisés (35). Dans sa contribution, Michael Sommer n’échappe pas à la tendance et se sert du modèle du Système-Monde, créé par le sociologue Immanuel Wallerstein à partir du concept d’économie-Monde de Fernand Braudel (36). Celui-ci décrit un centre, entouré de périphéries hiérarchisées, avec une augmentation de la complexité de la périphérie vers le centre, et une division économique du travail. Ce modèle, développé à partir de la prophétie biblique d’Ezéchiel contre Tyr (Ezek. 27), qui décrit le réseau commercial de la ville, lui sert de fait à pallier à l’absence d’autres sources pour étayer sa conviction que les Phéniciens avaient une vision «moderne» des échanges, et mettaient à profit les écarts de prix entre les différents niveaux hiérarchiques du système mondial à leur profit. Buckhard Meissner décrit quant à lui des essais récents de modélisation sur la circulation de l’argent (37) (comme le modèle d’Aperghis pour l’époque séleucide (38)). D’après lui, et contre Finley qui ne pensait pas que l’économie ancienne était quantifiable, les modèles peuvent permettre notamment de généraliser des maximes tirées de l’expérience pratique et d’expliquer les facteurs influant sur les prix. Enfin, au sujet de l’économie babylonienne au premier millénaire, Jursa distingue entre 2 types de comportement économique : celui du rentier, qui dispose de capitaux hérités (principalement des terres et des prébendes) et celui de l’entrepreneur, dont le but est de faire du profit et opère dans un cadre concurrentiel. Comme il le précise bien, cette distinction a avant tout une valeur heuristique ; il est très peu probable que l’on rencontre l’une ou l’autre figure à l’état pur dans les sources.

On touche ici au sens même de la démarche de modélisation. Le modèle ne doit pas être un dogme, mais une incitation à la réflexion et une vision structurée par une question de recherche. Il faut être souple et ne pas le plaquer sans discernement sur des réalités historiques différentes. Répondant à Eduard Meyer qui rejetait toute structuration du matériau historique par une «théorie», Max Weber affirmait : «La diversité inarticulée des faits ne justifie pas cependant que nous forgions des concepts imprécis» (39).

*          *          *

 Au vu des discussions croisées qui se sont déroulées dans ce colloque concernant l’histoire économique, il s’avère que la méthodologie est encore en grande partie en construction et fait l’objet de nombreux débats. Des réflexions restent à mener et à ce titre le dialogue entre historiens et économistes peut être fructueux. Si cela implique que les historiens prennent des cours d’économie, comme le souhaiterait Morris Silver, il faudrait également que plus d’économistes prennent au sérieux la méthode historique et se spécialisent dans l’étude des économies de l’Antiquité. Ce n’est que dans ces conditions qu’un échange véritablement productif pourra avoir lieu pour construire la méthodologie d’une discipline par essence pluridisciplinaire.

(1) Chicago Assyrian Dictionary M, vol. 2, Melammu 1, p. 9 – 12. Le «temple et ses diverses parties, statues divines, mobilier et trésor du dieu. Les rois, ainsi que certains objets privilégiés en sont aussi parfois également nantis» (cf. E. Cassin, La splendeur divine. Introduction à l’étude de la mentalité mésopotamienne, Paris, 1968, p. 2).

(2) Sanna Aro & R.M. Whiting, The Heirs of Assyria, Melammu Symposia 1, Helsinki, 2000.

(3) R.M. Whiting, Mythology and Mythologies, Melammu Symposia 2, Helsinki, 2001.

(4) A. Panaino and G. Pettinato, Ideologies as Intercultural Phenomena, Melammu Symposia 3, Milan, 2002.

(5) A. Panaino and A. Piras, Schools of Oriental Studies and the Development of Modern Historiography, Melammu Symposia 4, Milan, 2004.

(6) Robert Rollinger, «Das fünfte internationale ‘Melammu-Meeting’ in Innsbruck. Überlegungen zu Kulturkontakt und Kulturstausch in der Alten Welt», p. 24. NB : toutes les citations issues des actes du colloque ont été traduites en français pour faciliter la lecture en évitant le passage permanent d’une langue à une autre (italien, anglais, allemand).

(7) Sur ce concept, voir l’ouvrage fondateur de E. Saïd, L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris, 1996.

(8) Terme créé durant la décolonisation, après la seconde guerre mondiale. Il s’agit d’une forme d’ethnocentrisme : vision du monde dans une perspective européenne, avec la croyance implicite d’une supériorité de la culture européenne.

(9) op cit. note n° 6, p. 24.

(10) Muhammad Dandamayev, «Twin Towns and Ethnic Minorities in First –Millennium Babylonia», p. 147.

(11) Josef Wiesehöfer, «“Persien, der faszinierende Feind der Griechen“: Güteraustauch und Kulturtransfer in achaimendischer Zeit», p. 295 – 310.

(12) Michael Jursa, «Grundzüge der Wirtschaftsformen Babyloniens im ersten Jahrtausend v.Chr.», p. 115 – 136.

(13) Karen Radner, «assyrische Handelspolitik : die Symbiose mit unabhängen Handelszentren und ihre Kontrolle durch Assyrien“

(14) Ingomar Weiler, «Sklaverei in der homerischen und altorientalischen Welt. Vergleichende Betrachtungen», p. 270 – 291.

(15) Kurt A. Raaflaub, «Archaic Greek Aristocrats as Carriers of Cultural Interaction», p. 197 – 216.

(16) Andrea Gariboldi, «Royal Ideological Patterns between Seleucid and Parthian Coins: the case of Theopator», p. 366- 384.

(17) Marc Van de Mieroop, «Economic Theories and the Ancient Near East», p. 54 – 64.

(18) Piotr Steinkeller, «Toward a Definition of Private Economic Activity in Third Millennium Babylonia», p. 91 – 111.

(19) En 1893, dans Die Entstehung der Volkswirtschaft («l’émergence de l’économie nationale»), l’économiste Karl Bücher développe une théorie évolutionniste de l’économie, passant par trois stades de développement : l’économie domestique (Antiquité), l’économie urbaine (Moyen-âge) et l’économie nationale (époque moderne). En 1895, lors d’une conférence sur l’évolution économique de l’Antiquité, l’historien Eduard Meyer défend à l’inverse la thèse de la modernité de l’économie antique. Sur le développement de cette controverse et les débats qu’elle a suscités en histoire ancienne, voir B. Wagner-Hasel, «Le regard de Karl Bücher sur l’économie antique et le débat sur la théorie économique et l’histoire», in H. Bruhns (ed.), Histoire et économie politique en Allemagne de Gustav Schmoller à Max Weber, Paris, 2004, p. 159 – 182.

(20) Cf. K. Polanyi, «Ports of Trade in Early Societies», The Journal of Economic History 23 (1963), p. 30 – 45.

(21) Morris Silver, «Modern Ancients», p. 65 – 87.

(22) Il réfute ici le raisonnement de Moses Finley dans The Ancient Economy (1973, traduction française en 1975). Alain Bresson avait déjà critiqué cet argument en arguant qu’une chose peut très bien exister sans être conceptualisée (cf. A. Bresson, «Moses Finley», in Les historiens, Paris, 2003, p. 178 – 192).

(23) Marc Van de Mieroop conclut exactement l’inverse à partir des mêmes documents (p. 61), qu’il n’a toutefois pas étudiés lui-même. Pour l’étude des prix à partir des textes astronomiques, voir P. Vargyas, A History of Babylonian Prices in the first Millennium BC. Prices of the Basic Commodities», HSAO 10, Heidelberg, 2001.

(24) Cf. G. van Driel, «Capital Formation and Investment in an Institutional Context in Ancient Mesopotamia», In J.G. Dercksen (ed.), Trade and Finance in Ancient Mesopotamia, Leiden, 1999 , p. 33, n° 21.

(25) Cf. K. Polanyi, The Great Transformation, New York, 1944.

 (26) Engelbert Theurl, «Konkurrierende Theorien der Geldentstehung : Einige Überlegungen zur Vereinbarkeit», p. 33 – 53.

(27) Cette théorie de la création monétaire, si elle s’est développée indépendamment (Ronald Coase, The Nature of the Firm, 1937), peut être classée dans une vaste théorie économique : la Nouvelle Economie Institutionnelle (néo-institutionnalisme), qui tente d’expliquer la formation et la dynamique des institutions à l’aide des coûts de transaction : les institutions sociales et économiques comme l’État sont considérés comme des mécanismes pour réduire les coûts en échange de biens et contribuer ainsi à une augmentation du bien-être.

(28) Elle dériverait d’actes symboliques comme les sacrifices aux dieux, les paiements aux prêtres et les amendes pour blessures et morts (cf. B. Laum, Heiliges Geld. Eine Historische Untersuchung über den Sakralen Ursprung des Geldes, Tübingen, 1924).

(29) Cf. Eric L. Jones, «Culture and its Relationship to Economic Change», Journal of Intitutional and Theoretical Economics 151/2 (1995), p. 269 – 285.

(30) Michael Sommer, «Die Peripherie als Zentrum: die Phöniker und der interkontinentale Fernhandel im Weltsystem der Eisenzeit», p. 233 – 244.

(31) Pour lui en effet, il faut arrêter de séparer les deux logiques, économique et institutionnelle, mais au contraire replacer au centre de tous les raisonnements les institutions, comprises comme tout ce qui réglemente et limite les sociétés humaines (cf. Douglas North et les Néo-institutionnalistes). Bien qu’il adopte un point de vue «néo-moderniste» en définissant l’économie de la Grèce ancienne comme une «économie à marché», il appelle à dépasser les concepts de «primitivisme» et de «modernisme» pour tenter d’élaborer un nouveau système économique pour la Grèce ancienne, un système contextualisé (cf. A. Bresson, La cité marchande, Bordeaux, 2000).

(32) «représentation schématique de la réalité élaborée en vue d’une démonstration» (P. Haggett, Locational Analysis in Human Geography, Londres, 1965).

(33) D’après Max Weber, «an ideal type is formed by the one-sided accentuation of one or more points of view and by the synthesis of a great many diffuse, discrete, more or less present and occasionally absent concrete individual phenomena, which are arranged according to those onesidedly emphasized viewpoints into a unified analytical construct (Gedankenbild). In its conceptual purity, this mental construct (Gedankenbild) cannot be found empirically anywhere in reality. It is a utopia.» (cf. Max Weber, «‘Objectivity’ in Social Science and Social Policy», in E. A. Shils and H. A. Finch, The Methodology of the Social Science, New York, 1904, p. 89 – 99, 110 – 112).

(34) Le modèle «centre-périphérie» est un modèle hiérarchique d’organisation spatiale, qui ressortit d’une démarche de modélisation. La métaphore géométrique du centre et de la périphérie est souvent utilisée pour décrire l’opposition entre les deux types fondamentaux de lieux dans un système spatial : celui qui le commande et en bénéficie, le centre, et ceux qui le subissent, en position périphérique. Ce couple conceptuel, créé par l’économiste et sociologue W. Sombart (Der moderne Kapitalismus, Leipzig, 1902), a été récupéré par les géographes et constitue depuis les années 1970 l’un des concepts phare de l’analyse spatiale mise en œuvre par la Nouvelle Géographie.

(35) Concernant le commerce phénicien dans l’empire assyrien, voir S. Gitin, «The Neo-Assyrian Empire and its Western Periphery : The Levant, with a Focus on Philistine Ekron», in Parpola, S. & Whiting, R.M., Assyria 1995. Proceedings of the 10th Anniversary Symposium of the Neo-Assyrian Text Corpus Project, Helsinki September 7 – 11, 1995. Helsinki, 1997, p. 77 – 103. Les cités phéniciennes de Tyr et Sidon ont également été identifiées à des ports de commerce par K. Polanyi (op. cit, note n° 20) et M.T. Larsen («The Tradition of of Empire in Mesopotamia», in Larsen, M.T. (ed.), Power and Propaganda: A Symposium on Ancient Empires, Mesopotamia 7, Copenhague, 1979, p. 85 – 100).

(36) Ce concept, créé par l’historien Fernand Braudel (La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949), désigne une portion de la planète économiquement autonome, organisée selon un modèle hiérarchique ternaire avec un centre, que Braudel identifiait avec une grande ville capitaliste dominante, une semi-périphérie intégrée et une périphérie plus ou moins lointaine et marginale. Ce «morceau de la planète économiquement autonome, capable pour l’essentiel de se suffire à lui-même et auquel ses liaisons et ses échanges intérieurs confèrent une certaine unité organique» (cf. F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe – XVIIIe siècles, Paris, 1979, p. 12) est donc d’abord un espace politique, transformé en espace économique unifié et cohérent, comprenant un centre et des périphéries plus ou moins intégrées. Cette conception sera par la suite reprise par I. Wallerstein (The Modern World System, vol. 1 : Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century, New York – Londres, 1974) qui développera cette notion en substituant à la ville-centre une construction étatique nationale militairement assez puissante et économiquement assez avancée pour imposer son hégémonie à des espaces de plus en plus lointains.

(37) Buckhard Meissner, «Über Modelle antiker Geldverkehrssysteme», p. 311 – 326.

(38) Il porte sur la population, la production de biens (notamment agricoles), la collecte des impôts et le monnayage. Partant d’une estimation de la population orientale de cinq à six millions d’habitants, dont un million en Mésopotamie, il évalue à mille ou deux mille talents l’argent en circulation en Mésopotamie.

(39) Cité par H. Bruhns, «À propos de l’histoire ancienne et de l’économie politique chez Max Weber», in Max Weber, Économie et société dans l’Antiquité, précédé de Les Causes sociales du déclin de la civilisation antique, Paris, 1998, p. 56.

 

Notes de lecture: L. Graslin, Les échanges à longue distance en Mésopotamie au Ier millénaire. Une approche économique, Paris, De Boccard, Orient & Méditerranée 5, 2009, par Julien Monerie (doctorant Paris 1)

L’ouvrage de Laetitia Graslin-Thomé a l’intérêt d’être à la fois un outil de travail indispensable pour qui s’intéresse à l’économie du Proche-Orient dans la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. et un véritable essai d’histoire économique proposant une lecture néo-institutionnaliste des sources de la période.

Cet ouvrage réussit la gageure d’être à la fois un outil pratique de travail historiographique, une introduction détaillée à la documentation concernant les échanges à longue distance au Proche-Orient et un essai audacieux d’histoire économique.

Ce dernier aspect est probablement le plus intéressant puisque l’auteure, dans une démarche explicitement expérimentale, se propose de tester le modèle néo-institutionnaliste au cas particulier du Proche Orient au Ier millénaire av. J.-C. Le néo-institutionnalisme est un modèle économique développé par Douglass North, prix Nobel d’économie 1993, qui se propose de centrer la réflexion économique non pas sur les échanges, mais sur le cadre des échanges, ce que North appelle des « institutions ». Par institution, North entend l’ensemble des règles de société qui agissent sur les échanges. Elles peuvent être explicites, comme des lois ou des règlementations, ou implicites, comme les coutumes et habitudes, par exemple. Dans le cadre de ces institutions évoluent des « organisations » (exploitations familiales, firmes marchandes, sanctuaires, États), qui adoptent différents comportements économiques en fonction de ce cadre d’échange délimité par les institutions. Et l’une des principales variables qui guide ces comportements économiques est constituée par ce que l’on appelle des coûts de transaction. Cette dernière notion rassemble en résumé tout ce qui empêche concrètement la libre confrontation de l’offre et de la demande, à savoir les coûts de transport, les coûts d’information sur les conditions d’échange, les coûts liés à la garantie du respect des termes de l’échange par les deux parties contre la fraude, mais aussi les coûts de protection de l’objet échangé contre la malveillance de tierces personnes. Et toute la théorie néo-institutionnaliste repose justement sur l’idée selon laquelle les institutions sont établies et évoluent de façon à ce que les organisations limitent leurs coûts de transaction. Ainsi, par exemple, un droit commercial différent du droit local aura tendance à se développer dans les ports sous l’effet de l’intensification des échanges maritimes à longue distance. Et de la même manière, pour prendre cette fois l’exemple d’une institution informelle, un marché local verra la mise en place de mécanismes de réputation permettant de savoir qu’on peut se fier à tel ou tel marchand.

