Tous les articles par Louise QUILLIEN

Notes de lecture : E. Payne, The Craftsmen of the Neo-Babylonian Period: A Study of the Textile and Metal Workers of the Eanna Temple, thèse de l’université de Yale non publiée, 2007

Introduction

La thèse d’Elizabeth Payne, intitulée The Craftsmen of the Neo-Babylonian Period: A Study of the Textile and Metal Workers of the Eanna Temple, est une contribution majeure pour notre compréhension de l’organisation du travail dans l’un des plus grands sanctuaires néo-babyloniens connus, l’Eanna d’Uruk. Appuyée sur de nombreuses sources inédites, cette étude examine en profondeur le fonctionnement de l’artisanat du temple à travers une prosopographie de ses acteurs, en prenant pour exemple les deux professions les mieux documentées, les travailleurs du textile et du métal. Le manuscrit de cette thèse, encore inédit, a été rendu disponible en ligne par son auteur, qui prévoit de le publier dans les années à venir, accompagné d’une édition du corpus des textes cunéiformes cités.

Elizabeth Payne a étudié l’archéologie dans les Universités de Brown et de Boston. D’abord spécialisée en Egyptologie, elle a réalisé un Master sur l’architecture religieuse paléo-babylonienne, avant de préparer son doctorat à Yale, sous la direction de Benjamin R. Foster. Par la suite, en tant que conservatrice à la Yale Babylonian Collection, elle a poursuivi ses recherches et a grandement contribué à l’inventaire des tablettes cunéiformes, et en particulier des textes néo-babyloniens d’Uruk.

Ses travaux récents se situent dans le courant historiographique actuel qui s’intéresse à l’étude des mécanismes économiques ainsi qu’aux structures sociales de la Babylonie pendant le « long VIe siècle av. J.-C. ». Elizabeth Payne a rédigé le chapitre intitulé « A dossier of wage-earning smiths in the Eanna archives » dans l’ouvrage récent de Michael Jursa sur l’économie de la Babylonie au Ier millénaire.[1] A l’intérieur de ce courant, elle s’intéresse plus particulièrement aux aspects concrets de la vie socio-économique. Ainsi, ses principaux centres d’intérêt concernent, dans le contexte du temple de l’Eanna d’Uruk, la main-d’œuvre artisanale, son statut, ses tâches, mais aussi la manière dont le temple contrôle et organise cet artisanat, et quelles sont les logiques d’enregistrement des archives.

Les travaux d’Elizabeth Payne, dans la lignée de sa thèse, portent essentiellement sur les artisanats du textile et du métal organisés par le temple[2]. Ses publications mettent souvent en valeur de nouveaux textes provenant des archives d’Uruk et demeurés jusque là inédits. Ainsi, dans son article « New evidence for the « Craftsmen’s charter », paru dans la Revue d’Assyriologie en 2008, elle publie un texte du British Museum parallèle à la célèbre « charte des artisans »[3], qui permet de mieux comprendre comment le temple de l’Eanna tente d’imposer un contrôle sur sa main d’œuvre pour empêcher les vols des matériaux précieux qu’il lui confie. Lors de son travail d’inventaire de la collection de Yale, Elizabeth Payne découvre parfois des pépites qui n’avaient pas encore attiré l’attention des chercheurs, comme un texte musical YBC 11381, publié dans les mélanges en l’honneur de Benjamin Foster[4]. A travers ses travaux concernant des cas concrets, elle révèle de nouveaux aspects du fonctionnement structurel du temple de l’Eanna.

C’est également l’approche et la méthode qu’elle a choisi d’adopter dans sa thèse de doctorat portant sur les artisans du textile et du métal dans le temple de l’Eanna d’Uruk, depuis le règne de Kandalanu (647-627 BC) jusqu’à la deuxième année du règne de Darius (520 BC). Ce travail représente plus qu’une simple prosopographie des artisans. Il contient une réflexion sur « les artisans en tant que groupe, en décrivant leur statut légal, leurs méthodes de rémunération, ainsi que les questions relatives à leur mobilité et à leur origine« [5]. Elizabeth Payne décrit précisément chaque profession spécialisée à l’intérieur de ce groupe, leur organisation hiérarchique, leurs responsabilités.

Pour réaliser son étude, l’auteur s’est appuyée sur le corpus des textes de l’Eanna mentionnant ces artisans. Sur les 8000 textes que comptent les archives d’Uruk au Ier millénaire, elle estime à 1600 les textes concernant les artisans, dont la majorité concernent le travail du textile et du métal. Les textes de son corpus sont mentionnés au fil de l’étude et repris dans les différentes rubriques de sa prosopographie. La provenance et la découverte des archives de l’Eanna sont présentées dans un premier chapitre introductif, p. 4-6, et les caractéristiques générales de l’exercice du culte à Uruk, qui expliquent l’existence de ces artisanats spécialisés sont décrites p. 6-10.

Toujours dans le premier chapitre, l’auteur mentionne les deux ouvrages principaux qui ont inspiré son travail et qui représentent des modèles de prosopographie: celui de H. M. Kümmel, Familie, Beruf und Amt im spätbabylonischen Uruk (1979) et celui de A. V. C. M. Bongenaar, The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar, 2007[6]. Elle cite également les travaux de L. Oppenheim, P. A. Beaulieu, S. Zawadzki et E. Matsushima concernant les artisans du textile et, pour ceux du métal, les études de S. Zawadzki et M. Kunert[7].

Dans ce contexte, la démarche choisie par Elizabeth Payne est la suivante: « étudier profondément une partie de la main d’œuvre du temple, en se concentrant non seulement sur les artisans et leurs professions, mais aussi sur leurs relations avec le temple et sur les méthodes de contrôle, de rémunération, et d’enregistrement écrit du temple« .[8]

Deuxième chapitre : statut de la main-d’œuvre artisanale et relations avec l’Eanna

Dans le chapitre 2, qui s’intitule « les artisans de l’Eanna », Elizabeth Payne étudie les différents statuts de la main d’œuvre, ses relations avec le temple, les méthodes de rémunération des artisans, les attributs de chacune des professions, ainsi que les relations entre elles. Enfin, elle examine les pratiques administratives du temple mises en œuvre pour contrôler les artisans.

Les travailleurs du temple comprennent des personnes libres (mār banê), et des dépendants. Les travailleurs libres se répartissent en deux groupes, les prébendiers, dont le statut social est le plus élevé, et les artisans libres rémunérés par des rations. Le second groupe est peu nombreux. Selon l’auteur, les artisans dépendants (non libres), au statut d’oblat (širku) composaient certainement la majeure partie de la main d’œuvre artisanale de l’Eanna, et leur nombre a été sous-estimé par les études précédentes[9]. En effet, les širku, ne sont pas toujours qualifiés de cet épithète dans les textes les concernant. Elizabeth Payne les identifie grâce à ses recherches prosopographiques. Les artisans dépendants sont organisés hiérarchiquement sous la direction d’un rab širki et d’un décurion (rab ešerti) de statut libre. Un seul esclave privé (qallu) est mentionné dans les archives.

Il existe des prébendes d’orfèvre (kutimmu), de joaillier (kabšarru), de laveur (ašlāku) et de tisserand (išparu), en revanche, il n’y a pas de prébende de forgeron (nappaḫ parzilli), bronzier (nappāḫ siparri), blanchisseur (pūṣāia), et tisserand de la laine colorée (išpar birmi). Ces dernières professions sont occupées par des artisans libres ou des oblats.

Elizabeth Payne étudie la rémunération des artisans. Concernant le montant des rations attribuées aux artisans libres et dépendants à Uruk, les données sont difficiles à interpréter car les paiements sont souvent partiels, dépendants des situations particulières, sans qu’un système strict à l’image de celui de Sippar n’apparaisse. L’auteur présente néanmoins les données générales disponibles dans deux tableaux (p. 23-25 et p. 26), puis les données particulières attestées pour chacune des professions du textile et du métal (p. 24-45). Lorsque ces informations sont suffisamment nombreuses, l’évolution du montant des rations semble similaire au schéma général observé par M. Jursa pour l’Eanna. Les joailliers, en particulier, reçoivent plus souvent du pain que les autres et leurs rations semblent plus importantes. Quelques forgerons, sous Nabuchodonosor II, reçoivent un salaire (idū), d’un montant supérieur aux rations, mais ce cas est rare (p. 45-54).

Toujours dans ce chapitre, un passage très intéressant concerne les lieux de travail des artisans et leur mobilité (p. 55-60). En effet, les textes décrivent rarement les conditions concrètes de travail des artisans. Or, Elizabeth Payne recense les attestations d’ateliers spécialisés pour certaines professions: les tisserands (bīt išparī, bīt miḫṣi), les orfèvres (bīt kutimmī), les joailliers (bīt lú-kab-sar-meš). Elle montre aussi l’existence d’ateliers non spécialisés (bīt dulli, bīt ummânī), et elle liste les lieux où les objets fabriqués sont stockés ou distribués (bīt dulli, bīt karê, papaḫu). Concernant les déplacements des artisans, l’auteur les classe en trois catégories: les mobilités pour se procurer des matériaux, les déplacements pour pratiquer leur art dans une autre ville, ou les fuites d’artisans, qui tentent d’échapper à leur condition.

