Tous les articles par Francis JOANNÈS

Lecture de M. Hudson et M. Van De Mieroop (éds.), Debt and Economic Renewal in the Ancient Near East, 2002, Bethesda

Ce livre de 355 pages[1] est le fruit d’un colloque tenu à Columbia University en novembre 1998, et se présente comme le troisième volume d’une série[2] placée sous le double patronage de l’Institute for the Study of Long-term Economic Trends et l’International Scholars Conference on Ancient Near Eastern Economies. Il comporte deux longues introductions méthodologiques, par les éditeurs du volume, suivies de la présentation, par des spécialistes, des caractéristiques propres à chaque grande période de la civilisation mésopotamienne pour tout ce qui regarde le phénomène du prêt à intérêt et de ses conséquences socio-économiques dans l’Orient ancien. Le champ couvert est essentiellement celui de l’Orient cunéiforme, mais deux communications, en fin de volume, apportent le témoignage instructif de la situation égyptienne.

     Pour Michael Hudson («Reconstructing the Origins of Interest-Bearing Debt and the Logic of Clean Slates», p. 7-58), la pratique du prêt à intérêt, apparue à l’âge du bronze en Mésopotamie, reste mal connue, car trop souvent interprétée selon des critères économiques modernes ou des parallèles anthropologiques contemporains. La principale question qui se pose selon M. Hudson est de savoir si la mise en place du prêt et de l’intérêt se fit d’abord dans l’économie administrée des grands organismes ou si elle fut le produit de relations économiques privées. Pour y répondre, l’auteur souligne des caractères qu’il considère comme fondamentaux: 1) Le prêt est standardisé et dépersonnalisé. 2) Il entraîne des changements profonds dans la répartition des moyens de subsistance. 3) Il suppose un calcul et une formalisation qui sont le reflet des pratiques des grands organismes. Quel type de problème peut, d’ailleurs, avoir été résolu par le système même de l’intérêt? M. Hudson reprend l’approche de Saint Thomas d’Aquin, selon qui l’intérêt est le coût du temps écoulé entre la mise à disposition du capital et son remboursement. Or, le système de standardisation et de correspondances mis en place par les grands organismes mésopotamiens dans leur gestion administrative a permis d’établir des équivalences de valeur entre divers systèmes de mesure, dont celle du temps, tous basés sur le système sexagésimal. Ce qui a dès lors déterminé le taux de l’intérêt n’est pas le rapport économique entre l’offre et la demande, mais la convertibilité en système sexagésimal et en fraction de 60. Un intérêt de 20% annuel, qui est la norme en Mésopotamie, est l’équivalent d’un rapport de 12/60 qui est établi à partir d’une fraction 1/60 répétée chaque mois de l’année. Les intérêts «chargés» par les institutions reflèteraient ainsi non pas l’état du marché mais leurs pratiques comptables: de fait, leur économie est suffisamment encadrée pour que les prix et les taux restent stables sur de très longues périodes. Selon M. Hudson, la «technicité» économique introduite par ces grands organismes a fait passer la société mésopotamienne du stade de la «réciprocité anthropologique» à celui des relations économiques dépersonnalisées: c’est la marque propre du prêt à intérêt qui fut appliqué d’abord aux entrepreneurs commerciaux écoulant la production des grands organismes. L’économie administrée par les grands organismes aboutit à ce que de manière stable et continue, les biens et les services furent vendus, le travail loué et l’argent prêté, selon un système normalisé. Le progrès économique est donc né d’une prospérité contrôlée et stabilisée et non d’un jeu sur les déséquilibres de l’offre et de la demande. S’appuyant sur le modèle polanyien de l’économie redistributive M. Hudson postule un aspect mixte (mélange agriculture / artisanat / services) de l’économie dès le début, mais place l’origine du prêt à intérêt dans la sphère commerciale. Les grands organismes, générateurs de standardisation, produisirent pour commercialiser leurs surplus une conversion en argent et de là la possibilité de calculer intérêt et durée de prêt. En fait, peu de prêts jouaient un rôle direct dans le processus de production car l’investissement s’y faisait en général avec des fonds propres. M. Hudson exclut donc les théories comme celle d’Heichelheim montrant les riches propriétaires utilisant les pauvres pour investir avec un retour sur investissement soigneusement calculé. Il maintient l’origine institutionnelle du prêt à intérêt, avec cette différence par rapport aux temps modernes que les grands organismes mésopotamiens y sont créditeurs et non débiteurs. À la différence des dettes commerciales, qui mettaient les deux parties à égalité, l’usure rurale, qui se développe à partir de la fin du IIIe millénaire av. J.-C. est génératrice de désordre social. Mais elle est plutôt un effet pervers non prévu d’un système destiné au départ à autre chose. Cet effet pervers fut combattu par le recours aux édits royaux d’andurārum, mais ceux-ci ne remettaient pas en cause le principe même des prêts à intérêt: ils combattaient le prêt de nécessité, pas le prêt productif. Constatant l’absence de véritable prêt à intérêt en Égypte ou chez les Hittites, M. Hudson postule, pour finir, que c’est bien la Mésopotamie qui est la région d’origine du prêt à intérêt qui se serait ensuite diffusé vers l’Ouest: cette pratique n’est donc pas le produit d’un mécanisme économique désincarné mais un phénomène historique localisable, même si la diffusion eut lieu assez vite, comme le montre le cas d’Ebla.