Ce modèle a été développé dans les années 1980-90 et il est très en vogue en histoire ancienne depuis le début des années 2000. J’en veux pour preuve la colossale Cambridge Economic History of the Greco Roman World, parue en 2009, qui adoptait une perspective résolument northienne, ou encore une table-ronde intitulée « Quels modèles pour quelle histoire ? Néo-institutionnalisme et histoire économique » qui s’est tenue à Bordeaux en novembre 2011.

Alors pourquoi un tel engouement ? Sans doute parce qu’à la différence des modèles statiques proposés jusqu’alors, le modèle néo-institutionnaliste est justement dynamique et donc fondamentalement compatible avec une analyse historique. Plus spécifiquement, les historiens de l’économie antique, assommés par des décennies de débats entre primitivistes et modernistes, espèrent sans doute y trouver le moyen de dépasser cette dichotomie, de plus en plus perçue  comme stérilisante, et rendue en grande partie obsolète par l’augmentation significative de la documentation historique depuis les années 80. Et pourtant, malgré cet engouement de principe, les tentatives pour appliquer une grille de lecture northienne à une documentation particulière sont jusqu’ici assez rares en histoire ancienne. On pense évidemment à Alain Bresson en histoire grecque, à Joseph Manning en égyptologie ou encore à Peter Bang en histoire romaine, mais on serait aujourd’hui bien en peine de trouver beaucoup plus de noms à cette liste, qui est par contre destinée, je pense, à s’allonger substantiellement dans les années à venir. C’est donc une œuvre pionnière que celle de Laetitia Graslin, qui propose dans la troisième partie de sa thèse une lecture néo-institutionnaliste des sources à un milieu orientaliste toujours un peu en retrait des grands débats historiographiques.

Et ce n’est d’ailleurs pas le moindre des mérites de cet ouvrage que de proposer dans une première partie un répertoire extrêmement pratique des courants et des idées qui ont traversé l’histoire économique depuis un siècle et demi, avec toujours une volonté de lier la théorie à la pratique, une démarche qui caractérise d’ailleurs l’ensemble de l’ouvrage.

Le lecteur y trouvera donc :

– d’abord un résumé précis des principes des grands courants historiographiques, depuis le vieux débat entre primitivistes et modernistes et son pendant plus oriental opposant formalistes et substantivistes jusqu’aux opinions des auteurs qui ont marqué la pensée économique du xxè s. tels que M. Weber, K. Marx, K. Polanyi et bien sûr D. North, avec à chaque fois une étude des influences de ces auteurs ou de ces courants sur l’historiographie orientaliste, avec par exemple une présentation précise de l’oeuvre des auteurs marxiens, tels que I. M. Diakonoff ou, côté italien, M. Liverani et C. Zaccagnini.

– puis, une étude par mot-clés (autoconsommation, réciprocité, troc, redistribution, marché etc.), précisant à chaque fois la signification que prend le terme pour les différentes écoles historiographiques. Ainsi, par exemple, la notion de « commerce international », est étudiée successivement selon quatre points de vue différents :

le point de vue néo-classique, qui envisage le commerce entre États selon la théorie ricardienne des avantages comparatifs, d’où découlent un processus de spécialisation régionale et la mise en place d’une division internationale du travail, ainsi que des phénomènes de cycle de produit. Si l’on envisage par exemple les productions textiles, on constate une spécialisation régionale entre la laine assyrienne, les tissus colorés phéniciens et le lin égyptien, mais aussi des phénomènes d’imitation qui entrent dans le cadre de la théorie des cycles de produits, tel que l’apparition en Mésopotamie des tissus multicolores, les išpar birmi, par imitation des tissus levantins.

le point de vue substantiviste, marqué par l’importance de la notion polanyienne du port of trade, conçu comme une espèce de sas neutre et hermétique entre deux cultures possédant des institutions économiques différentes, et permettant de ne pas déstabiliser l’équilibre social de la communauté locale. Ainsi par exemple le port fortifié de Blakhiyah, à proximité de Gaza, qui fut ouvert par Sargon II pour réguler les relations commerciales avec l’Égypte, et sur le site duquel on a mis au jour une série de magasins en briques près de la plage.

le point de vue de la théorie des jeux, qui analyse les échanges à longue distance en fonction des intérêts des participants en l’absence d’institution régulatrice, qui ont le choix entre la collaboration, qui permet d’instaurer une relation sur le long terme, à l’image par exemple du traité entre le roi assyrien Assarhaddon et le roi Ba’al de Tyr au viiè s. av. J.-C., ou la trahison, qui permet un profit immédiat, mais risque de compromettre les relations à long terme comme l’illustre par exemple l’attaque de la caravane arabique menée par le dynaste suhéen Ninurta-kudurri-uṣur, dans la vallée du Moyen-Euphrate, au viiiè s. av. J.-C.

enfin le point de vue marxien du commerce prédateur, qui conçoit le commerce comme un jeu à somme nulle (si un participant profite de l’échange, c’est que son partenaire y perd) et envisage la mise en place d’échanges forcés type butin ou tribut comme un moyen pour les entités politiques comme l’empire néo-assyrien de se procurer des produits qu’elles ne peuvent pas se procurer autrement.

À la première partie qui se concevait comme un outil de travail historiographique, répond une deuxième, avec laquelle on entre véritablement dans le cœur du sujet, et qui se présente pour sa part comme un outil de travail incontournable sur l’économie de la Mésopotamie dans la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. La région connaît en effet à cette époque d’importantes évolutions liées d’abord à la stabilisation politique de la région après les troubles de la fin du IIè millénaire, puis à l’établissement des empires néo-assyrien, néo-babylonien et enfin achéménide. Ces nouvelles conditions politiques et sociales s’accompagnent d’évolutions économiques importantes, liées à l’élargissement et à la diversification de l’horizon des échanges. Et ce sont justement les échanges terrestres à longue distance qui intéressent l’auteure, avec une acception volontairement large de la notion d’échanges, défini comme transfert de propriété, ce qui lui permet notamment d’inclure les sources néo-assyriennes liées à la livraison de tributs.

Cette deuxième partie se présente donc comme un répertoire des produits et des itinéraires. Si l’on désire par exemple tout savoir sur les échanges de lin en Mésopotamie au Ier millénaire, il nous suffit d’ouvrir les pp. 205 à 208 pour apprendre que c’était un tissu noble, souvent importé de l’ouest, jusqu’à Babylone, qui jouait le rôle de centre de redistribution, pour arriver enfin dans les temples de la régions où ils étaient travaillés, et qu’une pièce de lin coûtait entre quatre et quarante sicles d’argent en fonction de la qualité du tissu. Et si l’on désire connaître en un coup d’œil tous les lieux de provenance de lin mentionnés dans les sources, il suffit d’ouvrir la p. 201 où l’on trouve une carte récapitulative. Ces mises au point par produit, très pratiques d’utilisation, ont par ailleurs le mérite de prendre réellement en compte la spécificité des sources, et notamment la dichotomie entre sources royales néo-assyriennes, qui documentent avant tout les modes d’échanges forcés, de type tribut ou butin, et les sources néo-babyloniennes centrées sur les temples, qui documentent des modes d’approvisionnement commercial par le biais d’agents privés notamment. Elles prennent également en compte, et c’est là à mon sens l’un des principaux mérites de l’ouvrage, l’évolution chronologique des zones d’échanges privilégiées pour chaque produit. Ainsi, par exemple,, les chevaux viennent principalement des zones proches de la Mésopotamie (Médie / triangle du Khabur / piémont syro-anatolien / Égypte), mais l’approvisionnement anatolien est bloqué à partir du VIII° s. avec l’extension occidentale de l’Urartu, et les Assyriens se reportent alors vers les zones d’approvisionnement iraniennes, puis égyptienne à partir de la conquête de la région par Assarhaddon.

Et de la même manière que, dans la première partie de l’ouvrage, l’entrée par mot-clés succédait à l’entrée par courant historiographique, dans la deuxième partie, l’entrée par produit est suivie par un tour d’horizon extrêmement utile des routes commerciales du Proche-Orient, tour d’horizon qui met une fois de plus l’accent sur les évolutions internes à la période et notamment sur les effets de la domestication du chameau, puis du dromadaire. Les camélidés, en effet, sont plus résistants que l’âne, et leur utilisation permet d’augmenter considérablement les distances parcourues en milieu extrême. Les routes du désert existaient certes auparavant : on a mention par exemple de routes empruntables par des ânes entre Mari et Tadmor au début du IIè millénaire av. J‑C, mais la domestication des camélidés au début du Ier millénaire permit un changement d’échelle dans l’horizon des échanges, et ouvrit notamment la route de l’Arabie, peut-être d’abord seulement l’Arabie du Nord par Tayma, puis à partir du viiiè s. avec l’Arabie du Sud, avec notamment le trafic de l’encens, qui prit de plus en plus d’importance avec le temps. Le recours progressif aux camélidés fit ainsi baisser les coûts de transaction et permit l’intensification des échanges, qui favorisa les intermédiaires commerciaux, tà l’image du royaume de Saba, qui devint la plaque tournante du commerce de l’encens à l’époque sargonide.

Ce dernier exemple nous amène logiquement à la troisième partie de l’ouvrage, qui est la partie proprement néo-institutionnaliste de l’ouvrage. De fait, le commerce à longue distance, par les coûts de transaction élevés qu’il engendre (coûts de transport, de douanes, de change, d’information, d’encadrement juridique…), se prête particulièrement à une lecture northienne. Et l’auteur envisage successivement deux types d’organisations dans cette perspective : d’abord l’État, puis les marchands.

L’auteure pose d’abord une hypothèse de départ, qui est que l’État, par l’exercice de ses fonctions régaliennes, tend à limiter les coûts de transaction, quand il y voit un intérêt, par le maintien de la sécurité des routes, l’imposition d’un droit unifié, la création de ports de commerce etc. La conséquence de cette limitation des coûts de transaction est une intensification des échanges, qui stimule la production par une spécialisation. L’auteure prend ainsi l’exemple de l’établissement d’Ekron, près de Jérusalem, qui était à l’époque sargonide un énorme centre de production d’huile d’olive, dont l’essor fut manifestement stimulé par la conquête assyrienne. L’auteure prend ensuite un autre exemple, qui me paraît particulièrement intéressant, en ce qu’il démontre bien les potentialités de la lecture néo-institutionnaliste des échanges : c’est l’exemple des poids et mesures. Ils sont, dans le Proche-Orient du début du Ier millénaire, extrêmement variés, et constituent un bon exemple de ce que D. North appelle une « institution inefficace héritée ». Pourtant, l’adoption d’un système plus homogène se fit lentement et n’arriva à son terme qu’à l’époque néo-babylonienne, alors même que la conquête assyrienne aurait pu entraîner une véritable homogénéisation des systèmes. Il convient dès lors de se poser la question des raisons d’une telle lenteur de l’homogénéisation. La réponse, si l’on en croit l’auteure, est à chercher dans le comportement des agents participant aux échanges, qui tiraient profit de la cohabitation d’une multiplicité de systèmes de poids et mesures, puisque cette multiplicité leur permettait de changer de système en fonction de leurs interlocuteurs et de leurs intérêts. Si la rationalisation des poids et mesures a tendance à réduire les coûts de transaction, les organisations ne voyaient donc pas l’intérêt de faire évoluer l’institution, qui aurait risqué de limiter leurs profits immédiats. Cette inertie des organisations montre bien qu’il faut se garder de toute téléologie moderniste, et c’est là à mon sens l’un des principaux apports de l’approche néo-institutionnaliste. Ce dernier exemple invite également à se pencher sur un autre type d’organisation, qui sont les marchands. Ces organisations fonctionnaient avant tout autour d’institutions informelles, là où les institutions formelles étaient plutôt le propre des États. Ces institutions formelles étaient destinées à réduire les coûts de transaction liés aux risques soulevés par les échanges à longue distance, depuis les risques liés au transport jusqu’aux risques de tromperie de la part du partenaire commercial. Et l’auteure donne comme exemple d’institution les contrats dits harrānu, qui étaient une forme d’association de marchands mettant leur capital en commun afin de mutualiser et donc limiter les risques liés au coûts de transaction pour des opérations commerciales de tout type. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que ces institutions avaient tendance à être délaissées par les marchands qui avaient suffisamment prospéré pour supporter sans grand dommage des revers financiers.

Au terme de ce rapide tour d’horizon, que peut-on conclure au sujet de l’analyse néo-insitutionnelle ? D. North a déjà ses détracteurs dans les rangs des historiens de l’Antiquité, détracteurs dont l’argument principal est que le néo-institutionnalisme ne tient pas ses promesses en ce qu’il ne permet pas réellement de dépasser la vieille opposition entre primitivistes et modernistes : plusieurs lectures très différentes des sources sont en effet possibles à travers cette nouvelle grille, depuis l’analyse néo-moderniste d’Alain Bresson jusqu’à celle néo-primitiviste de Peter Bang et de son modèle du bazar impérial romain, modèle qui a fit dire à D. Rathbone que le néo-institutionnalisme était un « return ticket to finleyism ». La grille northienne n’en permet pas moins de développer des analyses intéressantes et inédites, qui prennent en compte d’autres formes de rationalité, et permettent de jeter des ponts entre économie et histoire, et c’est d’ailleurs uniquement à ce titre, dans une démarche expérimentale, que l’auteure a proposé cette lecture. Ce n’est pourtant pas, loin de là, le seul mérite de cet ouvrage, qui tantôt outil de travail, tantôt essai historique, sait se faire, à l’image de son auteure, modeste, utile, précis et audacieux.

Notes de lecture: M. Jursa, Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millennium BC, AOAT 377, Münster, 2010 par Bruno Gombert (doctorant, Paris 1)

L’ouvrage de M. Jursa, Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millennium BC: economic geography, economic mentalities, agriculture, the use of money and the problem of economic growth, constitue un élément incontournable pour la construction d’une histoire économique de la Mésopotamie antique. La très riche documentation, en grande partie inédite, sur laquelle l’auteur s’est appuyé pour construire cet ouvrage, ainsi que la méthode de traitement des sources et de production du discours historique en font, avant tout, un outil incontournable et facilement utilisable. Toutes les questions relatives à l’économie de la Babylonie du Ier millénaire av. n. è. y sont abordées. Toutefois, certains points semblent, plus que d’autres, problématiques et alimenteront sans aucun doute les débats entre les historiens

L’ouvrage de M. Jursa tient lieu de conclusion au projet START qui avait pour but d’«identifier et comprendre les phénomènes et les tendances qui déterminent le développement de l’économie de la Babylonie du premier millénaire(1)».