Enfin, le dernier paragraphe de ce chapitre est également d’un intérêt majeur, car il développe le cas très particulier des artisans de statut servile, fils de zakītu. Les zakītu sont une catégorie de femmes esclaves que leur maître a libéré pour qu’elles entrent au service du temple (p. 60-62). Elizabeth Payne liste les cas d’artisans fils de zakītu et s’interroge sur l’identification de ces personnes qui oscille entre la mention du nom du père, et la qualification fils de zakītu.

Troisième chapitre : la terminologie administrative de l’Eanna

Le troisième chapitre examine la terminologie administrative employée par l’Eanna dans les textes concernant ces artisans. Ce chapitre permet de replacer ce dossier documentaire dans le contexte plus large des archives de l’Eanna. L’auteur s’interroge sur la nature de cette documentation : pourquoi elle a été écrite, de quelle manière, comment il faut interpréter les textes.

 Elizabeth Payne propose une typologie de la documentation concernant les artisans du textile et du métal en trois catégories:

  • Les textes enregistrant des remises de matériaux du temple à des artisans, contre lesquels les travailleurs devront livrer un produit fini (formule ina pāni, à la disposition de).
  • Les textes enregistrant des remises de biens sans attente d’un retour, par exemple les distributions de rations (emploi du verbe našû, emporter).
  • Les textes enregistrant les livraisons effectuées par des artisans au temple (emploi du verbe maḫāru).

            L’auteur analyse ensuite successivement un certain nombre de mots-clés qui apparaissent souvent dans les textes, en donnant des exemples :

  • ḫāṭu (poids, stock): désigne un poids de matériau, avec trois usages possibles en fonction du contexte: un paiement, une quantité de matériau mis à la disposition d’un artisan et le poids de matériau nécessaire à la fabrication d’un objet.
  • tēḫirtu (solde non utilisé): matériaux qui avaient été remis à un artisan et qui restent, après l’accomplissement d’un travail donné.
  •  gamru (travail accompli): équivalent de la formule « dullu gamru » employée à Sippar, qui identifie les quantités de matériau à déduire du stock (ḫāṭu).
  •  BE-qu (pitqu ou batqu) (fonte ou réparation) : dont l’écriture est ambigüe, lorsque l’expression apparaît pour le travail du métal on ne peut se décider entre les deux significations.

            Elizabeth Payne analyse ensuite les poids utilisés pour mesurer les quantités de métaux, et propose un tableau des attestations de ces poids dans les archives. (p. 77-82). Enfin, elle propose une réflexion sur la nature de la documentation administrative dans les archives de l’Eanna (p. 82-85). Elle rappelle que ces archives proviennent de l’administration du temple et non des artisans et note qu’il est rare que plusieurs textes documentent la même transaction, par exemple la remise de matériaux puis la livraison du produit fini. Cependant, grâce à l’exemple des textes YBC 9035 et NCBT 464, qui enregistrent la même transaction de deux points de vue, Elizabeth Payne parvient à identifier les deux objectifs poursuivis par l’administration du temple lorsqu’elle rédige ces archives: tenir le compte des matériaux et objets remis aux artisans, et identifier où les produits finis seront utilisés et par qui. Elle en déduit que le temple tenait des enregistrement séparés pour les artisans et pour les objets.

            Ainsi, ce chapitre, par une analyse des caractéristiques formelles de la documentation, permet de mieux comprendre les techniques d’enregistrement des textes par l’administration du temple et d’en saisir la logique.

Quatrième chapitre : les artisans du textile

Le quatrième chapitre de l’étude concerne les artisans du textile: les laveurs (ašlāku), les blanchisseurs (pūṣāya), et les tisserands (išparu et išpar birmi). Leur principale tâche est de fabriquer les vêtements offerts aux statues des dieux lors de cérémonies religieuses. Les textes concernant les tisserands ont la même répartition chronologique hétérogène que l’ensemble des archives de l’Eanna: ils apparaissent sous le règne de Nabopolassar, sont très nombreux à partir du milieu du règne de Nabuchodonosor II et pendant la première moitié du règne de Nabonide, puis décroissent en nombre.

Pour chacune des professions du textile, l’auteur indique le nombre de textes qui les mentionnent, propose une typologie de ces textes, liste les tâches des artisans et leurs responsabilités et examine leur organisation (seul, par deux, par équipe), et leur statut.

Ainsi, les laveurs, ašlāku, ont pour fonction de laver les vêtements avant ou après les cérémonies de l’habillement (lubuštu). Ils reçoivent et livrent des aromates ainsi que tous types de vêtements divins, parfois avec leurs sequins. Elizabeth Payne démontre, à la suite de H. Kümmel, qu’il faut clairement distinguer les laveurs (lú-túg-babbar ašlāku) des blanchisseurs (pūṣāia). Elle analyse leur calendrier de travail, corrélé aux cérémonies religieuses, et étudie les matériaux qu’ils emploient. La particularité des laveurs est qu’ils sont prébendiers. Bien que leur patronyme soit rarement mentionné, ils appartiennent à l’élite sociale. Ils travaillent souvent par deux, et sont peu nombreux: au plus quatre d’entre eux sont actifs en même temps selon les textes qui nous sont parvenus. Le seul cas de laveurs de statut servile (širku) mentionné dans la documentation s’explique probablement par la pratique du remplacement: le prébendier loue les services d’un tiers pour accomplir son obligation à sa place.

Les blanchisseurs (pūšāia), sont essentiellement chargés de la fabrication des rideaux en lin utilisés dans les chapelles des divinités (gidlû, gadalû, šiddu). Elizabeth Payne identifie un dossier de contrats de fabrication de ces rideaux, passés entre le temple et des équipes de 5 artisans. D’autres textes indiquent que les blanchisseurs fabriquent du fil et des cordons (ṭimu, guḫalṣu), qu’ils lavent (zikû) et blanchissent (peṣû) le vêtement en lin salḫu et qu’ils s’approvisionnent en matériaux, notamment en lin. Organisés en équipe, les blanchisseurs ne sont pas des prébendiers, ce sont en majorité des esclaves (širku) selon l’auteur. Ils accomplissent ainsi des corvées pour le temple (surveillance, garde des moutons, curages des canaux, travaux agricoles, etc).

Le dernier groupe englobe, selon Elizabeth Payne, les tisserands (išparu, lú-uš-bar) et les tisserands de la laine colorée (lú-uš-bar bir-mi). Cette seconde spécialité n’apparaît que tard sous le règne de Nabonide (année 25 selon PTS 3334). Même s’il n’existe pas de profession « teinturier », les artisans de la laine colorée exercent de fait cette profession car ils reçoivent des matériaux colorants. L’auteur établit la liste des teintures mentionnées dans les textes, propose des traductions de ce vocabulaire et analyse leur provenance, souvent importée, ainsi que leurs prix (p. 135-139). Les tisserands reçoivent de la laine blanche et teinte, du lin sous une forme travaillée, des teintures et mordants, et des vêtements des dieux. Ils livrent de la laine teinte et des vêtements. Elizabeth Payne analyse à part les longues listes de vêtements destinés aux cérémonies religieuses, livrés par des tisserands prébendiers, et remarque qu’elles sont semblables dans leur fonction aux textes « dullu peṣû » de Sippar. La prébende de tisserand apparaît tardivement à Uruk, ces prébendiers sont peu nombreux, et rémunérés en argent. En revanche, les tisserands de la laine colorée ne sont jamais prébendiers, ce sont probablement des oblats et ils accomplissent des corvées en plus de leur travail. L’auteur reconstitue leur organisation par équipe (p. 141-145), et note plusieurs exemples de fuite de ces artisans. Ce chapitre se termine par la prosopographie des artisans du textile (p. 153-201).

Cinquième chapitre : les artisans des métaux et pierres

Le cinquième chapitre concerne les travailleurs du métal. Quatre professions spécialisées sont identifiées par Elizabeth Payne: les orfèvres (kutimmu), les bronziers (nappāḫ sippari), les forgerons (nappāḫ parzilli) et les joailliers (kabšarru). Les deux premiers groupes sont responsables de la fabrication et de l’entretien des bijoux et de la vaisselle cultuels en métal. Les joailliers préparent les pierres précieuses qui ornent les bijoux des dieux, et sont liés au groupe des orfèvres. Seuls les forgerons ne travaillent pas pour le secteur religieux. Ces derniers sont responsables de la fabrication des outils pour les artisans, les travailleurs agricoles et les personnes chargées de l’entretien des canaux. Au total 650 textes concernent les travailleurs du métal et c’est le groupe le plus important concernant une production artisanale à Uruk. Le temple contrôle soigneusement les transferts de produits et objets précieux entre ses entrepôts et les travailleurs. Comme pour les artisans du textile, Elizabeth Payne  présente, pour chaque profession, leurs responsabilités, leur organisation, liste les artisans actifs pendant une même période (nombre, répartition chronologique), et examine leur statut.