     C’est une approche qui apparaît d’abord très différente que propose Marc Van De Mieroop («A History of Near Eastern Debt?», p. 59-94) dans la présentation synthétique qu’il fait des archives cunéiformes documentant la dette. Il place clairement l’origine du prêt à intérêt dans la sphère productive et dans les relations individuelles et préfère mettre l’accent sur un intérêt «normal» de 33% dans les prêts en nature dont il trouve l’origine aux périodes Dynastique archaïque et akkadienne (26ème-24ème siècle). À ce moment, ce sont les arriérés de redevance qui furent considérés comme un «prêt» et celui-ci fut susceptible de produire un intérêt. L’idée de «charger un intérêt» sur une quantité prêtée, serait venue du fait, qu’en prêtant de l’orge ou de l’argent, on «loue» une possibilité d’enrichissement. L’intérêt serait donc le loyer de cette potentialité. Et de même qu’on verse une redevance d’un tiers de la récolte pour la mise en culture d’un champ, on verse un intérêt d’un tiers pour l’utilisation d’argent ou de grain[3]. À la différence de M. Hudson, M. Van De Mieroop place donc l’origine du prêt dans la sphère de production, plus que dans celle du commerce. Il retrouve le même système d’arriérés considérés comme des prêts à Ebla (24ème siècle). À la fin du IIIème millénaire, sous la IIIème dynastie d’Ur, on observe effectivement en Mésopotamie une prédominance des institutions. Y a-t-il alors place pour un crédit privé? Comme P. Steinkeller, M. Van De Mieroop constate des différences régionales et pense que le prêt sert surtout à passer un contrat de travail ou à avancer de l’argent ou du grain pour obtenir du travail. La période paléo-babylonienne est sans doute la plus riche en documents sur le crédit. On peut distinguer plusieurs sortes de prêts à cette époque, consentis majoritairement par les gens de la classe entrepreneuriale urbaine:

  • · les prêts de consommation censés permettre au débiteur de survivre
  • · les prêts antichrétiques pour obtenir du travail
  • · les prêts d’investissement à des marchands
  • · les prêts de sociabilité pour aider des proches

Ce qui caractérise les périodes néo-babylonienne et babylonienne tardive ets l’emploi d’un terme spécifique, celui d’u’iltu qui désigne une sorte«d’engagement»: pour effectuer un service, un paiement, etc. Pour la partie septentrionale de la Mésopotamie, M. Van De Mieroop distingue la documentation de la période paléo-assyrienne, surtout le commerce avec Kanish, qui a été bien analysé, reposant sur l’idée du working capital sous forme de naruqqum. Pour la Syrie du début du IIe millénaire, à cause de la domination de l’économie palatiale, il y a peu de traces de prêts, sauf pour obtenir du travail de la part du palais. Si à la période néo-assyrienne, on a toujours une sur-représentation de la sphère palatiale dans l’économie, la pratique du prêt apparaît très répandue, pour les usages les plus divers, avec cette particularité que toutes les classes sociales le pratiquent, même le roi Sargon II, quand il construit sa nouvelle capitale. En somme, c’est dans l’agriculture et le commerce que le crédit jouait le plus grand rôle. M. Van De Mieroop corrige dans sa conclusion certains des aspects les plus antithétiques par rapport à l’argumentation de M. Hudson, en revenant sur la gestion économique des grands organismes, qui, supporte des contraintes parallèles à celles de la sphère privée, que résout la pratique du prêt à intérêt:

  • · la mise en fermage d’une partie des domaines fonciers entraîne l’obligation de consentir des versements de redevance en retard. Ces «non-versements» deviennent des prêts
  • · le produit de ces grands domaines était gigantesque mais les institutions avaient toujours besoin d’argent, d’où le recours à une commercialisation fondée sur le crédit fait aux entrepreneurs.
  • · il y avait en fait peu de travailleurs disponibles, d’où le recours au crédit comme moyen de se les réserver.

