Archives pour la catégorie Billets

Bibliographie concernant la Babylonie aux époques néo-babylonienne et achéménide, 2015

La bibliographie est organisée par auteurs, sans distinction entre livres et articles. Si vous constatez un oubli, veuillez, s’il vous plaît, l’indiquer en commentaire de cet article. / This bibliography is classified by author, without any specific distinction between books and articles. If you see a publication absent from the bibliography, please leave a comment.

  • Abraham, Kathleen

Abraham, K., 2015, « Negotiating Marriage in Multicultural Babylonia : An Example from the Judean Community in Āl-Yāhūdu », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 33 – 57 , Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Abraham traite dans cet article des contrats de mariage comportant des clauses juridiques rares ou uniques en comparaison avec le reste de la documentation des époques néo-babylonienne et achéménide. Pour la majorité de ces textes, les personnes concernées sont en général d’origine égyptienne, ouest-sémitique ou judéenne. Un cas particulièrement intéressant est celui d’un contrat provenant de l’archive d’Al-Yahudu.

Ceci amène à la question des normes d’écriture de ces documents et ce qui constituerait le caractère standard, « babylonien », de la plupart des contrats de mariage. Dès lors, en ce qui concerne les clauses particulières aux textes mentionnés dans cet article, s’agit-il de l’importation de pratiques juridiques, liées au droit de la famille provenant des régions d’origine des individus concernés, ou d’une adaptation du droit babylonien à des cas particuliers ? Les élites babyloniennes, assez imperméables selon l’autrice aux influences culturelles extérieures, auraient une structure familiale différente de celle de ces déporté-e-s, et le droit babylonien inciterait à empêcher certaines pratiques (polygamie, adultère, divorce). On verrait ainsi une adaptation des normes juridiques autour de ces pratiques pour ces textes, sans pouvoir réellement déterminer pour l’autrice ce qui est d’ordre culturel et d’ordre socio-économique ?

  • Baker, Heather D.

Baker, H.D., 2015, « Family Structure, Household Cycle, and the Social Use of Domestic Space in Urban Babylonia », in Müller, M. (éd.), Household Studies in Complex Societies, Oriental Institute Seminars, p. 371 – 407, Chicago.

Par comparaison entre l’épigraphie (contrats de vente de maisons) et l’archéologie domestique du quartier Merkes de Babylone, l’autrice détermine les usages des différentes pièces des maisons et la transmission de l’immobilier dans la famille (notamment en ce qui concerne la division de l’espace domestique entre fils héritiers d’une maison). La terminologie concernant la division de cet espace est à reconsidérer : autour de la cour (tarbaṣu), on distingue quatre pièces bīt iltāni (nord), bīt šuti (sud), bīt amurri (ouest), bīt šadi (est), lorsqu’une une maison est divisée dans un contrat d’héritage. Les termes désignant ces pièces ne sont pas à comprendre comme l’orientation par rapport à la cour, mais à leur orientation propre ; ainsi, la bīt iltāni n’est pas au nord de la cour mais fait face au nord (et se situe donc au sud de la cour). Du fait de son orientation par rapport au soleil, cette pièce est en général plutôt favorable à la vie quotidienne. La bīt amurri, quant à elle, est souvent associée à la cuisine par l’archéologie. Par l’étude de différents cas d’héritage (YOS 6 114 (Uruk), cas de la famille Šumāti de l’Uruk hellénistique), on peut suivre la division de certains foyers entre membres d’une même famille, et dès lors on peut se demander quels espaces sont réservés à la vie privée et lesquels servent à la vie commune. L’autrice discute ainsi du nombre de personnes vivant dans chaque pièce, de l’importance de la cour dans la vie commune et de l’attention portée à l’intimité de la famille, en limitant les contacts avec l’extérieur.

  • Da Riva, Rocío

Da Riva, R., 2015, « Enduring Images of an Ephemeral Empire. Neo-Babylonian Inscriptions and Representations in the Western Periphery », in Rollinger, R., van Dongen, E. (éds.), Mesopotamia in the Ancient World : Impact, Continuities, Parallels, Melammu Symposia 7, p. 603 – 630, Ugarit-Verlag, Münster.

Da Riva établit dans cet article une typologie des inscriptions monumentales sur pierre dans les régions dites « périphériques » de l’empire néo-babylonien (Teyma, Haute-Mésopotamie, Levant). Souvent réalisées au cours des campagnes militaires de l’empire dans ces régions, elles forment un type de discours et de représentation particuliers, à distinguer des inscriptions royales ou des fresques visibles en milieu urbain. Situées près de voies de communication importantes, dans un contexte géographique souvent déjà riche en monuments produits par d’autres entités politiques, elles inscrivent l’empire néo-babylonien dans l’espace, dans des régions où son contrôle n’est pas toujours assuré ou direct.

  • De Breucker, Geert

De Breucker, G., 2015, « Heroes and Sinners : Babylonian Kings in the Historiography of the Persian and Hellenistic Periods », in Silverman, J.M., Waerzeggers, C., (éds.), Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, p. (), SBL Press, Atlanta.

A partir des tablettes littéraires et historiographiques des époques achéménide et hellénistique produites par les lettrés babyloniens, l’auteur présente une synthèse des discours associés à d’anciens souverains babyloniens. Partant du constant que la plupart des rois présents dans ces textes eurent à combattre une puissance conçue comme étrangère à la Babylonie, De Breucker montre comment une forme particulière de mémoire politique est produite par ces lettrés. Nabopolassar, Adad-šum-uṣur, Kurigalzu II et Nabuchodonosor I, par leurs actions militaires, sont perçus comme des héros défenseurs de la Babylonie, placés sous la protection de Marduk et accomplissant sa volonté contre les Assyriens et les Élamites.

L’auteur discute de la date de composition de ces textes, de leur contenu et de leur possible diffusion au moment de leur rédaction. Cette construction de récits se ferait en opposition aux Achéménides et aux différents souverains hellénistiques, afin de maintenir vivant le souvenir de l’indépendance babylonienne. Mais c’est aussi le moment où des traditions locales, dans un contexte impérial, réapparaissent, notamment concernant le dieu Anu à Uruk. La diffusion limitée de ces textes n’est pas à sous-estimer, et ceux-ci montrent avant tout un point de vue particulier concernant le passé de la Babylonie.

  • Hackl, Johannes

Hackl, J., Jursa, M., 2015, « Egyptians in Babylonia in the Neo-Babylonian and Achaemenid Periods », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 157 – 80, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Cet article recense la plupart des attestations d’Egyptiens dans la documentation éditée provenant des archives babyloniennes entre les époques néo-babylonienne et achéménide. Les archives principales où l’on retrouve des Egyptiens sont celles des Murašu, l’archive du Kasr, celle des Tattannu, ainsi que les listes de rations allouées aux déporté-e-s du palais de Nabuchodonosor II. L’article est organisé selon le statut des individus en question : esclaves du temple, esclaves privés, « hommes libres », Egyptiens en lien avec l’administration royale. La présence des Egyptiens en Babylonie semble beaucoup plus limitée en comparaison avec la communauté des déporté-e-s judéens et ouest-sémitiques. Les batailles entre le royaume égyptien et l’armée de Nabuchodonosor II ont pu avoir comme résultat la prise de prisonniers de guerre, amenés ensuite en Babylonie. Leurs professions, lorsqu’elles sont identifiées, font des Egyptiens présents en Babylonie des personnes disposant de certains savoir-faire utiles à la royauté, que ce soit néo-babylonienne ou achéménide, ce qui explique leur intégration dans l’appareil administratif.

  • Jursa, Michael

Jursa, M., 2015, « Labor in Babylonia in the First Millenium BC », in Steinkeller, P., Hudson, M. (éds.), Labor in the Ancient World, The International Scholars Conference on Ancient Near Eastern Economics, vol. 5, p. 345 – 396, ISLET-Verlag, Dresden.