Les orfèvres (kutimmu) ont deux tâches principales. Ils doivent fabriquer et entretenir (réparer, nettoyer) les objets cultuels en or (ce pour quoi ils reçoivent de l’or et des objets). L’auteur met en valeur la diversité des informations contenues dans les archives les concernant : la provenance de l’or, le vocabulaire de la vaisselle cultuelle, le poids des objets, les divinités concernées, les lieux de stockage. Elle remarque une évolution de l’organisation des artisans: jusqu’au règne de Nabopolassar, plusieurs familles d’orfèvres travaillent indépendamment pour le temple, et à partir de la 3ème année de règne de Nabuchodonosor II, deux hommes provenant de deux familles différentes et travaillant en équipe, prennent la responsabilité de toute la production. Selon Elizabeth Payne, cette nouvelle organisation a pour but de mieux se prémunir contre les vols. La plupart des orfèvres sont des prébendiers, et certains d’entre eux appartiennent au cercle restreint des ērib-bīti. Les autres sont oblats.

Les textes concernant les joailliers (kabšarru) présentent une répartition particulière selon l’auteur. Ces artisans reçoivent des matériaux et des outils, mais ne livrent jamais des produits finis. Les joailliers sont responsables de la taille des pierres et de la préparation des perles pour les bijoux. Ils lavent et réparent également les bijoux. Les joailliers apparaissent comme témoins dans de nombreux documents légaux, ce qui est inhabituel pour des artisans, et indique leur haut statut social. La liste des pierres qu’ils utilisent est présentée par l’auteur p. 258. Ils ne sont pas organisés en différentes équipes, mais l’un d’entre eux est responsable de tous les autres. Il est très probable qu’il existait une prébende de joaillier, même si elle n’est pas clairement attestée dans la documentation. Certains de ces travailleurs étaient cependant des oblats rémunérés par des rations.

Les forgerons du bronze (nappāḫ siparri) et du fer (nappāḫ parzilli) représentent deux groupes bien distincts, même s’ils apparaissent aussi sans spécialisation (nappāḫu). Les bronziers, reçoivent des matériaux pour fabriquer des objets en bronze, en argent ou en étain pour le culte (vaisselle et objets décoratifs), ou pour des outils. Ils doivent également les réparer. Elizabeth Payne estime qu’une douzaine de bronziers travaillent pour l’Eanna en même temps. Leur organisation n’est pas claire, mais ils peuvent avoir travaillé en équipe. Ils ne sont pas prébendiers. Ils doivent accomplir des corvées et un grand nombre d’entre eux sont oblats. Deux bronziers reçoivent un salaire (idû).

Les forgerons du fer reçoivent des matériaux et livrent essentiellement des outils en fer, qui ne sont pas destinés au culte. Ils sont organisés en deux équipes, chacune étant sous la direction d’un artisan. Les forgerons ne sont pas prébendiers, ils accomplissent des corvées pour le temple et sont rémunérés par des rations. Elizabeth Payne cite l’exemple d’une famille d’oblats forgerons et d’un forgeron ayant le statut de mār banê.

Dans ce chapitre, la prosopographie des artisans est présentée, non pas de manière globale, mais à la fin de chacune des sous-parties concernant chacune des professions.

Conclusion

La thèse d’Elizabeth Payne représente un travail synthétique et complet sur l’organisation et les tâches des deux catégories d’artisans les plus représentées dans les archives de l’Eanna, les travailleurs du métal et du textile. Elle révèle l’organisation du travail, les spécialisations des travailleurs, leur différents statuts, leur rémunérations, mais aussi les relations qu’ils entretiennent avec le temple. Elizabeth Payne replace toujours les informations analysées dans leur contexte écrit en menant dans chaque chapitre une réflexion sur les sources elles-mêmes avec un classement typologique des textes, l’étude des causes de leur rédaction et l’établissement de la nature de ces documents. La combinaison d’une analyse socio-économique et d’une réflexion sur la nature des archives, lui permet d’ancrer son analyse dans un contexte plus large et de saisir à travers l’exemple de deux professions toute une partie du fonctionnement administratif du sanctuaire.

A la lumière de la documentation de Sippar présentée par S. Zawadzki dans son ouvrage Garments of the Gods[10], deux remarques complémentaires peuvent être émises concernant les artisans du textile à Uruk. La première concerne la profession des tisserands du lin (išpar kitê), qui existe à Sippar, mais qui est absente à Uruk. Il apparaît que les blanchisseurs (pūṣāia) d’Uruk ont les mêmes tâches que les tisserands du lin de Sippar. En effet, à Sippar, les deux professions de blanchisseur et de tisserand du lin sont étroitement liées, et certains artisans possèdent les deux qualifications. De plus, le travail de blanchissage est une étape indispensable à la préparation des étoffes de lin ; elle consiste à blanchir le tissu en dissolvant la cellulose qui reste accrochée sur les fibres textiles. Nous pouvons donc supposer que les blanchisseurs (pūṣāia) d’Uruk, qui fabriquent des textiles en lin, s’approvisionnent en lin, livrent du fil de lin, lavent et blanchissent les vêtements de lin, sont les équivalents des tisserands du lin (išpar kitê) de Sippar. A Uruk, le terme de « blanchisseur », qui désignait l’étape la plus emblématique du travail du lin, était donc utilisée par métonymie pour désigner des artisans qui exerçaient également d’autres tâches, comme le tissage. Selon Elizabeth Payne, les tisserands de la laine colorée utilisent parfois du lin (c’est le cas à Sippar aussi), mais on remarque qu’ils l’emploient seulement sous une forme déjà travaillée. Comme à Sippar, on observerait donc à Uruk une claire distinction entre les spécialistes du travail de la laine et les spécialistes du travail du lin. Il est également possible que l’absence de la dénomination « tisserand du lin », à Uruk, s’explique par un usage moins développé de ce matériau à Uruk par rapport à Sippar, où les vêtements divins en lin sont plus nombreux et variés.

La seconde remarque, également inspirée par la comparaison avec l’organisation de l’artisanat textile à Sippar, concerne l’organisation des tisserands, parmi lesquels nous proposons de distinguer deux groupes. Les tisserands prébendiers (išparu) forment un premier groupe, distinct par leur statut et par leur fonction : ils préparent les vêtements remis aux divinités, qui sont enregistrés dans les listes miḫṣu peṣû (textes qu’Elizabeth Payne identifie comme un groupe à part p. 125-126), et ont un statut social supérieur. Les tisserands de la laine colorée (išpar birmi) forment un second groupe. L’ambigüité provient du fait que, à Uruk, ces tisserands sont parfois appelés simplement « išparu« , comme les tisserands prébendiers. Pourtant, leur fonction est distincte de ces derniers. Alors que les prébendiers livrent les vêtements avant les cérémonies, et s’occupent probablement du tissage et de la préparation finale des vêtements, les tisserands de la laine colorée sont spécialisés dans la teinture de la laine et la réalisation de certains habits particuliers. Ils reçoivent des matériaux bruts (laine, laine teinte, teintures, mordants, fils) et livrent des produits semi-finis ou finis (laine teinte et vêtements).

La thèse d’Elizabeth Payne apporte beaucoup de nouvelles données permettant une meilleure compréhension de l’organisation économique et sociale du temple de l’Eanna, ceci grâce à son analyse approfondie de deux groupes d’artisans dont le travail est essentiel au fonctionnement du sanctuaire. L’édition de cette thèse et des nombreux textes inédits sur lesquels elle s’appuie est donc particulièrement attendue.

[1] Dans M. Jursa (dir.), Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millennium BC. Economic geography, economic mentalities, agriculture, the use of money and the problem of economic growth, Alter Orient und Altes Testament, AOAT 337, Ugarit-Verlag, 2010, p. 688-693.

[2] E. E. Payne « The ‘Rought Draft’ of a Neo-Babylonian Accounting Document », dans Micah Ross (dir.), From the Banks of the Euphrates. Studies in Honor of Alice Louise Slotsky, Eisenbrauns, Winona Lake, Indiana, 2007, p. 181-192; E. E. Payne, « New Evidence for the « Craftsmen’s Charter », Revue d’assyriologie et d’Archéologie Orientale 120, 2008/1, p. 99-114; B. R. Foster & E. E. Payne, « Cuneiform Tablets from Mount Holyoke College », Orientalia 81/4, 2012, p. 277-317; E. E. Payne, « Accounting for Gold in a Period of Unrest », dans B. J. Collins et P. Michalowski (dirs.) Beyond Hatti. A tribute to Gary Beckman, Lockwood Press, Atlanta, 2013, p. 231-239.

[3] YNER 1, 1 ; originellement publié par Weisberg en 1967. Voir la bibliographie complète dans l’article d’E. E. Payne.

[4] E. E. Payne « A new addition to the musical corpus », dans S. C. Melville et A. L. Slotsky, Opening the Tablet Box, Near Eastern Studies in Honor of Benjamin R. Foster, Culture and History of the Ancient Near East 42, Brill, Leiden and Boston, 2010, p. 291-300.

[5] p. 1.

[6] H. M. Kümmel, 1979, Familie, Beruf und Amt im spätbabylonischen Uruk: Prosopographische Untersuchungen zu Berufsgruppen des 6. Jahrhunderts v. Chr. in Uruk. Abhandlungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 20, Mann, Berlin et A. V. C. M. Bongenaar, The Neo-Babylonian Ebabbar Temple at Sippar: Its Administration and its Prosopography, PIHANS 80, Nederlands Historisch-Archeologisch Instituut te Istanbul, Leiden, 1997.