Au centre du système se trouve donc toujours le «marchand» ou l’«entrepreneur», qui agit à la fois comme intermédiaire entre grands organismes et dépendants et comme délégué dans le commerce international: il transforme l’orge en argent et l’argent en produits exotiques. Son activité est impossible sans crédit du fait du délai dans le temps et dans l’espace.

     Après ces deux synthèses préliminaires, les intervenants du colloque ont présenté des aspects plus spécifiques: Alfonso Archi (« »Debt » in an Archaic Palatial Economy: The Evidence from Ebla», p. 95-108), établit que, dès Ebla, on trouve le mot akkadien hubullum («dette») dans une liste lexicale. L’idéogramme sumérien comporte le signe ŠE «orge» qui montre qu’on est dans le cadre d’une société agraire. Mais la production agricole était pour l’essentiel administrée directement par le palais et la production artisanale était écoulée par les canaux du don et de la redistribution. Dès lors, quelle place reste-t-il pour le crédit? Un cas au moins de «dette» réelle est connu (TM.76.G.749). Mais le terme ŠE-SAG×HA-mul, qui signifie «dette», «chose due», peut aussi simplement désigner des produits non encore perçus ou laissés à la disposition des propriétaires. D’où la présence, comme «débiteurs» de personnes de la famille royale.

     Pour Piotr Steinkeller («Money-Lending Practices in Ur III Babylonia: The Issue of Economic Motivation», p. 109-137), le prêt à intérêt dépend essentiellement de l’environnement socio-économique dans lequel il opère. Son usage est à mettre en relation avec un marché — existant ou non — du travail libre. P. Steinkeller note que l’usage du prêt pour s’assurer les services d’un individu, voire de sa terre, est un phénomène répandu dans plusieurs sociétés agraires, dont certaines de l’actuel Tiers Monde. Appliqué à la Mésopotamie antique, ce postulat entraîne le fait que l‘intérêt n’a pas de véritable valeur économique, mais est l’instrument d’une sujétion, ce qui met quelqu’un dans la dépendance de quelqu’un d’autre. Cela n’exclut naturellement pas — dans la sphère commerciale — l’usage de prêt à intérêt avec la recherche d’un profit véritable. P. Steinkeller illustre ces réflexions par l’exemple de l’État d’Ur III. La société d’Ur III comprenait une vaste masse de dépendants gérés économiquement soit directement par l’État (structures militaires) soit par les administrations locales des ensi. En l’absence d’un secteur «privé» de la terre agricole, le recours à des opérations de crédit n’était que peu pertinent dans la sphère de la production agricole. Ce tableau, valable à Umma et à Lagaš, où les temples sont puissants, s’applique moins bien à la situation de Nippur ou de la Babylonie centrale, où la part des temples dans la propriété foncière était moins développée. De même pour la Babylonie septentrionale, où l’on constate une obligation pour les détenteurs de terres-šuku de les gérer eux-mêmes. Cela a permis le développement de certains entrepreneurs qui utilisent le système du prêt pour augmenter la quantité de terres (gages antichrétiques) qu’ils cultivent et disposer de la force de travail de leurs débiteurs. P. Steinkeller termine par une mise en relation entre Ur III et la période paléo-babylonienne. La situation dramatique des débiteurs de cette dernière période est l’aboutissement d’un processus qui démarra sous la dynastie d’Ur III. Le système de l’intérêt perçu sous forme de travail dépendant n’en était alors qu’à ses débuts sans que ses conséquences ultimes fussent visibles: il n’y a donc pas de mesure royale d’annulation des dettes à l’époque d’Ur III. Par contre, la situation d’Ur III reproduit à peu près celle, bien antérieure, de la basse Mésopotamie pré- et sargonique, avec deux zones, l’une au sud sans recours au crédit individuel car l’économie est dominée par les temples, et l’autre au nord où se fait sentir une plus grande influence de l’économie royale, avec le développement d’une tradition aboutissant aux pratiques des prêteurs d’argent privés du temps d’Ur III.