Il s’agit d’une synthèse concernant les différents statuts du travail existants entre le septième et le cinquième siècle avant Jésus-Christ en Babylonie, et des différentes sources permettant de les étudier. L’auteur traite tout d’abord du travail dans l’économie institutionnelle (royauté et temples), en distinguant travailleurs engagés et forcée (corvéables et dépendants). Quelque soit le statut des travailleurs, la question du coût du travail pour les institutions est d’une grande importance, et l’auteur montre une évolution selon lui d’un système de rationnement vers une importance de plus en plus grande du paiement en argent.

Ensuite, l’auteur présente les formes du travail existant dans les archives privées : esclaves – artisans (question de l’apprentissage de l’artisanat), prébendiers, nourrices, etc. Par quelques exemples de petites archives, l’auteur s’intéresse à l’importance du travail engagé à cette période dans tous les domaines de l’économie.

A l’époque achéménide tardive, bien que la documentation soit bien moins abondante, les tendances observées aux périodes précédentes se confirment selon l’auteur : les besoins en main-d’oeuvre donnent toujours plus d’importance au travail engagé, et le paiement en argent se développe. Toutefois, le « marché du travail » semble se contracter et des formes de travail forcé, liées à la conscription militaire achéménide par exemple, subsistent.

Globalement, pour M. Jursa, le travail contractuel est très important par rapport au travail corvéable et dépendant et évolue au cours de la période.

Textes édités : BM 54088, BM 55321, BM 72136, BM 72138, NBC 6162.

Jursa, M., Hackl, J., 2015, « Rhetorics, Politeness, Persuasion and Argumentation in Late Babylonian Epistolography : The Contrast Between Official Correspondence and Private Letters », in Stephan Procházka, Lucian Reinfandt, Sven Tost (éds.), Official Epistolography and the Language(s) of Power. Proceedings of the First International Conference of the Research Network Imperium & Officium, p. 101 – 115, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Vienna.

Par des exemples issus des correspondances privées et institutionnelles néo-babylonienne et achéménide, les auteurs s’intéressent dans cet article aux usages rhétoriques et aux stratégies de persuasion des rédacteurs de lettres à ces époques. La plupart de l’épistolographie concernait des problèmes à résoudre, il est donc nécessaire de déterminer comment les auteurs de lettres cherchaient à persuader leurs destinataires afin de les faire agir. Jursa et Hackl établissent une typologie de ces stratégies avec la présentation de plusieurs exemples. En comparant correspondances institutionnelle et privée, ils s’intéressent aussi à la possibilité de discerner des usages administratifs particuliers aux institutions de l’Eanna et de l’Ebabbar, ce qui permettrait de mieux comprendre les bureaucraties de ces deux temples.

Textes édités en entier : YOS 21 109, 146.

Hackl, J., Jursa, M., 2015, « Egyptians in Babylonia in the Neo-Babylonian and Achaemenid Periods », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 157 – 80, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

  • Koch, Ulla Susanne

Koch, U.S., 2015, Mesopotamian Divination Texts : Conversing with the Gods, Sources from the First Millenium BCE, GMTR 7, Ugarit-Verlag

  • Kozuh, Michael

Kozuh, M., 2015, « Policing, Planning and Provisos : The Function of Legal Texts in the Management of the Eanna Temple’s Livestock in the First Millenium BCE », in Delnero, P., Lauinger, J., (éds.), Texts and Contexts : The Circulation and Transmission of Cuneiform Texts in Social Space, SANER 9, p. 166 – 88, de Gruyer, Berlin / Boston.

Kozuh interroge ici la question du statut des textes administratifs de l’Eanna d’Uruk, notamment ceux concernant la gestion des ovins et la relation qu’entretient le temple avec les pasteurs, qui ne font pas partie de sa main-d’œuvre. A priori, ces textes formeraient une relation contractuelle, permettant de savoir combien d’ovins sont alloués et si les pasteurs remplissent leurs obligations. Pour l’auteur, ce n’est pas le cas ; seules certaines informations sont enregistrées dans ces textes, qui seraient établis non pas dans une gestion régulière des troupeaux et de leurs produits mais au contraire lors de certaines situations (cas du fermier général Gimillu par exemple, à l’époque duquel une bonne partie de cette documentation fut établie). Certains textes mentionnent d’ailleurs des « livres de comptes », en réalité des tablettes de cire conservées par le temple. Kozuh considère qu’il ne faut pas voir dans ces textes une relation d’égal à égal, mais au contraire une manière qu’a le temple de conserver un moyen de pression sur ces pasteurs, qui constituent des acteurs importants pour un secteur clé de son économie, pour les maintenir sous son influence. Et ce afin de préserver des réserves d’animaux disponibles en cas de besoins urgents. Ainsi, le modèle mathématique utilisé pour les prévisions d’ovins et de laine à livrer fait qu’elles se révèlent toujours supérieurs aux possibilités de la plupart des pasteurs. Ceci les maintient endettés envers le temple, tout en maintenant un système économique fonctionnel, tant que les administrateurs du temple ont ses intérêts en tête (exemple de Gimillu là encore intéressant).

  • Lipschits, Oded

Lipschits, O., 2015, « The Rural Economy of Judah during the Persian Period and the Settlement History of the Distric System », in Miller, M.L., Ben Zvi, E., Knoppers, G.N., The Economy of Ancient Judah in its Historical Context, p. 237 – 64 Eisenbrauns, Winona Lake.

Synthèse de l’occupation du territoire de la Judée entre la destruction de Jérusalem et la fin de la période perse. L’auteur établit les différents districts administratifs du territoire, leur démographie et leurs rôles économiques et politiques, selon les sources archéologiques disponibles. La Judée devient à cette période une région concentrée sur l’économie rurale, les grandes villes et la culture urbaine connaissant une forte crise. Malgré l’exode d’une partie de la population, de nombreux sites ruraux demeurent peuplés tout le long de la période étudiée.

  • Nielsen, John P.

Nielsen, J.P., 2015a, Personal Names in Early Neo-Babylonian Legal and Administrative Tablets, 747 – 626 B.C.E., Nisaba, vol. 28, Eisenbrauns, Winona Lake.

Nielsen, J.P., 2015b, « « I Overwhelmed the King of Elam » : Remembering Nebuchadnezzar I in Persian Babylonia », in Silverman, J.M., Waerzeggers, C., Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, p. (), SBL Press, Atlanta.

Dans un ouvrage collectif consacré à la mémoire du passé pré-achéménide dans les sociétés sous contrôle perse, l’auteur consacre ici une synthèse autour de la figure de Nabuchodonosor I. On peut retrouver ce roi dans différents textes littéraires néo-assyriens, néo-babyloniens et achéménides. Les quelques tablettes qui en font mention construisent des perceptions sensiblement différentes de cette figure historique, notamment concernant sa campagne en Elam. Nielsen discute de la composition de ces textes et de leur point de vue dans leur contexte politique. Le souvenir de Nabuchodonosor I par les lettrés de la société urbaine babylonienne se rattache à une mémoire commune, utile selon l’auteur à la préservation d’une identité particulière face aux Achéménides, première dynastie dirigeante de la Babylonie qui ne se serait pas assimilée à la culture babylonienne.

  • Pearce, Laurie E.

Pearce, L.E., 2015, « Identifying Judeans and Judean Identity in the Babylonian Evidence », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 7 – 32,Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Synthèse concernant l’identification de déportés judéens dans les archives babyloniennes du septième au cinquième siècle avant Jésus-Christ. La présence de Judéens est documentée par l’archive des Murašu et les listes de rations du palais de Nabuchodonosor II en premier lieu, en plus de quelques textes hors de ces archives. Le principal apport documentaire récent est l’édition par L. Pearce et C. Wunsch des archives de sites ruraux où furent installés des déportés judéens. Ces derniers se trouvent ainsi à différents endroits de la Babylonie, et leur place sociale n’est pas unique : on trouve des Judéeens à tous les niveaux de la société babylonienne, ce qui nuance le texte biblique. L’article se concentre sur les problèmes d’identification de Judéens dans ces documents, l’onomastique et l’orthographe de leurs noms pouvant poser certains problèmes. La prise en compte des patronymes et noms d’ancêtre, ainsi que de la prosopographie, sont d’une grande importance. La comparaison avec le texte biblique peut aussi se révéler intéressante, notamment dans l’identification de notables et membres de l’administration babylonienne.