[7] A. L. Oppenheim, « The Golden Garments of the Gods », Journal of Near Eastern Studies vol.8, n°3, 1949, p. 172-193 ; S. Zawadzki Garments of the Gods. Studies on the Textile Industry and the Pantheon of Sippar according to the Texts from the Ebabbar Archive. Volume 1, Orbis Biblicus et Orientalis 218, Academic Press Fribourg, Fribourg, 2006 ; P.-A. Beaulieu, The Pantheon of Uruk During the Neo-Babylonian Period, Cuneiform Monographs 23, Leiden – Boston: Brill – Styx, 2003 ; E. Matsushima, « Divine Statues in Ancient Mesopotamia : Their Fashioning and Clothing and Their Interaction with the Society », dans E. Matsushima (dir.) Official Cult and Popular Religion in the Ancient Near EastThe City and Its Life Held at the Middle Eastern Culture Center in Japan, Mitaka, Tokyo, March 20-22, 1992, Universitätsverlag, Heidelberg, 1993, p. 207-217; E. Matsushima, « On the Material Related to the Clothing Ceremony- lubuštu in the Later Periods in Babylonia », Acta Sumerologica 16, 1994, p. 177-200 ; E. Matsushima, « Eleven Neo-Babylonian Texts Relating to the lubuštu Ceremony », dans HIH Prince Tekahito Mikasa (ed.) Essays on Ancient Anatolia and Its Surronding Civilization, Bulletin of the Middle Eastern Center in Japan vol.8, Harrassowitz, Wiesbaden, 1995, p. 235-243 ; S. Zawadzki, « Ironsmith, Bronzesmith and Goldsmith in the Neo-Babylonian Texts from Sippar: Contributions to Study on Babylonian Society in the Second half of the first Millennium BC », Die Welt des Orients. Wissenschaftliche Beiträge zur Kunde des Morgenlandes 22, p. 21-47 ; M. Kunert, An English translation of Metalurgia i Zlotnictwo w Okresie Nowobabilonskim na Podstawie Tekstów z Archiwum Swiatyni Ebabbar w Sippar (Metallurgy and Goldsmithery in the Neo-Babylonian Period, based on texts from the Archive of the Ebabbar Temple in Sippar), PhD Dissertation, Uniwersytet Szczecinski, 2005, inédit.

[8] p. 1.

[9] Dandamaev, M. A., Slavery in Babylonia, from Nabopolassar to Alexander the Great (626-331 BC). Rev. Ed. Trad. V. A. Powell, Northern Illinois University Press, DeKalb Illinois, 1984.

[10] S. Zawadzki, op. cit., 2006 et S. Zawadzki, Garments of the Gods. Texts, Volume 2, Orbis Biblicus et Orientalis 260, Fribourg University Press, Fribourg, 2013.

Concernant Louise Quillien : docteure de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, post-doctorante à l’EPHE, LabEx HASTEC.

Atelier doctoral en histoire économique de Paris 1: « le marché, les marchés»

Compte-rendu de l’atelier doctoral en histoire économique de Paris 1, sur le thème « le marché, les marchés », du 6 avril 2013.

Organisateurs : Charlie Chagny (histoire médiévale), Marguerite Martin (histoire moderne), Charlotte Pouly (histoire contemporaine), Louise Quillien (histoire ancienne).

Marché-marchés programme

Cet atelier, organisé par des doctorants de l’université Paris 1, avait pour but de réunir les doctorants et jeunes docteurs qui  travaillent sur l’histoire économique, quelle que soit la période étudiée, pour présenter leurs travaux respectifs, mettre en commun leurs méthodes de travail et discuter des différentes historiographies.

La journée du 6 avril sur le thème « le marché, les marchés » a réuni 8 participants, et une quinzaine d’auditeurs. Elle s’est ouverte par une introduction reprenant les grandes phases de l’historiographie du marché, en faisant apparaître les débats propre à chaque période historique, ainsi que les évolutions et les problématiques communes. Les participants ont ensuite présenté leurs travaux de thèse, ainsi que des ouvrages favorisant la réflexion. Une grande place a été réservée aux questions et aux débats entre l’ensemble des participants.

Les communications ont abordé de nombreuses questions posées par le concept de marché : comment définir l’échange marchand, comment se produit l’intégration des marchés, quelle est leur organisation spatiale, quels sont les rapports entre marchés et institutions, quel est le rôle des acteurs, notamment des intermédiaires. Le débat final a porté notamment sur l’historicisation du concept de marché et sur les points communs et les différences entre les périodes historiques.

Une prochaine journée sera organisée au mois de mai 2013 sur le thème « Déchiffrer le chiffre ».

Notes de lecture: G. van Driel, Elusive Silver, Leyden, 2002 par Louise Quillien (doctorante, Paris 1)

Elusive Silver est le principal ouvrage de l’assyriologue hollandais Govert van Driel. Il pose les questions de l’existence d’un marché et du rôle de l’argent dans une société agraire, deux sujets très débattus dans l’historiographie de l’économie antique et mésopotamienne. L’intérêt de cet ouvrage réside autant dans son contenu érudit (notamment les études détaillées du système des prébendes et de la taxation au Ier millénaire av. J.-C.), que dans sa méthode, et dans les problèmes qu’il soulève, en particulier la question de l’approvisionnement de la Mésopotamie en métal-argent.

L’ouvrage de Govert van Driel, intitulé Elusive Silver (« L’argent insaisissable »), paru à Leyde en 2002, s’ouvre par une curieuse dédicace, « à la mémoire de Mr Casaubon ». Ce monsieur est un personnage de fiction imaginé par George Eliot dans son roman Middlemarch (1). Il s’agit d’un savant très érudit, qui consacre sa vie à un grand projet : trouver une structure globale qui puisse donner un sens à toutes les mythologies. Mais Mr Casaubon échoue à terminer son œuvre. Après sa mort, son épouse réalise que l’entreprise était absurde et qu’elle ne peut rien faire des fragments épars qu’elle devait mettre en ordre pour la publication. Cette dédicace révèle la modestie de G. van Driel, au moment où il édite son maître ouvrage, juste avant son départ à la retraite. Elle pointe aussi un problème méthodologique auquel il était particulièrement sensible. N’est-il pas vain de chercher des explications totalisantes face à une réalité diverse, que l’on n’approche qu’à travers des sources inégales et fragmentaires? Ce problème est au cœur des débats concernant l’histoire de l’économie antique.

Govert van Driel est un assyriologue hollandais, né en 1937 et mort en 2002. Il a suivi l’enseignement de F.R. Kraus à l’Université de Leyde. Sa thèse, publiée en 1969, s’intitule Le culte d’Aššur (2). Au cours de sa carrière, il a publié de très nombreux articles concernant le premier millénaire av. J.-C., dont il était spécialiste. Une partie importante de ses travaux concerne l’agriculture et l’élevage (3), et lorsqu’il aborde les questions économiques, il n’oublie jamais de rappeler que l’environnement agraire est au fondement de la société mésopotamienne. G. van Driel a également écrit plusieurs articles à propos de dossiers d’archives du Ier millénaire (4), il a donc une excellente connaissance des sources qu’il a étudiées de première main. En 1999, il publie deux articles concernant  l’économie, intitulés « Les entrepreneurs agricoles en Mésopotamie » et « La formation du capital et l’investissement en contexte institutionnel en Mésopotamie » (5). Elusive Silver paraît dans cette lignée, à la toute fin de la longue carrière de G. van Driel et peu avant son décès. C’est le seul ouvrage que G. van Driel a publié en dehors de sa thèse.

Elusive Silver est une véritable somme, l’aboutissement de ses travaux. Dans leurs comptes rendus,  M. Van de Mieroop (6) et M. Dandamayev (7) s’accordent pour dire que ce livre est « l’œuvre d’une vie », et que l’auteur y fait preuve d’une grande érudition et de perspicacité dans l’étude de la documentation.

Le thème de l’ouvrage est exprimé par le sous-titre : « A la recherche d’un rôle pour un marché dans un environnement agraire, aspects de la société mésopotamienne ». Ce sujet est très controversé en histoire antique, où comme l’écrit Raymond Descat, la simple évocation de la notion de marché a longtemps été le « signe de l’appartenance à un camp » (8).  Pour l’aborder, G. van Driel fait le choix de « la longue durée », du IIIème millénaire à l’époque achéménide, et d’une problématique spécifique : existe-t-il en Mésopotamie un marché pour les produits agricoles, dans lequel il serait possible d’effectuer des paiements en argent, et comment ce métal arrive-t-il en Mésopotamie, au moyen de quels échanges internationaux (9) ?  Selon l’auteur lui-même, cette question « peut être posée, mais peut-être pas résolue ».

En quoi l’étude de G. van Driel, bien qu’étant caractérisée par une grande prudence et par le refus de la théorisation, apporte de nouveaux éléments à la controverse concernant le fonctionnement du marché et l’usage de l’argent en Mésopotamie ? L’argumentation développée par l’auteur témoigne de partis-pris qui permettent de le situer dans l’historiographie, et de proposer quelques points à débattre à propos d’un ouvrage qui pose finalement plus de questions qu’il n’en résout.