M. Jursa focalise son étude principalement sur le «long 6ème siècle». Il s’agit de la période qui débute en 612 avec la chute de l’empire néo-assyrien et s’achève en 484 avec les révoltes contre Xerxès et la fin de certaines archives. Ce cadre chronologique présente une grande cohérence à la fois dans la nature des nombreuses sources et dans les structures économiques et sociales. En effet, l’aire géographique étudiée, la Babylonie, qui passe au cours de ces quelques 150 années du centre d’un empire à une province, semble avoir connu, paradoxalement, une certaine stabilité.

Si M. Jursa reprend en introduction les principaux concepts d’histoire économiques utilisés en assyriologie et se propose, dans son ouvrage, d’en interroger la pertinence à partir des sources, il se situe lui-même dans le courant historiographique «moderniste». L’emploi d’une terminologie et de modèles économiques modernes pour analyser son sujet en atteste. Les modernistes insistent sur l’importance des liens entre les agents économiques, sur l’ouverture commerciale, sur l’importance des échanges et de l’économie monétaire et sur l’existence d’une «bourgeoisie d’affaires». En fait, ils n’hésitent pas à utiliser des modèles économiques récents pour analyser les sociétés antiques.

Pour M. Jursa, la spécificité de la période traitée par rapport aux siècles précédents est la nécessité pour les deux grands acteurs économiques institutionnels, le temple et le palais, de se tourner, pour leur bon fonctionnement, vers le secteur privé de l’économie (2). Les acteurs économiques privés, qui sont liés par leurs activités à un marché dont l’existence ne fait aucun doute pour l’auteur, voient leur importance croitre tout-au-long du Ier millénaire. Ces deux évolutions majeures auraient contribué à la diffusion de l’argent utilisé dans la conduite des échanges. Nous tacherons ici de résumer quels éléments nouveaux apportent cet ouvrage à l’histoire économique du Proche-Orient ancien.

1. Méthodes et ressources documentaires.

Avant de présenter des exemples détaillés de raisonnements historiques développés dans ce livre, revenons dans un premier temps sur la manière dont il est constitué et rédigé.

1.1. Méthode de traitement des sources et de rédaction.

La plupart des chapitres et des sous-parties sont traités rigoureusement, et leur rédaction rend l’ouvrage facilement consultable. En effet, les points abordés sont précisément introduits, problématisés et conclus. Chaque aspect, ou presque, de l’économie de la Babylonie du Ier millénaire fait l’objet d’un développement dès lors qu’il est documenté par les sources. Le livre offre donc un large panorama de son champ d’investigation. Pour faciliter la recherche, un index très complet de presque cinquante pages permet au lecteur de localiser rapidement une information ou un développement argumenté dans cet ouvrage dense (3). En cela, le livre de M. Jursa constitue un outil précieux pour l’historien.

A chaque question posée, M. Jursa tente d’apporter une ou des réponses construites en interrogeant toute la documentation mise à sa disposition. La masse des textes qu’il a rassemblé avec les autres membres du projet START, est exceptionnelle (plus de 2500 textes cités, presque un tiers sont inédits). Dès lors, chaque développement s’appuie sur une documentation riche.

Par ailleurs, c’est aussi la méthode de traitement sériel des sources qui induit la qualité des discours historiques que M. Jursa produit dans son ouvrage. Deux exemples illustrent bien les méthodes de traitement des sources utilisées par l’auteur. Le premier concerne la formation du prix de l’orge et l’utilisation par l’auteur de l’outil statistique pour traiter ces sources.

1.2. Etude de cas n° 1 : la formation du prix de l’orge.

Pour traiter du prix de l’orge et essayer de faire ressortir certaines tendances, M. Jursa a réuni 85 textes allant de la 9ème année de Nabopolassar à la 35ème année de Darius relatifs à ce sujet. A partir de ces données nombreuses mais variables, M. Jursa utilise une méthode mathématique, la régression polynomiale consistant à construire pour une série de données variables un polynôme, c’est-à-dire une courbe, exprimant une tendance (cf. fig. 1 : le prix de l’orge (4)). Le coefficient de détermination relativement haut du polynôme indique que celle-ci correspond plutôt bien aux valeurs relevées.

Ces données statistiques montrent, entre autre, une baisse des prix à la fin du 7ème siècle jusqu’à 550 environ, une forte augmentation à partir de 550 environ, puis une décroissance à partir du 5ème siècle. Les interprétations proposées par M. Jursa pour expliquer ces tendances seront l’objet de la dernière partie de ce compte-rendu.

1.3. Etude de cas n°2 : Le bilan comptable de l’Ebabbar pour les années 12 à 14 de Nabonide.

Le deuxième exemple des méthodes employées par M. Jursa pour traiter les sources ne concernent plus une série de documents couvrant toute la période traitée mais un dossier de textes produits pendant une courte période. A partir des archives de l’Ebabbar, il cherche à établir le bilan comptable du temple de Sippar (5) afin de proposer une vision d’ensemble de l’économie du temple pendant une période choisie et donner une idée des interactions entre les différentes branches de l’institution. 544 textes ont été rassemblés pour constituer cet échantillon documentant les années 12 à 14 de Nabonide.

A partir de ce dossier, M. Jursa expose précisément l’ensemble des revenus d’abord, puis des dépenses du temple. Par exemple, pour les revenus en produits agricoles provenant des terres de l’Ebabbar, M. Jursa montre que durant la période traitée le temple a reçu environ 11 400 kur de dattes et 4300 kur d’orge (6). En plus de ces données quantitatives, les moyens par lesquels les produits sont sortis ou entrés à l’Ebabbar sont indiqués.

Le bilan de cette investigation nous renseigne sur des thèmes tels que l’efficience du modèle de la redistribution pour analyser l’économie du temple, l’implication de cette institution dans les échanges monétarisés, ou encore le recours à la main d’œuvre louée, etc. Ces thèmes constituent des points fondamentaux de l’ouvrage puisque la manière dont M. Jursa les traite induit les hypothèses qu’il propose. Nous allons donc tacher d’exposer dans une seconde partie les principales tendances de l’économie de la Babylonie du Ier millénaire, que l’auteur expose dans son ouvrage et résume au 6ème chapitre (7).

2. Un tableau exhaustif de l’économie du «long 6ème siècle» babylonien.

2.1. Géographie économique et agricole.

Dès le deuxième chapitre, par l’étude de la circulation des personnes et des biens, l’auteur montre que la Babylonie fonctionne comme un unique espace économique intégré dans lequel Babylone joue le rôle de point nodal. La route de l’Euphrate constitue la plus importante voie de communication et permet une connexion entre presque toutes les villes par le biais du fleuve ou de ses principaux canaux. Chacune de ces villes, en plus d’être un élément du réseau interrégional de communication, dispose de son propre réseau local. Dans cet espace économique, M. Jursa montre que :

– Les marchandises circulent facilement et régulièrement, notamment grâce au faible cout du transport fluvial.

– Babylone, par son statut de capitale administrative et religieuse, polarise les biens et personnes. Elle est un gros centre de consommation, et on y trouve souvent des notables des autres villes de Babylonie, en plus de nombreuses communautés d’étrangers

Pour autant, la Babylonie n’est pas un espace agricole homogène, et M. Jursa distingue 2 régimes agricoles différents :

– La production d’orge, qui correspond à une pratique extensive de l’agriculture, implique des rendements moins importants qu’une culture intensive comme celle de la datte.

– La production de datte nécessite, elle, plus d’investissement et un temps plus long entre la mise en culture et la première récolte, mais en contrepartie offre un rendement plus important.

M. Jursa distingue pour chaque ville de Babylonie des pratiques et des régimes agricoles qui varient en fonction de leur environnement naturel, mais aussi en fonction des choix des acteurs économiques. Ces choix peuvent être motivés d’une part par la présence près de la zone agricole exploitée d’une grosse ville consommatrice qui pourrait absorber une partie du surplus, mais aussi par le degré d’intervention de la couronne.

Dans les villes du nord de la Babylonie, la tendance semble être à l’intensification, notamment grâce aux interventions royales telles que la construction du nār šarri, au 6ème siècle près de Sippar (8) et le système de distribution de terres royales à Borsippa au 7ème siècle (9). Les archives des villes du sud (Nippur et Uruk) documentent une agriculture plus traditionnelle, où, si la tendance à l’intensification est aussi visible, la culture extensive de l’orge demeure importante.

On note donc, pour conclure, une tendance à l’intensification des productions agricoles chez les acteurs privés de l’économie, et dans une moindre mesure, chez les acteurs institutionnels. Toutefois, les régimes agricoles demeurent variés. Ces variations reflètent les modèles d’investissement des agents économiques dans la gestion de la terre qui demeure, dans une société agraire comme la Mésopotamie, la plus grande forme de richesse. Toutefois l’agriculture n’est pas le seul secteur d’activité où interviennent les agents économiques, notamment les agents économiques privés.

2.2. Acteurs privés de l’économie.

Dans son troisième chapitre, M. Jursa cherche à identifier les formes d’affaires les plus importantes en passant au crible les activités économiques documentées par les archives privées. M. Jursa insiste sur la diversité des acteurs couverts par cette documentation, tant au niveau de leur situation économique et sociale que de leurs comportements économiques.

En conclusion de ce chapitre M. Jursa élabore une typologie des agents privés de l’économie et distingue deux profils types : les «rentiers» et les «entrepreneurs» (10).

1- Les rentiers se distinguent par des comportements économiques déterminés par certaines possessions plus que par certaines activités pour assurer leur subsistance. Leur principal objectif est de préserver, gérer et éventuellement augmenter le patrimoine patriarcal. Leur mentalité économique peut donc être considérée comme «conservatrice» et les possibilités de croissance sociale et économique sont limitées au sein de ce groupe. La nécessité pour les rentiers de tirer le plus de revenus possible de leurs terres sans avoir à se tourner vers de nouvelles activités économiques, a conduit à l’intensification agricole dans les domaines privés.

2- Si les rentiers peuvent être définis par ce qu’ils possèdent, les entrepreneurs le sont par ce qu’ils font. Ce groupe est moins homogène que celui des rentiers. Initialement, les entrepreneurs sont des acteurs économiques qui n’étaient pas en connexion étroite avec le temple. Ils ne détenaient pas, par exemple, de prébende et ne faisaient pas partie du groupe des notables urbains «traditionnels». La propriété foncière n’était généralement pas le modèle d’investissement privilégié des entrepreneurs, même si certaines familles, comme les Egibi, convertissaient leurs bénéfices en terres agricoles. Ils sont surtout très impliqués dans les affaires : gestion des terres agricoles, contrats de fermage, échanges domestiques et longues distances, ferme des impôts, participation active dans les partenariats d’affaires et les activités bancaires. Les activités économiques des entrepreneurs semblent, selon M. Jursa, avoir été indispensables au bon fonctionnement de l’économie institutionnelle. Il montre que le système de terres de service ne fonctionnait correctement que grâce à l’intermédiaire d’hommes d’affaires comme les Murašu qui fournissaient à crédit des moyens de payement aux propriétaires de domaines de service, pour les taxes ou le financement d’un substitut qu’ils devaient.

Cette activité de crédit est particulièrement révélatrice de la sphère économique dans laquelle évoluent les entrepreneurs. Pour M. Jursa, ils tirent leurs revenus de l’émergence – à l’époque étudiée – d’une nouvelle tendance économique, dont ils constituent par leurs activités, un rouage fondamental. En effet, dans une période où les échanges seraient de plus en plus monétarisés, les entrepreneurs dont la sphère économique correspond plus ou moins au domaine des échanges basés sur la monnaie, auraient constitué sans doute un élément essentiel du changement. Toutefois, s’ils profitent largement de ce système, ils n’en sont pas à l’origine. En effet, l’intensification de la production agricole combinée aux interventions de la couronne dans la gestion des terres (travaux publics, distribution de terres, …) auraient entrainé une augmentation du surplus disponible et corrélativement un accroissement des échanges, ce qui aurait permis aux entrepreneurs de développer leurs activités.

Les acteurs institutionnels ont donc eu aussi un rôle à jouer dans le développement des échanges monétarisés. Nous allons voir de quelle manière, les activités de ces acteurs, notamment les temples, ont encouragé ce changement économique.

2.3. Acteurs institutionnels de l’économie.

La première hypothèse de M. Jursa est que si les temples, notamment l’Eanna d’Uruk, possèdent plus de terres que les acteurs privés, ils ne sont pas pour autant les producteurs agricoles les plus importants. Cela est dû au mode de gestion de leur domaine.

En effet, un élément structurel concernant la gestion agricole par les temples est l’important manque de moyens de production : le temple possède plus de terres qu’il ne peut en travailler. Il manque constamment de charrues, d’animaux de trait, et surtout de main-d’œuvre. Pour illustrer cette théorie, M. Jursa s’appuie sur le personnel utilisé par le temple, lorsqu’il doit participer aux grands travaux de constructions entrepris par la couronne. Par exemple le texte CT 56, 572 de l’archive de l’Ebabbar listant les travailleurs employés par le temple pour creuser un fossé près de Sippar durant les 13ème et 14ème années de Nabuchodonosor II montre clairement que les hommes recrutés n’appartenaient pas tous au temple. Il ne s’agît donc pas de travail forcé mais de travail «salarié», et la main d’œuvre est fournie par les villages indépendants aux alentours de Sippar (11).

Le recours au travail «salarié» dans le cadre de l’économie institutionnelle est un point sur lequel M. Jursa se focalise du fait des conséquences que cela entraine : La nécessité pour le temple se s’appuyer en partie sur les circuits d’échanges extérieurs. Ce dernier point rend inopérant, pour analyser le fonctionnement du temple, le seul modèle traditionnel de l’oikos, basé entièrement sur la redistribution. L’ouverture du temple sur les circuits d’échanges monétarisés le contredit.

En outre, l’analyse systématique des kurummātu (12) – considérés généralement comme des rations en nature distribuées au dépendants du temple -, montre un autre niveau d’ouverture du temple sur l’économie extérieure. M. Jursa pense qu’il s’agit en fait de salaires, certes en nature, mais dont une partie avait vocation à être échangée. En effet, les denrées distribuées, particulièrement généreuses, ne correspondaient pas aux besoins nutritionnels des bénéficiaires, mais plutôt au coût de la vie.

Pour M. Jursa, «loin d’être soutenu par un système redistributif essentiellement fermé fournissant à tous [de quoi subvenir à] leurs besoins de base, le personnel institutionnel de l’Eanna et de l’Ebabbar vivait dans un contexte économique qui les forçait à obtenir par l’échange économique, c’est à dire par l’achat, la plus grande part de ce dont ils avaient besoin pour leur subsistance» (13). Même le personnel des temples aurait donc été impliqué dans les circuits d’échanges.

Enfin, les analyses des bilans comptables des deux principaux temples montrent que leurs productions ne suffisaient pas à leur autosuffisance. Il en résulte que les temples ne pouvaient pas fonctionner sans s’engager dans les échanges monétarisés, notamment par le biais des marchands et plus généralement par le biais de la sphère d’activités économiques des entrepreneurs.

Les bilans comptables de ces temples dressés par M. Jursa nous renseignent, en outre, sur le rôle du palais dans l’économie des temples. L’argent que ces derniers arrivaient à se procurer par la revente du surplus contre de l’argent, leur permettait juste d’assurer leur fonctionnement quotidien. Les temples étaient, de fait, dans l’impossibilité de thésauriser de l’argent sous forme de vaisselle de culte. Cette dernière opération ne pouvait être réalisée que grâce à des dons royaux.