     C’est aux édits royaux d’annulation des dettes que s’intéressse particulièrement Johannes Renger («Royal Edicts of the Old Babylonian Period – Structural Background», p. 139-162). Ces édits sont un phénomène propre à la période paléo-babylonienne car liés à un nouveau type d’action royale. Auparavant, le système économique était fondamentalement analogue à celui de l’oikos weberien. Ce type de household vit en quasi autarcie et ses membres sont entretenus par un système redistributif. Un net changement s’observe à l’époque paléo-babylonienne où l’on passe à un système «tributaire»: une large proportion de l’activité économique est déléguée par les grands organismes à des tenanciers privés ou à des entrepreneurs. À l’époque paléo-babylonienne, le palais s’était retiré de la gestion directe des activités économiques pour les confier à des entrepreneurs qui devenaient ses débiteurs ou faisaient peser sur les petits producteurs une pression qui les acculait à l’endettement. On peut ainsi dresser une liste des régions dans lesquelles sont intervenues ce type de mesures: à Isin (édits d’Išme-Dagan, Lipit-Ištar, Ur-Ninurta, Irra-imitti, Enlil-bani), à Larsa (pas de formules d’édits conservés mais on y fait référence dans les contrats), à Babylone (les décrets royaux «établissant la justice» comportent des cérémonies symboliques au cours desquellles le roi brandit publiquement une torche purificatrice ou son sceptre de justicier). Quelles qu’en soient les causes, partout la situation à corriger était celle d’un transfert forcé de propriété dû à des dettes non remboursables. Après 1595 semble-t-il, on n’observe plus de décret de rémission, mais des donations royales et des franchises, en Assyrie et en Babylonie. J. Renger rejoint la conclusion de P. Steinkeller: la «privatisation» qui intervient dans la phase de transition entre l’«oikos-economy» d’Ur III et l’économie «tributaire» et «entrepreneuriale» paléo-babylonienne se développa d’abord en Babylonie du nord et du centre (i.e. Babylone et Isin) avant de s’appliquer dans le sud (Larsa). La raison principale est peut-être le mode différent de propriété foncière, avec plus de propriété privée au nord. La plupart des gens étaient sortis du système des households: il fallait désormais une intervention personnelle du roi envers ses sujets pris individuellement.

     Marc van de Mieroop («Credit as a Facilitator of Exchange in Old Babylonian Mesopotamia», p. 163-174) s’attache à la mise en évidence de la fonction économique du système du prêt, la formulation juridique des document de prêt (loan document) ayant elle-même été beaucoup étudiée par les historiens du Droit. Le prêt à intérêt correspond à des transactions plus variées que la simple avance de biens agricoles ou d’argent. C’est l’un des types de contrats utilisés pour les transferts de biens, avec une variable temps: il sert à l’échange des produits dans une économie où le marché joue un rôle restreint. Il est dès lors normal qu’il soit bien attesté du côté des grands organismes pour qui le «prêt» est un moyen de gestion de leurs ressources, essentiellement agricoles. Leur gestion débouche en effet sur la constitution de stocks au-delà des besoins, à convertir en argent: on utilise alors des «entrepreneurs». Ceux-ci interviennent comme interface à la fois entre producteurs et grands organismes, et entre grands organismes et consommateurs. Le même système existait pour la perception des taxes; c’est le classique système de «ferme des impôts». Mais la situation pouvait se compliquer lorsque le palais mettait à la disposition des entrepreneurs des produits dus comme arriérés de taxes par l’un de ses dépendants, puis procédait à une annulation des dettes d’impôts; il fallait dégager aussi le marchand de son débit envers le palais (§ 11 de l’Édit d’Ammiṣaduqa).

     Carlo Zaccagnini («Debt and Debt Remission at Nuzi», p. 175-195) présente les données de Nuzi: on y trouve une quantité importante de sources, dont il serait intéressant de tracer la courbe de répartition chronologique, car les archives les plus récentes ne sont pas seulement constituées de dettes non encore payées. Certains textes attestent des paiements aussi à la période finale de l’histoire de Nuzi. C. Zaccagnini postule donc un état général de difficulté à honorer les créances, et un probable accroissement de l’endettement. La majorité des prêts sont des prêts de soudure. Ni palais ni temple ne paraissent intervenir comme créditeurs. Le palais est cependant impliqué dans les investissements du commerce à longue distance. Mais il n’y a pas de rapport entre les deux sphères économiques, celle du prêt à intérêt et celle du commerce à longue distance. Il peut y avoir un intérêt seulement moratoire, ou courant dès le début. La plupart du temps, cet intérêt est de 50%. Le remboursement a pratiquement toujours lieu «après la récolte». L’ensemble du corpus (textes comportant les termes hubullu, tidennûtu et mârûtu) évoque une situation difficile pour la petite paysannerie, toujours à la limite de subsistance et dont on récupère, par les gages ou l’adoption, une partie de la force de travail. D’un autre côté, les «édits-šādûtu» ne sont pas l’équivalent des actes de mīšarum paléo-babyloniens. Il s’agit plutôt de proclamations qui ont surtout pour but de régler des aspects de l’économie palatiale, de même que les actes d’andurāru (ou son équivalent hourrite kirenzi): leurs occurrences montrent leur non-application dans la sphère des relations privées. Dès lors, le fait à retenir est celui d’une société rurale en crise, dont la fin était inéluctable, mais fut accélérée par la destruction de Nuzi par les Assyriens ou les Babyloniens.

