Tous les articles par Benjamin Dromard

Notes de lecture : A. Ragen, The neo-Babylonian širku : A Social History, thèse de l’université d’Harvard non publiée, 2006.

Introduction

            Les travaux exclusivement consacrés aux širkû dans l’historiographie de la Mésopotamie du premier millénaire avant notre ère sont peu nombreux : le volume de Raymond Philip Dougherty dans la collection Yale Oriental Series Researches date de 1923[1], et constitue une première tentative de définition du statut de širku à partir des tablettes de la collection de l’Université de Yale. Muhammad Dandamaev, dans son ouvrage Slavery in Babylonia dont la traduction en anglais date de 1984, consacre une centaine de pages à ce qu’il définit comme l’esclavage du temple[2].

                La thèse d’Asher A. Ragen, soutenue en 2007 et disponible en accès limité dans sa version tapuscrite sur Internet, constitue donc la première synthèse d’envergure sur la documentation où l’on retrouve des širkû. Depuis, en dehors de l’article de Kristin Kleber de 2011, résultant de sa participation à un colloque de 2010 à l’Oriental Institue de Chicago consacré à l’esclavage dans les sociétés proche-orientales[3], il n’y a pas eu d’autres travaux majeurs se concentrant sur les širkû. Cette thèse se retrouve parfois mentionnée dans les travaux d’histoire économique et sociale de la Mésopotamie du premier millénaire, mais est la plupart du temps peu commentée. Le fait que cette thèse n’ait pas été éditée est sans doute la raison principale de cette absence de diffusion des réflexions d’A. A. Ragen concernant le statut de širku.

                Peu d’informations sont disponibles sur le parcours d’Asher A. Ragen, qui n’a visiblement pas, après sa thèse, continué dans le milieu universitaire anglo-saxon. Après un Bachelor of Arts en histoire du Proche-Orient antique obtenu à l’Université Hebraïque de Jérusalem, il a obtenu son doctorat à l’Université d’Harvard en 2007, sous la direction de Paul-Alain Beaulieu. Il n’a publié aucun autre article ou ouvrage.

Le statut de širku et son historiographie

                Le mot širku, dans son étymologie akkadienne, est constitué à partir de la racine Š / R / K, et le verbe akkadien šarâku signifie « présenter, donner en cadeau ». On retrouve le mot širku pour désigner un homme, širkatu pour une femme et širkûtu pour le statut en question. Les personnes définies ainsi se retrouvent très majoritairement dans les documents issus des archives des temples de l’Eanna d’Uruk et de l’Ebabbar de Sippar aux périodes néo-babylonienne et achéménide (539 – 330 avant Jésus-Christ), et désignent des travailleurs sous la responsabilité de ces temples. Ce terme de širku étant retrouvé à très peu d’occasions en dehors de ces périodes et de ces archives, le statut de širkutu se limiterait ainsi à cette documentation (la période hellénistique, où l’on retrouve aussi des mentions de širkû, n’est toutefois pas traitée par A. Ragen). On trouve aussi l’utilisation du mot zakû (masculin) ou zakîtu (féminin) pour désigner les širkû, notamment dans les cas d’affranchissement d’esclave privé dédié ensuite à un temple ; ils sont « libérés » de leur maître ou maîtresse (en général à la mort de celui ou celle-ci) pour ensuite rejoindre les širkû du temple.

                Ce terme de širku a, dans l’historiographie de notre période, toujours constitué un casse-tête que l’ouvrage de R. Dougherty, puis les réflexions de M. Dandamaev symbolisent lorsqu’il s’agit d’en donner une définition précise. Pour R. Dougherty, l’attachement des širkû à une divinité (širku ša Bêl, ša Ištar, ša Šamaš, etc…) en ferait des membres du personnel du temple, avec un statut social inférieur,  des activités cultuelles non identifiables, et disposant d’une vie domestique, pouvant se marier, travailler pour le compte du temple dans diverses activités, etc… R. Dougherty s’est concentré sur la documentation de l’Eanna, la plus directement disponible pour lui en 1923, surtout en ayant travaillé à l’édition des tablettes de Yale, ce qui laisse de côté, à son insu, beaucoup d’aspects du širkûtu.

  1. Dandamaev, dans Slavery in Babylonia, a produit un catalogue des sources et une classification de celles-ci pour les différents statuts socio-économiques assimilables selon lui à de l’esclavage. La majeure partie de son travail fut consacrée à l’esclavage privé, à partir des archives privées babyloniennes de cette période. M. Dandamaev ne distingue pas fondamentalement l’esclavage privé de ce qu’il nomme « l’esclavage du temple », et de manière plus brève, organise son étude de ce type d’esclave selon certains aspects qu’il juge intéressants : le marquage des esclaves du temple, l’usage de chaînes, les fuites d’esclaves, leurs rations, etc… Aspects que l’on retrouve déjà dans son chapitre consacré à l’esclavage privé, mais qui étaient alors beaucoup plus développés.

                Le širku se distingue de l’esclave privé parce que son maître, au lieu d’être un individu, est une institution. Mais l’usage que fait cette institution du širku ne se distingue pas vraiment de ce qu’en aurait fait un maître privé : M. Dandamaev s’éloigne de R. Dougherty en disant qu’on ne trouve que peu d’éléments faisant des širkû des acteurs des rites des temples, et le širku peut aussi bien être artisan, travailleur agricole, agent d’activités commerciales comme l’esclave privé, le qallu. Le terme de širku, comme le terme de qallu, recouvre ainsi des réalités socio-économiques différentes, et M. Dandamaev tente dans ses conclusions de les relier avec les compréhensions juridiques de ces termes.

                La brièveté de l’étude de M. Dandamaev consacrée à l’esclavage du temple semble être due à un problème d’accès à des sources qui aurait pu l’amener à reconsidérer cette assimilation entre esclave privé et esclavage institutionnel : la majorité des textes qu’il commente sont là encore des textes de l’Eanna, et la documentation de l’Ebabbar n’est que peu présente.

                En introduction de sa thèse, A. A. Ragen reprend ces éléments d’historiographie et se distingue des approches de R. Dougherty et M. Dandamaev. Au moment où il travaille sur sa thèse, A. A. Ragen a accès à beaucoup plus de sources que les deux chercheurs précédents, et cela justifie une synthèse entièrement consacrée au statut de širkûtu, séparé de l’esclavage privé et en incorporant à son travail la documentation de l’Ebabbar. Il refuse de traduire le terme de širku, et abandonne ainsi le choix de M. Dandamev pour « esclave du temple », ou « oblat », que l’on peut trouver dans l’historiographie française, ou « devotee » parfois retrouvé en anglais. Ce choix symbolise cette distanciation d’A. A. Ragen des travaux précédents de R. Dougherty et M. Dandamaev. A. A. Ragen veut conserver dans son étude la diversité des situations dans lesquelles on retrouve les širkû dans les archives du temple, et ainsi la polysémie du terme širku. Mais son but final est bien de créer un modèle de compréhension du širkutu, ainsi qu’il le dit en introduction :

                « This study aims at creating a framework in which individual documents relating to širku can be explained. Future studies should attempt to incorporate material on širku from other periods and locations into this model. » (p. 6)

  1. Ragen aborde donc son étude avec l’ambition d’une définition du širku. Pour cela, il construit sa thèse en six chapitres. Le premier est consacré à l’apparition du širku dans la documentation au premier millénaire, et tente d’expliquer les origines de ce statut personnel particulier. Les deuxième et troisième chapitres présentent les documentations de l’Eanna, puis de l’Ebabbar. Enfin, A. Ragen étudie ce qu’il perçoit comme les deux aspects fondamentaux du širkutu: les aspects juridiques (quatrième chapitre), puis les aspects symboliques, religieux du širkutu (cinquième chapitre). Le sixième et dernier chapitre se concentre sur les širkatu, avec un titre évocateur : « Homemakers and Prostitutes – The Varied Life of the širkatu », soit en français « Femmes au foyer et Prostituées, l’existence éclectique de la širkatu », chapitre qui présente la vie domestique des širkû et aborde la question controversée de la prostitution sacrée au sein des temples mésopotamiens.