Les sources sur le palais sont rares. Pour M. Jursa, le palais n’aurait pas eu besoin de s’appuyer comme le temple sur les échanges extérieurs pour subvenir à ses besoins et pouvait s’appuyer sur un système de taxes et de travail forcé plus efficient. Le palais serait, plus que le temple, une entité économique fondée sur l’«exploitation» de son personnel (14). Enfin, le palais aurait pu compter sur un apport en argent en grande quantité, suffisamment pour assurer l’approvisionnement du temple et pour participer à la large diffusion des échanges monétarisés.

3. La place de l’argent-monnaie dans l’économie néo-babylonienne : une question problématique.

Abordons maintenant la question sans doute la plus problématique de l’ouvrage, celle concernant la diffusion de l’argent utilisé comme monnaie dans les échanges. Au premier millénaire l’argent aurait constitué, selon M. Jursa, le moyen de payement le plus couramment utilisé. Les critères établis pour définir la monnaie dans les économies prémodernes sont presque tous issus des travaux de Polanyi. Une marchandise peut-être une monnaie si elle sert d’unité de compte pour attribuer une valeur à un bien, si elle peut, elle-même, être utilisée comme moyen de payement et/ou si elle peut être thésaurisée. Polanyi différencie les all-purpose money, qui rassemblent tous ces critères simultanément et les special-purpose money. Si entre les Assyriologues il y a presque un consensus sur la qualification de l’argent comme une monnaie, la principale question consiste à savoir si l’argent, dont la pesée serait imprécise et le pouvoir d’achat très haut, a pu être autre chose qu’une high-range money.

3.1. Une high-range monnaie ?

Pour l’auteur, l’économie babylonienne aurait connu un tournant au 6ème siècle : L’argent-monnaie serait devenu de plus en plus important dans les échanges, au détriment des cheap money, du troc et du modèle traditionnel de la redistribution. M. Jursa conteste les deux arguments avancés par les chercheurs qui considèrent l’argent comme une high-range money. Selon lui, le système de pesée serait plus précis au 6ème qu’aux siècles précédents et, parallèlement, son pouvoir d’achat aurait diminué.

Il montre d’une part qu’apparaissent à la fin du 7ème siècle des formules précisant la pureté de l’argent et d’autre part que la terminologie qualifiant l’argent connait des évolutions significatrices :

1- Des formules précisant l’aloi de l’argent apparaissent aux alentours de 600 et deviennent fréquentes à la fin du règne de Nbk II. Par exemple la formule ša ina ištēn šilqi bitqu est la plus fréquemment mentionnée jusqu’à la fin du règne de Xerxès et désigne de l’argent pur 87,5 % (15). D’une part, de telles références montrent que les précisions sur la finesse de l’argent sont de plus en plus importantes dans les échanges. L’aloi de l’argent pouvait, et devait, être vérifié. D’autre part on constate qu’il était facile de vérifier la finesse de l’argent, voire de la garantir.

2- M. Jursa reprend, en outre, la terminologie utilisée pour qualifier l’argent. Il note qu’à partir du règne d’Artaxerxès Ier, le terme peṣû ‘brillant’ dont les occurrences sont nombreuses au 6ème n’est plus employé. Alors que le terme peṣû disparait progressivement, le terme qalû ‘raffiné’ devient presque exclusif pour qualifier l’argent. Pour M. Jursa, ces ruptures seraient la conséquence d’une volonté de standardisation de la part du palais s’agissant de la forme de l’argent qui était accepté dans les échanges (16).

Parallèlement, le pouvoir d’achat de l’argent semble avoir diminué progressivement à partir du de la fin du 7ème siècle. En fait, son pouvoir d’achat aurait correspondu à la moitié, voire au tiers, du pouvoir d’achat de l’argent à la période paléo-babylonienne. Pour soutenir cette hypothèse, M. Jursa s’appuie sur deux exemples :

– Dans la section 5.5.3.2. rédigée par Johannes Hackl, un dossier provenant des archives privées de Borsippar montre qu’une somme d’un quart de sicle pouvait payer : 12 litres d’orge (BM 82736), ou une paire de scandales en cuir (VS 6, 317) (17).

– Attestation de petites quantités d’argent utilisées comme payement : 1/24 de sicle (girû) (YOS 21 174) et 1/40 de sicle (hallūru) (18).

Selon l’auteur, l’argent aurait sans doute été moins cher à partir de la fin du 7ème qu’on a pu le penser et il aurait aussi circulé plus largement.

3.2. La diffusion de l’argent dans les échanges monétarisés.

Il ne fait donc aucun doute pour M. Jursa que l’argent constituait une all purchase money dès le 6ème siècle, et cela aurait permis sa large diffusion dans toutes les strates de la société babylonienne. Certaines transactions étaient, en effet, systématiquement conduites en argent, et l’emploi de l’argent est attesté dans presque toutes les catégories de transactions. Pour l’auteur, «Tous les habitants des villes babyloniennes auraient été, à des degrés différents, intégrés dans l’économie monétarisé» (19).

Si l’utilisation de l’argent comme monnaie est bien attestée dans les archives des notables urbains, M. Jursa cherche à démontrer que son utilisation se serait même diffusée dans des strates de la société qui, traditionnellement, ne sont pas considérées par les historiens comme étant impliquées dans la sphère monétarisée de l’économie.

Tout d’abord, le système de taxation et de service abordé à la section 5.5.5 (20) est un indice important pour déterminer le degré de monétarisation de l’économie dans son ensemble. M. Jursa se questionne sur l’influence de ce système, et notamment celle de la réforme de Darius, sur la circulation de la monnaie dans la société. Pour lui, «La pratique courante consistant à payer un soldat ou un travailleur (en argent) comme substitut, signifie que les payeurs de taxes devaient avoir des revenus en argent» (21). Les activités économiques d’hommes d’affaires comme les Egibi qui prêtaient de l’argent aux producteurs agricoles afin qu’ils puissent payer les taxes dues, montrent que cette partie de la population a été poussée vers la sphère monétarisée de l’économie.

Par ailleurs, l’emploi de l’argent dans les échanges se serait diffusé jusque dans les campagnes. M. Jursa présente les quelques documents qui permettent de voir les implications de l’usage de la monnaie dans un contexte rural. Par exemple, le texte Neriglissar 15 de l’archive de Nūr-Sîn nous renseigne sur un producteur agricole qui, ayant vendu une partie de sa production à un homme d’affaires, insiste pour que l’acheteur découpe le lingot d’argent qu’il doit en petites portions (22). M. Jursa en déduit que l’argent devait être utilisé dans les campagnes dans des quantités peu importantes et que les échanges monétarisés devaient être moins répandus dans les campagnes qu’en milieu urbain.

Enfin, la nécessité pour les temples de recourir à de la main d’œuvre louée pour participer aux chantiers publics a entrainé des dépenses en argent qui était utilisées localement. Les principaux bénéficiaires étaient les nombreux journaliers (hirelings) ruraux ou urbains. En effet, en comparant le coût du travail loué par rapport aux rations du personnel (23), M. Jursa remarque que :

1- la demande pour cette main d’œuvre était telle que les salaires payés ont largement excédé la valeur les rations distribuées au personnel du temple.

2- Ces grands travaux réalisés grâce à la main d’œuvre louée auraient entrainé la création d’une classe de travailleurs urbains (urban working class), c’est-à-dire une strate de la société dont les membres n’étaient pas, principalement, employés dans l’agriculture et qui étaient très largement intégrés dans l’économie monétarisée (24).

Il y aurait donc une différence notable entre l’économie du long 6ème siècle et celle des siècles précédents. En effet, les sources du 8ème siècle reflètent un usage que l’on peut qualifier de «traditionnel» de l’argent : il est utilisé pour acheter des produits chers et surtout au sein de la sphère d’activités économiques des marchands professionnels. Au 6ème siècle, l’argent devient une all purchase money et se serait diffusé dans l’ensemble de la société babylonienne.

3.3. Augmentation des prix et masse d’argent en circulation.

A partir d’une méthode présentée en première partie M. Jursa analyse l’évolution des prix de plusieurs denrées de natures différentes : Orge, datte, sésame, laine, couverture (túg.kur.ra), esclaves, moutons et palmeraies. Ces évolutions sont reproduites à la page 746 sous forme de graphique (cf. fig. 2 : prix des produits de base, des esclaves et des terres (25)). M. Jursa remarque une tendance généralisée : Tous les prix suivent une évolution partiellement similaire. En effet, entre 570 et 550, ils connaissent une phase de relative stabilité après une baisse vers 600. A partir de 550, les prix commencent à augmenter progressivement pour atteindre leur maximum entre 510 et 500.

M. Jursa réfute la théorie selon laquelle l’augmentation des prix à partir de 550 serait due à une pression démographique qui aurait créé un déséquilibre entre l’offre et la demande et entrainé une inflation. Cette théorie, selon lui, ne peut expliquer, ni la rapidité du développement des prix, ni l’augmentation de produits de natures aussi différentes et pour lesquels les structures gouvernant l’offre et la demande sont si différentes : la demande en esclave est différente de la demande en dattes. Un déséquilibre entre l’offre et la demande peut néanmoins être utilisé pour expliquer l’augmentation plus importante du prix de l’orge et l’augmentation plus lente du prix des dattes. Pour M. Jursa, le processus d’intensification agricole aurait entrainé une ratification de l’orge. A l’inverse, le prix de dattes a augmenté plus doucement que les autres produits du fait de la grande disponibilité de cette denrée. Selon l’auteur, cette augmentation généralisée des prix serait due à un changement du système monétaire : «seulement un changement dans l’offre en argent aurait pu affecter, à peu près de la même manière, [les prix] de produits aussi divers que des esclaves, des moutons et des dattes (26)».

En effet, le pillage de l’empire assyrien et les campagnes menées en Syrie par Nabuchodonosor II auraient entrainé un tel afflux d’argent en Babylonie, que son pouvoir d’achat aurait alors considérablement diminué. Cette plus grande disponibilité du métal précieux aurait ainsi permis son utilisation en tant que all purchase money et sa diffusion dans toute la société babylonienne. Parallèlement, cette diffusion aurait été galvanisée par la politique de dépenses de la royauté et le recours au travail loué plus qu’au travail contraint. En outre, l’intensification agricole aurait amené un surplus sur le marché et aurait conduit à l’implication de la notabilité urbaine dans les échanges monétarisés. Le recours au travail loué et la vise en vente des productions agricoles (ajoutés au système de taxes) aurait contribué à la diffusion des échanges monétarisés de la ville vers les campagnes, où l’argent aurait été utilisé, mais dans une moindre mesure.

Conclusion

Pour conclure, plusieurs éléments font du livre de Michael Jursa un ouvrage majeur. Tout d’abord, les sources sur lesquelles les différents auteurs se sont appuyés sont nombreuses et en grande partie inédites. En cela, ce livre contribue à une meilleure connaissance d’une documentation, aujourd’hui encore, en grande partie difficilement accessible aux chercheurs. Il constitue donc un outil majeur autant par le nombre de documents qu’il sollicite que la méthode par laquelle ils sont traités. Le découpage rigoureux en thèmes énoncés précisément facilite l’utilisation de ce qu’il est possible de considérer, en autre, comme un «manuel» presque exhaustif sur l’histoire économique de la Babylonie au premier millénaire av. n. è.

Toutefois, il ne s’agit pas là d’un dense ouvrage de synthèse. En effet, l’auteur s’engage pleinement dans les débats historiographiques, à l’aide d’une méthode juste, et exprime dans cet ouvrage des thèses qui lui sont chères comme celles, par exemple, sur la diffusion de l’argent-monnaie dans la société babylonienne du «long 6ème siècle». Si certaines de ses hypothèses ne manquerons pas d’être interrogées et critiquées par les historiens, il ne fait aucun doute que M. Jursa pose par ce livre un jalon important dans la construction d’une historiographie de l’économie de l’antiquité.

(1) Les dates et périodes cités dans ce compte-rendu doivent être situées avant l’ère chrétienne.

(2) Laetitia Graslin-Thomé, Les échanges à longue distance en Mésopotamie au Ier millénaire: une approche économique, Orient & Méditerranée, n°5, Editions DE BOCCARD, Paris, 2009, p. 129.

(3) p. 850-897.

(4) p. 448.

(5) Section 4.4.2, p. 510-540.

(6) p. 511.

(7) p. 754-816.

(8) Section 4.2, p. 322-360.

(9) Section 4.3, p. 360-385.

(10) Section 3.3.4, p. 282-294.

(11) p. 663

(12) Section 5.6.3, p. 669-681.

(13) « far from being supported by an essentially closed redistributive system catering to all their basic needs, the institutional personnel of Eanna and Ebabbar lived in a economic setting which forced them to obtain through economic exchange, i.e. through purchase, much of what they needed for they livelihood. », p. .

(14) « A Mesopotamian palace household was always a more ‘exploitative’ economic entity geared towards elite consumption (and the type of productive activities that were required by these consumption patterns) than any temple », p. 771

(15) p. 475-490

(16) « This terminological shift must be owed to an intervention by the central administration under Artaxerxes I aiming at a standardisation of the forms in which silver was allowed to be used as a means of exchange », p. 773

(17) p. 641

(18) p. 631.

(19) « all inhabitants of a Babylonian city would have been drawn into the monetary economy to some extent at least », p. 788.

(20) p. 645-660.

(21) « The common and clearly practice of hiring substitute labourers or soldiers (who had to be paid in cash) meant that private taxpayers had to have some income », p. 657.

(22) p. 729.

(23) Section 5.6.3.3. p. 673-681.

(24) p. 681.

(25) p. 746.

(26) « Only a change in the money supply would affect commodities as diverse as slaves, sheep and dates in roughly the same manner », p. 782.

Notes de lecture: H. Baker et M. Jursa (éds.), Approaching the Babylonian Economy (Proceedings of the START Project Symposium Held in Vienna, 1-3 July 2004, AOAT 330, Münster, 2005 par Laura Cousin (doctorante, Paris 1)

Introduction

Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque consacré à l’histoire économique de la Babylonie du premier millénaire avant notre ère, qui s’est tenu à l’Université de Vienne du 1er et 3 Juillet 2004. Il est la première synthèse des recherches effectuées au sein du projet “Economic History of Babylonia in the First Millenium BC”, qui a vu le jour sous les auspices du Fonds zur Förderung der Wissenschaftlichen Forschung de Vienne, à l’initiative de M. Jursa (1).

L’ouvrage compte quinze articles en français, anglais et allemand, qui traitent tous de la deuxième moitié du premier millénaire. On peut se demander pourquoi le choix a été fait de se concentrer sur cette période. La réponse à cette interrogation se trouve dans un ouvrage plus récent de M. Jursa, qui indique : « Nous avons déjà précisé que les synthèses sur les structures économiques de la Mésopotamie ou de la Babylonie prenaient généralement le troisième voire le deuxième millénaire comme point de départ, puis incluaient le premier millénaire à leurs généralisations, ou ne le mentionnaient pas explicitement » (2). Le fait de s’intéresser particulièrement au premier millénaire résulte par conséquent d’un réel besoin (3). La majeure partie des articles se fonde sur des documents de la pratique, et plusieurs d’entre eux proposent des éditions de textes inédits, ainsi que des copies des tablettes (4).