  • Popova, Olga

Popova, O., 2015, « Établir une prosopographie des notables urbains en Mésopotamie au Ier millénaire avant J.-C., Exemple d’une famille d’Ur », Hypothèses 2014, p. , Publications de la Sorbonne, Paris.

L’autrice présente les usages de la prosopographie en assyriologie et utilise comme étude de cas principale la famille Gallābu d’Ur au premier millénaire avant notre ère. La prosopographie, par reconstruction des liens entre individus (familiaux, professionels, etc…) dans des corpus déterminés est un outil très utile pour l’historien travaillant sur une documentation « incomplète » (documents cassés, dates illisibles, par exemple). L’autrice détermine les limites avec lesquelles doivent jouer l’assyriologue mais aussi ses principaux bénéfices. Par la prosopographie, reconstruire la carrière et la vie familiale d’un individu comme Kuṣurea des Gallābu devient ainsi possible. Elle permet aussi des études onomastiques, révélatrices de certains aspects de la société : les liens entre non-Babyloniens et Babyloniens peuvent être étudiés par la prosopographie.

  • Quillien, Louise

Quillien, L., 2015, « Le Manteau pourpre de Nabuchodonosor, étude des circulations économiques de la laine pourpre en Mésopotamie au Ier millénaire avant J.-C. », Hypothèses 2014, p., Publications de la Sorbonne, Paris.

Il s’agit d’une synthèse posant la question des circulations économiques entre Méditerranée, Mésopotamie, Arabie et Golfe Persique par l’exemple du colorant pourpre. Obtenu à partir de crustacés, sa production est limitée à certains espaces et nécessite beaucoup de matière première. Les cités phéniciennes semblaient disposer d’un monopole sur ce produit qu’on retrouve ensuite dans la documentation cunéiforme pour son utilisation dans la teinture de laine. L’autrice présente ainsi les différents procédés d’obtention, production et diffusion de ce colorant en Babylonie. Produit de luxe, le vêtement de couleur pourpre paraissait être très peu commercialisé, limité à des usages rituels ou porté par la royauté et la haute société urbaine ; de tels marqueurs sociaux sont aussi traités dans cet article.

  • Reade, Julian E.

Reade, J. E., 2015, « Xenophon’s Route through Babylonia and Assyria », in Iraq, vol. 77, p. 173 – 202

L’article suit le trajet de l’armée de Cyrus le Jeune selon l’Anabase de Xénophon à travers la Babylonie et l’Assyrie, afin de traiter des différents problèmes concernant son récit rencontrés par l’historiographie. L’auteur traite de ces questions par comparaison entre le texte grec, des récits de voyageurs modernes, les publications des fouilles archéologiques, les toponymes modernes et les images satellite fournies par Google Earth.

  • Sandowicz, Małgorzata

Sandowicz, M., 2015, « More on the End of the Neo-Babylonian Empire », Journal of Near Eastern Studies, vol. 74, n°2, p. 197 – 210, Chicago.

Par l’édition de tablettes inédites du British Museum provenant des archives de l’Eanna, l’autrice donne de nouveaux éléments concernant les événements précédant la prise de Babylone par Cyrus II en 539 avant Jésus-Christ. Suivant l’ordre de Nabonide de rassembler les statues divines des temples des villes de Babylonie, les institutions religieuses eurent à réaliser dans une certaine urgence un rassemblement de ressources afin de réaliser les rituels et les sacrifices liés au culte, peut-être en prévision d’un long siège à Babylone. Cet envoi de ressources nécessite des locations de bateaux pour leur transport, documentés par des contrats. De plus, un document de Sippar permettrait d’éclaircir un élément de la Chronique de Nabonide : selon ce texte, Borsippa, Cutha et Sippar n’ont pas envoyé leurs statues divines à Babylone. Cela a pu être analysé comme une démonstration d’une opposition politique envers Nabonide de la part des clergés de ces villes. Pourtant, une mobilisation en vue d’un envoi vers Babylone des statues de l’Ebabbar est documentée pour Sippar. Il semblerait plutôt que les figures des divinités devaient rester à Sippar pour un rituel au 7 du mois de Tašritu avant d’être envoyées ; il aurait alors été trop tard, car Babylone fut conquise peu après par Cyrus, mettant fin à la dynastie néo-babylonienne.

Textes édités : BM 114453, 114465, 114473, 114486.

  • Silverman, Jason M.

Silverman, J.M., Waerzeggers, C. (éds.), Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, SBL Press, Atlanta.

  • Stökl, Jonathan

Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), 2015, Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Stökl, J., 2015, « « A Youth Without Blemish, Handsome, Proficient in all Wisdom, Knowledgeable and Intelligent » : Ezekiel’s Access to Babylonian Culture », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 223 – 252, Walter de Gruyter, Berlin / Boston

L’auteur pose dans cet article la question du statut social du prophéte Ezéchiel et de son accès à la culture babylonienne. En effet, le texte du livre d’Ezéchiel est riche en références à la culture mésopotamienne. Par la discussion en détails des emprunts à l’akkadien, des motifs littéraires et de certains aspects rituels présents dans ce livre, Stökl cherche à démontrer qu’Ezéchiel aurait reçu une éducation à l’écriture cunéiforme. Prêtre judéen, il aurait ainsi bénéficié de l’apprentissage que recevait un scribe babylonien, ce qui expliquerait certains aspects de son texte prophétique.

  • Stolper, Matthew W.

Stolper, M. W., 2015, « A Murašû Tablet Sold at Sotheby’s, New York, December 2014 », Nouvelles Assyriologiques Brèves et Utilitaires, 2015/2, p. 83 – 5.

Édition d’une tablette de l’archive des Murašû vendue aux enchères en 2014, provenant de la collection privée de mécènes de la chaire d’assyriologie de l’Université de Pennsylvanie du début du vingtième siècle. Il s’agit d’une reconnaissance de dette  datant de la première année de Darius II, rédigée à Nippur, pour 283 kur de dattes, à la charge d’Abdâ et Banunu, fils de Rīmut-Bêl, envers Enlil-šum-iddin. Un verger et un champ sont placés en gage envers Enlil-šum-iddin.

  • Tolini, Gauthier

Tolini, G., 2015, « From Syria to Babylon and Back : the Neirab Archive », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 58 – 93, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

L’article discute de l’archive de Neirab, retrouvée en Syrie près d’Alep, produite par des déportés ouest-sémitiques en Babylonie après conquête de la région par l’empire néo-babylonien. Les 27 tablettes furent rédigées entre le règne de Neriglissar et celui de Darius Ier, la plupart datant du règne de Nabonide. Du fait de la « toponymie en miroir », les sites où furent installés ces déportés furent renommés selon leur ville d’origine. Après une présentation des arguments en faveur d’une écriture de l’archive en Babylonie, l’auteur discute des aspects culturels et socio-économiques intéressants de cette archive. L’onomastique montre une prééminence des divinités liées à la lune et une akkadisation des noms d’origine ouest-sémitique ; les tablettes conservent aussi des épigraphes araméennes, transcrivant généralement le nom du débiteur dans les reconnaissances pour dettes. L’article s’intéresse ensuite aux activités de la famille de Nusku-gabbe, la plus documentée dans cette archive. Les fils de Nusku-gabbe forment ainsi une classe de notables et de protecteurs pour leur communauté, notamment en prêtant sans intérêt des sommes d’argent ou en servant de garants prêts à rembourser la dette d’un des membres de cette communauté de déportés. La question du retour à Neirab de Syrie est aussi posée, notamment concernant la conservation de ces textes ; il est fort possible que ces textes aient pu être utilisés pour justifier la position sociale de cette famille en Babylonie à leur retour envers ceux qui sont restés ou ceux qui les accompagnent.