                En contraste avec ce plan, A. Ragen énonce en introduction qu’il faut essayer de comprendre le statut de širku sur trois plans : économique, juridique et symbolique. Les trois premiers chapitres constituent ainsi l’étude de l’aspect économique des širkû, le quatrième l’aspect juridique, le cinquième l’aspect symbolico-religieux ; le dernier, quant à lui, mélange un peu tout en même temps. La problématique générale de l’ouvrage est peu claire et jamais véritablement énoncée, au-delà de ce que A. Ragen conçoit comme une étude générale de la vie des širkû et de leur statut au sein des temples. A. Ragen énonce dès son introduction qu’il conçoit les širkû non comme des esclaves, qui impliquerait selon lui une absence totale de « liberté » ce qui rejoindrait l’existence des esclaves privés, mais comme des personnes libres avec une relation particulière au temple :

                « Perhaps the most significant insight provided by our study is that the relationship between širku and temple was not one of ownership, but of citizenship. The oblications of širku towards the temple were constructed as tax obligations. They are referred to as ilku obligations, and usually involved recruitement for labor in a work group supervised by a rab širki official. But like all taxation, this was an onerous yet limited obligation. Outside of it širku operated in relative freedom. » (p. 4)

            Le statut de širku est compris ainsi dès le début de son travail par A. Ragen, et ceci constitue son hypothèse qu’il essaie de démontrer tout le long de son propos. Le premier chapitre concernant l’apparition du statut de širku constitue une première approche pour cette démonstration.

Premier chapitre : histoire du statut de širku

                Pour ce faire, A. Ragen présente les attestations du terme širku avant la période néo-babylonienne. Elles sont à vrai dire peu nombreuses. On trouve une attestation du terme dans la liste lexicale sumérienne « sig7.alan = nabnitu » éditée dans MSL XVI qui daterait du deuxième millénaire, sous la forme suivante : ìr.sag.rig7 = ši-ir-ku, géme.sag.rig7 = šar-rak-tu. Les déterminatifs ìr et géme donneraient un sens de servitude à ces mots, mais il est difficile de déterminer à quel contexte ceux-ci font référence. Il s’agit en tout cas de la plus ancienne attestation du terme de širku au masculin et au féminin. A. Ragen en conclut qu’il existerait dès le deuxième millénaire une population servile désignée comme širku.

                Les exemples les plus intéressants d’attestation de ce terme se retrouvent dans des textes néo-assyriens. On a ainsi deux lettres, ND 2717 (Saggs 2001), ABL 1214 (AOAT 5/2), où l’on mentionne des širkû de Bêl dans le premier cas, d’Išum dans le second. La première lettre est adressée à Tiglath-phalazar III après l’accession au trône de Babylone de Mukîn-zêri en 732, où il est dit que ce dernier aurait demandé aux Babyloniens de se rebeller, et que seuls les širkû de Bêl l’aurait suivi, contrairement aux mâr Bâbili. La seconde date de 669, où un officier assyrien écrit à Esarhaddon et décrit la situation de la crue de l’Euphrate à Borsippa, en demandant des instructions au roi ; il mentionne ainsi la présence de širkû d’Išum capables d’aider aux travaux hydrologiques. Ces deux mentions attesteraient selon A. Ragen de l’existence du širkutu comme statut bien établi en Babylonie, et d’un lien alors fort avec le pouvoir royal, soit babylonien, soit assyrien.

                Au-delà des quelques mentions du terme širku, l’émergence de ce statut pour A. Ragen et son lien avec les temples se situent avant tout dans la prise progressive d’autonomie des temples comme institution, en opposition au pouvoir royal. A. Ragen présente ainsi (p. 22 – 45) quelques textes néo-assyriens puis néo-babyloniens où le pouvoir royal accorde des exemptions fiscales et des donations de terres et de prisonniers de guerre aux temples. Pour lui, cela constitue, de la fin du second millénaire à la moitié du premier, une autonomie laissée par les rois à certains temples. Les donations de prisonniers de guerre comme main-d’œuvre aux temples pourraient ainsi former l’origine des širkû dépendants des temples, avec une évolution de leurs activités et de leur statut qui n’est pas perceptible avant les archives des époques néo-babylonienne et achéménide. Les exemptions de l’ilku envers la royauté accordées au personnel de certains temples se transmettraient ainsi aux širkû, comme cela se verrait dans une inscription de Nabonide, YOS 1 045. Nabonide consacre sa fille comme prêtresse-entu au dieu Sîn d’Ur, et accorde au personnel du temple une exemption de la corvée-ilku. Dès lors, les širkû ne doivent pas leur service à la royauté, mais directement au temple.

                A partir de ce type d’exemption et de la terminologie utilisée dans ces textes, A. Ragen voit un parallèle direct avec les documents d’affranchissement et de donation au temple d’esclave privé, récemment étudiés par Cornelia Wunsch et Rachel Magdalene[4]. Pour lui, le phénomène est similaire : il s’agit d’une expression de dévotion exprimée envers la divinité, par l’intermédiaire du temple. Que ce soit du roi au temple, ou d’un particulier au temple, il n’y a qu’une différence de quantité, entre plusieurs milliers de prisonniers de guerre (selon les inscriptions royales) ou quelques esclaves dédiés au temple lorsque leur maître décédera. La question d’un rapport de force entre le roi et un temple précis, selon le contexte historique dans lequel un document est écrit, ou celle du droit de la famille dans le cas de l’affranchissement et donation au temple, ne sont pas abordées par A. Ragen. C’est néanmoins selon lui ce phénomène d’accumulation d’exemptions fiscales et de donations de main d’œuvre qui explique l’apparition du širkutu au sein des temples babyloniens, et cela assurerait son hypothèse selon laquelle les širkû sont avant tout des individus avec une relation d’ordre fiscal avec les temples.

Deuxième et troisième chapitres : les širkû de l’Eanna d’Uruk et de l’Ebabbar de Sippar

                Après cette présentation de l’apparition du statut de širku dans la société babylonienne, A. Ragen présente les archives de l’Eanna puis de l’Ebabbar, ce qui forme les deuxième et troisième chapitres de sa thèse. Les deux archives sont de nature sensiblement différente, ce qui peut influencer notre perception des širkû dans ces deux temples. A. Ragen fait le choix de les aborder séparément.

                L’archive de l’Eanna est assez diverse : on y trouve des lettres, des rapports de procès, des textes économiques liés aux activités agricoles ou d’artisanat, etc… Tandis que celle de l’Ebabbar, bien que plus large, est avant tout constituée de documents d’ordre administratif : listes de rations, ordres de livraisons, reçus. Le propos de A. Ragen pour ces deux parties se constitue autour des différentes activités économiques des širkû telles qu’on peut les percevoir dans ces deux archives. Ainsi pour l’Eanna, A. Ragen présente les širkû artisans, puis les širkû accomplissant la corvée et leur gestion par le rab širki, les širkû éleveurs, ceux ayant un rôle militaire, et enfin les širkû accomplissant des tâches agricoles. Cela montre la diversité des activités de ces personnes, pratiquement tous des hommes, et comment le temple gère cette main-d’œuvre.

                Notons d’emblée qu’il n’y a quasiment aucun document démontrant l’existence d’un travail artisanal indépendant de širku en ce qui concerne l’archive de l’Eanna : tous les documents qu’utilisent A. Ragen démontrent un travail réalisé pour le temple. De plus, il n’est pas toujours précisé dans les documents que les artisans, les bâtisseurs et autres travailleurs spécialisés sont des širkû, et A. Ragen ne fait pas de travail d’ordre prosopographique pour déterminer si ces artisans sont des širkû, ce qui semble pourtant être le cas si on suit les travaux d’Elizabeth Payne[5].