     Michael Jursa («Debts and Indebtedness in the Neo-Babylonian Period: Evidence from the Institutional Archives», p. 197-220) cherche à relier le processus prêt-emprunt au contexte des relations sociales. Le document de base de cette époque est l’u’iltu, c’est à dire la reconnaissance de dette (promissory note), qui ne renvoit pas forcément à un emprunt, mais souligne l’obligation d’un paiement ou d’un service à effectuer. Le taux d’intérêt est de 20% annuel en argent, calculé sur une base mensuelle. Il n’y a pas de trace explicite d’intérêts composés. Certains prêts en argent à rembourser en grain sont en fait des pré-achats. Par ailleurs, la présence de très nombreuses reconnaissances de dette dans les archives des créanciers ne signifie pas forcément qu’il s’agit d’impayés («bad debts»). Il peut aussi s’agir de «rentes», soit des versements réguliers d’intérêt sur une longue durée («outstandig loans»). Quelques études de cas montrent l’importance de l’étude archivistique, comme le cas de Bêl-rêmanni à Sippar, qui emprunte, au titre de šapîru des brasseurs, parce que les entrepôts du temple ne lui fournissent pas l’orge à temps. Ses collègues l’aident dans ce cas mais pas exclusivement: il a alors aussi recours à des prêteurs privés. On trouve quelques exemples de prêts des temples, mais beaucoup moins qu’à l’époque paléo-babylonienne. Pour l’Ebabbar de Sippar, 1/3 des textes datent des années 10 à 12 du règne de Nabonide. Or, on sait qu’il y eut une famine en l’an 11. Le personnel au service direct de l’Ebabbar était protégé par le système redistributif des rations. Mais ceux qui travaillaient comme tenanciers extérieurs du temple furent obligés de souscrire des emergency loans. Selon M. Jursa, cette timidité d’action du sanctuaire est due au fait que le temple néo-babylonien avait une position plus délicate et moins solide économiquement que le temple paléo-babylonien. Y a-t-il un endettement «systématique» à l’époque néo-babylonienne? Le grand nombre de reconnaissances de dette n’est pas forcément un bon indice. Il faudrait plutôt se demander si, dans l’organisation économique générale, des éléments pointent vers des déséquilibres permanents. Par exemple, les rentes très élevées demandées par les temples aux entrepreneurs. Quand on regarde le cas des archives des Murašû de Nippur à la fin du 5e siècle, on a deux explications: selon M. Stolper, la pression sur les détenteurs de bît qašti s’est spectaculairement accrue au moment de la crise de succession qui a suivi la mort d’Artaxerxès Ier. Selon G. van Driel, par contre, les dettes ne seraient que des documents périmés, rendus caducs par une abolition générale des dettes ordonnée par le nouveau souverain. Malgré l’aspect anachronique de ctte mesure pour l’époque, M. Jursa suggère qu’il a pu effectivement s’agir d’une remise des dettes dues à la Couronne ou à ses agents. Cela se rapprocherait alors des mesures néo-assyriennes de kidinnûtu et d’andurāru. On trouve d’ailleurs d’autres parallèles possibles, comme une inscription du roi Nériglissar qui aurait «établi la mīšaru dans le pays», ou un texte scolaire inédit du British Museum mentionnant à la fois mīšaru et andurāru.

     Cornelia Wunsch, («Debt, Interest, Pledge and Forfeiture in the Neo-Babylonian and Early Achaemenid Period: The Evidence from Private Archives», p. 221-256) apporte le témoignage des archives privées des époques néo-babylonienne – début achéménide. Elle expose d’abord le problème de la variété des opérations qui se présentent, formellement, comme des prêts. Seule l’approche archivistique peut éclairer le contexte. En effet, le formulaire de l’u’iltu indique essentiellement une obligation financière de quelqu’un envers quelqu’un d’autre et peut rendre compte d’une multitude de situations. C. Wunsch cite ainsi quatorze cas différents ayant donné lieu à la rédaction d’une u’iltu. On sait qu’un prêt pouvait aussi donner lieu à la prise d’un gage antichrétique. Mais la plupart de ces gages n’étaient pas forcément — en ce qui concerne la valeur — en rapport avec l’importance du prêt. On pourrait aussi penser que le système des gages, sûretés, etc., liés aux emprunts, permettait à des entrepreneurs de se trouver en position de propriétaire foncier alors que la structure socio-économique et culturelle interdisait le transfert de biens de ce type. Une dette n’était pas éteinte par la mort du débiteur. Les héritiers pouvaient cependant refuser un héritage. Le débiteur insolvable payait par son travail ou par un séjour en prison. Certains s’enfuient et ce sont alors leurs garants qui sont invoqués. On constate cependant que les conséquences extrêmes (réduction en esclavage) sont évitées, et que certains banqueroutiers réapparaissent dans le monde des affaires. C. Wunsch évoque ensuite elle aussi la question d’une rémission des dettes à l’époque néo-babylonienne. et signale que pendant la période fin Cambyse / Bardiya, les archives des Egibi présentent des échanges de terres et des contrats de dépôt, type de transactions inhabituelles en une telle densité. Les Egibi ont pu souffrir d’un manque temporaire de liquidités, qui les aurait conduits à privilégier les contrats d’échange. Mais C. Wunsch pense surtout que les liens avec la Cour permirent à Itti-Marduk-balâṭu de prévoir des interventions du type «rémission des dettes» et de prendre ses précautions. Quelles étaient, enfin, les causes de l’endettement à cette époque? On trouve des prêts de nécessité aux exploitants affamés. Dans le secteur urbain, l’accès aux activités commerciales se faisait par un recours au crédit, mais à des conditions évidemment plus favorables, car ce type de crédit fournissait des ressources et un réseau de relations.