  • Waerzeggers, Caroline

Waerzeggers, C., 2015a, « Babylonian Kingship in the Persian Period : Performance and Reception », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 181 – 222, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Article qui étudie le souvenir de la royauté babylonienne avant la conquête achéménide dans les sources littéraires et par les relations entre les élites urbaines et l’empire perse. Pour l’autrice, cette relation fut très problématique à certains moments, notamment après la mort de Cambyse et celle de Darius Ier, amenant aux révoltes contre l’autorité impériale, après un accueil plutôt favorable suite au règne de Nabonide. Ceci amène à la question des reliquats de la royauté babylonienne, ses rites et ses usages, dans la province. Les rois achéménides semblent être restés assez éloignés de Babylone, ne la visitant que peu souvent ; sous Darius Ier, on observerait ainsi une attention particulière pour Suse avec de nouvelles constructions à l’initiative de l’empire. Le rabaissement du statut de Babylone amène à la renaissance de traditions locales. A l’époque hellénistique, la question du souverain de la royauté babylonienne refait surface dans les sources littéraires, et l’autrice présente les différentes sources produites à cette période utiles à ce sujet. Certains rois babyloniens sont vus comme des modèles, tandis que pour d’autres, l’opinion n’est pas aussi univoque. Se dessinerait ainsi un modèle idéologique chez les élites lettrées babyloniennes bien après la disparition d’un pouvoir politique autochtone, désormais devenu objet historique et n’étant plus un projet réalisable.

Waerzeggers, C., 2015b, « The Neo-Babylonian chronicle about Sabium and Apil-Sîn : a copy of the text (BM 29440) », Nouvelles Assyriologiques Brèves et Utilitaires, 2015/3, p. 135 – 6.

Copie du texte BM 29440, contenant une partie de chronique concernant la dynastie paléo-babylonienne et des mesures métriques et astronomiques.

Waerzeggers, C., 2015c, « Facts, Propaganda, or History ? Shaping Political Memory in the Nabonidus Chronicle », in Silverman, J.M., Waerzeggers, C. (éds.), Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, p. 95 – 124, SBL Press, Atlanta.

L’article discute du contexte de rédaction de la Chronique de Nabonide et de son statut. Il ne s’agit pas d’un texte se limitant aux faits historiques, ni d’un simple récit de propagande, l’autrice s’attache à discerner les diverses influences du ou des auteurs de ce texte. Pour l’autrice, la rédaction de ce texte durant l’époque hellénistique est le plus logique, rejoignant d’autres textes de littérature historique produits par les lettrés babyloniens. Caroline Waerzeggers s’attache donc à mettre en rapport culture mésopotamienne et culture hellénistique dans ce document. Elle discute aussi de l’usage de la chronique pour la compréhension de la fin du règne de Nabonide, du moins selon la perception qu’en ont les lettrés de Babylone.

Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), 2015, Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Silverman, J.M., Waerzeggers, C., Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, SBL Press, Atlanta.

  • Watanabe, Chiriko E.

Watanabe, C. E., 2015, « The Symbolic Role of Animals in Babylon : A Contextual Approach to the Lion, the Bull and the Mušuššu », in Iraq, vol. 77, p. 215 – 24

L’autrice s’intéresse dans cet article aux rôles symboliques des animaux représentés sur les fresques de la voie processionnelle et de la porte d’Ištar à Babylone à l’époque de Nabuchodonosor II. Après une étude du contexte architectural de ces représentations, Watanabe présente un historique succinct de ces figures en Babylonie, que l’on retrouve dès la fin du quatrième millénaire avant notre ère. Plutôt que d’interpréter ces animaux comme des symboles des divinités, il faudrait plutôt les voir utilisées sur les monuments de Babylone pour leurs qualités protectrices, selon les diverses inscriptions retrouvées à différentes périodes de l’histoire babylonienne.

  • Zadok, Ran

Zadok, R., 2015a, « West Semitic Groups in the Nippur Region between c. 750 and 330 B.C.E. », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 94 – 156, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Zadok, R., 2015b, « Notes on the onomastics from Yahūdu », Nouvelles Assyriologiques Brèves et Utilitaires, 2015/3, p. 140 – 2.

Diverses notes concernant l’orthographe de noms judéens et leurs variantes que l’on peut retrouver dans la documentation néo-babylonienne et achéménide.

Zadok, R., 2015c, « Yamu-iziri the summoner of Yahūdu and Aramaic linguistic interference », Nouvelles Assyriologiques Brèves et Utilitaires, 2015/3, p. 142 – 4.

Remarques concernant la proximité géographique probable entre Āl-Yāhudu et Bīt-Našar et un certain Yamu-iziri, intermédiaire de l’administration fiscale perse avec les Judéens.

Lecture de M. Hudson et M. Van De Mieroop (éds.), Debt and Economic Renewal in the Ancient Near East, 2002, Bethesda

Ce livre de 355 pages[1] est le fruit d’un colloque tenu à Columbia University en novembre 1998, et se présente comme le troisième volume d’une série[2] placée sous le double patronage de l’Institute for the Study of Long-term Economic Trends et l’International Scholars Conference on Ancient Near Eastern Economies. Il comporte deux longues introductions méthodologiques, par les éditeurs du volume, suivies de la présentation, par des spécialistes, des caractéristiques propres à chaque grande période de la civilisation mésopotamienne pour tout ce qui regarde le phénomène du prêt à intérêt et de ses conséquences socio-économiques dans l’Orient ancien. Le champ couvert est essentiellement celui de l’Orient cunéiforme, mais deux communications, en fin de volume, apportent le témoignage instructif de la situation égyptienne.