Contenu 

La démonstration de G. van Driel s’organise en trois grandes parties indépendantes. Dans un premier temps, l’auteur interroge l’existence d’un marché à l’époque d’Ur III. Puis, il étudie les prébendes de l’époque d’Ur III à l’époque hellénistique et la place de l’argent dans ce système. Enfin, la dernière partie, la plus longue, est consacrée à la taxation à l’époque néo-babylonienne et achéménide, et à la manière dont sa mise en œuvre révèle la présence d’un marché et l’usage de l’argent, à un niveau jamais atteint auparavant.

* * *

La première partie s’intitule « Marchands du temple et problématique du marché dans les textes d’Ur III ». La question posée est de savoir si, à une époque traditionnellement caractérisée par l’emprise des institutions (temple et palais) sur la société, il existait une place pour le marché, pour le jeu de l’offre et de la demande, et quel était alors le rôle de l’argent.

Pour y répondre, G. van Driel analyse par exemple le dossier des comptes des marchands Damgar d’Umma, afin de montrer qu’il existait nécessairement un marché local des produits agricoles.

Les Damgar sont des marchands qui servent d’intermédiaires pour les institutions. Ils reçoivent des produits agricoles locaux de la part du temple,  en échange de quoi ils l’approvisionnent en produits spécialisés ou importés comme les métaux, les aromates et le bitume. La valeur des produits est estimée par le temple en argent, qui sert alors d’unité de compte. Mais pour pouvoir acheter ces produits importés, les marchands doivent nécessairement convertir les produits agricoles qu’ils ont reçus en argent, donc les vendre. G. van Driel en déduit que les marchands, qui opèrent à l’intérieur de la structure institutionnelle, approvisionnent le marché local des grains qui lui est extérieur.

 

L’étude d’un second dossier d’archive en provenance de Nippur, qui documente de petites opérations de prêts à la consommation, accordés avant la récolte et remboursés ensuite, montre que l’argent était utilisé dans le cadre du crédit, et qu’il existait un marché local des grains à Nippur. L’auteur propose une hypothèse pour faire le lien entre les deux lots d’archives. A Nippur, le marché des grains, extérieur au palais, serait approvisionné par les Damgars qui opèrent à l’intérieur de la structure institutionnelle (p. 23).

Ce qui est envisagé ici, sans l’exprimer en ces termes, c’est la question du lien entre la sphère économique de l’institution et la sphère marchande privée. La conclusion de Van Driel est nuancée. S’il existe bien un marché dans la société agraire de l’époque d’Ur III, où se rencontrent l’offre et la demande, la taille de ce marché est cependant limitée.

 * * *

 La seconde partie de l’ouvrage semble s’éloigner de ces questions. Intitulée « Les prébendes mésopotamiennes, rémunérer le clergé », elle se présente comme une étude extrêmement détaillée du «système » des prébendes, avec pour objectif de cerner le plus précisément possible qui sont les prébendiers, quelles fonctions ils exercent et quelle était leur rémunération.

G. van Driel attache beaucoup d’importance à l’analyse lexicale et aux définitions. Il commence par définir le terme de prébende lui-même, qui est issu du vocabulaire médiéval et qui désigne pour la Mésopotamie « le droit à un revenu donné en échange de remplir une fonction dans le culte des dieux qui implique un contact avec le divin » (10), ce revenu comprenant souvent une part des offrandes placées devant les dieux. Une des originalités de l’étude de G. van Driel est qu’elle est menée sur la longue durée, depuis l’apparition du système des prébendes au IIIème millénaire jusqu’à ses évolutions à l’époque récente.

Un second apport de  l’auteur est sa tentative de classement des fonctions des prébendiers. Il distingue en particulier deux groupes (11): les ērib bīti, qui ont le droit, littéralement, d’entrer dans toutes les parties du temple et les « purveying traders », des artisans qui approvisionnent le temple en produits préparés pour le culte. Malgré ce classement, G. van Driel écrit que « les multiples visages du système de prébendes conspirent à en garder les lignes générales brouillées » (12) . Son étude précise témoigne bien d’une réalité complexe, où les fonctions se superposent souvent et où les frontières des différents groupes sont floues.

G. van Driel conclut tout de même sur l’impression générale que le groupe social des prébendiers fait partie de l’élite urbaine, même si la division progressive des prébendes a permis d’en élargir la base. Caractérisé par l’hérédité, le revenu fixe et le savoir-faire (p. 45), ce groupe constitue un élément stable de la société, ce qui lui a permis de se maintenir sur la longue durée jusqu’à la période hellénistique.

*

 Cette étude détaillée du système des prébendes s’éloigne en apparence de la problématique de l’ouvrage, la question du marché y est peu discutée et le mot « argent» apparaît pour la première fois seulement au chapitre 3 dans une note de bas de page.

En réalité, G. van Driel ne perd pas de vue son objet d’étude. Il défend  simplement la thèse que le système des prébendes, fondé sur la production agricole et matérielle locale, fonctionne en réalité sans argent. La majeure partie de la rémunération des prébendiers est en nature, que ce soient les restes des offrandes, les matériaux bruts confiés pour les réaliser, ou bien les taxes prélevées sur les terres de l’institution.

De la même manière, G. van Driel démontre que le marché joue un faible rôle dans le système. Il tente par exemple de le démontrer à partir d’une étude du revenu standard des prébendes. Celui-ci ne révèle pas d’évolution significative sur le long terme, et semble plutôt dépendre du prestige de la fonction exercée. Selon l’auteur, cela prouve que ce revenu, tiré de la production locale et composé de biens destinés à une consommation immédiate « n’est visiblement pas exposé aux effets du marché » (p. 95).

Tableau réalisé à partir des données citées par G. van Driel p.94-95

Période Ville Statut Rémunération par jour
Ur III Lagaš gudu4 , nar, ereš-dingir, gala-maḫ 2 sila3 d’orge, 4 sila3 d’orge
Ur III Nippur gala, lú-maḫ, muš-laḫ4, lunga 10 sila3 de pain et de bière, 2 sila3 de pain et de bière, 1 sila3 de pain et de bière
OB Nippur muš-laḫ4, gir-še3-ga, i3-du8, kisal-luḫ, gala-maḫ, pa-é, išib, ereš-dingir, máš-šu-gíd-gídša3-tam 2 sila3 d’orge, 1 ou 2 sila3 d’orge, 3 sila3 d’orge. Entre 5 et 6 sila3 d’orge10 sila3 d’orge
NB ērib-bīti Entre 6 sila3 et 1/2 sila3 de pain et de bière selon le statut
Toutefois, G. van Driel apporte quelques nuances à ces conclusions. Il note qu’à l’époque néo-babylonienne, le lien entre le service rendu et la rémunération se relâche, et les prébendes peuvent être vendues et louées (13). Dans ce cas, le propriétaire peut être payé en partie en argent, et non plus seulement en nature. Et surtout, la part de l’argent croît au cours de la période et en particulier à l’époque hellénistique. Enfin, il propose l’hypothèse que les prébendiers jouent un rôle dans l’approvisionnement du marché urbain avec une partie de leur revenu en nourriture, bien que les preuves manquent en l’absence de documentation sur leurs activités marchandes (p. 69).

Comme dans la première partie de l’ouvrage, G. van Driel aboutit à une conclusion nuancée ; le système des prébendes fonctionne en grande partie sans argent, mais cela n’empêche pas les prébendiers de participer à d’autres activités économiques.

* * *

Alors que cette deuxième partie semble minimiser le rôle de l’argent et du marché dans le contexte des prébendes, la suivante montre au contraire leur importance au Ier millénaire. Elle s’intitule « La taxation et l’usage de la terre à l’époque néo-babylonienne, le roi, la terre et les sujets », et couvre une période allant du début du Ier millénaire à l’époque achéménide.

G. van Driel commence par définir la taxation comme : « ce que paye le sujet pour contribuer au gouvernement » (p.155), avec des spécificités propres à la Mésopotamie ; par exemple, les taxes sont liées à la terre et non à la personne assujettie. Les contributions peuvent prendre la forme d’un versement en nature ou d’un service militaire. Il existe également des taxes sur le transport, sur l’eau pour l’irrigation, et un prélèvement occasionnel de 10% pour le temple, appelée ešrû.

L’auteur recherche quelles sont les origines de la taxation et il montre à quel point les taxes sont liées au pouvoir politique. Elles sont prélevées sur les terres accordées par le roi, ce qui lui permet de stimuler leur mise en culture, de se procurer des revenus pour les travaux publics et l’armée, et en définitive, d’accroître son pouvoir sur la terre et les hommes.

Enfin, G. van Driel tente d’évaluer l’ampleur du « fardeau » de la taxation qui pèse sur la société, notamment après le changement majeur qui a lieu à l’époque achéménide, lorsque la Mésopotamie paye pour la première fois des taxes à un pouvoir extérieur. Une étude des plantations de dattes dans le sud de la Mésopotamie montre qu’entre les taxes et les corvées, les loyers de la terre et les profits des temples, 25% à 63% de la production arable pouvait être réclamée, avec une moyenne de 30%. Ce chiffre semble considérable ; et pourtant ce drainage n’a pas affaibli la région selon G. van Driel, car il a été compensé par une croissance économique (p. 127), attestée par les vestiges archéologiques.