  1. Ragen s’attache ensuite à la présentation du rab širki comme gestionnaire de la main-d’œuvre. Il présente la liste des différents rab širki identifiables dans l’archive de l’Eanna (p. 71 – 72). Il peut s’agir d’un širku lui-même, mais ce ne serait pas systématique. Il ne s’agirait pas non plus d’un contre-maître, mais plutôt d’une sorte d’administrateur chargé par le temple de distribuer les rations alimentaires, de compter les širkû malades ou enfuis, pouvant servir de garant pour les širkû ayant accompli des délits et livrant les matières premières nécessaires aux différents travaux. On trouve surtout ces rab širki dans des documents concernant des travaux commissionnés par la royauté, qui a ainsi besoin de main-d’œuvre et en demande aux temples. Ainsi durant la construction de palais Nord de Nabuchodonosor, on retrouve des širkû de l’Eanna, dans le texte UCP 9/2 024 (p. 75 – 79). Il s’agit d’une demande par les širkû, avec divers officiers, envers l’Eanna pour la nomination d’un nouveau rab širki, demande qui est acceptée par le temple. A. Ragen présente ainsi de nombreux documents où des širkû sont envoyés en dehors d’Uruk pour accomplir des travaux sur des bâtiments ou des canaux. Dans ces différents cas, l’Eanna répond à des demandes du pouvoir royal.

                Les mêmes questions se posent concernant l’archive de l’Ebabbar : existe-t-il un travail artisanal de la part de širkû qui soit indépendant des besoins du temple ? Quelle relation entre le temple et la royauté est-elle exprimée par l’envoi de main-d’œuvre pour des travaux spécifiques, constituée de nombreux širkû ? Difficile de répondre à ces questions, car la documentation présentée par A. Ragen dit peu de choses concernant la première interrogation, et semble avant tout montrer des temples « aux ordres » de la royauté lorsque celle-ci a besoin de beaucoup de travailleurs. La documentation de l’Ebabbar est constituée de nombreuses listes de rations, où sont allouées des quantités d’orge et de dattes à différents types de travailleurs.

                On retrouve ainsi parmi les artisans de l’Ebabbar, dont la plupart serait des širkû même si là encore cela n’est pas forcément mentionné, des artisans du textile, de métaux, de peaux. A. Ragen présente l’argument selon lequel les artisans-širkû de métaux seraient plutôt ceux de « l’ordinaire », traitant le fer, tandis que les objets en bronze et en or, qui seraient liés au culte, seraient travaillés par des artisans non-širkû. A. Ragen est plutôt d’avis que les autorités du temple essaient d’empêcher les širkû de travailler sur des objets du culte, pourtant on voit des artisans-širkû travailler du bronze, voire de l’or (ainsi Iqûpu dans BM 75508), le déficit d’artisans qualifiés expliquant peut-être qu’il faille mettre de côté par moments l’exclusion des širkû du travail d’objets du culte.

                Surtout, des documents de l’Ebabbar montrent que des artisans-širkû de l’Ebabbar ou d’autres travailleurs-širkû reçoivent un paiement, en général en nature, nommé iškaru. Pour A. Ragen, ce paiement annuel sert pour des tâches spécifiques. Le reste du temps du travailleur serait laissé à son propre bénéfice, ce qui serait la preuve d’un travail indépendant de širkû.

                Concernant la question du travail des širkû pour des travaux commissionnés par le pouvoir royal, la documentation de l’Ebabbar est ici très riche (245 – 281), à travers la main-d’œuvre gérée par le qîpu. On retrouve ici des rab širki chargés de la gestion de ces travailleurs, notamment lorsqu’ils sont envoyés loin de Sippar. Ainsi, on peut voir des équipes de travailleurs-širkû envoyés en Elam (CT 56 193, Dar 293), à Lahiru (CT 56 772), ou peut-être pour la construction du palais Nord de Babylone (CT 26 288). Les listes de rations, ainsi que les listes d’inspection, permettent d’avoir une idée sur la composition de ces équipes de travailleurs, et la diversité des activités de ceux qui les composent. Ainsi un širku comme Itti-makû-ili (p. 265 – 273), entre l’an 13 de Nabonide et l’an 4 de Cyrus, peut faire différentes activités : récolteur de dattes (Nbn 729, CT 57 002), batelier (CT 56 217, BM 54225), corvéable sur des travaux de construction (BM 60453, Cyr 126). Les besoins en main-d’œuvre n’étant pas les mêmes sur une année, le temple devait avoir besoin de ce type de travailleurs non-qualifiés rapidement disponibles.

                Concernant l’élevage et les travaux agricoles, la documentation de l’Ebabbar est beaucoup moins riche que celle de l’Eanna, les parallèles sont donc plus difficiles à accomplir. Pour l’élevage et les troupeaux de l’Eanna, on retrouve surtout des širkû dans la préparation des animaux pour les activités cultuelles ou l’alimentation. Ainsi, A. Ragen présente des širkû engraisseurs de bétail, dans les bît urê, etc. Les širkû ne semblent pas s’occuper des troupeaux au quotidien, mais plutôt de certaines activités annexes à l’élevage, ou occupent des positions administratives intermédiaires (comme celui de naqidu). Cette réalité se retrouve en ce qui concerne l’agriculture, avec le fameux Gimillu, fermier général et qui était širku.

                Notons que la présence de širkû comme fermiers généraux sous le système agricole introduit sous Nabonide de gestion des terres de l’Eanna est conçue par A. Ragen comme une ingérence de la royauté dans les affaires du temple. Il y aurait des contacts entre les fermiers généraux-širkû et la royauté, et ces premiers seraient placés dans cette position par volonté de la royauté. Peu de documents sont apportés pour étayer cette opinion malheureusement ; si le système de la ferme générale semble bien être un moment où un rapport de force entre la royauté néo-babylonienne, puis achéménide, et l’Eanna existe, difficile de voir en quoi les fermiers généraux-širkû agiraient en faveur de la première.

                Cette question mise à part, on retrouve bien des širkû dans des postes intermédiaires de l’Eanna dans la gestion de champs de culture d’orge et de palmeraies. Quant aux širkû comme travailleurs agricoles, que ce soit sur les champs de l’Eanna et de l’Ebabbar, A. Ragen nuance Michael Jursa dans son évaluation des ikkarû comme širkû, liés au temple et devant payer une redevance fixe en céréales au temple. La prosopographie ne permettrait pas de créer une équivalence fixe entre ikkaru et širku, le premier terme désignant plus clairement une profession et une distinction administrative propre au temple, le second un statut personnel. On retrouve de manière générale les ikkarû en contexte rural, et restent attachés à ces terres ; les sources ne sont pas suffisantes selon A. Ragen pour affirmer que tous les ikkarû sont des širkû, que ce soit pour l’Eanna ou l’Ebabbar.

                Les conclusions apportées après la présentation des širkû dans le contexte de l’Eanna et de l’Ebabbar fait dire à A. Ragen qu’ainsi, on voit une grande diversité des activités des širkû de ces temples, à différents niveaux de leur hiérarchie, souvent laissés avec une certaine indépendance en ce qui concerne les artisans. Cela ne correspondrait pas à l’idée des širkû comme esclaves des temples, car l’esclavage correspondrait à une existence où chacun serait :

                « toiling endlessly at the behest of a temple, surviving on the meager rations the temple alloted to them » (p. 284)

                Une étude de l’esclavage privé en Babylonie montre aussi une telle diversité d’activités et une liberté d’action économique.

Quatrième et cinquième chapitres : aspects juridiques et religieux du statut de širku

                Après ces trois chapitres consacrés avant tout aux aspects économiques du širkutu, A. Ragen s’attache ensuite à présenter le caractère juridique du statut de širku puis ses aspects symboliques et religieux, avant de traiter à part les širkâtû.