     Pour Michael Hudson («Reconstructing the Origins of Interest-Bearing Debt and the Logic of Clean Slates», p. 7-58), la pratique du prêt à intérêt, apparue à l’âge du bronze en Mésopotamie, reste mal connue, car trop souvent interprétée selon des critères économiques modernes ou des parallèles anthropologiques contemporains. La principale question qui se pose selon M. Hudson est de savoir si la mise en place du prêt et de l’intérêt se fit d’abord dans l’économie administrée des grands organismes ou si elle fut le produit de relations économiques privées. Pour y répondre, l’auteur souligne des caractères qu’il considère comme fondamentaux: 1) Le prêt est standardisé et dépersonnalisé. 2) Il entraîne des changements profonds dans la répartition des moyens de subsistance. 3) Il suppose un calcul et une formalisation qui sont le reflet des pratiques des grands organismes. Quel type de problème peut, d’ailleurs, avoir été résolu par le système même de l’intérêt? M. Hudson reprend l’approche de Saint Thomas d’Aquin, selon qui l’intérêt est le coût du temps écoulé entre la mise à disposition du capital et son remboursement. Or, le système de standardisation et de correspondances mis en place par les grands organismes mésopotamiens dans leur gestion administrative a permis d’établir des équivalences de valeur entre divers systèmes de mesure, dont celle du temps, tous basés sur le système sexagésimal. Ce qui a dès lors déterminé le taux de l’intérêt n’est pas le rapport économique entre l’offre et la demande, mais la convertibilité en système sexagésimal et en fraction de 60. Un intérêt de 20% annuel, qui est la norme en Mésopotamie, est l’équivalent d’un rapport de 12/60 qui est établi à partir d’une fraction 1/60 répétée chaque mois de l’année. Les intérêts «chargés» par les institutions reflèteraient ainsi non pas l’état du marché mais leurs pratiques comptables: de fait, leur économie est suffisamment encadrée pour que les prix et les taux restent stables sur de très longues périodes. Selon M. Hudson, la «technicité» économique introduite par ces grands organismes a fait passer la société mésopotamienne du stade de la «réciprocité anthropologique» à celui des relations économiques dépersonnalisées: c’est la marque propre du prêt à intérêt qui fut appliqué d’abord aux entrepreneurs commerciaux écoulant la production des grands organismes. L’économie administrée par les grands organismes aboutit à ce que de manière stable et continue, les biens et les services furent vendus, le travail loué et l’argent prêté, selon un système normalisé. Le progrès économique est donc né d’une prospérité contrôlée et stabilisée et non d’un jeu sur les déséquilibres de l’offre et de la demande. S’appuyant sur le modèle polanyien de l’économie redistributive M. Hudson postule un aspect mixte (mélange agriculture / artisanat / services) de l’économie dès le début, mais place l’origine du prêt à intérêt dans la sphère commerciale. Les grands organismes, générateurs de standardisation, produisirent pour commercialiser leurs surplus une conversion en argent et de là la possibilité de calculer intérêt et durée de prêt. En fait, peu de prêts jouaient un rôle direct dans le processus de production car l’investissement s’y faisait en général avec des fonds propres. M. Hudson exclut donc les théories comme celle d’Heichelheim montrant les riches propriétaires utilisant les pauvres pour investir avec un retour sur investissement soigneusement calculé. Il maintient l’origine institutionnelle du prêt à intérêt, avec cette différence par rapport aux temps modernes que les grands organismes mésopotamiens y sont créditeurs et non débiteurs. À la différence des dettes commerciales, qui mettaient les deux parties à égalité, l’usure rurale, qui se développe à partir de la fin du IIIe millénaire av. J.-C. est génératrice de désordre social. Mais elle est plutôt un effet pervers non prévu d’un système destiné au départ à autre chose. Cet effet pervers fut combattu par le recours aux édits royaux d’andurārum, mais ceux-ci ne remettaient pas en cause le principe même des prêts à intérêt: ils combattaient le prêt de nécessité, pas le prêt productif. Constatant l’absence de véritable prêt à intérêt en Égypte ou chez les Hittites, M. Hudson postule, pour finir, que c’est bien la Mésopotamie qui est la région d’origine du prêt à intérêt qui se serait ensuite diffusé vers l’Ouest: cette pratique n’est donc pas le produit d’un mécanisme économique désincarné mais un phénomène historique localisable, même si la diffusion eut lieu assez vite, comme le montre le cas d’Ebla.

     C’est une approche qui apparaît d’abord très différente que propose Marc Van De Mieroop («A History of Near Eastern Debt?», p. 59-94) dans la présentation synthétique qu’il fait des archives cunéiformes documentant la dette. Il place clairement l’origine du prêt à intérêt dans la sphère productive et dans les relations individuelles et préfère mettre l’accent sur un intérêt «normal» de 33% dans les prêts en nature dont il trouve l’origine aux périodes Dynastique archaïque et akkadienne (26ème-24ème siècle). À ce moment, ce sont les arriérés de redevance qui furent considérés comme un «prêt» et celui-ci fut susceptible de produire un intérêt. L’idée de «charger un intérêt» sur une quantité prêtée, serait venue du fait, qu’en prêtant de l’orge ou de l’argent, on «loue» une possibilité d’enrichissement. L’intérêt serait donc le loyer de cette potentialité. Et de même qu’on verse une redevance d’un tiers de la récolte pour la mise en culture d’un champ, on verse un intérêt d’un tiers pour l’utilisation d’argent ou de grain[3]. À la différence de M. Hudson, M. Van De Mieroop place donc l’origine du prêt dans la sphère de production, plus que dans celle du commerce. Il retrouve le même système d’arriérés considérés comme des prêts à Ebla (24ème siècle). À la fin du IIIème millénaire, sous la IIIème dynastie d’Ur, on observe effectivement en Mésopotamie une prédominance des institutions. Y a-t-il alors place pour un crédit privé? Comme P. Steinkeller, M. Van De Mieroop constate des différences régionales et pense que le prêt sert surtout à passer un contrat de travail ou à avancer de l’argent ou du grain pour obtenir du travail. La période paléo-babylonienne est sans doute la plus riche en documents sur le crédit. On peut distinguer plusieurs sortes de prêts à cette époque, consentis majoritairement par les gens de la classe entrepreneuriale urbaine:

  • · les prêts de consommation censés permettre au débiteur de survivre
  • · les prêts antichrétiques pour obtenir du travail
  • · les prêts d’investissement à des marchands
  • · les prêts de sociabilité pour aider des proches

Ce qui caractérise les périodes néo-babylonienne et babylonienne tardive ets l’emploi d’un terme spécifique, celui d’u’iltu qui désigne une sorte«d’engagement»: pour effectuer un service, un paiement, etc. Pour la partie septentrionale de la Mésopotamie, M. Van De Mieroop distingue la documentation de la période paléo-assyrienne, surtout le commerce avec Kanish, qui a été bien analysé, reposant sur l’idée du working capital sous forme de naruqqum. Pour la Syrie du début du IIe millénaire, à cause de la domination de l’économie palatiale, il y a peu de traces de prêts, sauf pour obtenir du travail de la part du palais. Si à la période néo-assyrienne, on a toujours une sur-représentation de la sphère palatiale dans l’économie, la pratique du prêt apparaît très répandue, pour les usages les plus divers, avec cette particularité que toutes les classes sociales le pratiquent, même le roi Sargon II, quand il construit sa nouvelle capitale. En somme, c’est dans l’agriculture et le commerce que le crédit jouait le plus grand rôle. M. Van De Mieroop corrige dans sa conclusion certains des aspects les plus antithétiques par rapport à l’argumentation de M. Hudson, en revenant sur la gestion économique des grands organismes, qui, supporte des contraintes parallèles à celles de la sphère privée, que résout la pratique du prêt à intérêt:

  • · la mise en fermage d’une partie des domaines fonciers entraîne l’obligation de consentir des versements de redevance en retard. Ces «non-versements» deviennent des prêts
  • · le produit de ces grands domaines était gigantesque mais les institutions avaient toujours besoin d’argent, d’où le recours à une commercialisation fondée sur le crédit fait aux entrepreneurs.
  • · il y avait en fait peu de travailleurs disponibles, d’où le recours au crédit comme moyen de se les réserver.

Au centre du système se trouve donc toujours le «marchand» ou l’«entrepreneur», qui agit à la fois comme intermédiaire entre grands organismes et dépendants et comme délégué dans le commerce international: il transforme l’orge en argent et l’argent en produits exotiques. Son activité est impossible sans crédit du fait du délai dans le temps et dans l’espace.

     Après ces deux synthèses préliminaires, les intervenants du colloque ont présenté des aspects plus spécifiques: Alfonso Archi (« »Debt » in an Archaic Palatial Economy: The Evidence from Ebla», p. 95-108), établit que, dès Ebla, on trouve le mot akkadien hubullum («dette») dans une liste lexicale. L’idéogramme sumérien comporte le signe ŠE «orge» qui montre qu’on est dans le cadre d’une société agraire. Mais la production agricole était pour l’essentiel administrée directement par le palais et la production artisanale était écoulée par les canaux du don et de la redistribution. Dès lors, quelle place reste-t-il pour le crédit? Un cas au moins de «dette» réelle est connu (TM.76.G.749). Mais le terme ŠE-SAG×HA-mul, qui signifie «dette», «chose due», peut aussi simplement désigner des produits non encore perçus ou laissés à la disposition des propriétaires. D’où la présence, comme «débiteurs» de personnes de la famille royale.