     Edward Bleiberg («Loans, Credit and Interest in Ancient Egypt», p. 257-276) montre que la documentation sur les prêts et le crédit ne devient abondante en Égypte qu’à partir du Nouvel Empire (1569-1076), même si la pratique de la mutualisation des ressources est présente dès la 6e dynastie (24e siècle). Jusqu’à la 26e dynastie, le système exprime un fonctionnement solidaire; puis on passa à la perception des intérêts. Auparavant fonctionnait le principe d’une aide mutuelle, inclue dans la notion de maat: les riches devaient assistance aux plus démunis par le biais des prêts et des dons. Le prêt de grain était alors un acte de solidarité. On est typiquement dans une économie redistributive. Mais à partir d’un certain moment, l’État assume la responsabilité de ce genre de prêts et ce sont ses agents qui se glorifient alors de pratiquer leur tâche de manière conforme à la maat. Selon E. Bleiberg, les relations privées s’appuient sur la réciprocité, et le fonctionnement institutionnel sur la redistribution. La notion de «prêt de grain» est large et peut couvrir en réalité d’autres produits. Par ailleurs, une étude de B. Menu a montré que pour l’essentiel les pratiques du crédit reposaient sur l’oral, le serment, et la présence de témoins. Selon E. Bleiberg, cette suprématie de l’oral est typique des communautés à forte solidarité sociale.

     Si l’on passe au Nouvel Empire, on trouve deux modèles explicatifs, celui de Janssen, basé sur la notion de réciprocité et celui de B. Menu, qui analyse la structure juridique qui constitue la base de ce qui est véritablement des prêts. Dans tous les cas, on constate l’absence d’une perception d’intérêts. Cependant, il n’existe en vérité aucun terme signifiant clairement «prêt». Le corpus le plus clair est celui de Deir el-Medineh: la structure sociale y est assez diversifiée pour que les prêts soient en rapport avec la situation de chacun. On y identifie les prêts de sociabilité, sans obligations réellement contraignantes , mais on trouve aussi des prêts plus contraignants avec serment d’engagement de remboursement. Selon E. Bleiberg, c’est en fait le rapport plus ou moins proche de statut social qui gouvernait le recours au crédit ou à la dette.

     Pour finir, Ogden Goelet («Fiscal Renewal in Ancient Egypt: Its Language, Symbols, and Metaphors», p. 277-326) pose la question de savoir s’il a pu exister une pratique d’amnistie fiscale en Egypte. Sans doute pas. mais la notion de «remise à plat» des dettes sur ordre officiel peut se rencontrer. Cependant, il est exclu de trouver un parallèle réel entre les pratiques d’époque ptolémaïque (cf. pierre de Rosette) et l’Egypte pharaonique. Tout ce que l’on trouve est une garantie d’asylie économique donnée aux temples par le pouvoir contre les empiètements de ses propres agents. Le pharaon Bocchoris/Bakenrenef de la 24e dynastie aurait décrété que l’intérêt d’une dette ne pouvait dépasser le double du capital investi et aurait interdit l’esclavage pour dette. Il apparaît cependant sûr que les choses ont changé entre la 24e dynastie et la période de la première domination perse en Egypte. Cela est-il dû à l’ouverture vers un commerce international méditerranéen accru? Selon O. Goelet, la notion d’intérêt n’existait pas vraiment dans l’Egypte pharaonique si ce n’est comme pénalité pour dépassement de l’échéance. Par ailleurs, ce qui est appelé «réforme fiscale» sous les 18e et 20e dynastie n’est souvent qu’une exemption vis à vis de l’État de charges qui sont transférées au bénéfice de la divinité principale d’un sanctuaire. L’appréciation du phénomène de rémission des dettes passe par l’étude sémantique de la notion d’éternité et de tradition: on privilégie en Egypte la permanence et la stabilité, d’où la notion de «cycle» renouvelé. Par exemple, le pharaon Akhenaton édifie une nouvelle capitale sur un emplacement neuf, qui ne lèse aucune divinité. Cependant, il réorganise partiellement l’économie pour dériver une partie des revenus des autres dieux vers Aton. Ses successeurs ont bien eu conscience qu’ils devaient à la fois abolir le passé récent et revenir à la tradition la mieux établie. D’où l’idée de restauration dont témoigne la Stèle de restauration de Toutankhamon. Le même processus de restauration se retrouve à l’avènement de la 20e dynastie. En appendice, O. Goelet fournit le vocabulaire égyptien de la rénovation et de la restauration.