                Concernant le quatrième chapitre, il s’agit avant tout d’un essaie de compréhension du statut de širku en le distinguant de celui de mâr bâni. Cette question a souvent été traitée, notamment par les documents de donation d’esclaves au temple, devenant ensuite širku. Toutefois, certains comptes-rendus de procès, pris à l’initiative d’esclave ou de širku, ont montré que le processus de donation au temple comprenait aussi une forme d’affranchissement, l’esclave voué au temple devenant « zakû » ou « mâr bâni », statuts compris en général comme « personne libre ». A. Ragen synthétise les travaux de Muammad Dandamaev, Martha S. Roth et Raymond Westbrook et rassemble ce type de documents pour en discuter le vocabulaire et la terminologie. La polysémie du terme mâr bâni demeure encore une source d’interrogations, désignant soit des personnes libres sans distinction socio-économique, soit des personnes de haut statut socio-économique, soit des esclaves qui se retrouvent voués au temple par leur maître.

  1. Ragen tente de comprendre la relation entre širkutu et mâr banûti, en ayant pour ambition de donner une définition des deux termes d’ordre juridique. Comme R. Westbrook ou d’autres chercheurs, il tente certaines comparaisons avec le droit hellénistique pour comprendre les « affranchissements » retrouvés dans la documentation de cette période. Le concept de paramone, retrouvé notamment dans la documentation de Delphes entre 200 avant Jésus-Christ et 100 après Jésus-Christ, ainsi que dans d’autres archives d’époque hellénistique, est mobilisé, compris comme une obligation de service auprès du maître / de la maîtresse jusqu’à son décès par l’esclave affranchi, qui deviendra libre ensuite. Les discussions autour de la paramone sont loin d’être terminées dans le domaine de l’histoire hellénistique, mais est de manière générale compris par les assyriologues comme une forme de semi-liberté, ou de semi-esclavage, qui aurait existé dans le droit de certaines villes à l’époque hellénistique. Cela est repris tel quel par A. Ragen, sans prise en compte du contexte historique et de réalités socio-économiques différentes.
  2. Ragen s’attache à décrire l’ensemble de la procédure de donation d’un esclave au temple. Il l’analyse comme une forme de dévotion religieuse, car la terminologie utilisée peut être interprétée comme l’expression d’une piété symbolisée par un cadeau au temple, sous la forme d’un esclave. Il présente ainsi différents cas de donation d’esclave au temple, quasiment tous issus des archives de l’Eanna. Le marquage des širkû, souvent perçu dans ce type de textes ou dans les procès entre des particuliers et le temple, est une question qui revient ainsi souvent, comme preuve de la possession par le temple de ces individus. Les procès en général confirment le statut de širku des personnes contestées, les juges prononçant ces décisions étant de plus liés au temple.

                Dans cette discussion du statut juridique des širkû, leurs relations matrimoniales et familiales sont aussi présentées par A. Ragen. La transmission du statut entre parents et enfants, des mariages entre širkû, ou entre širkû et esclaves privés sont attestés. A. Ragen rassemble ces données mais ne donne pas de conclusion particulière à ce sujet.

                La conclusion apportée par A. Ragen concernant le statut juridique des širkû se fonde avant tout sur le problème de l’affranchissement-vocation des esclaves, interprété comme un acte de piété envers le temple et sa divinité. Ce caractère symbolique et religieux du statut de širku se trouve ensuite développé dans le cinquième chapitre.

                Dans ce chapitre, l’auteur présente ce qui peut être interprété comme la perception sociale du širku dans la société et au sein du temple. Il y aurait ainsi une volonté d’éloigner le širku des périmètres sacrés du temple, en le distinguant de l’erib bîti. Pour cela, A. Ragen présente les différents témoignages ou rapports de procès que l’on retrouve dans la documentation de l’Eanna, mais aussi dans leur traitement au quotidien. On retrouve ainsi des exemples où des širkû sont emprisonnés dans le bît kili, sont enchaînés, sont réprimandés pour leur comportement aux portes du temple, etc… Tout ceci serait dû au statut social particulier du širku, notamment dans son caractère d’impureté rituelle. On empêche les širkû d’avoir accès à certains textes sacrés (YOS 19 110), on les marque du signe de la divinité, tout ceci relève du symbolique et permettrait de définir le statut du širku aux yeux de la société babylonienne. A l’autre extrême, on trouve un individu comme Gimillu, širku fermier général et donc en haut de la hiérarchie administrative de l’Eanna, ainsi que quelques autres cas de širkû qui disposeraient d’un certain confort économique.

  1. Ragen présente donc ces différents aspects, parfois pour revenir sur des questions juridiques présentes dans le chapitre précédent, notamment le marquage des širkû et la comparaison avec les esclaves privés. Il consacre aussi une partie de son propos aux erib bîti et la nécessité de leur pureté rituelle, physique et familiale pour être en contact avec les statues divines et l’accomplissement de rituels. La question de l’emprisonnement, de l’enchaînement des širkû est limitée à une présentation des documents correspondants, sans véritablement apporter d’analyse qui rejoindrait le propos général de cette partie de l’ouvrage. Ces différents points rejoindraient l’idée d’une subordination générale des širkû au sein du personnel du temple.

                Il reprend aussi un point qu’il avait abordé dans le premier chapitre, la mention du širkûtu dans l’épopée de Gilgameš, dans la version standard du premier millénaire, tablette III, ligne 122. Le statut de širku y est présent comme forme d’adoption divine d’Enkidu, et symbolique d’une forme de discours général sur le širkûtu dans la société babylonienne. Ce serait une hypothèse intéressante, mais tirer un propos social aussi vaste à partir d’une ligne d’un texte littéraire est très audacieux. A. Ragen passe quelques temps dans la présentation d’Enkidu comme homme sauvage adopté par le divin, et reprend divers mythes et contes mésopotamiens depuis le troisième millénaire pour étayer son propos ; le širku serait l’étranger, le prisonnier de guerre intégré et adopté par le temple, institution bienveillante par nature. Outre le manque de sources historiques pour appuyer cette vision mythologique du širkûtu, on voit mal comment relier ceci aux mauvais traitements accordés aux širkû présentés dans ce même chapitre et à la dureté des corvées réalisées par une partie des širkû, données que discute pourtant A. Ragen.

Sixième chapitre : les širkâtu

                Enfin, il réserve son dernier chapitre aux femmes širkû, très peu présentes dans l’ensemble de la documentation. Cela l’amène à revenir sur les relations familiales et domestiques des širkû, concernant lesquelles peu de sources sont disponibles et ont pu déjà être présentées dans le chapitre sur le statut juridique des širkû. Le chapitre est court et peu de documentation concentrée sur des femmes-širkû est présentée. La question de la vie domestique amène A. Ragen aux cas où des širkû possèdent ou louent des maisons, indice d’une vie domestique et matrimoniale, ce qui lui fait dire que cela les distingue nettement des esclaves privés (alors que l’on connaît des esclaves privés possédant ou louant des maisons, marié-e-s et ayant des enfants). Le lien avec un propos sur les femmes-širkû est ténu.

                On trouve toutefois quelques cas où des femmes-širkû apparaissent et travaillent. Ainsi le texte YOS 17 009 montre deux širkâtû payées pour un travail non spécifié, et dans JCS 36 007 deux femmes doivent livrer des parures à l’Eanna – A. Ragen l’analyse comme un cas de location du travail de deux širkâtû. Un autre texte, YOS 7 107, contient la mention d’une bît qemeti, en lien avec des širkâtû, qui serait une institution produisant de la farine liée au temple, mais la documentation présentée faisant mention de cette bit qemêti est, de l’aveu même de A. Ragen, peu concluant quant à la compréhension de son fonctionnement. La documentation économique mentionnant des širkâtû dans la thèse de A. Ragen est donc très limitée.