     Pour Piotr Steinkeller («Money-Lending Practices in Ur III Babylonia: The Issue of Economic Motivation», p. 109-137), le prêt à intérêt dépend essentiellement de l’environnement socio-économique dans lequel il opère. Son usage est à mettre en relation avec un marché — existant ou non — du travail libre. P. Steinkeller note que l’usage du prêt pour s’assurer les services d’un individu, voire de sa terre, est un phénomène répandu dans plusieurs sociétés agraires, dont certaines de l’actuel Tiers Monde. Appliqué à la Mésopotamie antique, ce postulat entraîne le fait que l‘intérêt n’a pas de véritable valeur économique, mais est l’instrument d’une sujétion, ce qui met quelqu’un dans la dépendance de quelqu’un d’autre. Cela n’exclut naturellement pas — dans la sphère commerciale — l’usage de prêt à intérêt avec la recherche d’un profit véritable. P. Steinkeller illustre ces réflexions par l’exemple de l’État d’Ur III. La société d’Ur III comprenait une vaste masse de dépendants gérés économiquement soit directement par l’État (structures militaires) soit par les administrations locales des ensi. En l’absence d’un secteur «privé» de la terre agricole, le recours à des opérations de crédit n’était que peu pertinent dans la sphère de la production agricole. Ce tableau, valable à Umma et à Lagaš, où les temples sont puissants, s’applique moins bien à la situation de Nippur ou de la Babylonie centrale, où la part des temples dans la propriété foncière était moins développée. De même pour la Babylonie septentrionale, où l’on constate une obligation pour les détenteurs de terres-šuku de les gérer eux-mêmes. Cela a permis le développement de certains entrepreneurs qui utilisent le système du prêt pour augmenter la quantité de terres (gages antichrétiques) qu’ils cultivent et disposer de la force de travail de leurs débiteurs. P. Steinkeller termine par une mise en relation entre Ur III et la période paléo-babylonienne. La situation dramatique des débiteurs de cette dernière période est l’aboutissement d’un processus qui démarra sous la dynastie d’Ur III. Le système de l’intérêt perçu sous forme de travail dépendant n’en était alors qu’à ses débuts sans que ses conséquences ultimes fussent visibles: il n’y a donc pas de mesure royale d’annulation des dettes à l’époque d’Ur III. Par contre, la situation d’Ur III reproduit à peu près celle, bien antérieure, de la basse Mésopotamie pré- et sargonique, avec deux zones, l’une au sud sans recours au crédit individuel car l’économie est dominée par les temples, et l’autre au nord où se fait sentir une plus grande influence de l’économie royale, avec le développement d’une tradition aboutissant aux pratiques des prêteurs d’argent privés du temps d’Ur III.

     C’est aux édits royaux d’annulation des dettes que s’intéressse particulièrement Johannes Renger («Royal Edicts of the Old Babylonian Period – Structural Background», p. 139-162). Ces édits sont un phénomène propre à la période paléo-babylonienne car liés à un nouveau type d’action royale. Auparavant, le système économique était fondamentalement analogue à celui de l’oikos weberien. Ce type de household vit en quasi autarcie et ses membres sont entretenus par un système redistributif. Un net changement s’observe à l’époque paléo-babylonienne où l’on passe à un système «tributaire»: une large proportion de l’activité économique est déléguée par les grands organismes à des tenanciers privés ou à des entrepreneurs. À l’époque paléo-babylonienne, le palais s’était retiré de la gestion directe des activités économiques pour les confier à des entrepreneurs qui devenaient ses débiteurs ou faisaient peser sur les petits producteurs une pression qui les acculait à l’endettement. On peut ainsi dresser une liste des régions dans lesquelles sont intervenues ce type de mesures: à Isin (édits d’Išme-Dagan, Lipit-Ištar, Ur-Ninurta, Irra-imitti, Enlil-bani), à Larsa (pas de formules d’édits conservés mais on y fait référence dans les contrats), à Babylone (les décrets royaux «établissant la justice» comportent des cérémonies symboliques au cours desquellles le roi brandit publiquement une torche purificatrice ou son sceptre de justicier). Quelles qu’en soient les causes, partout la situation à corriger était celle d’un transfert forcé de propriété dû à des dettes non remboursables. Après 1595 semble-t-il, on n’observe plus de décret de rémission, mais des donations royales et des franchises, en Assyrie et en Babylonie. J. Renger rejoint la conclusion de P. Steinkeller: la «privatisation» qui intervient dans la phase de transition entre l’«oikos-economy» d’Ur III et l’économie «tributaire» et «entrepreneuriale» paléo-babylonienne se développa d’abord en Babylonie du nord et du centre (i.e. Babylone et Isin) avant de s’appliquer dans le sud (Larsa). La raison principale est peut-être le mode différent de propriété foncière, avec plus de propriété privée au nord. La plupart des gens étaient sortis du système des households: il fallait désormais une intervention personnelle du roi envers ses sujets pris individuellement.

     Marc van de Mieroop («Credit as a Facilitator of Exchange in Old Babylonian Mesopotamia», p. 163-174) s’attache à la mise en évidence de la fonction économique du système du prêt, la formulation juridique des document de prêt (loan document) ayant elle-même été beaucoup étudiée par les historiens du Droit. Le prêt à intérêt correspond à des transactions plus variées que la simple avance de biens agricoles ou d’argent. C’est l’un des types de contrats utilisés pour les transferts de biens, avec une variable temps: il sert à l’échange des produits dans une économie où le marché joue un rôle restreint. Il est dès lors normal qu’il soit bien attesté du côté des grands organismes pour qui le «prêt» est un moyen de gestion de leurs ressources, essentiellement agricoles. Leur gestion débouche en effet sur la constitution de stocks au-delà des besoins, à convertir en argent: on utilise alors des «entrepreneurs». Ceux-ci interviennent comme interface à la fois entre producteurs et grands organismes, et entre grands organismes et consommateurs. Le même système existait pour la perception des taxes; c’est le classique système de «ferme des impôts». Mais la situation pouvait se compliquer lorsque le palais mettait à la disposition des entrepreneurs des produits dus comme arriérés de taxes par l’un de ses dépendants, puis procédait à une annulation des dettes d’impôts; il fallait dégager aussi le marchand de son débit envers le palais (§ 11 de l’Édit d’Ammiṣaduqa).

     Carlo Zaccagnini («Debt and Debt Remission at Nuzi», p. 175-195) présente les données de Nuzi: on y trouve une quantité importante de sources, dont il serait intéressant de tracer la courbe de répartition chronologique, car les archives les plus récentes ne sont pas seulement constituées de dettes non encore payées. Certains textes attestent des paiements aussi à la période finale de l’histoire de Nuzi. C. Zaccagnini postule donc un état général de difficulté à honorer les créances, et un probable accroissement de l’endettement. La majorité des prêts sont des prêts de soudure. Ni palais ni temple ne paraissent intervenir comme créditeurs. Le palais est cependant impliqué dans les investissements du commerce à longue distance. Mais il n’y a pas de rapport entre les deux sphères économiques, celle du prêt à intérêt et celle du commerce à longue distance. Il peut y avoir un intérêt seulement moratoire, ou courant dès le début. La plupart du temps, cet intérêt est de 50%. Le remboursement a pratiquement toujours lieu «après la récolte». L’ensemble du corpus (textes comportant les termes hubullu, tidennûtu et mârûtu) évoque une situation difficile pour la petite paysannerie, toujours à la limite de subsistance et dont on récupère, par les gages ou l’adoption, une partie de la force de travail. D’un autre côté, les «édits-šādûtu» ne sont pas l’équivalent des actes de mīšarum paléo-babyloniens. Il s’agit plutôt de proclamations qui ont surtout pour but de régler des aspects de l’économie palatiale, de même que les actes d’andurāru (ou son équivalent hourrite kirenzi): leurs occurrences montrent leur non-application dans la sphère des relations privées. Dès lors, le fait à retenir est celui d’une société rurale en crise, dont la fin était inéluctable, mais fut accélérée par la destruction de Nuzi par les Assyriens ou les Babyloniens.