*

 Tout au long de son analyse du coût des taxes, du statut de la terre, et de l’effet des prélèvements sur la société, G. van Driel s’attache à démontrer que le système de taxation stimule le marché des produits agricoles et la circulation de l’argent.

Par exemple, l’étude du statut de la terre révèle l’importance croissante du secteur privé au Ier millénaire (14). Selon G. van Driel, cela s’explique par le fait qu’il est plus avantageux pour le roi et pour les institutions de louer la terre plutôt que de l’exploiter directement: notamment car cela permet d’y impliquer plus de main d’œuvre, par un système pyramidal, les terres étant accordées à l’aristocratie militaire et à des entrepreneurs, qui reportent la taxe due au roi ou à l’institution sur leurs propres tenanciers. Ainsi, G. van Driel écrit que même si les institutions demeurent de grands producteurs, elles aussi « ont été conduites dans une économie orientée vers le marché : elles doivent échanger leurs produits contre de l’argent, davantage que pendant les époques précédentes » (15). Cette importance du secteur privé va dans le sens de l’existence d’un marché.

De manière plus précise, G. van Driel explique comment la taxation stimule le marché car les produits prélevés par le roi, par les institutions, et par les collecteurs locaux se retrouvent tous sur les marchés des villes, par les mêmes canaux. Le dossier d’Iddin-Marduk (16) illustre bien ce système. Cette « compagnie » se charge du transport de l’orge et des oignons vers Babylone. Pour cela, elle doit payer la taxe sur le transport, le kāru ša šarri, à un officier royal, sur le canal vers Babylone. La compagnie paye la taxe en nature.  Mais, comme l’officier doit en reverser le produit au roi en argent, il doit vendre les denrées prélevées. Or, le moyen le plus facile est de les revendre à ceux-là même qui s’occupent de leur commercialisation, la compagnie d’Iddin-Marduk.  Ainsi, dans les textes W, IM 54 et Nbn 268, Iddin-Marduk, Nūr-Sin ou ses associés reçoivent de l’orge et des oignons des personnes liées au bureau des taxes. G. van Driel considère que si Iddin-Marduk préfère garder les produits bruts et payer les taxes en argent, c’est qu’il est certain de trouver un débouché pour ses produits à Babylone. Donc, la taxe sur le transport prouve qu’il existe un marché des produits agricoles.

Enfin, G. van Driel montre, à travers l’étude de la taxation, que l’argent occupe une place de plus en plus importante dans l’économie. A l’échelle des individus, la majorité payent les taxes en nature, mais certains préfèrent verser de l’argent, par exemple au lieu d’accomplir leur service militaire. A l’échelle de la Mésopotamie, l’auteur observe qu’entre le début et la fin de la période achéménide, la qualité de l’argent augmente, on passe de 1/8ème à 1/10ème d’impuretés tolérées. G. van Driel écrit : « J’hésite à parler d’inflation, mais je le vois comme un signe que l’approvisionnement en argent est plus important, ce métal étant à l’origine une denrée parmi d’autres » (17).

Tout concourt donc à la même conclusion : la Mésopotamie a eu besoin de plus d’argent. L’auteur aboutit au même problème que dans la première partie de l’ouvrage : comment la Mésopotamie gagnait-elle cet argent, puisqu’elle-même ne produit pas ce métal? Comment a-t-elle pu fournir aux Perses, si l’on en croit Hérodote, 1000 talents d’argent par an ? Au terme de l’étude de G. van Driel, cette question demeure sans réponse, l’auteur écrit lui-même en conclusion « la question de l’approvisionnement en argent, dont le besoin a cru au cours de la période, est insoluble » (p. 318).

Situation dans l’historiographie

G. van Driel n’adopte jamais un ton polémique. Il ne fait pas référence aux débats historiographiques qui sous-tendent les travaux sur l’économie antique. Cependant, il est possible de le situer dans les courants historiographiques par une analyse de sa méthode, de ses conclusions et de la manière dont son livre a été reçu par la critique.

* * *

 L’originalité de l’ouvrage de G. van Driel tient en premier lieu à la méthode mise en œuvre, et au ton employé qui est l’un des traits distinctifs de cet auteur.

G. van Driel tient à fonder son étude sur les sources écrites, qui lui servent de matériau et de preuves, et qui dictent l’organisation de son travail. Tous ses chapitres commencent par une analyse détaillée de la terminologie, et chaque sous-partie se fonde sur un lot d’archives particulier. Ses conclusions sont chaque fois replacées dans leur contexte chronologique et géographique. Sans cesse, il fait remarquer les limites des sources. Il note les difficultés qu’il éprouve à définir certains termes aussi importants que « isqu » par exemple. Selon G. van Driel, la documentation n’est pas explicite et donne souvent peu d’indices sur son contexte. Il écrit « Nous dépendons de la documentation disponible, mais nous savons qu’elle est insuffisante » (p. 54), et il n’hésite pas à laisser certaines questions « pour le futur », par manque de matière. Ce scepticisme provient selon M. Jursa (18) de l’école hollandaise dont est issu G. van Driel, celle de son maître à Leyde, F.R. Kraus. Celui-ci aurait dit lors d’une communication en 1978 : « A la manière de danseurs au Bal des sorcières, qui ont conscience de tenir en main des balais de paille (sans pouvoir voler), les Assyriologues tentent obstinément d’insuffler de la vie aux textes et de reconstruire à partir des détails qu’ils contiennent les évènements auxquels ils se référaient autrefois, alors qu’ils tiennent des mots morts dans leurs mains » (19). Le courant historiographique représenté par F.R. Kraus est qualifié d’« humanisme libéral », par Morris and Manning (20), et il se caractérise par une méthode empirique et inductive. On la décèle dans les travaux de G. van Driel par sa prudence envers les généralisations.

En effet, cette démarche le conduit à exprimer les limites des modèles et des concepts traditionnels utilisés pour décrire l’économie antique. Dans la conclusion, il écrit qu’il est nécessaire de faire appel à des concepts tels que la réciprocité et la redistribution, le privé et l’institutionnel, la maisonnée et le patrimoine, mais il les qualifie d’étiquettes, utilisées par défaut pour élaborer un discours historique par essence toujours hésitant (21).  Cependant, ce refus de la théorisation se traduit aussi par un défaut de définition des termes employés. Les notions de marché et d’argent qui sont au cœur de l’ouvrage ne sont jamais explicitées, alors qu’elles sont polysémiques.

Certains historiens critiquent la méthode de G. van Driel. M. van de Mieroop la qualifie de « scepticisme extrême », dans un compte-rendu d’Elusive Siver paru en 2004. Pour cet auteur, G. van Driel se contente « d’expliquer les textes » alors que le rôle de l’historien est « d’expliquer les cultures » en proposant des théories (22). Pourtant, M. van de Mieroop écrit qu’avoir conscience des limites des sources est une qualité première de l’historien. Et G. van Driel ne s’en tient pas à une approche descriptive des textes. Avec beaucoup de précautions, il dresse des lignes générales, tente des quantifications approximatives ou partielles, se réfère à des modèles, tel que le Pälastgschaft de F.R. Kraus. Au cours de sa carrière, il ose de plus en plus proposer des hypothèses fondées sur des suppositions et non uniquement sur les informations tirées de la documentation.

Les idées qu’il défend permettent-elles de le situer dans la querelle qui a longtemps divisé les historiens de l’économie antique, entre « primitiviste » et « moderniste », ou bien G. van Driel contribue-t-il au dépassement actuel de ces débats ?

* * *

 En apparence, G. van Driel semble appartenir au courant historiographique «moderniste». Le vocabulaire qu’il emploie est très contemporain : il parle d’«entrepreneur» et de «capitalistes», de «cycle de croissance» et de «marché» de «cluster» et d’«entreprise». Cependant, G. van Driel prend en compte la critique selon laquelle ces termes modernes seraient impropres pour décrire les réalités antiques. Dans ses articles, il s’attache à les redéfinir pour les appliquer à la Mésopotamie. Par exemple, il  interroge  la notion d’« investissement », en montrant que la construction et l’ornement des temples, qui peuvent sembler être de pures dépenses, sont en réalité un investissement dans une société où le but de la vie humaine est de travailler pour les dieux (23). Dans un autre article, il redéfinit la notion d’« entrepreneur », en partant des définitions proposées par les dictionnaires contemporains, pour proposer un nouveau sens adaptée à la Mésopotamie (24) et définir une typologie (25).