Présentation générale de Approaching the Babylonian Economy

Le projet START

Pour mieux comprendre cet ouvrage, il faut s’intéresser plus particulièrement aux perspectives de recherches du projet START. Dans l’introduction de AOAT 330, H. Baker et M. Jursa soulignent qu’ils souhaitent déterminer les tendances économiques de la période « à savoir l’expansion démographique et la croissance économique générale qui vont de pair avec une augmentation de l’urbanisation et une monétisation graduelle de l’économie » (5). Pour compléter ces informations sur la genèse du projet START dans le cadre de l’ouvrage, il n’est pas inutile de consulter le site internet du Fonds zur Förderung der Wissenschaftlichen Forschung (6).  On y apprend que M. Jursa a obtenu un prix pour former un projet START en 2002. Le prix est décerné tous les ans à plusieurs jeunes chercheurs et existe depuis 1996 à initiative du Ministre autrichien de la Science, de la Recherche et des Arts, Rudolf Scholten. Cette distinction permet à de jeunes scientifiques d’excellence, toutes disciplines confondues, de se concentrer sur leurs recherches avec une mise à disposition de moyens financiers conséquents. A la page qui lui est consacrée, M. Jursa indique, en premier lieu, le but de son projet: il souhaite présenter pour la première fois une synthèse des sources historiques et économiques de la Babylonie au premier millénaire. En deuxième lieu, il évoque les problématiques qu’il a l’intention d’aborder : la démographie, l’urbanisation, l’agriculture, l’exploitation des domaines agricoles, les échanges commerciaux, les échanges de biens, le développement des prix et des salaires, pour terminer par un essai de définition de ce que sont les stratégies individuelles économiques et les modèles d’investissement.

Par conséquent, il articule ses recherches en trois temps. Pendant la première phase du projet, il se concentre sur la question de la stratification sociale de la Babylonie au premier millénaire dont les acteurs les plus importants sont le roi et son administration, les temples et les propriétaires fonciers urbains. Ils sont présentés selon leurs interactions économiques et sociales.  Approaching the Babylonian Economy est le fruit de ces recherches. Ensuite dans une seconde phase, il s’intéresse d’une part à la culture matérielle de la Babylonie, en essayant notamment d’apporter des éléments de réflexion sur le cadre domestique, et d’autre part à l’élevage.

Forme de l’ouvrage

AOAT 330 a l’ambition de présenter des axes de recherches très divers, ce qui pose la question de leur harmonisation. Les articles y sont présentés dans un ordre qui ne répond pas forcément à une véritable cohérence interne ou à un grand thème. C’est en fait  l’ordre alphabétique des noms d’auteurs qui a prévalu. On trouve ainsi l’article de E. Gehlken, centré sur la sociologie et l’étude des âges au sein de la famille, suivi de celui de L. Graslin sur les théories économiques du commerce international à époque néo-babylonienne.

De fait, il ne faut pas chercher une répartition chronologique au sein de l’ouvrage. Ce dernier s’ouvre par un article de H. Baker sur l’époque hellénistique et se ferme sur celui de S. Zawadski consacré à des travaux réalisés sous Nabonide. Le livre n’est donc pas destiné à être lu dans l’ordre des chapitres comme on pourrait l’envisager de prime abord, et il revient au lecteur de constituer par lui-même les grands thèmes de cet ouvrage. Cette organisation a été voulue M. Jursa et H. Baker, qui indiquent ainsi : «C’est intentionnellement un rassemblement hétérogène et cette hétérogénéité reflète les diverses voies par lesquelles l’économie et la société du premier millénaire en Babylonie peuvent – et doivent – être approchées, si dans le futur, des traitements plus synthétiques et plus généraux de ces phénomènes à multiples facettes sont réalisés » (7).

Grands thèmes de l’ouvrage

Des articles – outils de travail

Deux articles peuvent être inclus dans cette rubrique, ceux de C. Waerzeggers intitulé “The dispersal history of the Borsippa archives” et de L. Graslin sur “Les théories économiques du commerce international et leur usage pour l’étude des échanges à longue distance à l’époque néo-babylonienne”. Ce sont des outils de travail qui se révèlent très précieux, et pas seulement pour la compréhension globale de l’ouvrage, car ils sont un véritable apport aux connaissances  générales du lecteur.

L’article de L. Graslin examine les différents modèles économiques que l’on tente d’appliquer à l’économie mésopotamienne. L’auteur discute par exemple de l’application du modèle polanyien et des théories néo-classiques à l’économie mésopotamienne. Quant à C. Waerzeggers, elle rappelle que les archives de Borsippa sont devenues très accessibles depuis ces deux dernières décennies et permettent de reconsidérer la position de plusieurs personnages. Cette collection permet en outre de reconstruire l’histoire de la dispersion du corpus cunéiforme de Borsippa et de réassembler les groupes dispersés sur le marché.  L’auteur présente, en effet, la liste des acquisitions par le British Museum des tablettes et leur historique, et établit enfin une prosopographie particulièrement intéressante.

Le cadre géographique et temporel: la Babylonie du Sud dans la deuxième partie du premier millénaire

Il est à noter que la plupart des études prennent pour toile de fond le sud de la Babylonie, en particulier la ville d’Uruk, devenue dans la deuxième moitié du premier millénaire, une entité économique de première importance. C’est ce que l’on observe en particulier dans l’article de F. Joannès, “Les relations entre Babylonie et Iran au début de la période achéménide : quelques remarques”. F. Joannès, en se concentrant sur la cour itinérante perse, observe le développement de divers centres de production de denrées destinées à la cour. Dans la ville d’Uruk se trouvent des artisans spécialisés dans la fabrication de produits de luxe. A partir du règne de Cyrus, entre la Babylonie méridionale et l’Iran se développe un système particulier de relations économiques, impliquant la fourniture par la Babylonie puis l’acheminement vers l’Iran d’hommes et de marchandises. Pendant le règne de Darius Ier, les fournitures de produits et d’hommes sont amplifiées. La main d’œuvre et les produits alimentaires sont envoyés vers Suse. Dans l’article de K. Kessler, “Zu den ökonomischen Verhältnissen von Uruk in neu- und spätbabylonischer Zeit”, il est question de la période hellénistique, pendant laquelle Uruk est devenue le centre majeur du commerce et des échanges, en particulier avec la Grèce.

En outre, l’aspect géographique se double d’un aspect démographique. H. Baker et M. Jursa  proposent de reconsidérer la problématique de la croissance démographique à partir des publications de R. Adams (8) et de J.A. Brinkman (9).  L’étude de E. Gehlken, intitulée “Childhood and youth, work and old age in Babylonia – a statistical analysis”, s’inscrit dans cette démarche (10). L’auteur s’intéresse aux âges des membres d’une même famille à fin du premier millénaire et à la vie professionnelle de ces individus. Ainsi établit-il que les jeunes hommes commencent à travailler vers 16 ou 17 ans, après un apprentissage d’une durée de trois à cinq ans. Leur temps d’activité est d’environ 23 ans et un cinquième des hommes atteint l’âge de 45 ans. Dans une famille typique, trois enfants seulement atteignent l’âge du plein travail.

La reconsidération du rôle des temples par rapport à l’institution royale et l’importance des entrepreneurs

Le rôle de l’institution royale

L’article de P-A. Beaulieu, “Eanna’s contribution to the construction of the North Palace” est l’exemple même de l’implication de la Couronne dans les affaires du temple. Nabuchodonosor II a, en effet, construit un deuxième palais à Babylone, au Nord du palais originel. P-A. Beaulieu a rassemblé 43 textes relatifs aux opérations de constructions de cet édifice, documents  provenant du temple de l’Eanna à Uruk. Il est fait mention du “travail de corvée du temple de l’Eanna dans le palais en face de la porte d’Ištar” (11). P-A. Beaulieu a ainsi établi que l’Eanna a fortement contribué à la réalisation du palais (12). Cet article peut être mis en rapport avec celui de S. Zawadzki, “The building project north of Sippar in the time of Nabonidus”, qui traite également d’une construction royale, celle entreprise lors du règne de Nabonide sur un canal à Sippar suite à un cataclysme. La construction est sous la responsabilité de l’Etat mais avec la forte participation de l’Ebabbar.

Le rôle déterminant du pouvoir royal est également visible dans l’article de B. Jankovic, “Between a rock and a hard place : an aspect of the manpower problem in the agricultural sector of Eanna”. L’auteur étudie la tablette YBC 4000, issue du temple de l’Eanna à Uruk,  et datée de la 34e année de Nabuchodonosor II (13). Elle souhaite présenter de nouveaux éléments sur l’organisation du sanctuaire, en particulier sur la main d’œuvre utilisée par ce dernier et sur l’implication du pouvoir royal au sein du temple. Elle évoque ainsi deux catégories de travailleurs agricoles employés par le temple, les ikkaru et les errešu (14). Le temple rencontre en effet des problèmes pour trouver de la main d’œuvre (15) et attribue par conséquent de grandes parcelles de terrain à ses exploitants-ikkaru, ce qui peut conduire à des situations frauduleuses lorsqu’un ikkaru cède l’une de ses parcelles à un métayer. La Couronne est donc intervenue et l’un de ses représentants a imposé la peine de mort à quiconque se rendrait coupable de ce délit dans le futur.

Dans l’article de K. Kessler: “Zu den ökonomischen Verhältnissen von Uruk in neu- und spätbabylonischer Zeit”, on assiste à un autre phénomène. Les sanctuaires reversent une partie des offrandes alimentaires au palais, pour entretenir le personnel palatial, les caisses royales profitant, entre autres, de dons de dattes.

Les grands entrepreneurs

Dans cet ouvrage sont aussi présentés de grands entrepreneurs, dont on peut tenter de dresser dans les grandes lignes un portrait grâce aux articles qui leur sont consacrés. Ces entrepreneurs ont des profils multiples, et sont pour la plupart impliqués dans plusieurs types d’activités.

M. Stolper dans “Farming with the Murašûs and others: costs and returns of cereal agriculture in fifth-century Babylonian texts” revient sur son ouvrage Entrepreneurs and Empire (16) et se pose la question suivante : est-ce que le modèle présenté dans les archives des Murašu est applicable tel quel dans les autres archives contemporaines ? Il les compare alors avec les textes  du Kasr ou de Tattannu, soit des archives du Ve siècle. Après avoir établi des échelles de prix de locations de domaines agricoles ou de ventes d’animaux de traits, il en conclut que les modèles présents dans les archives des Murašu ne peuvent être étendus à toutes les archives du Ve siècle.

Un autre cas est présenté par M. Jursa dans “Das Archiv von Bel-eṭeri-Šamaš” (17). Ce personnage est présent dans plusieurs sociétés commerciales à Nippur regroupant plusieurs personnes, associations du type appelé ana harrāni. Sa carrière est surtout connue en tant qu’exploitant de domaines agricoles royaux (18). Mais Bel-eṭeri-Šamaš fut également impliqué dans l’administration de domaines privés sur le canal de Sîn et la gestion des terres des temples. Il a entretenu, par exemple, des relations commerciales avec l’Ekur, le temple du dieu Enlil, pendant le règne de Cyrus, en vendant des dattes pour le compte du sanctuaire d’Enlil.

H. Baker dans “The property portfolio of a family of builders from Hellenistic Uruk” retrace la destinée des différentes générations de la famille de Anu-maru-ittannu, au travers des transactions immobilières effectuées. L’auteur observe que des propriétés situées dans trois endroits d’Uruk – des maisons et parcelles vierges dans le quartier de la porte d’Ištar, une maison et un terrain à la porte du marché et un bīt qāti dans l’enceinte du temple de  Ešgal – sont passées entre les mains de la famille à différentes époques. Suit une importante discussion autour de la question du bīt ritti. Ce terme apparaît pour la première fois à l’époque de Nabopolassar. A l’époque hellénistique, des propriétés urbaines sont qualifiées de bīt ritti, H. Baker propose alors que cette formule désigne une maison en propriété privée dont le temple tire un bénéfice (19).

P. Corò Capitanio dans “Business profiles of multi-prebend holders in Seleucid Uruk: reconsidering the dossier of Lâbâši/Anu-zēru-iddin//Ekur-zākir” s’intéresse à ceux que l’on désigne sous le terme de « multi-détenteurs de prébendes ». Cette tendance à accumuler les prébendes templières dans les mains d’un petit nombre d’individus est une pratique bien connue de l’Uruk séleucide. Pour accroître leurs possessions, il existe trois types de stratégies : acheter de nouveaux types de prébendes, acheter plus de parts d’une prébende déjà donnée, acheter plus de parts de jours donnés d’une prébende donnée.

C. Wunsch dans “The Šangû-Ninurta archive” (20) évoque les membres de la famille Šangu-Ninurta, ainsi que ceux des familles Bel-apla-uṣur et Eṭiru. Les archives s’étendent entre les règnes de Nabuchodonosor II et de Xerxès et sont constituées d’actes de propriétés et de transactions commerciales. L’intérêt de ce groupe de documents est de faire la lumière sur les pratiques d’héritage néo-babylonien, et sur la transmission des biens entre les membres de familles aisées. La transmission à la génération suivante se fait en particulier «via les dots, donc par voie féminine» (21).

Les moyens de paiement

Cet ouvrage consacre une part importante à la monétisation de l’économie. Néanmoins, il est nécessaire de pondérer : on constate l’emploi de salaires en argent mais  également d’un système redistributif non fondé sur l’argent et qui persiste tout au long du Ier millénaire. Les informations sur ce processus de monétisation n’ont cependant pas été regroupées et il incombe au lecteur de faire sa propre synthèse.

Une utilisation accrue de l’argent…

L’article de P-A. Beaulieu se révèle d’une grande utilité pour traiter la question de l’existence d’un salaire en argent. L’auteur recense les termes désignant les travailleurs du temple de l’Eanna et les associe aux moyens de paiement servant à rétribuer les travailleurs dans les textes qu’il a rassemblés : les contrats entre l’Eanna et les entrepreneurs privés (reconnaissance de dettes en argent avec obligation de délivrer des briques pour le travail sur le palais royal), les lettres et la comptabilité de l’administration du temple qui énumèrent l’argent donné (22). Ainsi constate-t-on que quasiment tous les textes mentionnent un paiement en argent (23).

…mais la persistance d’un système fondé sur les rations d’entretien    

Néanmoins, les hommes travaillant pour les temples reçoivent des revenus en nature, comme le démontre l’étude de K. Kleber, “Von Bierproduzenten und Gefängnisaufsehern: die zentrale Güterverteilung und Buchhaltung in Eanna”, fondée sur des textes ayant pour objet l’approvisionnement des artisans du temple en bière, farine et huile. Une personne d’un centre de distribution du temple répartit les biens entre les personnes désignées. La farine et l’huile sont destinées aux artisans ou aux travailleurs de force. L’huile est ainsi enregistrée dans les comptes, et ne sert pas au culte.

On voit également émerger ce système dans l’article de W. Henkelman “Animal sacrifice and ‘external’ exchange in the Persepolis Fortification Tablets” (24), qui s’intéresse à un cas non-babylonien. Dans cette réflexion sur le culte zoroastriste sous Darius Ier, on remarque par conséquent la prépondérance du roi dans l’économie de Persépolis. Les fêtes qui demandent des sacrifices sont connectées avec le pouvoir royal, le roi ordonnant que du bétail soit fourni en vue des sacrifices. Des systèmes d’échanges de vin et de grain contre des animaux destinés au sacrifice sont alors mis en place.