                Concernant la question de la prostitution sacrée, vieille antienne de l’assyriologie, A. Ragen se limite à l’historiographie traitant de cette question, qui n’amène à rien de bien concluant sur l’existence d’une prostitution au sein des temples. A. Ragen ne présente aucun document démontrant une forme de prostitution exercée par des širkâtû dans l’Ebabbar et l’Eanna ; le problème se transpose, sans véritable lien logique, vers la détermination du terme harimtu, apparaissant dans des cas d’adoption d’enfants illégitimes. Le statut de širku est parfois accordé aux enfants nés d’une harimtu, empêchant ainsi à ceux-ci d’être dénués de statut juridique ou social, constante que l’on trouve dans la société mésopotamienne. Le lien avec la question de la prostitution est proprement absent. On en revient ensuite au statut des enfants nés de zakîtû et de celui de familles recomposées à partir de parents širkû / zakû, demeurant en général dans le giron du temple. Ce chapitre se révèle assez décevant, ne se concentrant pas sur le cas des femmes-širkû. Peu de sources mentionnant des femmes-širkû existent, la pertinence d’un chapitre séparé des autres n’apparaît pas vraiment.

Conclusion

                Le principal intérêt de la thèse de A. Ragen est d’avoir rassemblé une documentation qui ne l’avait pas été auparavant. Comme outil, celle-ci demeure difficilement utilisable par l’absence d’un index des textes édités et cités, des noms propres et des lieux géographiques. Elle a le mérite toutefois de bien montrer la diversité des activités et des situations sociales des širkû dans la documentation de l’Eanna et de l’Ebabbar. Si le propos de l’auteur avait été véritablement problématisé et s’était tenu à cette problématique, celui-ci aurait pu être plus facilement suivi. Les analyses de nombreux documents peuvent être pertinentes et utiles pour des études futures consacrées à ce statut ambigu et polysémique de širku. Je ne suivrai toutefois pas l’auteur dans sa compréhension du širkutu comme un lien finalement assez lâche entre un širku et son temple, hypothèse qui trouve sa propre critique dans les documents présentés par A. Ragen et par certaines de ses analyses. Le statut de širku n’implique pas forcément une dépendance totale, ni une liberté conditionnée, mais comprend un ensemble de situations socio-économiques qui n’ont pas besoin d’être essentialisées par une compréhension purement juridique du terme de širku. Il manque une véritable étude historique du širkûtu, permettant de percevoir l’évolution du statut de širku ou sa stabilité, ce que le titre même de la thèse de A. Ragen annonçait pourtant.

Bibliographie

Dandamaev Muhammad, 1984, Slavery in Babylonia – From Nabopolassor to Alexander the Great (626 – 331 B.C.), DeKalb, Illinois, Northern Illinois University Press.

Dougherty Raymond Philip, 1923, The Shirkûtu of Babylonian Deities, New Haven, Yale University Press.

Kleber Kristin, 2011, « Neither Slave nor Truly Free: The Status of the Dependents of Babylonian Temple Households », in Laura Culbertson (dir.), Slaves and Households in the Near East, Chicago, Oriental Institute of Chicago : 101‑111.

Magdalene F. Rachel et Wunsch Cornelia, 2014, « Freedom and Dependency: Neo-Babylonian Manumission Documents with Oblation and Service Obligation », in Extraction and Control. Studies in Honor of Matthew W. Stolper, Chicago.

Payne Elizabeth, 2007, The Craftsmen of the neo-Babylonian Period: A Study of the Textile and Metal Workers of the Eanna Temple, Yale University.

[1]  [Dougherty, 1923].

[2]  [Dandamaev, 1984 : 469‑557].

[3]  [Kleber, 2011].

[4]  [Magdalene et Wunsch, 2014].

[5]  [Payne, 2007].

Bibliographie concernant la Babylonie aux époques néo-babylonienne et achéménide, 2015

La bibliographie est organisée par auteurs, sans distinction entre livres et articles. Si vous constatez un oubli, veuillez, s’il vous plaît, l’indiquer en commentaire de cet article. / This bibliography is classified by author, without any specific distinction between books and articles. If you see a publication absent from the bibliography, please leave a comment.

  • Abraham, Kathleen

Abraham, K., 2015, « Negotiating Marriage in Multicultural Babylonia : An Example from the Judean Community in Āl-Yāhūdu », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 33 – 57 , Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Abraham traite dans cet article des contrats de mariage comportant des clauses juridiques rares ou uniques en comparaison avec le reste de la documentation des époques néo-babylonienne et achéménide. Pour la majorité de ces textes, les personnes concernées sont en général d’origine égyptienne, ouest-sémitique ou judéenne. Un cas particulièrement intéressant est celui d’un contrat provenant de l’archive d’Al-Yahudu.

Ceci amène à la question des normes d’écriture de ces documents et ce qui constituerait le caractère standard, « babylonien », de la plupart des contrats de mariage. Dès lors, en ce qui concerne les clauses particulières aux textes mentionnés dans cet article, s’agit-il de l’importation de pratiques juridiques, liées au droit de la famille provenant des régions d’origine des individus concernés, ou d’une adaptation du droit babylonien à des cas particuliers ? Les élites babyloniennes, assez imperméables selon l’autrice aux influences culturelles extérieures, auraient une structure familiale différente de celle de ces déporté-e-s, et le droit babylonien inciterait à empêcher certaines pratiques (polygamie, adultère, divorce). On verrait ainsi une adaptation des normes juridiques autour de ces pratiques pour ces textes, sans pouvoir réellement déterminer pour l’autrice ce qui est d’ordre culturel et d’ordre socio-économique ?

  • Baker, Heather D.

Baker, H.D., 2015, « Family Structure, Household Cycle, and the Social Use of Domestic Space in Urban Babylonia », in Müller, M. (éd.), Household Studies in Complex Societies, Oriental Institute Seminars, p. 371 – 407, Chicago.

Par comparaison entre l’épigraphie (contrats de vente de maisons) et l’archéologie domestique du quartier Merkes de Babylone, l’autrice détermine les usages des différentes pièces des maisons et la transmission de l’immobilier dans la famille (notamment en ce qui concerne la division de l’espace domestique entre fils héritiers d’une maison). La terminologie concernant la division de cet espace est à reconsidérer : autour de la cour (tarbaṣu), on distingue quatre pièces bīt iltāni (nord), bīt šuti (sud), bīt amurri (ouest), bīt šadi (est), lorsqu’une une maison est divisée dans un contrat d’héritage. Les termes désignant ces pièces ne sont pas à comprendre comme l’orientation par rapport à la cour, mais à leur orientation propre ; ainsi, la bīt iltāni n’est pas au nord de la cour mais fait face au nord (et se situe donc au sud de la cour). Du fait de son orientation par rapport au soleil, cette pièce est en général plutôt favorable à la vie quotidienne. La bīt amurri, quant à elle, est souvent associée à la cuisine par l’archéologie. Par l’étude de différents cas d’héritage (YOS 6 114 (Uruk), cas de la famille Šumāti de l’Uruk hellénistique), on peut suivre la division de certains foyers entre membres d’une même famille, et dès lors on peut se demander quels espaces sont réservés à la vie privée et lesquels servent à la vie commune. L’autrice discute ainsi du nombre de personnes vivant dans chaque pièce, de l’importance de la cour dans la vie commune et de l’attention portée à l’intimité de la famille, en limitant les contacts avec l’extérieur.

  • Da Riva, Rocío

Da Riva, R., 2015, « Enduring Images of an Ephemeral Empire. Neo-Babylonian Inscriptions and Representations in the Western Periphery », in Rollinger, R., van Dongen, E. (éds.), Mesopotamia in the Ancient World : Impact, Continuities, Parallels, Melammu Symposia 7, p. 603 – 630, Ugarit-Verlag, Münster.