     La partie ultime de l’ouvrage comporte une discussion entre les intervenants, et des auditeurs, sur certains aspects des diverses communications. Au total on dispose avec ces actes d’une riche matière, présentée par des spécialistes qui s’efforcent de tirer de leur documentation une véritable problématique. Tout en insistant sur tel ou tel aspect théorique, ils évitent l’application d’un «modèle» économique rigide pour présenter les aspects originaux de tel ou tel groupe d’archive. On regrette d’autant plus l’absence d’interventions sur les documentations paléo- et néo-assyriennes. Elles sont citées en passant dans la synthèse préliminaire de M. van de Mieroop, mais la richesse des données paléo-assyriennes en matière de crédit et de prêt à intérêt reste inexploitée. Pour pallier ce déficit, on se reportera utilement aux deux publications des MOS de Leyden[4]. Sans doute aurait-il été souhaitable d’autre part que les organisateurs de la table-ronde et auteurs des deux synthèses préliminaires accordent plus nettement leurs conclusions sur l’origine du prêt à intérêt. Deux propositions sont faites: soit la pratique du prêt est la conséquence de la normalisation économique introduite par les grands organismes sumériens, soit elle est un moyen utilisé par des propriétaires privés pour réserver la disponiblité de terre et de main d’œuvre. Dès lors, il apparaît quasiment impossible de répondre à cette «question des origines», et l’on s’en tiendra, de manière plus fructueuse, aux analyses descriptives que proposent les différents auteurs.


[1] Le compte-rendu de cet ouvrage a été précédemment publié dans la revue Topoï 14 (2006) p. 405-414.

[2] M. Hudson et B. A. Levine (éds.), Privatization in the Ancient Near East and Classical World, Peabody Museum Bulletin 5, Harvard University, Cambridge MA, 1996 (= ISLET 1), M. Hudson et B. A. Levine (éds.), Urbanization and Land Ownership in the Ancient Near East, Peabody Museum Bulletin 7, Harvard University, Cambridge MA, 1999 (= ISLET 2); M. Hudson et C. Wunsch (éds.) Creating Economic Order. Record Keeping, Standardization, and the Development of Accounting in the Ancient Near East, CD., Bethesda, Maryland, 2000 (= ISLET 4). Le volume ISLET 2 a fait l’objet d’une présentation ici même par M. Djabellaoui en octobre 2012.

[3] L’auteur reprend une idée de P. Steinkeller: l’exploitant de troupeau qui loue une terre pour y faire paître ses animaux doit verser une redevance augmentée d’un certain pourcentage: il est en effet justifié que le propriétaire reçoive, en sus du loyer, une partie du croît du troupeau puisqu’il a contribué indirectement à son développement par l’herbe que son champ a produite.

[4] J.-G. Dercksen (éd.), Trade and Finance in Ancient Mesopotamia (MOS Studies I). Proceedings of the First MOS Symposium, Leyde, 1997 et A.C.V.M. Bongenaar (éd.), Interdependency of Institutions and Private Entrepreneurs, (MOS Studies II). Proceedings of the Second MOS Symposium, Leyde, 2000.