     Michael Jursa («Debts and Indebtedness in the Neo-Babylonian Period: Evidence from the Institutional Archives», p. 197-220) cherche à relier le processus prêt-emprunt au contexte des relations sociales. Le document de base de cette époque est l’u’iltu, c’est à dire la reconnaissance de dette (promissory note), qui ne renvoit pas forcément à un emprunt, mais souligne l’obligation d’un paiement ou d’un service à effectuer. Le taux d’intérêt est de 20% annuel en argent, calculé sur une base mensuelle. Il n’y a pas de trace explicite d’intérêts composés. Certains prêts en argent à rembourser en grain sont en fait des pré-achats. Par ailleurs, la présence de très nombreuses reconnaissances de dette dans les archives des créanciers ne signifie pas forcément qu’il s’agit d’impayés («bad debts»). Il peut aussi s’agir de «rentes», soit des versements réguliers d’intérêt sur une longue durée («outstandig loans»). Quelques études de cas montrent l’importance de l’étude archivistique, comme le cas de Bêl-rêmanni à Sippar, qui emprunte, au titre de šapîru des brasseurs, parce que les entrepôts du temple ne lui fournissent pas l’orge à temps. Ses collègues l’aident dans ce cas mais pas exclusivement: il a alors aussi recours à des prêteurs privés. On trouve quelques exemples de prêts des temples, mais beaucoup moins qu’à l’époque paléo-babylonienne. Pour l’Ebabbar de Sippar, 1/3 des textes datent des années 10 à 12 du règne de Nabonide. Or, on sait qu’il y eut une famine en l’an 11. Le personnel au service direct de l’Ebabbar était protégé par le système redistributif des rations. Mais ceux qui travaillaient comme tenanciers extérieurs du temple furent obligés de souscrire des emergency loans. Selon M. Jursa, cette timidité d’action du sanctuaire est due au fait que le temple néo-babylonien avait une position plus délicate et moins solide économiquement que le temple paléo-babylonien. Y a-t-il un endettement «systématique» à l’époque néo-babylonienne? Le grand nombre de reconnaissances de dette n’est pas forcément un bon indice. Il faudrait plutôt se demander si, dans l’organisation économique générale, des éléments pointent vers des déséquilibres permanents. Par exemple, les rentes très élevées demandées par les temples aux entrepreneurs. Quand on regarde le cas des archives des Murašû de Nippur à la fin du 5e siècle, on a deux explications: selon M. Stolper, la pression sur les détenteurs de bît qašti s’est spectaculairement accrue au moment de la crise de succession qui a suivi la mort d’Artaxerxès Ier. Selon G. van Driel, par contre, les dettes ne seraient que des documents périmés, rendus caducs par une abolition générale des dettes ordonnée par le nouveau souverain. Malgré l’aspect anachronique de ctte mesure pour l’époque, M. Jursa suggère qu’il a pu effectivement s’agir d’une remise des dettes dues à la Couronne ou à ses agents. Cela se rapprocherait alors des mesures néo-assyriennes de kidinnûtu et d’andurāru. On trouve d’ailleurs d’autres parallèles possibles, comme une inscription du roi Nériglissar qui aurait «établi la mīšaru dans le pays», ou un texte scolaire inédit du British Museum mentionnant à la fois mīšaru et andurāru.

     Cornelia Wunsch, («Debt, Interest, Pledge and Forfeiture in the Neo-Babylonian and Early Achaemenid Period: The Evidence from Private Archives», p. 221-256) apporte le témoignage des archives privées des époques néo-babylonienne – début achéménide. Elle expose d’abord le problème de la variété des opérations qui se présentent, formellement, comme des prêts. Seule l’approche archivistique peut éclairer le contexte. En effet, le formulaire de l’u’iltu indique essentiellement une obligation financière de quelqu’un envers quelqu’un d’autre et peut rendre compte d’une multitude de situations. C. Wunsch cite ainsi quatorze cas différents ayant donné lieu à la rédaction d’une u’iltu. On sait qu’un prêt pouvait aussi donner lieu à la prise d’un gage antichrétique. Mais la plupart de ces gages n’étaient pas forcément — en ce qui concerne la valeur — en rapport avec l’importance du prêt. On pourrait aussi penser que le système des gages, sûretés, etc., liés aux emprunts, permettait à des entrepreneurs de se trouver en position de propriétaire foncier alors que la structure socio-économique et culturelle interdisait le transfert de biens de ce type. Une dette n’était pas éteinte par la mort du débiteur. Les héritiers pouvaient cependant refuser un héritage. Le débiteur insolvable payait par son travail ou par un séjour en prison. Certains s’enfuient et ce sont alors leurs garants qui sont invoqués. On constate cependant que les conséquences extrêmes (réduction en esclavage) sont évitées, et que certains banqueroutiers réapparaissent dans le monde des affaires. C. Wunsch évoque ensuite elle aussi la question d’une rémission des dettes à l’époque néo-babylonienne. et signale que pendant la période fin Cambyse / Bardiya, les archives des Egibi présentent des échanges de terres et des contrats de dépôt, type de transactions inhabituelles en une telle densité. Les Egibi ont pu souffrir d’un manque temporaire de liquidités, qui les aurait conduits à privilégier les contrats d’échange. Mais C. Wunsch pense surtout que les liens avec la Cour permirent à Itti-Marduk-balâṭu de prévoir des interventions du type «rémission des dettes» et de prendre ses précautions. Quelles étaient, enfin, les causes de l’endettement à cette époque? On trouve des prêts de nécessité aux exploitants affamés. Dans le secteur urbain, l’accès aux activités commerciales se faisait par un recours au crédit, mais à des conditions évidemment plus favorables, car ce type de crédit fournissait des ressources et un réseau de relations.

     Edward Bleiberg («Loans, Credit and Interest in Ancient Egypt», p. 257-276) montre que la documentation sur les prêts et le crédit ne devient abondante en Égypte qu’à partir du Nouvel Empire (1569-1076), même si la pratique de la mutualisation des ressources est présente dès la 6e dynastie (24e siècle). Jusqu’à la 26e dynastie, le système exprime un fonctionnement solidaire; puis on passa à la perception des intérêts. Auparavant fonctionnait le principe d’une aide mutuelle, inclue dans la notion de maat: les riches devaient assistance aux plus démunis par le biais des prêts et des dons. Le prêt de grain était alors un acte de solidarité. On est typiquement dans une économie redistributive. Mais à partir d’un certain moment, l’État assume la responsabilité de ce genre de prêts et ce sont ses agents qui se glorifient alors de pratiquer leur tâche de manière conforme à la maat. Selon E. Bleiberg, les relations privées s’appuient sur la réciprocité, et le fonctionnement institutionnel sur la redistribution. La notion de «prêt de grain» est large et peut couvrir en réalité d’autres produits. Par ailleurs, une étude de B. Menu a montré que pour l’essentiel les pratiques du crédit reposaient sur l’oral, le serment, et la présence de témoins. Selon E. Bleiberg, cette suprématie de l’oral est typique des communautés à forte solidarité sociale.

     Si l’on passe au Nouvel Empire, on trouve deux modèles explicatifs, celui de Janssen, basé sur la notion de réciprocité et celui de B. Menu, qui analyse la structure juridique qui constitue la base de ce qui est véritablement des prêts. Dans tous les cas, on constate l’absence d’une perception d’intérêts. Cependant, il n’existe en vérité aucun terme signifiant clairement «prêt». Le corpus le plus clair est celui de Deir el-Medineh: la structure sociale y est assez diversifiée pour que les prêts soient en rapport avec la situation de chacun. On y identifie les prêts de sociabilité, sans obligations réellement contraignantes , mais on trouve aussi des prêts plus contraignants avec serment d’engagement de remboursement. Selon E. Bleiberg, c’est en fait le rapport plus ou moins proche de statut social qui gouvernait le recours au crédit ou à la dette.