Da Riva établit dans cet article une typologie des inscriptions monumentales sur pierre dans les régions dites « périphériques » de l’empire néo-babylonien (Teyma, Haute-Mésopotamie, Levant). Souvent réalisées au cours des campagnes militaires de l’empire dans ces régions, elles forment un type de discours et de représentation particuliers, à distinguer des inscriptions royales ou des fresques visibles en milieu urbain. Situées près de voies de communication importantes, dans un contexte géographique souvent déjà riche en monuments produits par d’autres entités politiques, elles inscrivent l’empire néo-babylonien dans l’espace, dans des régions où son contrôle n’est pas toujours assuré ou direct.

  • De Breucker, Geert

De Breucker, G., 2015, « Heroes and Sinners : Babylonian Kings in the Historiography of the Persian and Hellenistic Periods », in Silverman, J.M., Waerzeggers, C., (éds.), Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, p. (), SBL Press, Atlanta.

A partir des tablettes littéraires et historiographiques des époques achéménide et hellénistique produites par les lettrés babyloniens, l’auteur présente une synthèse des discours associés à d’anciens souverains babyloniens. Partant du constant que la plupart des rois présents dans ces textes eurent à combattre une puissance conçue comme étrangère à la Babylonie, De Breucker montre comment une forme particulière de mémoire politique est produite par ces lettrés. Nabopolassar, Adad-šum-uṣur, Kurigalzu II et Nabuchodonosor I, par leurs actions militaires, sont perçus comme des héros défenseurs de la Babylonie, placés sous la protection de Marduk et accomplissant sa volonté contre les Assyriens et les Élamites.

L’auteur discute de la date de composition de ces textes, de leur contenu et de leur possible diffusion au moment de leur rédaction. Cette construction de récits se ferait en opposition aux Achéménides et aux différents souverains hellénistiques, afin de maintenir vivant le souvenir de l’indépendance babylonienne. Mais c’est aussi le moment où des traditions locales, dans un contexte impérial, réapparaissent, notamment concernant le dieu Anu à Uruk. La diffusion limitée de ces textes n’est pas à sous-estimer, et ceux-ci montrent avant tout un point de vue particulier concernant le passé de la Babylonie.

  • Hackl, Johannes

Hackl, J., Jursa, M., 2015, « Egyptians in Babylonia in the Neo-Babylonian and Achaemenid Periods », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 157 – 80, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Cet article recense la plupart des attestations d’Egyptiens dans la documentation éditée provenant des archives babyloniennes entre les époques néo-babylonienne et achéménide. Les archives principales où l’on retrouve des Egyptiens sont celles des Murašu, l’archive du Kasr, celle des Tattannu, ainsi que les listes de rations allouées aux déporté-e-s du palais de Nabuchodonosor II. L’article est organisé selon le statut des individus en question : esclaves du temple, esclaves privés, « hommes libres », Egyptiens en lien avec l’administration royale. La présence des Egyptiens en Babylonie semble beaucoup plus limitée en comparaison avec la communauté des déporté-e-s judéens et ouest-sémitiques. Les batailles entre le royaume égyptien et l’armée de Nabuchodonosor II ont pu avoir comme résultat la prise de prisonniers de guerre, amenés ensuite en Babylonie. Leurs professions, lorsqu’elles sont identifiées, font des Egyptiens présents en Babylonie des personnes disposant de certains savoir-faire utiles à la royauté, que ce soit néo-babylonienne ou achéménide, ce qui explique leur intégration dans l’appareil administratif.

  • Jursa, Michael

Jursa, M., 2015, « Labor in Babylonia in the First Millenium BC », in Steinkeller, P., Hudson, M. (éds.), Labor in the Ancient World, The International Scholars Conference on Ancient Near Eastern Economics, vol. 5, p. 345 – 396, ISLET-Verlag, Dresden.

Il s’agit d’une synthèse concernant les différents statuts du travail existants entre le septième et le cinquième siècle avant Jésus-Christ en Babylonie, et des différentes sources permettant de les étudier. L’auteur traite tout d’abord du travail dans l’économie institutionnelle (royauté et temples), en distinguant travailleurs engagés et forcée (corvéables et dépendants). Quelque soit le statut des travailleurs, la question du coût du travail pour les institutions est d’une grande importance, et l’auteur montre une évolution selon lui d’un système de rationnement vers une importance de plus en plus grande du paiement en argent.

Ensuite, l’auteur présente les formes du travail existant dans les archives privées : esclaves – artisans (question de l’apprentissage de l’artisanat), prébendiers, nourrices, etc. Par quelques exemples de petites archives, l’auteur s’intéresse à l’importance du travail engagé à cette période dans tous les domaines de l’économie.

A l’époque achéménide tardive, bien que la documentation soit bien moins abondante, les tendances observées aux périodes précédentes se confirment selon l’auteur : les besoins en main-d’oeuvre donnent toujours plus d’importance au travail engagé, et le paiement en argent se développe. Toutefois, le « marché du travail » semble se contracter et des formes de travail forcé, liées à la conscription militaire achéménide par exemple, subsistent.

Globalement, pour M. Jursa, le travail contractuel est très important par rapport au travail corvéable et dépendant et évolue au cours de la période.

Textes édités : BM 54088, BM 55321, BM 72136, BM 72138, NBC 6162.

Jursa, M., Hackl, J., 2015, « Rhetorics, Politeness, Persuasion and Argumentation in Late Babylonian Epistolography : The Contrast Between Official Correspondence and Private Letters », in Stephan Procházka, Lucian Reinfandt, Sven Tost (éds.), Official Epistolography and the Language(s) of Power. Proceedings of the First International Conference of the Research Network Imperium & Officium, p. 101 – 115, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Vienna.

Par des exemples issus des correspondances privées et institutionnelles néo-babylonienne et achéménide, les auteurs s’intéressent dans cet article aux usages rhétoriques et aux stratégies de persuasion des rédacteurs de lettres à ces époques. La plupart de l’épistolographie concernait des problèmes à résoudre, il est donc nécessaire de déterminer comment les auteurs de lettres cherchaient à persuader leurs destinataires afin de les faire agir. Jursa et Hackl établissent une typologie de ces stratégies avec la présentation de plusieurs exemples. En comparant correspondances institutionnelle et privée, ils s’intéressent aussi à la possibilité de discerner des usages administratifs particuliers aux institutions de l’Eanna et de l’Ebabbar, ce qui permettrait de mieux comprendre les bureaucraties de ces deux temples.

Textes édités en entier : YOS 21 109, 146.

Hackl, J., Jursa, M., 2015, « Egyptians in Babylonia in the Neo-Babylonian and Achaemenid Periods », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 157 – 80, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

  • Koch, Ulla Susanne

Koch, U.S., 2015, Mesopotamian Divination Texts : Conversing with the Gods, Sources from the First Millenium BCE, GMTR 7, Ugarit-Verlag

  • Kozuh, Michael

Kozuh, M., 2015, « Policing, Planning and Provisos : The Function of Legal Texts in the Management of the Eanna Temple’s Livestock in the First Millenium BCE », in Delnero, P., Lauinger, J., (éds.), Texts and Contexts : The Circulation and Transmission of Cuneiform Texts in Social Space, SANER 9, p. 166 – 88, de Gruyer, Berlin / Boston.