Femmes et Économie en Mésopotamie antique: premières journées d’étude, les 2 et 3 novembre 2012

Le vendredi 2 et le samedi 3 novembre 2012 s’est tenu à la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie de Nanterre le premier atelier de travail du programme ANR franco-japonais consacré à l’étude du Rôle économique des femmes en Mésopotamie ancienne (projet « REFEMA »). Cet atelier portait plus spécialement sur le rôle économique des femmes dans le cadre privé, depuis la haute époque sumérienne (25ème siècle av. J.-C.) jusqu’à la période achéménide (5ème siècle av.). Les interventions se sont réparties entre participants japonais et français:

Fumi KARAHASHI (Chûo University, Tokyo), «É-mete and her Colleagues in the ED Lagaš É-MÍ»

B. LAFONT (CNRS-UMR 7041, Paris), «The Role of women in the domestic Economy of the Ur III-Period»

C. MICHEL (CNRS-UMR 7041, Paris), «Women and Economy in the Family’s Sphere according to the Old Assyrian sources»

I. NAKATA (Chûo University, Tokyo), «The Women in Marriage as reflected in the Code of Hammurabi»

J. JUSTEL (UMR 7041, Paris) & B. LION (Université de Tours et UMR 7041, Paris), «Real Estate Dowries and Counter-dowries in the Kingdom of Arraphe (Iraq, 14th Century BC)»

M. YAMADA (Chûo University, Tokyo), «The almattu-azibtu Formula in the Emar Texts»

J. JUSTEL (UMR 7041, Paris), «The Economic Role of Women during the Crisis in Emar»

E. MATSUSHIMA (Hosei University, Tokyo), «Goddesses in the Wedding ceremonies in Babylonia and Assyria»

F. JOANNÈS (Université Paris 1 et UMR 7041, Paris), «The Role of Women in the Domestic Economy of the Neo-Babylonian Period»

Y. WATAI (Chûo University, Tokyo & UMR 7041, Paris), «Projet de prosopographie féminine néo-babylonienne: présentation»

G. TOLINI (UMR 7041, Paris)  , «Women in the Murašu Archive: Legal Status, Social and Economic Situations»

L. COUSIN (UMR 7041, Paris), «Dowry Management in the Neo-Bbaylonian Period: a case-study»

Le texte des communications sera consultable dans quelques semaines sur le carnet de recherche du Projet REFEMA (http://refema.hypotheses.org)

Parution dans Topoï 17/1 (2011), p. 7-178 du compte rendu de The Cambridge Economic History of the Graeco-Roman World, Cambridge (2007)

Le fascicule 1 du volume 17 de la revue Topoï présente les résultats d’une table-ronde qui s’est tenue à la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie – René Ginouvès de Nanterre, le 13 février 2010. Elle était consacrée à l’élaboration d’un compte-rendu de l’ouvrage collectif  The Cambridge Economic History of the Greco-Roman World, paru à Cambridge en 2007.

La partie II de ce livre présente en 5 chapitres les aspects économiques marquants des périodes anciennes de la Grèce, et les rapports qui sont alors établis avec le Proche-Orient, jusqu’au 6ème siècle av. n. è. :

Part II Early Mediterranean economies and the Near East, p. 175-329

7. The Aegean Bronze Age, J. Benett ; 8. Early Iron Age Greece, I. Morris ; 9. The Iron Age in the western Mediterranean, M. Dietler ; 10. Archaic Greece, R. Osborne ; 11. The Persian Near East, P. R . Bedford

Ces chapitres ont été analysés et discutés dans trois contributions, précédées d’une mise en perspective générale:

Remarques préliminaires: Fr. Joannès (Paris 1, ArScAn), p. 15-18. Discussion des chapitres 7 et 8: Fr. Rougemont (CNRS, ArScAn), p. 19-27. Discussion des chapitres 7 à 10:  J. Zurbach (ENS Ulm), p. 28-33. Discussion du chapitre 11: L. Graslin (université Nancy 2), p. 34-51. Pour la partie hellénistique de l’histoire mésopotamienne, on y ajoutera (p. 63-66) l’analyse de J. Monerie (Paris 1, ArScAn) à propos du chapitre rédigé par J. R. van der Spek dans l’ouvrage (chapitre 15).

Ecobabylone

La documentation textuelle en écriture cunéiforme provenant de l’ancienne Mésopotamie comprend de très nombreuses archives institutionnelles ou privées, de nature administrative, juridique et économique. Depuis un siècle, ces textes ont été et continuent d’être exploités pour reconstituer les mécanismes fondamentaux de l’économie en Assyrie et en Babylonie, qu’ils documentent en masse sur la longue durée, de la fin du IIIème à la fin du Ier millénaire avant notre ère.
Au-delà des modèles et des débats classiques sur le mode de production asiatique, l’économie administrée, le Marketlesstrading, le rôle économique des institutions, les réseaux d’échanges, etc., la production de monographies et d’articles scientifiques issus de la recherche internationale proposant discussions et synthèses sur l’économie du Proche-orient antique s’est fortement accrue ces dernières années. L’accès à cette documentation dispersée et présentant des sources en général peu connues reste un problème pour qui s’intéresse à ce champ de l’histoire ancienne. Le but de ce carnet est de suivre l’état des principaux projets, des productions et des débats dans ce domaine de la recherche et d’en proposer des résumés et des analyses critiques.