     Pour finir, Ogden Goelet («Fiscal Renewal in Ancient Egypt: Its Language, Symbols, and Metaphors», p. 277-326) pose la question de savoir s’il a pu exister une pratique d’amnistie fiscale en Egypte. Sans doute pas. mais la notion de «remise à plat» des dettes sur ordre officiel peut se rencontrer. Cependant, il est exclu de trouver un parallèle réel entre les pratiques d’époque ptolémaïque (cf. pierre de Rosette) et l’Egypte pharaonique. Tout ce que l’on trouve est une garantie d’asylie économique donnée aux temples par le pouvoir contre les empiètements de ses propres agents. Le pharaon Bocchoris/Bakenrenef de la 24e dynastie aurait décrété que l’intérêt d’une dette ne pouvait dépasser le double du capital investi et aurait interdit l’esclavage pour dette. Il apparaît cependant sûr que les choses ont changé entre la 24e dynastie et la période de la première domination perse en Egypte. Cela est-il dû à l’ouverture vers un commerce international méditerranéen accru? Selon O. Goelet, la notion d’intérêt n’existait pas vraiment dans l’Egypte pharaonique si ce n’est comme pénalité pour dépassement de l’échéance. Par ailleurs, ce qui est appelé «réforme fiscale» sous les 18e et 20e dynastie n’est souvent qu’une exemption vis à vis de l’État de charges qui sont transférées au bénéfice de la divinité principale d’un sanctuaire. L’appréciation du phénomène de rémission des dettes passe par l’étude sémantique de la notion d’éternité et de tradition: on privilégie en Egypte la permanence et la stabilité, d’où la notion de «cycle» renouvelé. Par exemple, le pharaon Akhenaton édifie une nouvelle capitale sur un emplacement neuf, qui ne lèse aucune divinité. Cependant, il réorganise partiellement l’économie pour dériver une partie des revenus des autres dieux vers Aton. Ses successeurs ont bien eu conscience qu’ils devaient à la fois abolir le passé récent et revenir à la tradition la mieux établie. D’où l’idée de restauration dont témoigne la Stèle de restauration de Toutankhamon. Le même processus de restauration se retrouve à l’avènement de la 20e dynastie. En appendice, O. Goelet fournit le vocabulaire égyptien de la rénovation et de la restauration.

     La partie ultime de l’ouvrage comporte une discussion entre les intervenants, et des auditeurs, sur certains aspects des diverses communications. Au total on dispose avec ces actes d’une riche matière, présentée par des spécialistes qui s’efforcent de tirer de leur documentation une véritable problématique. Tout en insistant sur tel ou tel aspect théorique, ils évitent l’application d’un «modèle» économique rigide pour présenter les aspects originaux de tel ou tel groupe d’archive. On regrette d’autant plus l’absence d’interventions sur les documentations paléo- et néo-assyriennes. Elles sont citées en passant dans la synthèse préliminaire de M. van de Mieroop, mais la richesse des données paléo-assyriennes en matière de crédit et de prêt à intérêt reste inexploitée. Pour pallier ce déficit, on se reportera utilement aux deux publications des MOS de Leyden[4]. Sans doute aurait-il été souhaitable d’autre part que les organisateurs de la table-ronde et auteurs des deux synthèses préliminaires accordent plus nettement leurs conclusions sur l’origine du prêt à intérêt. Deux propositions sont faites: soit la pratique du prêt est la conséquence de la normalisation économique introduite par les grands organismes sumériens, soit elle est un moyen utilisé par des propriétaires privés pour réserver la disponiblité de terre et de main d’œuvre. Dès lors, il apparaît quasiment impossible de répondre à cette «question des origines», et l’on s’en tiendra, de manière plus fructueuse, aux analyses descriptives que proposent les différents auteurs.


[1] Le compte-rendu de cet ouvrage a été précédemment publié dans la revue Topoï 14 (2006) p. 405-414.

[2] M. Hudson et B. A. Levine (éds.), Privatization in the Ancient Near East and Classical World, Peabody Museum Bulletin 5, Harvard University, Cambridge MA, 1996 (= ISLET 1), M. Hudson et B. A. Levine (éds.), Urbanization and Land Ownership in the Ancient Near East, Peabody Museum Bulletin 7, Harvard University, Cambridge MA, 1999 (= ISLET 2); M. Hudson et C. Wunsch (éds.) Creating Economic Order. Record Keeping, Standardization, and the Development of Accounting in the Ancient Near East, CD., Bethesda, Maryland, 2000 (= ISLET 4). Le volume ISLET 2 a fait l’objet d’une présentation ici même par M. Djabellaoui en octobre 2012.

[3] L’auteur reprend une idée de P. Steinkeller: l’exploitant de troupeau qui loue une terre pour y faire paître ses animaux doit verser une redevance augmentée d’un certain pourcentage: il est en effet justifié que le propriétaire reçoive, en sus du loyer, une partie du croît du troupeau puisqu’il a contribué indirectement à son développement par l’herbe que son champ a produite.

[4] J.-G. Dercksen (éd.), Trade and Finance in Ancient Mesopotamia (MOS Studies I). Proceedings of the First MOS Symposium, Leyde, 1997 et A.C.V.M. Bongenaar (éd.), Interdependency of Institutions and Private Entrepreneurs, (MOS Studies II). Proceedings of the Second MOS Symposium, Leyde, 2000.

Atelier doctoral en histoire économique de Paris 1: « le marché, les marchés»

Compte-rendu de l’atelier doctoral en histoire économique de Paris 1, sur le thème « le marché, les marchés », du 6 avril 2013.

Organisateurs : Charlie Chagny (histoire médiévale), Marguerite Martin (histoire moderne), Charlotte Pouly (histoire contemporaine), Louise Quillien (histoire ancienne).

Marché-marchés programme

Cet atelier, organisé par des doctorants de l’université Paris 1, avait pour but de réunir les doctorants et jeunes docteurs qui  travaillent sur l’histoire économique, quelle que soit la période étudiée, pour présenter leurs travaux respectifs, mettre en commun leurs méthodes de travail et discuter des différentes historiographies.

La journée du 6 avril sur le thème « le marché, les marchés » a réuni 8 participants, et une quinzaine d’auditeurs. Elle s’est ouverte par une introduction reprenant les grandes phases de l’historiographie du marché, en faisant apparaître les débats propre à chaque période historique, ainsi que les évolutions et les problématiques communes. Les participants ont ensuite présenté leurs travaux de thèse, ainsi que des ouvrages favorisant la réflexion. Une grande place a été réservée aux questions et aux débats entre l’ensemble des participants.

Les communications ont abordé de nombreuses questions posées par le concept de marché : comment définir l’échange marchand, comment se produit l’intégration des marchés, quelle est leur organisation spatiale, quels sont les rapports entre marchés et institutions, quel est le rôle des acteurs, notamment des intermédiaires. Le débat final a porté notamment sur l’historicisation du concept de marché et sur les points communs et les différences entre les périodes historiques.

Une prochaine journée sera organisée au mois de mai 2013 sur le thème « Déchiffrer le chiffre ».

Ecobabylone

La documentation textuelle en écriture cunéiforme provenant de l’ancienne Mésopotamie comprend de très nombreuses archives institutionnelles ou privées, de nature administrative, juridique et économique. Depuis un siècle, ces textes ont été et continuent d’être exploités pour reconstituer les mécanismes fondamentaux de l’économie en Assyrie et en Babylonie, qu’ils documentent en masse sur la longue durée, de la fin du IIIème à la fin du Ier millénaire avant notre ère.
Au-delà des modèles et des débats classiques sur le mode de production asiatique, l’économie administrée, le Marketlesstrading, le rôle économique des institutions, les réseaux d’échanges, etc., la production de monographies et d’articles scientifiques issus de la recherche internationale proposant discussions et synthèses sur l’économie du Proche-orient antique s’est fortement accrue ces dernières années. L’accès à cette documentation dispersée et présentant des sources en général peu connues reste un problème pour qui s’intéresse à ce champ de l’histoire ancienne. Le but de ce carnet est de suivre l’état des principaux projets, des productions et des débats dans ce domaine de la recherche et d’en proposer des résumés et des analyses critiques.