Si G. van Driel n’adopte jamais une posture polémique, il lui arrive de faire référence à des concepts issus de l’historiographie de l’économie antique. Par exemple, l’un des fils directeurs de ses différents articles et de son ouvrage est de montrer que l’exploitation directe de la terre par le temple est moins avantageuse que la location à des propriétaires privés (26). Le concept de «Household» proposé par Finley, et l’idée d’autarcie qu’il véhicule est donc impropre pour décrire les institutions mésopotamiennes (27). Sans le citer, il fait également référence à la théorie institutionnaliste de K. Polanyi et au concept d’ «embeddness », c’est-à-dire d’encastrement de l’économique dans le politique et social par le moyen des institutions qui encadrent la société. G. van Driel ne nie pas que les institutions ont un pouvoir économique et politique majeur en Mésopotamie, mais il considère qu’elles n’ont pas la taille suffisante pour dominer la société dans son ensemble. Même à l’époque d’Ur III, écrit-il, « tout le monde n’avait pas une existence ‘encastrée’, l’existence de l’usure en est une preuve évidente » (28). Il défend ainsi l’idée qu’à l’échelle des institutions comme des individus, il existe une gestion consciente dans le but de faire des profits, même s’il écrit que les preuves sont difficiles à apporter (29).

La conception générale que G. van Driel se fait de la société mésopotamienne le place également dans le courant moderniste, car il participe à la critique des thèses primitivistes traditionnelles de la pensée de M. Finley. Selon ce courant historiographique, les sociétés anciennes, dans lesquelles l’agriculture est au centre des mentalités, sont marquées par la permanence et par la longue durée. G. van Driel montre que  même si l’agriculture est au fondement de l’économie, une étude sur la longue durée révèle des dynamiques. Selon L. Graslin (30), l’une des idées originales de G. van Driel est de concevoir l’économie mésopotamienne comme une économie cyclique, marquée par une succession de vagues alternant croissance et déclin. Cette impression repose sur les prospections de l’archéologue R. Mc Adams dans le sud de la Mésopotamie (31). Parallèlement, G. van Driel montre qu’au long des trois millénaires de son histoire, la Mésopotamie a connu une évolution de nature politique depuis les centres urbains locaux du IIIème millénaire jusqu’à la monarchie achéménide considérablement centralisée (32). La seconde originalité de G. van Driel est de considérer que le facteur premier des changements économiques n’est ni strictement économique, ni écologique, mais réside dans ces évolutions politiques.

Tous ces indices permettent de dire avec L. Graslin : « bien que G. van Driel ne revendique pas cette étiquette, l’image qu’il donne de l’économie néo-babylonienne conduit à le classer parmi les modernistes », mais qu’il « ne verse pas dans le modernisme excessif et souligne l’importance d’une vision globale de la société mésopotamienne ».

* * *

 Le tableau que G. van Driel fait de l’économie mésopotamienne est en réalité nuancé. Sa pensée a évolué avec le temps. En 1988, dans un article sur l’agriculture, il note que « la monnaie au sens actuel n’existe pas. Le marché a une portée limitée » (33). Mais parallèlement, il s’intéresse à l’étude des comportements économiques, aux notions de risque, de capital et d’investissement. Il met en lumière ces pratiques dans le domaine agricole, et montre par exemple comment se développent au premier millénaire les cultures spéculatives de dattes, orientées vers le marché, dont le moteur est la propriété privée (34). Finalement, dans Elusive Silver, il tend à réévaluer le rôle de l’argent et du marché, mais de manière toujours limitée (35).

C’est pourquoi son ouvrage a été critiqué par certains historiens.  Par exemple, M. van de Mieroop (36) remet en cause la thèse de G. van Driel selon laquelle le système des prébendes est un espace de l’économie que le marché n’a pas atteint. Il aurait sous-estimé le fait que les achats, les ventes et les locations de prébendes « introduisent des éléments de marché dans le système ». M. van de Mieroop insiste sur l’importance de l’argent dans le fonctionnement interne des institutions, à un niveau encore supérieur à G. van Driel.

G. van Driel montre dans son ouvrage, par une étude sur la longue durée, que l’économie mésopotamienne est complexe. Alors que les spécialistes du IIIème millénaire ont tendance à mettre en avant le rôle des institutions qui encadrent l’économie, G. van Driel démontre dans Elusive Silver qu’il existait déjà un marché et que l’argent était utilisé à cette époque. A l’inverse, à l’époque néo-babylonienne, pour laquelle les études insistent sur la présence de comportements économiques modernes, G. van Driel pense qu’une partie de la société, le secteur des prébendes, pouvait fonctionner sans argent, et insiste sur le caractère agraire de l’économie. Tout en faisant ainsi le lien entre les différentes périodes de l’histoire de la Mésopotamie, il insiste sur la spécificité de l’époque récente, où  le secteur privé, le marché, et l’argent, jouent un rôle sans précédent.

Débat

Nous pouvons soumettre au débat deux points soulevés par G. van Driel, en premier lieu, la question du marché. Selon G. van Driel, s’il existe bien un marché en Mésopotamie depuis le IIIème millénaire,  il n’existe pas de véritable « économie de marché ». Cette distinction se réfère peut-être à Karl Polanyi qui différencie les marchés anciens et le grand marché moderne (37). Les historiens actuels admettent cette distinction, Alain Bresson (38) par exemple distingue la société de marché d’aujourd’hui et l’économie à marchés d’autrefois, tout en soulignant les continuités entre les deux, à l’inverse de Polanyi qui les sépare radicalement. Il en découle une série de questions : comment définir le marché en Mésopotamie ? Les mécanismes y sont-ils différents de ceux des autres sociétés antiques, comme la Grèce des cités ou l’Empire Romain ? Quelle est l’importance relative des rapports marchands dans l’économie par rapport à la redistribution et à la réciprocité ? Comment fonctionnent ces rapports marchands dans une société agraire ? Et finalement, quelle est la place relative des institutions et du secteur privé dans l’économie, comment les deux entrent-ils en relation (39)? Certaines de ces pistes sont ouvertes par l’ouvrage de G. van Driel, notamment à travers la question moins théorique et plus concrète de l’argent.

G. van Driel ne se demande pas quelle est la proportion de métal en Mésopotamie, ni dans quelle mesure l’argent était utilisé pour les petites transactions. Il affirme que l’argent était présent dès le IIIème millénaire, et qu’il devient très courant au Ier millénaire. Le sens du titre « l’argent insaisissable » ne pose pas la question de la circulation de ce métal en Mésopotamie, mais de la manière par laquelle il arrive dans cette région. Comment l’argent est-il gagné par la Mésopotamie ? G. van Driel renonce à apporter une réponse définitive mais  propose deux méthodes, d’une part l’analogie avec d’autres époques, par exemple avec l’exportation de textiles par la Mésopotamie à l’époque paléo-assyrienne ; et d’autre part le recours à des modèles comme celui du Palastgeschäft de F.R. Kraus (40). La question reste ouverte.

***

 Elusive Silver présente donc un tableau complexe et évolutif de l’économie du Ier millénaire envisagée à partir du prisme des prébendes et de la taxation, et retrace les origines de ces structures dans l’histoire de la Mésopotamie. L’originalité de la démarche de G. van Driel est la manière dont elle est dictée par les sources et la façon dont il rappelle constamment leurs limites, par exemple l’absence des populations tribales qui représentaient une part importante de la société Mésopotamienne. La dédicace à Mr Casaubon est une mise en garde contre les théories explicatives générales. G. van Driel utilise lui-même, de plus en plus au cours de sa vie, les modèles, les concepts, les tentatives d’interprétation et les hypothèses. Mais il  note  toujours leur degré d’incertitude, et rappelle que chaque phénomène a un contexte, à l’intérieur d’une société « stratifiée et non uniforme ». L’étude des questions économiques conduit à explorer des terrains situés aux limites de nos connaissances, c’est pourquoi elles sont tant débattues.

NOTES

 (1) Selon M. van de Mieroop, l’épouse de G. van Driel a confirmé que son mari pensait bien au personnage de George Eliot lorsqu’il a écrit cette dédicace. Marc van de Mieroop, « Compte-rendu de Elusive Silver », in JESHO 47, 2, Leyden, 2004

(2) Govert van Driel, The Cult of Aššur, Van Gorcum, 1969

(3) G. van Driel, “Neo-Babylonian agriculture” BSAg 4, 1988, p.121-159, Berlin; “Neo-Babylonian agriculture, III, Cultivation” BSAg 5, 1990, p.219-266; “Wood, Trees and Timber in Mesopotamia, BSAg6, 1992, p.171-176; “Neo-Babylonian sheep and goat” BSAg 7, 1998, p.219-258

(4) Par exemple, l’article “The ‘Eanna archive’”, BiOr 55 (1998), p.59-79, dans lequel G. van Driel défend la thèse que ce ne sont pas des archives ‘vivantes’ détruites lors des troubles politiques de l’an II de Darius, mais des archives ‘mortes’, volontairement mises de côté lors d’un rangement visant à résoudre les problèmes administratifs du temple.