Kozuh interroge ici la question du statut des textes administratifs de l’Eanna d’Uruk, notamment ceux concernant la gestion des ovins et la relation qu’entretient le temple avec les pasteurs, qui ne font pas partie de sa main-d’œuvre. A priori, ces textes formeraient une relation contractuelle, permettant de savoir combien d’ovins sont alloués et si les pasteurs remplissent leurs obligations. Pour l’auteur, ce n’est pas le cas ; seules certaines informations sont enregistrées dans ces textes, qui seraient établis non pas dans une gestion régulière des troupeaux et de leurs produits mais au contraire lors de certaines situations (cas du fermier général Gimillu par exemple, à l’époque duquel une bonne partie de cette documentation fut établie). Certains textes mentionnent d’ailleurs des « livres de comptes », en réalité des tablettes de cire conservées par le temple. Kozuh considère qu’il ne faut pas voir dans ces textes une relation d’égal à égal, mais au contraire une manière qu’a le temple de conserver un moyen de pression sur ces pasteurs, qui constituent des acteurs importants pour un secteur clé de son économie, pour les maintenir sous son influence. Et ce afin de préserver des réserves d’animaux disponibles en cas de besoins urgents. Ainsi, le modèle mathématique utilisé pour les prévisions d’ovins et de laine à livrer fait qu’elles se révèlent toujours supérieurs aux possibilités de la plupart des pasteurs. Ceci les maintient endettés envers le temple, tout en maintenant un système économique fonctionnel, tant que les administrateurs du temple ont ses intérêts en tête (exemple de Gimillu là encore intéressant).

  • Lipschits, Oded

Lipschits, O., 2015, « The Rural Economy of Judah during the Persian Period and the Settlement History of the Distric System », in Miller, M.L., Ben Zvi, E., Knoppers, G.N., The Economy of Ancient Judah in its Historical Context, p. 237 – 64 Eisenbrauns, Winona Lake.

Synthèse de l’occupation du territoire de la Judée entre la destruction de Jérusalem et la fin de la période perse. L’auteur établit les différents districts administratifs du territoire, leur démographie et leurs rôles économiques et politiques, selon les sources archéologiques disponibles. La Judée devient à cette période une région concentrée sur l’économie rurale, les grandes villes et la culture urbaine connaissant une forte crise. Malgré l’exode d’une partie de la population, de nombreux sites ruraux demeurent peuplés tout le long de la période étudiée.

  • Nielsen, John P.

Nielsen, J.P., 2015a, Personal Names in Early Neo-Babylonian Legal and Administrative Tablets, 747 – 626 B.C.E., Nisaba, vol. 28, Eisenbrauns, Winona Lake.

Nielsen, J.P., 2015b, « « I Overwhelmed the King of Elam » : Remembering Nebuchadnezzar I in Persian Babylonia », in Silverman, J.M., Waerzeggers, C., Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, p. (), SBL Press, Atlanta.

Dans un ouvrage collectif consacré à la mémoire du passé pré-achéménide dans les sociétés sous contrôle perse, l’auteur consacre ici une synthèse autour de la figure de Nabuchodonosor I. On peut retrouver ce roi dans différents textes littéraires néo-assyriens, néo-babyloniens et achéménides. Les quelques tablettes qui en font mention construisent des perceptions sensiblement différentes de cette figure historique, notamment concernant sa campagne en Elam. Nielsen discute de la composition de ces textes et de leur point de vue dans leur contexte politique. Le souvenir de Nabuchodonosor I par les lettrés de la société urbaine babylonienne se rattache à une mémoire commune, utile selon l’auteur à la préservation d’une identité particulière face aux Achéménides, première dynastie dirigeante de la Babylonie qui ne se serait pas assimilée à la culture babylonienne.

  • Pearce, Laurie E.

Pearce, L.E., 2015, « Identifying Judeans and Judean Identity in the Babylonian Evidence », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 7 – 32,Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Synthèse concernant l’identification de déportés judéens dans les archives babyloniennes du septième au cinquième siècle avant Jésus-Christ. La présence de Judéens est documentée par l’archive des Murašu et les listes de rations du palais de Nabuchodonosor II en premier lieu, en plus de quelques textes hors de ces archives. Le principal apport documentaire récent est l’édition par L. Pearce et C. Wunsch des archives de sites ruraux où furent installés des déportés judéens. Ces derniers se trouvent ainsi à différents endroits de la Babylonie, et leur place sociale n’est pas unique : on trouve des Judéeens à tous les niveaux de la société babylonienne, ce qui nuance le texte biblique. L’article se concentre sur les problèmes d’identification de Judéens dans ces documents, l’onomastique et l’orthographe de leurs noms pouvant poser certains problèmes. La prise en compte des patronymes et noms d’ancêtre, ainsi que de la prosopographie, sont d’une grande importance. La comparaison avec le texte biblique peut aussi se révéler intéressante, notamment dans l’identification de notables et membres de l’administration babylonienne.

  • Popova, Olga

Popova, O., 2015, « Établir une prosopographie des notables urbains en Mésopotamie au Ier millénaire avant J.-C., Exemple d’une famille d’Ur », Hypothèses 2014, p. , Publications de la Sorbonne, Paris.

L’autrice présente les usages de la prosopographie en assyriologie et utilise comme étude de cas principale la famille Gallābu d’Ur au premier millénaire avant notre ère. La prosopographie, par reconstruction des liens entre individus (familiaux, professionels, etc…) dans des corpus déterminés est un outil très utile pour l’historien travaillant sur une documentation « incomplète » (documents cassés, dates illisibles, par exemple). L’autrice détermine les limites avec lesquelles doivent jouer l’assyriologue mais aussi ses principaux bénéfices. Par la prosopographie, reconstruire la carrière et la vie familiale d’un individu comme Kuṣurea des Gallābu devient ainsi possible. Elle permet aussi des études onomastiques, révélatrices de certains aspects de la société : les liens entre non-Babyloniens et Babyloniens peuvent être étudiés par la prosopographie.

  • Quillien, Louise

Quillien, L., 2015, « Le Manteau pourpre de Nabuchodonosor, étude des circulations économiques de la laine pourpre en Mésopotamie au Ier millénaire avant J.-C. », Hypothèses 2014, p., Publications de la Sorbonne, Paris.

Il s’agit d’une synthèse posant la question des circulations économiques entre Méditerranée, Mésopotamie, Arabie et Golfe Persique par l’exemple du colorant pourpre. Obtenu à partir de crustacés, sa production est limitée à certains espaces et nécessite beaucoup de matière première. Les cités phéniciennes semblaient disposer d’un monopole sur ce produit qu’on retrouve ensuite dans la documentation cunéiforme pour son utilisation dans la teinture de laine. L’autrice présente ainsi les différents procédés d’obtention, production et diffusion de ce colorant en Babylonie. Produit de luxe, le vêtement de couleur pourpre paraissait être très peu commercialisé, limité à des usages rituels ou porté par la royauté et la haute société urbaine ; de tels marqueurs sociaux sont aussi traités dans cet article.

  • Reade, Julian E.

Reade, J. E., 2015, « Xenophon’s Route through Babylonia and Assyria », in Iraq, vol. 77, p. 173 – 202

L’article suit le trajet de l’armée de Cyrus le Jeune selon l’Anabase de Xénophon à travers la Babylonie et l’Assyrie, afin de traiter des différents problèmes concernant son récit rencontrés par l’historiographie. L’auteur traite de ces questions par comparaison entre le texte grec, des récits de voyageurs modernes, les publications des fouilles archéologiques, les toponymes modernes et les images satellite fournies par Google Earth.

  • Sandowicz, Małgorzata

Sandowicz, M., 2015, « More on the End of the Neo-Babylonian Empire », Journal of Near Eastern Studies, vol. 74, n°2, p. 197 – 210, Chicago.

Par l’édition de tablettes inédites du British Museum provenant des archives de l’Eanna, l’autrice donne de nouveaux éléments concernant les événements précédant la prise de Babylone par Cyrus II en 539 avant Jésus-Christ. Suivant l’ordre de Nabonide de rassembler les statues divines des temples des villes de Babylonie, les institutions religieuses eurent à réaliser dans une certaine urgence un rassemblement de ressources afin de réaliser les rituels et les sacrifices liés au culte, peut-être en prévision d’un long siège à Babylone. Cet envoi de ressources nécessite des locations de bateaux pour leur transport, documentés par des contrats. De plus, un document de Sippar permettrait d’éclaircir un élément de la Chronique de Nabonide : selon ce texte, Borsippa, Cutha et Sippar n’ont pas envoyé leurs statues divines à Babylone. Cela a pu être analysé comme une démonstration d’une opposition politique envers Nabonide de la part des clergés de ces villes. Pourtant, une mobilisation en vue d’un envoi vers Babylone des statues de l’Ebabbar est documentée pour Sippar. Il semblerait plutôt que les figures des divinités devaient rester à Sippar pour un rituel au 7 du mois de Tašritu avant d’être envoyées ; il aurait alors été trop tard, car Babylone fut conquise peu après par Cyrus, mettant fin à la dynastie néo-babylonienne.