Conclusion

Cet ouvrage a le mérite d’apporter une vision très complète de l’économie babylonienne, même s’il s’agit surtout de l’histoire économique des élites urbaines, où des hommes d’affaires se livrent à toutes sortes d’activités entrepreneuriales . Il a ainsi le grand mérite d’avoir fait apparaître  les nouvelles tendances de recherche à l’oeuvre sur l’économie mésopotamienne, et d’avoir repris un domaine de recherche majeur, celui de l’étude du premier millénaire.

NOTES

(1) Le projet START a duré de 2002 à 2009.

(2) M. Jursa,  Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millenium BC, AOAT 377, Münster, 2010 p. 31

(3) Dans l’introduction, H. Baker et M. Jursa précisent par ailleurs que les résultats du projet sont également consultables dans trois autres ouvrages, ceux de M. Jursa, Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millenium BC, AOAT 377, Münster, 2010 ; de H. Baker, The Archive of the Nappahu Family, AfO Beih 30, Vienne, 2004; et de B. Jankovic, Vogelzucht und Vogelfang in Sippar im 1.Jahrtausend v. Chr, Veröffentlichungen zur Wirtschaftsgeschichte Babyloniens im 1. Jahrtausend v. Chr, AOAT 315, Münster, 2004).

(4) Voir l’article de M. Jursa, “Das Archiv von Bel-eṭeri-Šamaš”, p. 197-268.

(5) H. Baker et M. Jursa, Introduction, p.1

(6) Pour une consultation du site internet: www.fwf.ac.at

(7) Voir p. 5-6

(8) R. Adams, Heartland of Cities, Surveys of Ancient Settlement and Land Use on the Central Floodplain on the Euphrates, Chicago, 1981

(9) J.A. Brinkman dans “Settlement Surveys and Documentary Evidence: Regional Variation and Secular Trend in Mesopotamian Demography”, JNES 43/3, 1984, décrit « une croissance démographique soutenue et une augmentation graduelle de l’urbanisation en Mésopotamie du Sud, vers le 8ème siècle ».

(10) La lecture de cet article n’est pas aisée, du fait de son usage d’équations dont l’élaboration demeure souvent obscure. On a d’ailleurs l’impression que H. Baker et M. Jursa ne savent que faire de cet article, comme on peut le constater dans l’introduction p. 2 : « Tandis que ces chiffres ne peuvent pas à eux seuls prouver la croissance démographique, ils sont au moins conformes au modèle proposé».

(11) En akkadien dullu ša Eanna ša ina ekalli ša pāni abul Ištar

(12) On pourrait ajouter que l’Eanna a sûrement fortement participé à la construction du palais Nord, eu égard aux liens qu’entretenait Nabuchodonosor II avec ce temple. Il est ainsi de plus en plus admis qu’il fut šatammu du sanctuaire : voir M. Jursa, “Die Söhne Kudurrus und die Herkunft der Neubabylonischen Dynastie”, RA 101, Paris, 2007 : 125-136

(13) Soit aux alentours de 570.

(14) Pour une définition des termes  ikkaru et errešu, voir F. Joannès, La Mésopotamie au premier millénaire avant J.-C., p. 190

(15) Voir p. 174-175: l’auteur évoque un déficit de population après la période kassite, ainsi qu’un déclin du pouvoir politique babylonien, ayant provoqué la venue de tribus ouest-sémitiques. Elle mentionne aussi les déportations de population à l’époque néo-assyrienne, tout cela ayant la consequence suivante : « the temples emerged from this period of decline, which, according to Brinkman, must have ended by the second half of the eighth century, with large areas of land, some of it acquired through royal grants, but with too few dependants among the rural population to cope with it all […]. As a consequence, the temple had to hire workers from the outside population, who were not its dependants ». Cette explication apparaît en totale contradiction avec celle qui émerge des articles de P.-A. Beaulieu et S. Zawadski: le temple devant envoyer ses travailleurs lors des travaux royaux, il semble se trouve alors en déficit de main d’œuvre.

(16) M.W. Stolper, Entrepreneurs and Empire : the Murašû archive, the Murašu firm, and Persian Rule in Babylonia, Leiden, 1985.

(17) M. Jursa avait annoncé la publication de ces archives dans l’un de ses précédents ouvrages, Neo-Babylonian Legal and Administrative Documents, GMTR 1. Il évoquait un corpus de 42 textes dans GMTR 1, mais n’en a publié que 38 dans AOAT 330. Les quatre textes manquants, sont ceux publiés par C.S. Knopf dans “Items of Interest from Miscellaneous Neo-Babylonian Documents”, Bulletin of the Southern California Academy of Sciences 32, 1933 : 41-76

(18) Ces domaines se situent à Alu-ša-ardāni, sur le canal Šilihtu et sur le canal Simmagir

19) Voir p. 35

(20) Cette archive avait déjà été évoquée par M. Jursa dans GMTR 1.

(21) Voir p. 367

22) Voir le tableau p. 69 par exemple.

(23) Dans son ouvrage Les échanges à longue distance en Mésopotamie au Ier millénaire : une approche économique, Paris, 2009 : p. 129,  L. Graslin-Thomé, souligne que « l’hypothèse de travail que s’est donnée le groupe de Vienne rassemblé par M. Jursa est que l’époque néo-babylonienne est marquée par un accroissement, mais que celui-ci n’est pas favorable aux temples. Ceux-ci sont contraints de faire appel à une main d’œuvre extérieure, à laquelle ils doivent verser des salaires monétaires ».

(24) L’«Archive des Fortifications» fait partie d’un lot de tablettes élamites mises au jour à Persépolis entre 1933 et 1936-38. Environ 30 000 tablettes et fragments furent découverts. Les documents sont de natures diverses : mémos, listes de rations, lettres.

Notes de lecture: G. van Driel, Elusive Silver, Leyden, 2002 par Louise Quillien (doctorante, Paris 1)

Elusive Silver est le principal ouvrage de l’assyriologue hollandais Govert van Driel. Il pose les questions de l’existence d’un marché et du rôle de l’argent dans une société agraire, deux sujets très débattus dans l’historiographie de l’économie antique et mésopotamienne. L’intérêt de cet ouvrage réside autant dans son contenu érudit (notamment les études détaillées du système des prébendes et de la taxation au Ier millénaire av. J.-C.), que dans sa méthode, et dans les problèmes qu’il soulève, en particulier la question de l’approvisionnement de la Mésopotamie en métal-argent.

L’ouvrage de Govert van Driel, intitulé Elusive Silver (« L’argent insaisissable »), paru à Leyde en 2002, s’ouvre par une curieuse dédicace, « à la mémoire de Mr Casaubon ». Ce monsieur est un personnage de fiction imaginé par George Eliot dans son roman Middlemarch (1). Il s’agit d’un savant très érudit, qui consacre sa vie à un grand projet : trouver une structure globale qui puisse donner un sens à toutes les mythologies. Mais Mr Casaubon échoue à terminer son œuvre. Après sa mort, son épouse réalise que l’entreprise était absurde et qu’elle ne peut rien faire des fragments épars qu’elle devait mettre en ordre pour la publication. Cette dédicace révèle la modestie de G. van Driel, au moment où il édite son maître ouvrage, juste avant son départ à la retraite. Elle pointe aussi un problème méthodologique auquel il était particulièrement sensible. N’est-il pas vain de chercher des explications totalisantes face à une réalité diverse, que l’on n’approche qu’à travers des sources inégales et fragmentaires? Ce problème est au cœur des débats concernant l’histoire de l’économie antique.

Govert van Driel est un assyriologue hollandais, né en 1937 et mort en 2002. Il a suivi l’enseignement de F.R. Kraus à l’Université de Leyde. Sa thèse, publiée en 1969, s’intitule Le culte d’Aššur (2). Au cours de sa carrière, il a publié de très nombreux articles concernant le premier millénaire av. J.-C., dont il était spécialiste. Une partie importante de ses travaux concerne l’agriculture et l’élevage (3), et lorsqu’il aborde les questions économiques, il n’oublie jamais de rappeler que l’environnement agraire est au fondement de la société mésopotamienne. G. van Driel a également écrit plusieurs articles à propos de dossiers d’archives du Ier millénaire (4), il a donc une excellente connaissance des sources qu’il a étudiées de première main. En 1999, il publie deux articles concernant  l’économie, intitulés « Les entrepreneurs agricoles en Mésopotamie » et « La formation du capital et l’investissement en contexte institutionnel en Mésopotamie » (5). Elusive Silver paraît dans cette lignée, à la toute fin de la longue carrière de G. van Driel et peu avant son décès. C’est le seul ouvrage que G. van Driel a publié en dehors de sa thèse.

Elusive Silver est une véritable somme, l’aboutissement de ses travaux. Dans leurs comptes rendus,  M. Van de Mieroop (6) et M. Dandamayev (7) s’accordent pour dire que ce livre est « l’œuvre d’une vie », et que l’auteur y fait preuve d’une grande érudition et de perspicacité dans l’étude de la documentation.

Le thème de l’ouvrage est exprimé par le sous-titre : « A la recherche d’un rôle pour un marché dans un environnement agraire, aspects de la société mésopotamienne ». Ce sujet est très controversé en histoire antique, où comme l’écrit Raymond Descat, la simple évocation de la notion de marché a longtemps été le « signe de l’appartenance à un camp » (8).  Pour l’aborder, G. van Driel fait le choix de « la longue durée », du IIIème millénaire à l’époque achéménide, et d’une problématique spécifique : existe-t-il en Mésopotamie un marché pour les produits agricoles, dans lequel il serait possible d’effectuer des paiements en argent, et comment ce métal arrive-t-il en Mésopotamie, au moyen de quels échanges internationaux (9) ?  Selon l’auteur lui-même, cette question « peut être posée, mais peut-être pas résolue ».

En quoi l’étude de G. van Driel, bien qu’étant caractérisée par une grande prudence et par le refus de la théorisation, apporte de nouveaux éléments à la controverse concernant le fonctionnement du marché et l’usage de l’argent en Mésopotamie ? L’argumentation développée par l’auteur témoigne de partis-pris qui permettent de le situer dans l’historiographie, et de proposer quelques points à débattre à propos d’un ouvrage qui pose finalement plus de questions qu’il n’en résout.

Contenu 

La démonstration de G. van Driel s’organise en trois grandes parties indépendantes. Dans un premier temps, l’auteur interroge l’existence d’un marché à l’époque d’Ur III. Puis, il étudie les prébendes de l’époque d’Ur III à l’époque hellénistique et la place de l’argent dans ce système. Enfin, la dernière partie, la plus longue, est consacrée à la taxation à l’époque néo-babylonienne et achéménide, et à la manière dont sa mise en œuvre révèle la présence d’un marché et l’usage de l’argent, à un niveau jamais atteint auparavant.

* * *

La première partie s’intitule « Marchands du temple et problématique du marché dans les textes d’Ur III ». La question posée est de savoir si, à une époque traditionnellement caractérisée par l’emprise des institutions (temple et palais) sur la société, il existait une place pour le marché, pour le jeu de l’offre et de la demande, et quel était alors le rôle de l’argent.

Pour y répondre, G. van Driel analyse par exemple le dossier des comptes des marchands Damgar d’Umma, afin de montrer qu’il existait nécessairement un marché local des produits agricoles.

Les Damgar sont des marchands qui servent d’intermédiaires pour les institutions. Ils reçoivent des produits agricoles locaux de la part du temple,  en échange de quoi ils l’approvisionnent en produits spécialisés ou importés comme les métaux, les aromates et le bitume. La valeur des produits est estimée par le temple en argent, qui sert alors d’unité de compte. Mais pour pouvoir acheter ces produits importés, les marchands doivent nécessairement convertir les produits agricoles qu’ils ont reçus en argent, donc les vendre. G. van Driel en déduit que les marchands, qui opèrent à l’intérieur de la structure institutionnelle, approvisionnent le marché local des grains qui lui est extérieur.

 

L’étude d’un second dossier d’archive en provenance de Nippur, qui documente de petites opérations de prêts à la consommation, accordés avant la récolte et remboursés ensuite, montre que l’argent était utilisé dans le cadre du crédit, et qu’il existait un marché local des grains à Nippur. L’auteur propose une hypothèse pour faire le lien entre les deux lots d’archives. A Nippur, le marché des grains, extérieur au palais, serait approvisionné par les Damgars qui opèrent à l’intérieur de la structure institutionnelle (p. 23).

Ce qui est envisagé ici, sans l’exprimer en ces termes, c’est la question du lien entre la sphère économique de l’institution et la sphère marchande privée. La conclusion de Van Driel est nuancée. S’il existe bien un marché dans la société agraire de l’époque d’Ur III, où se rencontrent l’offre et la demande, la taille de ce marché est cependant limitée.

 * * *

 La seconde partie de l’ouvrage semble s’éloigner de ces questions. Intitulée « Les prébendes mésopotamiennes, rémunérer le clergé », elle se présente comme une étude extrêmement détaillée du «système » des prébendes, avec pour objectif de cerner le plus précisément possible qui sont les prébendiers, quelles fonctions ils exercent et quelle était leur rémunération.

G. van Driel attache beaucoup d’importance à l’analyse lexicale et aux définitions. Il commence par définir le terme de prébende lui-même, qui est issu du vocabulaire médiéval et qui désigne pour la Mésopotamie « le droit à un revenu donné en échange de remplir une fonction dans le culte des dieux qui implique un contact avec le divin » (10), ce revenu comprenant souvent une part des offrandes placées devant les dieux. Une des originalités de l’étude de G. van Driel est qu’elle est menée sur la longue durée, depuis l’apparition du système des prébendes au IIIème millénaire jusqu’à ses évolutions à l’époque récente.

Un second apport de  l’auteur est sa tentative de classement des fonctions des prébendiers. Il distingue en particulier deux groupes (11): les ērib bīti, qui ont le droit, littéralement, d’entrer dans toutes les parties du temple et les « purveying traders », des artisans qui approvisionnent le temple en produits préparés pour le culte. Malgré ce classement, G. van Driel écrit que « les multiples visages du système de prébendes conspirent à en garder les lignes générales brouillées » (12) . Son étude précise témoigne bien d’une réalité complexe, où les fonctions se superposent souvent et où les frontières des différents groupes sont floues.

G. van Driel conclut tout de même sur l’impression générale que le groupe social des prébendiers fait partie de l’élite urbaine, même si la division progressive des prébendes a permis d’en élargir la base. Caractérisé par l’hérédité, le revenu fixe et le savoir-faire (p. 45), ce groupe constitue un élément stable de la société, ce qui lui a permis de se maintenir sur la longue durée jusqu’à la période hellénistique.

*

 Cette étude détaillée du système des prébendes s’éloigne en apparence de la problématique de l’ouvrage, la question du marché y est peu discutée et le mot « argent» apparaît pour la première fois seulement au chapitre 3 dans une note de bas de page.

En réalité, G. van Driel ne perd pas de vue son objet d’étude. Il défend  simplement la thèse que le système des prébendes, fondé sur la production agricole et matérielle locale, fonctionne en réalité sans argent. La majeure partie de la rémunération des prébendiers est en nature, que ce soient les restes des offrandes, les matériaux bruts confiés pour les réaliser, ou bien les taxes prélevées sur les terres de l’institution.

De la même manière, G. van Driel démontre que le marché joue un faible rôle dans le système. Il tente par exemple de le démontrer à partir d’une étude du revenu standard des prébendes. Celui-ci ne révèle pas d’évolution significative sur le long terme, et semble plutôt dépendre du prestige de la fonction exercée. Selon l’auteur, cela prouve que ce revenu, tiré de la production locale et composé de biens destinés à une consommation immédiate « n’est visiblement pas exposé aux effets du marché » (p. 95).