(5) G. van Driel, «Agricultural Entrepreneurs in Mesopotamia», H. Klengel – J. Renger (éds.), Landwirtschaft im Alten Orient, Berliner Beiträge zum Vorderen Orient, Bd. 18), D. Reiner, Berlin, p. 121-159 et «Capital Formation and Investment in an Institutional Context in Ancient Mesopotamia», in J.G. Dercksen (éd.), Trade and Finance in Ancient Mesopotamia. Proceedings of the 1st MOS Symposium, Leiden, December 19-20, 1997, (PIHANS, 84)

(6) Marc van de Mieroop, « Compte-rendu de Elusive Silver », in JESHO 47, 2, Leyden, 2004

(7) M.A. Dandamayev, « Compte-rendu de Elusive Silver », JAOS, vol.124, n°3, juillet-septembre 2004, p.588-590

(8) Raymond Descat, « Le marché dans l’économie grecque », in Revue de Synthèse, n°127, 2006, p.253-272

(9) « It is the question how to find a market for that are basically agricultural bulk products, which ultimately results in payments in silver, which itself had to be earn through foreign trade.», Elusive Silver p.I

(10)Elusive Silver p.34 “A prebend is defined here as a right to income deriving from the fulfilling of a function in the cult of the gods which involved contact with the divine and which was from the outset hereditary, or became so in the course of its development

(11) Elusive Silver p.126 “In the later prebendal system the main difference seem to have consisted in being a ‘ritualist’ which included certain craftsmen, or a ‘purveyor’, in which the type of task determined the degree of initiation and the manner of recompensation

(12) Elusive Silver p.97 “All features of the prebendal system conspire to keep outlines blurred

(13) Elusive Silver, p. 135 : G. van Driel fait une étude rapide des possibilités de location de prébendes, indiquée par le terme ana sūti ou ana ebūri. Ce type de contrat exige que le locataire paie une somme fixe au propriétaire, et ne contient pas d’arrangement concernant la fonction à remplir.

(14) Elusive Silver p.164 «To all probability the private sector had become much stronger than before and especially less subsistence oriented, even if such a statement is mainly based on impressions »

(15) Elusive Silver p.165 « Also the institutions were forced into a more market oriented economy : they had to exchange their produce for silver even more than was the case earlier on. »

(16) G. van Driel renvoie à l’étude de C. Wunsch, Die Urkunden des babylonischen Geschäftsmannes Iddin-Marduk, Zum Handel mit Naturalien im 6. Jahrhundert v. Chr. I und II, Groningen, 1993 ; pour le corpus complet de ces textes.

(17) Elusive Silver, p.159, note 9 « I would hesitate calling this inflation but prefer regarding it as a sign that the supply of silver has increased, silver being still primarily one commodity amongst others” Il note que ces chiffres sont établis à partir des prix de compte et non des prix du marché. P. 160, G. van Driel cite les travaux de A.L. Stolsky, La Bourse de Babylone, 1997, p.50, qui démontre que les prix du marché sont toujours plus hauts que les prix de compte.

(18) M. Jursa, Aspects of the Economic History of Babylonia in the First Millenium BC, Economic Geography, Economic Mentalities, Agriculture, the Use of Money and the Problem of Economic Growth, Münster, Ugarit-Verlag, 2010, partie “Introduction et historiographie”.

(19) “Wie den Tänzert auf dem Hexenball, die ernüchtert Besenstiele mit Strohwischen im Arme halten, ergeht es den Assyriologen bie ihren hartnäckigen Versuchen, den Texten Leben einzublasen, aus den aufgezeichneten Details die Zustände und Vorgänge zu rekonstruieren, auf die sie einmal bezogen haben: sir halten tote Wörter in Händen.” in F. R. Kraus, « Der ‘Palast’, Produzent und Unternehmer im Königreiche Babylon nach Hammurabi (ca. 1750-1600 v. Chr.) » in E. Lipinski, State and Temple Economy in the Ancient Near East II, Louvain, 1979, p.423-424

(20) I. Morris and J. G. Manning, The ancient economy, evidences and models, Standford University Press, 2004

(21) Elusive Silver p.326 “For the details we must study the written documentation with its varying backgrounds, which presents itself to us, at least for the moment, in very period-specific guises, for which we are inadequately equipped, and which require the invention of concepts such as reciprocity and redistribution, private or institutional, household, patrimonial and patriarchal, and more, in various combination in an attempt at comprehension. In reality all such props and stickers are part of a continuous groping, especially if the written word is studied, in which at least a part of the population, the non-sedentary and the tribal element, which is not necessity the same, hardly figure”.

(22) « To me the aim of our work is to put forward tentative theories that explain the cultures, rather than the texts, we study. », Marc van de Mieroop, Review, JESHO, vol.47, n°2, 2004, p.261-264,

(23) G. van Driel “Capital formation and investment in an Institutional Context in Mesopotamia”, in J.G. Dercksen (éd.), Trade and finance in Ancient Mesopotamia, Proceeding of the 1st MOS Symposium, Leiden, 1997 (PIHANS, 84)

(24) G. van Driel, “Agricultural Entrepreneurs in Mesopotamia », H Klengel, J. Renger (éds), Landwirtschaft im Alten Orient, Berliner Beiträge zum Vorderen Orient, Bd. 18), D. Reiner, Berlin, p.121-159. Définition proposée pour “entrepreneur”: “quelqu’un qui n’appartient pas à la hiérarchie institutionnelle et qui, volontairement, accepte la position de gestionnaire agricole sans devenir membre de l’institution dans laquelle il agit » ou « quelqu’un qui, sans devenir un officier, accompli des tâches pour l’institution à laquelle il appartient qui ne font pas partie des devoirs attachés à sa fonction habituelle ».

(25) Typologie des entrepreneurs: 1) les fermiers rentiers de l’institution qui louent des terres au temple en échange d’une partie de la récolte, 2) les exploitants assignés par une autre personne à une terre contre un service ou un paiement, 3) les entrepreneurs qui louent une terre appartenant à une propriété plus large appartenant à un haut officier ou à un membre de la famille royale.

(26) Par exemple, dans son article “The Murašu in context », JESHO, 32, 1989, p.203-229, il défend contre Stolper l’idée que l’arrêt des archives est lié à leur mise de côté pour obsolescence et non à une décision royale de faire passer leurs terres sous exploitation directe (car elle n’est pas considérée comme étant avantageuse).

(27) Selon G. van Driel, “Neo-Babylonian agriculture”, BSAg 4, 1988, p. 121-159 : l’implication d’entrepreneurs extérieurs est moins un signe de force de l’institution qu’un signe de faiblesse car cela signifie qu’elle n’est pas capable de réaliser la meilleure exploitation possible avec ses propres moyens internes.

(28) Elusive Silver p.23, “Not everybody led an « embedded existence ». The occurrence of usury is an obvious indicator of that fact”. Voir aussi cette réflexion de l’auteur à propos de l’économie redistributive de l’époque d’Ur III, p. 163 : « Les travailleurs sont la propriété de l’institution et reçoivent une maigre subsistance. C’est une relation servile au gouvernement. (…) Il est difficile de voir les institutions paléo-mésopotamiennes comme un exemple de ce qui pourrait être un idéal social ».

(29) G. van Driel, “Agricultural Entrepreneurs in Mesopotamia » : « Bien que je ne trouve aucune difficulté à accepter que le désir de profit était présent en Mésopotamie, il est difficile d’en apporter les preuves, en particulier concernant les institutions »

(30) Laëtitia Graslin-Thomé, Les échanges à longue distance en Mésopotamie au Ier millénaire, une approche économique, Paris, 2003, p.127-129

(31) Voir la conclusion de G. van Driel in “Capital formation and investment in an Institutional Context in Mesopotamia”

(32) G. van Driel propose que la société mésopotamienne ait été organisée selon quatre niveaux définis dans l’introduction: 1 – les grandes capitales en croissance 2 – les centres religieux secondaires avec leur clergé rémunéré 3 – les localités où sont prélevées les taxes 4 – les simples villages agricoles.

(33) G. van Driel, « Neo-abylonian agriculture », BSAg 4, 1988, p.121-159

(34) G. van Driel “Neo-Babylonian Agriculture III, Cultivation” BSAg 6, 1992, p.219-266

(35) Elusive Silver p.272 : dans la société Mésopotamienne, « les paiements en argent ne sont pas une règle absolue »

(36) Marc van de Mieroop, Compte-rendu de Elusive Silver, in JESHO 47,2, Leiden, 2004, p.261

(37) Jérôme Maucourant “Karl Polanyi, les marchés et le marché » in Colloque, K. Polanyi et le Marché, Nanterre, 2002 (en ligne)

(38) A. Bresson, « Polanyi, le marché et les économies d’avant le capitalisme » in colloque K. Polanyi, Itinéraires.

(39) Pour répondre à ces questions, l’historiographie actuelle de l’économie antique s’oriente vers plusieurs démarches :

– Historiciser le concept de marché afin d’en montrer la spécificité pour chaque société

– Penser les marchés de manière segmentée, en plusieurs espaces ou échelle (locale, internationale), et voir comment elles entrent en relation.

– Faire appel à la comparaison, comme P. Bang qui analyse les marchés de l’Empire romain à la lumière du concept de « bazaar » utilisé par les anthropologues pour décrire les villes marocaines. (P. F. Bang, The Roman Bazaar : A Comparative Study of Trade and Markets in a Tributary Empire, Cambridge, 2008)

– Etudier la circulation des produits à l’échelle du monde antique (histoire connectée). Par ex : Horden and Purcell, The corrupting Sea, a Study of Mediterranean History, 2002

(40) F.R. Kraus, « « Der Palast », Produzent und Unternehmer im Königreiche Babylon nach Hammurabi » in Lipinski, State and Temple Economy in the Ancient Near East II, Louvain, 1979, p.423-424