Tableau réalisé à partir des données citées par G. van Driel p.94-95

Période Ville Statut Rémunération par jour
Ur III Lagaš gudu4 , nar, ereš-dingir, gala-maḫ 2 sila3 d’orge, 4 sila3 d’orge
Ur III Nippur gala, lú-maḫ, muš-laḫ4, lunga 10 sila3 de pain et de bière, 2 sila3 de pain et de bière, 1 sila3 de pain et de bière
OB Nippur muš-laḫ4, gir-še3-ga, i3-du8, kisal-luḫ, gala-maḫ, pa-é, išib, ereš-dingir, máš-šu-gíd-gídša3-tam 2 sila3 d’orge, 1 ou 2 sila3 d’orge, 3 sila3 d’orge. Entre 5 et 6 sila3 d’orge10 sila3 d’orge
NB ērib-bīti Entre 6 sila3 et 1/2 sila3 de pain et de bière selon le statut
Toutefois, G. van Driel apporte quelques nuances à ces conclusions. Il note qu’à l’époque néo-babylonienne, le lien entre le service rendu et la rémunération se relâche, et les prébendes peuvent être vendues et louées (13). Dans ce cas, le propriétaire peut être payé en partie en argent, et non plus seulement en nature. Et surtout, la part de l’argent croît au cours de la période et en particulier à l’époque hellénistique. Enfin, il propose l’hypothèse que les prébendiers jouent un rôle dans l’approvisionnement du marché urbain avec une partie de leur revenu en nourriture, bien que les preuves manquent en l’absence de documentation sur leurs activités marchandes (p. 69).

Comme dans la première partie de l’ouvrage, G. van Driel aboutit à une conclusion nuancée ; le système des prébendes fonctionne en grande partie sans argent, mais cela n’empêche pas les prébendiers de participer à d’autres activités économiques.

* * *

Alors que cette deuxième partie semble minimiser le rôle de l’argent et du marché dans le contexte des prébendes, la suivante montre au contraire leur importance au Ier millénaire. Elle s’intitule « La taxation et l’usage de la terre à l’époque néo-babylonienne, le roi, la terre et les sujets », et couvre une période allant du début du Ier millénaire à l’époque achéménide.

G. van Driel commence par définir la taxation comme : « ce que paye le sujet pour contribuer au gouvernement » (p.155), avec des spécificités propres à la Mésopotamie ; par exemple, les taxes sont liées à la terre et non à la personne assujettie. Les contributions peuvent prendre la forme d’un versement en nature ou d’un service militaire. Il existe également des taxes sur le transport, sur l’eau pour l’irrigation, et un prélèvement occasionnel de 10% pour le temple, appelée ešrû.

L’auteur recherche quelles sont les origines de la taxation et il montre à quel point les taxes sont liées au pouvoir politique. Elles sont prélevées sur les terres accordées par le roi, ce qui lui permet de stimuler leur mise en culture, de se procurer des revenus pour les travaux publics et l’armée, et en définitive, d’accroître son pouvoir sur la terre et les hommes.

Enfin, G. van Driel tente d’évaluer l’ampleur du « fardeau » de la taxation qui pèse sur la société, notamment après le changement majeur qui a lieu à l’époque achéménide, lorsque la Mésopotamie paye pour la première fois des taxes à un pouvoir extérieur. Une étude des plantations de dattes dans le sud de la Mésopotamie montre qu’entre les taxes et les corvées, les loyers de la terre et les profits des temples, 25% à 63% de la production arable pouvait être réclamée, avec une moyenne de 30%. Ce chiffre semble considérable ; et pourtant ce drainage n’a pas affaibli la région selon G. van Driel, car il a été compensé par une croissance économique (p. 127), attestée par les vestiges archéologiques.

*

 Tout au long de son analyse du coût des taxes, du statut de la terre, et de l’effet des prélèvements sur la société, G. van Driel s’attache à démontrer que le système de taxation stimule le marché des produits agricoles et la circulation de l’argent.

Par exemple, l’étude du statut de la terre révèle l’importance croissante du secteur privé au Ier millénaire (14). Selon G. van Driel, cela s’explique par le fait qu’il est plus avantageux pour le roi et pour les institutions de louer la terre plutôt que de l’exploiter directement: notamment car cela permet d’y impliquer plus de main d’œuvre, par un système pyramidal, les terres étant accordées à l’aristocratie militaire et à des entrepreneurs, qui reportent la taxe due au roi ou à l’institution sur leurs propres tenanciers. Ainsi, G. van Driel écrit que même si les institutions demeurent de grands producteurs, elles aussi « ont été conduites dans une économie orientée vers le marché : elles doivent échanger leurs produits contre de l’argent, davantage que pendant les époques précédentes » (15). Cette importance du secteur privé va dans le sens de l’existence d’un marché.

De manière plus précise, G. van Driel explique comment la taxation stimule le marché car les produits prélevés par le roi, par les institutions, et par les collecteurs locaux se retrouvent tous sur les marchés des villes, par les mêmes canaux. Le dossier d’Iddin-Marduk (16) illustre bien ce système. Cette « compagnie » se charge du transport de l’orge et des oignons vers Babylone. Pour cela, elle doit payer la taxe sur le transport, le kāru ša šarri, à un officier royal, sur le canal vers Babylone. La compagnie paye la taxe en nature.  Mais, comme l’officier doit en reverser le produit au roi en argent, il doit vendre les denrées prélevées. Or, le moyen le plus facile est de les revendre à ceux-là même qui s’occupent de leur commercialisation, la compagnie d’Iddin-Marduk.  Ainsi, dans les textes W, IM 54 et Nbn 268, Iddin-Marduk, Nūr-Sin ou ses associés reçoivent de l’orge et des oignons des personnes liées au bureau des taxes. G. van Driel considère que si Iddin-Marduk préfère garder les produits bruts et payer les taxes en argent, c’est qu’il est certain de trouver un débouché pour ses produits à Babylone. Donc, la taxe sur le transport prouve qu’il existe un marché des produits agricoles.

Enfin, G. van Driel montre, à travers l’étude de la taxation, que l’argent occupe une place de plus en plus importante dans l’économie. A l’échelle des individus, la majorité payent les taxes en nature, mais certains préfèrent verser de l’argent, par exemple au lieu d’accomplir leur service militaire. A l’échelle de la Mésopotamie, l’auteur observe qu’entre le début et la fin de la période achéménide, la qualité de l’argent augmente, on passe de 1/8ème à 1/10ème d’impuretés tolérées. G. van Driel écrit : « J’hésite à parler d’inflation, mais je le vois comme un signe que l’approvisionnement en argent est plus important, ce métal étant à l’origine une denrée parmi d’autres » (17).

Tout concourt donc à la même conclusion : la Mésopotamie a eu besoin de plus d’argent. L’auteur aboutit au même problème que dans la première partie de l’ouvrage : comment la Mésopotamie gagnait-elle cet argent, puisqu’elle-même ne produit pas ce métal? Comment a-t-elle pu fournir aux Perses, si l’on en croit Hérodote, 1000 talents d’argent par an ? Au terme de l’étude de G. van Driel, cette question demeure sans réponse, l’auteur écrit lui-même en conclusion « la question de l’approvisionnement en argent, dont le besoin a cru au cours de la période, est insoluble » (p. 318).

Situation dans l’historiographie

G. van Driel n’adopte jamais un ton polémique. Il ne fait pas référence aux débats historiographiques qui sous-tendent les travaux sur l’économie antique. Cependant, il est possible de le situer dans les courants historiographiques par une analyse de sa méthode, de ses conclusions et de la manière dont son livre a été reçu par la critique.

* * *

 L’originalité de l’ouvrage de G. van Driel tient en premier lieu à la méthode mise en œuvre, et au ton employé qui est l’un des traits distinctifs de cet auteur.

G. van Driel tient à fonder son étude sur les sources écrites, qui lui servent de matériau et de preuves, et qui dictent l’organisation de son travail. Tous ses chapitres commencent par une analyse détaillée de la terminologie, et chaque sous-partie se fonde sur un lot d’archives particulier. Ses conclusions sont chaque fois replacées dans leur contexte chronologique et géographique. Sans cesse, il fait remarquer les limites des sources. Il note les difficultés qu’il éprouve à définir certains termes aussi importants que « isqu » par exemple. Selon G. van Driel, la documentation n’est pas explicite et donne souvent peu d’indices sur son contexte. Il écrit « Nous dépendons de la documentation disponible, mais nous savons qu’elle est insuffisante » (p. 54), et il n’hésite pas à laisser certaines questions « pour le futur », par manque de matière. Ce scepticisme provient selon M. Jursa (18) de l’école hollandaise dont est issu G. van Driel, celle de son maître à Leyde, F.R. Kraus. Celui-ci aurait dit lors d’une communication en 1978 : « A la manière de danseurs au Bal des sorcières, qui ont conscience de tenir en main des balais de paille (sans pouvoir voler), les Assyriologues tentent obstinément d’insuffler de la vie aux textes et de reconstruire à partir des détails qu’ils contiennent les évènements auxquels ils se référaient autrefois, alors qu’ils tiennent des mots morts dans leurs mains » (19). Le courant historiographique représenté par F.R. Kraus est qualifié d’« humanisme libéral », par Morris and Manning (20), et il se caractérise par une méthode empirique et inductive. On la décèle dans les travaux de G. van Driel par sa prudence envers les généralisations.

En effet, cette démarche le conduit à exprimer les limites des modèles et des concepts traditionnels utilisés pour décrire l’économie antique. Dans la conclusion, il écrit qu’il est nécessaire de faire appel à des concepts tels que la réciprocité et la redistribution, le privé et l’institutionnel, la maisonnée et le patrimoine, mais il les qualifie d’étiquettes, utilisées par défaut pour élaborer un discours historique par essence toujours hésitant (21).  Cependant, ce refus de la théorisation se traduit aussi par un défaut de définition des termes employés. Les notions de marché et d’argent qui sont au cœur de l’ouvrage ne sont jamais explicitées, alors qu’elles sont polysémiques.

Certains historiens critiquent la méthode de G. van Driel. M. van de Mieroop la qualifie de « scepticisme extrême », dans un compte-rendu d’Elusive Siver paru en 2004. Pour cet auteur, G. van Driel se contente « d’expliquer les textes » alors que le rôle de l’historien est « d’expliquer les cultures » en proposant des théories (22). Pourtant, M. van de Mieroop écrit qu’avoir conscience des limites des sources est une qualité première de l’historien. Et G. van Driel ne s’en tient pas à une approche descriptive des textes. Avec beaucoup de précautions, il dresse des lignes générales, tente des quantifications approximatives ou partielles, se réfère à des modèles, tel que le Pälastgschaft de F.R. Kraus. Au cours de sa carrière, il ose de plus en plus proposer des hypothèses fondées sur des suppositions et non uniquement sur les informations tirées de la documentation.

Les idées qu’il défend permettent-elles de le situer dans la querelle qui a longtemps divisé les historiens de l’économie antique, entre « primitiviste » et « moderniste », ou bien G. van Driel contribue-t-il au dépassement actuel de ces débats ?

* * *

 En apparence, G. van Driel semble appartenir au courant historiographique «moderniste». Le vocabulaire qu’il emploie est très contemporain : il parle d’«entrepreneur» et de «capitalistes», de «cycle de croissance» et de «marché» de «cluster» et d’«entreprise». Cependant, G. van Driel prend en compte la critique selon laquelle ces termes modernes seraient impropres pour décrire les réalités antiques. Dans ses articles, il s’attache à les redéfinir pour les appliquer à la Mésopotamie. Par exemple, il  interroge  la notion d’« investissement », en montrant que la construction et l’ornement des temples, qui peuvent sembler être de pures dépenses, sont en réalité un investissement dans une société où le but de la vie humaine est de travailler pour les dieux (23). Dans un autre article, il redéfinit la notion d’« entrepreneur », en partant des définitions proposées par les dictionnaires contemporains, pour proposer un nouveau sens adaptée à la Mésopotamie (24) et définir une typologie (25).

Si G. van Driel n’adopte jamais une posture polémique, il lui arrive de faire référence à des concepts issus de l’historiographie de l’économie antique. Par exemple, l’un des fils directeurs de ses différents articles et de son ouvrage est de montrer que l’exploitation directe de la terre par le temple est moins avantageuse que la location à des propriétaires privés (26). Le concept de «Household» proposé par Finley, et l’idée d’autarcie qu’il véhicule est donc impropre pour décrire les institutions mésopotamiennes (27). Sans le citer, il fait également référence à la théorie institutionnaliste de K. Polanyi et au concept d’ «embeddness », c’est-à-dire d’encastrement de l’économique dans le politique et social par le moyen des institutions qui encadrent la société. G. van Driel ne nie pas que les institutions ont un pouvoir économique et politique majeur en Mésopotamie, mais il considère qu’elles n’ont pas la taille suffisante pour dominer la société dans son ensemble. Même à l’époque d’Ur III, écrit-il, « tout le monde n’avait pas une existence ‘encastrée’, l’existence de l’usure en est une preuve évidente » (28). Il défend ainsi l’idée qu’à l’échelle des institutions comme des individus, il existe une gestion consciente dans le but de faire des profits, même s’il écrit que les preuves sont difficiles à apporter (29).

La conception générale que G. van Driel se fait de la société mésopotamienne le place également dans le courant moderniste, car il participe à la critique des thèses primitivistes traditionnelles de la pensée de M. Finley. Selon ce courant historiographique, les sociétés anciennes, dans lesquelles l’agriculture est au centre des mentalités, sont marquées par la permanence et par la longue durée. G. van Driel montre que  même si l’agriculture est au fondement de l’économie, une étude sur la longue durée révèle des dynamiques. Selon L. Graslin (30), l’une des idées originales de G. van Driel est de concevoir l’économie mésopotamienne comme une économie cyclique, marquée par une succession de vagues alternant croissance et déclin. Cette impression repose sur les prospections de l’archéologue R. Mc Adams dans le sud de la Mésopotamie (31). Parallèlement, G. van Driel montre qu’au long des trois millénaires de son histoire, la Mésopotamie a connu une évolution de nature politique depuis les centres urbains locaux du IIIème millénaire jusqu’à la monarchie achéménide considérablement centralisée (32). La seconde originalité de G. van Driel est de considérer que le facteur premier des changements économiques n’est ni strictement économique, ni écologique, mais réside dans ces évolutions politiques.

Tous ces indices permettent de dire avec L. Graslin : « bien que G. van Driel ne revendique pas cette étiquette, l’image qu’il donne de l’économie néo-babylonienne conduit à le classer parmi les modernistes », mais qu’il « ne verse pas dans le modernisme excessif et souligne l’importance d’une vision globale de la société mésopotamienne ».

* * *

 Le tableau que G. van Driel fait de l’économie mésopotamienne est en réalité nuancé. Sa pensée a évolué avec le temps. En 1988, dans un article sur l’agriculture, il note que « la monnaie au sens actuel n’existe pas. Le marché a une portée limitée » (33). Mais parallèlement, il s’intéresse à l’étude des comportements économiques, aux notions de risque, de capital et d’investissement. Il met en lumière ces pratiques dans le domaine agricole, et montre par exemple comment se développent au premier millénaire les cultures spéculatives de dattes, orientées vers le marché, dont le moteur est la propriété privée (34). Finalement, dans Elusive Silver, il tend à réévaluer le rôle de l’argent et du marché, mais de manière toujours limitée (35).

C’est pourquoi son ouvrage a été critiqué par certains historiens.  Par exemple, M. van de Mieroop (36) remet en cause la thèse de G. van Driel selon laquelle le système des prébendes est un espace de l’économie que le marché n’a pas atteint. Il aurait sous-estimé le fait que les achats, les ventes et les locations de prébendes « introduisent des éléments de marché dans le système ». M. van de Mieroop insiste sur l’importance de l’argent dans le fonctionnement interne des institutions, à un niveau encore supérieur à G. van Driel.

G. van Driel montre dans son ouvrage, par une étude sur la longue durée, que l’économie mésopotamienne est complexe. Alors que les spécialistes du IIIème millénaire ont tendance à mettre en avant le rôle des institutions qui encadrent l’économie, G. van Driel démontre dans Elusive Silver qu’il existait déjà un marché et que l’argent était utilisé à cette époque. A l’inverse, à l’époque néo-babylonienne, pour laquelle les études insistent sur la présence de comportements économiques modernes, G. van Driel pense qu’une partie de la société, le secteur des prébendes, pouvait fonctionner sans argent, et insiste sur le caractère agraire de l’économie. Tout en faisant ainsi le lien entre les différentes périodes de l’histoire de la Mésopotamie, il insiste sur la spécificité de l’époque récente, où  le secteur privé, le marché, et l’argent, jouent un rôle sans précédent.

Débat

Nous pouvons soumettre au débat deux points soulevés par G. van Driel, en premier lieu, la question du marché. Selon G. van Driel, s’il existe bien un marché en Mésopotamie depuis le IIIème millénaire,  il n’existe pas de véritable « économie de marché ». Cette distinction se réfère peut-être à Karl Polanyi qui différencie les marchés anciens et le grand marché moderne (37). Les historiens actuels admettent cette distinction, Alain Bresson (38) par exemple distingue la société de marché d’aujourd’hui et l’économie à marchés d’autrefois, tout en soulignant les continuités entre les deux, à l’inverse de Polanyi qui les sépare radicalement. Il en découle une série de questions : comment définir le marché en Mésopotamie ? Les mécanismes y sont-ils différents de ceux des autres sociétés antiques, comme la Grèce des cités ou l’Empire Romain ? Quelle est l’importance relative des rapports marchands dans l’économie par rapport à la redistribution et à la réciprocité ? Comment fonctionnent ces rapports marchands dans une société agraire ? Et finalement, quelle est la place relative des institutions et du secteur privé dans l’économie, comment les deux entrent-ils en relation (39)? Certaines de ces pistes sont ouvertes par l’ouvrage de G. van Driel, notamment à travers la question moins théorique et plus concrète de l’argent.

G. van Driel ne se demande pas quelle est la proportion de métal en Mésopotamie, ni dans quelle mesure l’argent était utilisé pour les petites transactions. Il affirme que l’argent était présent dès le IIIème millénaire, et qu’il devient très courant au Ier millénaire. Le sens du titre « l’argent insaisissable » ne pose pas la question de la circulation de ce métal en Mésopotamie, mais de la manière par laquelle il arrive dans cette région. Comment l’argent est-il gagné par la Mésopotamie ? G. van Driel renonce à apporter une réponse définitive mais  propose deux méthodes, d’une part l’analogie avec d’autres époques, par exemple avec l’exportation de textiles par la Mésopotamie à l’époque paléo-assyrienne ; et d’autre part le recours à des modèles comme celui du Palastgeschäft de F.R. Kraus (40). La question reste ouverte.

***

 Elusive Silver présente donc un tableau complexe et évolutif de l’économie du Ier millénaire envisagée à partir du prisme des prébendes et de la taxation, et retrace les origines de ces structures dans l’histoire de la Mésopotamie. L’originalité de la démarche de G. van Driel est la manière dont elle est dictée par les sources et la façon dont il rappelle constamment leurs limites, par exemple l’absence des populations tribales qui représentaient une part importante de la société Mésopotamienne. La dédicace à Mr Casaubon est une mise en garde contre les théories explicatives générales. G. van Driel utilise lui-même, de plus en plus au cours de sa vie, les modèles, les concepts, les tentatives d’interprétation et les hypothèses. Mais il  note  toujours leur degré d’incertitude, et rappelle que chaque phénomène a un contexte, à l’intérieur d’une société « stratifiée et non uniforme ». L’étude des questions économiques conduit à explorer des terrains situés aux limites de nos connaissances, c’est pourquoi elles sont tant débattues.

NOTES

 (1) Selon M. van de Mieroop, l’épouse de G. van Driel a confirmé que son mari pensait bien au personnage de George Eliot lorsqu’il a écrit cette dédicace. Marc van de Mieroop, « Compte-rendu de Elusive Silver », in JESHO 47, 2, Leyden, 2004

(2) Govert van Driel, The Cult of Aššur, Van Gorcum, 1969

(3) G. van Driel, “Neo-Babylonian agriculture” BSAg 4, 1988, p.121-159, Berlin; “Neo-Babylonian agriculture, III, Cultivation” BSAg 5, 1990, p.219-266; “Wood, Trees and Timber in Mesopotamia, BSAg6, 1992, p.171-176; “Neo-Babylonian sheep and goat” BSAg 7, 1998, p.219-258

(4) Par exemple, l’article “The ‘Eanna archive’”, BiOr 55 (1998), p.59-79, dans lequel G. van Driel défend la thèse que ce ne sont pas des archives ‘vivantes’ détruites lors des troubles politiques de l’an II de Darius, mais des archives ‘mortes’, volontairement mises de côté lors d’un rangement visant à résoudre les problèmes administratifs du temple.

(5) G. van Driel, «Agricultural Entrepreneurs in Mesopotamia», H. Klengel – J. Renger (éds.), Landwirtschaft im Alten Orient, Berliner Beiträge zum Vorderen Orient, Bd. 18), D. Reiner, Berlin, p. 121-159 et «Capital Formation and Investment in an Institutional Context in Ancient Mesopotamia», in J.G. Dercksen (éd.), Trade and Finance in Ancient Mesopotamia. Proceedings of the 1st MOS Symposium, Leiden, December 19-20, 1997, (PIHANS, 84)

(6) Marc van de Mieroop, « Compte-rendu de Elusive Silver », in JESHO 47, 2, Leyden, 2004

(7) M.A. Dandamayev, « Compte-rendu de Elusive Silver », JAOS, vol.124, n°3, juillet-septembre 2004, p.588-590

(8) Raymond Descat, « Le marché dans l’économie grecque », in Revue de Synthèse, n°127, 2006, p.253-272

(9) « It is the question how to find a market for that are basically agricultural bulk products, which ultimately results in payments in silver, which itself had to be earn through foreign trade.», Elusive Silver p.I

(10)Elusive Silver p.34 “A prebend is defined here as a right to income deriving from the fulfilling of a function in the cult of the gods which involved contact with the divine and which was from the outset hereditary, or became so in the course of its development

(11) Elusive Silver p.126 “In the later prebendal system the main difference seem to have consisted in being a ‘ritualist’ which included certain craftsmen, or a ‘purveyor’, in which the type of task determined the degree of initiation and the manner of recompensation

(12) Elusive Silver p.97 “All features of the prebendal system conspire to keep outlines blurred

(13) Elusive Silver, p. 135 : G. van Driel fait une étude rapide des possibilités de location de prébendes, indiquée par le terme ana sūti ou ana ebūri. Ce type de contrat exige que le locataire paie une somme fixe au propriétaire, et ne contient pas d’arrangement concernant la fonction à remplir.

(14) Elusive Silver p.164 «To all probability the private sector had become much stronger than before and especially less subsistence oriented, even if such a statement is mainly based on impressions »

(15) Elusive Silver p.165 « Also the institutions were forced into a more market oriented economy : they had to exchange their produce for silver even more than was the case earlier on. »

(16) G. van Driel renvoie à l’étude de C. Wunsch, Die Urkunden des babylonischen Geschäftsmannes Iddin-Marduk, Zum Handel mit Naturalien im 6. Jahrhundert v. Chr. I und II, Groningen, 1993 ; pour le corpus complet de ces textes.

(17) Elusive Silver, p.159, note 9 « I would hesitate calling this inflation but prefer regarding it as a sign that the supply of silver has increased, silver being still primarily one commodity amongst others” Il note que ces chiffres sont établis à partir des prix de compte et non des prix du marché. P. 160, G. van Driel cite les travaux de A.L. Stolsky, La Bourse de Babylone, 1997, p.50, qui démontre que les prix du marché sont toujours plus hauts que les prix de compte.

(18) M. Jursa, Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millenium BC, Economic Geography, Economic Mentalities, Agriculture, the Use of Money and the Problem of Economic Growth, Münster, Ugarit-Verlag, 2010, partie “Introduction et historiographie”.

(19) “Wie den Tänzert auf dem Hexenball, die ernüchtert Besenstiele mit Strohwischen im Arme halten, ergeht es den Assyriologen bie ihren hartnäckigen Versuchen, den Texten Leben einzublasen, aus den aufgezeichneten Details die Zustände und Vorgänge zu rekonstruieren, auf die sie einmal bezogen haben: sir halten tote Wörter in Händen.” in F. R. Kraus, « Der ‘Palast’, Produzent und Unternehmer im Königreiche Babylon nach Hammurabi (ca. 1750-1600 v. Chr.) » in E. Lipinski, State and Temple Economy in the Ancient Near East II, Louvain, 1979, p.423-424

(20) I. Morris and J. G. Manning, The ancient economy, evidences and models, Standford University Press, 2004

(21) Elusive Silver p.326 “For the details we must study the written documentation with its varying backgrounds, which presents itself to us, at least for the moment, in very period-specific guises, for which we are inadequately equipped, and which require the invention of concepts such as reciprocity and redistribution, private or institutional, household, patrimonial and patriarchal, and more, in various combination in an attempt at comprehension. In reality all such props and stickers are part of a continuous groping, especially if the written word is studied, in which at least a part of the population, the non-sedentary and the tribal element, which is not necessity the same, hardly figure”.

(22) « To me the aim of our work is to put forward tentative theories that explain the cultures, rather than the texts, we study. », Marc van de Mieroop, Review, JESHO, vol.47, n°2, 2004, p.261-264,

(23) G. van Driel “Capital formation and investment in an Institutional Context in Mesopotamia”, in J.G. Dercksen (éd.), Trade and finance in Ancient Mesopotamia, Proceeding of the 1st MOS Symposium, Leiden, 1997 (PIHANS, 84)

(24) G. van Driel, “Agricultural Entrepreneurs in Mesopotamia », H Klengel, J. Renger (éds), Landwirtschaft im Alten Orient, Berliner Beiträge zum Vorderen Orient, Bd. 18), D. Reiner, Berlin, p.121-159. Définition proposée pour “entrepreneur”: “quelqu’un qui n’appartient pas à la hiérarchie institutionnelle et qui, volontairement, accepte la position de gestionnaire agricole sans devenir membre de l’institution dans laquelle il agit » ou « quelqu’un qui, sans devenir un officier, accompli des tâches pour l’institution à laquelle il appartient qui ne font pas partie des devoirs attachés à sa fonction habituelle ».

(25) Typologie des entrepreneurs: 1) les fermiers rentiers de l’institution qui louent des terres au temple en échange d’une partie de la récolte, 2) les exploitants assignés par une autre personne à une terre contre un service ou un paiement, 3) les entrepreneurs qui louent une terre appartenant à une propriété plus large appartenant à un haut officier ou à un membre de la famille royale.

(26) Par exemple, dans son article “The Murašu in context », JESHO, 32, 1989, p.203-229, il défend contre Stolper l’idée que l’arrêt des archives est lié à leur mise de côté pour obsolescence et non à une décision royale de faire passer leurs terres sous exploitation directe (car elle n’est pas considérée comme étant avantageuse).

(27) Selon G. van Driel, “Neo-Babylonian agriculture”, BSAg 4, 1988, p. 121-159 : l’implication d’entrepreneurs extérieurs est moins un signe de force de l’institution qu’un signe de faiblesse car cela signifie qu’elle n’est pas capable de réaliser la meilleure exploitation possible avec ses propres moyens internes.

(28) Elusive Silver p.23, “Not everybody led an « embedded existence ». The occurrence of usury is an obvious indicator of that fact”. Voir aussi cette réflexion de l’auteur à propos de l’économie redistributive de l’époque d’Ur III, p. 163 : « Les travailleurs sont la propriété de l’institution et reçoivent une maigre subsistance. C’est une relation servile au gouvernement. (…) Il est difficile de voir les institutions paléo-mésopotamiennes comme un exemple de ce qui pourrait être un idéal social ».

(29) G. van Driel, “Agricultural Entrepreneurs in Mesopotamia » : « Bien que je ne trouve aucune difficulté à accepter que le désir de profit était présent en Mésopotamie, il est difficile d’en apporter les preuves, en particulier concernant les institutions »

(30) Laëtitia Graslin-Thomé, Les échanges à longue distance en Mésopotamie au Ier millénaire, une approche économique, Paris, 2003, p.127-129

(31) Voir la conclusion de G. van Driel in “Capital formation and investment in an Institutional Context in Mesopotamia”

(32) G. van Driel propose que la société mésopotamienne ait été organisée selon quatre niveaux définis dans l’introduction: 1 – les grandes capitales en croissance 2 – les centres religieux secondaires avec leur clergé rémunéré 3 – les localités où sont prélevées les taxes 4 – les simples villages agricoles.

(33) G. van Driel, « Neo-abylonian agriculture », BSAg 4, 1988, p.121-159

(34) G. van Driel “Neo-Babylonian Agriculture III, Cultivation” BSAg 6, 1992, p.219-266

(35) Elusive Silver p.272 : dans la société Mésopotamienne, « les paiements en argent ne sont pas une règle absolue »

(36) Marc van de Mieroop, Compte-rendu de Elusive Silver, in JESHO 47,2, Leiden, 2004, p.261

(37) Jérôme Maucourant “Karl Polanyi, les marchés et le marché » in Colloque, K. Polanyi et le Marché, Nanterre, 2002 (en ligne)

(38) A. Bresson, « Polanyi, le marché et les économies d’avant le capitalisme » in colloque K. Polanyi, Itinéraires.

(39) Pour répondre à ces questions, l’historiographie actuelle de l’économie antique s’oriente vers plusieurs démarches :

– Historiciser le concept de marché afin d’en montrer la spécificité pour chaque société

– Penser les marchés de manière segmentée, en plusieurs espaces ou échelle (locale, internationale), et voir comment elles entrent en relation.

– Faire appel à la comparaison, comme P. Bang qui analyse les marchés de l’Empire romain à la lumière du concept de « bazaar » utilisé par les anthropologues pour décrire les villes marocaines. (P. F. Bang, The Roman Bazaar : A Comparative Study of Trade and Markets in a Tributary Empire, Cambridge, 2008)

– Etudier la circulation des produits à l’échelle du monde antique (histoire connectée). Par ex : Horden and Purcell, The corrupting Sea, a Study of Mediterranean History, 2002

(40) F.R. Kraus, « « Der Palast », Produzent und Unternehmer im Königreiche Babylon nach Hammurabi » in Lipinski, State and Temple Economy in the Ancient Near East II, Louvain, 1979, p.423-424