Textes édités : BM 114453, 114465, 114473, 114486.

  • Silverman, Jason M.

Silverman, J.M., Waerzeggers, C. (éds.), Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, SBL Press, Atlanta.

  • Stökl, Jonathan

Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), 2015, Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Stökl, J., 2015, « « A Youth Without Blemish, Handsome, Proficient in all Wisdom, Knowledgeable and Intelligent » : Ezekiel’s Access to Babylonian Culture », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 223 – 252, Walter de Gruyter, Berlin / Boston

L’auteur pose dans cet article la question du statut social du prophéte Ezéchiel et de son accès à la culture babylonienne. En effet, le texte du livre d’Ezéchiel est riche en références à la culture mésopotamienne. Par la discussion en détails des emprunts à l’akkadien, des motifs littéraires et de certains aspects rituels présents dans ce livre, Stökl cherche à démontrer qu’Ezéchiel aurait reçu une éducation à l’écriture cunéiforme. Prêtre judéen, il aurait ainsi bénéficié de l’apprentissage que recevait un scribe babylonien, ce qui expliquerait certains aspects de son texte prophétique.

  • Stolper, Matthew W.

Stolper, M. W., 2015, « A Murašû Tablet Sold at Sotheby’s, New York, December 2014 », Nouvelles Assyriologiques Brèves et Utilitaires, 2015/2, p. 83 – 5.

Édition d’une tablette de l’archive des Murašû vendue aux enchères en 2014, provenant de la collection privée de mécènes de la chaire d’assyriologie de l’Université de Pennsylvanie du début du vingtième siècle. Il s’agit d’une reconnaissance de dette  datant de la première année de Darius II, rédigée à Nippur, pour 283 kur de dattes, à la charge d’Abdâ et Banunu, fils de Rīmut-Bêl, envers Enlil-šum-iddin. Un verger et un champ sont placés en gage envers Enlil-šum-iddin.

  • Tolini, Gauthier

Tolini, G., 2015, « From Syria to Babylon and Back : the Neirab Archive », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 58 – 93, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

L’article discute de l’archive de Neirab, retrouvée en Syrie près d’Alep, produite par des déportés ouest-sémitiques en Babylonie après conquête de la région par l’empire néo-babylonien. Les 27 tablettes furent rédigées entre le règne de Neriglissar et celui de Darius Ier, la plupart datant du règne de Nabonide. Du fait de la « toponymie en miroir », les sites où furent installés ces déportés furent renommés selon leur ville d’origine. Après une présentation des arguments en faveur d’une écriture de l’archive en Babylonie, l’auteur discute des aspects culturels et socio-économiques intéressants de cette archive. L’onomastique montre une prééminence des divinités liées à la lune et une akkadisation des noms d’origine ouest-sémitique ; les tablettes conservent aussi des épigraphes araméennes, transcrivant généralement le nom du débiteur dans les reconnaissances pour dettes. L’article s’intéresse ensuite aux activités de la famille de Nusku-gabbe, la plus documentée dans cette archive. Les fils de Nusku-gabbe forment ainsi une classe de notables et de protecteurs pour leur communauté, notamment en prêtant sans intérêt des sommes d’argent ou en servant de garants prêts à rembourser la dette d’un des membres de cette communauté de déportés. La question du retour à Neirab de Syrie est aussi posée, notamment concernant la conservation de ces textes ; il est fort possible que ces textes aient pu être utilisés pour justifier la position sociale de cette famille en Babylonie à leur retour envers ceux qui sont restés ou ceux qui les accompagnent.

  • Waerzeggers, Caroline

Waerzeggers, C., 2015a, « Babylonian Kingship in the Persian Period : Performance and Reception », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 181 – 222, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Article qui étudie le souvenir de la royauté babylonienne avant la conquête achéménide dans les sources littéraires et par les relations entre les élites urbaines et l’empire perse. Pour l’autrice, cette relation fut très problématique à certains moments, notamment après la mort de Cambyse et celle de Darius Ier, amenant aux révoltes contre l’autorité impériale, après un accueil plutôt favorable suite au règne de Nabonide. Ceci amène à la question des reliquats de la royauté babylonienne, ses rites et ses usages, dans la province. Les rois achéménides semblent être restés assez éloignés de Babylone, ne la visitant que peu souvent ; sous Darius Ier, on observerait ainsi une attention particulière pour Suse avec de nouvelles constructions à l’initiative de l’empire. Le rabaissement du statut de Babylone amène à la renaissance de traditions locales. A l’époque hellénistique, la question du souverain de la royauté babylonienne refait surface dans les sources littéraires, et l’autrice présente les différentes sources produites à cette période utiles à ce sujet. Certains rois babyloniens sont vus comme des modèles, tandis que pour d’autres, l’opinion n’est pas aussi univoque. Se dessinerait ainsi un modèle idéologique chez les élites lettrées babyloniennes bien après la disparition d’un pouvoir politique autochtone, désormais devenu objet historique et n’étant plus un projet réalisable.

Waerzeggers, C., 2015b, « The Neo-Babylonian chronicle about Sabium and Apil-Sîn : a copy of the text (BM 29440) », Nouvelles Assyriologiques Brèves et Utilitaires, 2015/3, p. 135 – 6.

Copie du texte BM 29440, contenant une partie de chronique concernant la dynastie paléo-babylonienne et des mesures métriques et astronomiques.

Waerzeggers, C., 2015c, « Facts, Propaganda, or History ? Shaping Political Memory in the Nabonidus Chronicle », in Silverman, J.M., Waerzeggers, C. (éds.), Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, p. 95 – 124, SBL Press, Atlanta.

L’article discute du contexte de rédaction de la Chronique de Nabonide et de son statut. Il ne s’agit pas d’un texte se limitant aux faits historiques, ni d’un simple récit de propagande, l’autrice s’attache à discerner les diverses influences du ou des auteurs de ce texte. Pour l’autrice, la rédaction de ce texte durant l’époque hellénistique est le plus logique, rejoignant d’autres textes de littérature historique produits par les lettrés babyloniens. Caroline Waerzeggers s’attache donc à mettre en rapport culture mésopotamienne et culture hellénistique dans ce document. Elle discute aussi de l’usage de la chronique pour la compréhension de la fin du règne de Nabonide, du moins selon la perception qu’en ont les lettrés de Babylone.

Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), 2015, Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Silverman, J.M., Waerzeggers, C., Political Memory in and after the Persian Empire, ANEM n°13, SBL Press, Atlanta.

  • Watanabe, Chiriko E.

Watanabe, C. E., 2015, « The Symbolic Role of Animals in Babylon : A Contextual Approach to the Lion, the Bull and the Mušuššu », in Iraq, vol. 77, p. 215 – 24

L’autrice s’intéresse dans cet article aux rôles symboliques des animaux représentés sur les fresques de la voie processionnelle et de la porte d’Ištar à Babylone à l’époque de Nabuchodonosor II. Après une étude du contexte architectural de ces représentations, Watanabe présente un historique succinct de ces figures en Babylonie, que l’on retrouve dès la fin du quatrième millénaire avant notre ère. Plutôt que d’interpréter ces animaux comme des symboles des divinités, il faudrait plutôt les voir utilisées sur les monuments de Babylone pour leurs qualités protectrices, selon les diverses inscriptions retrouvées à différentes périodes de l’histoire babylonienne.

  • Zadok, Ran

Zadok, R., 2015a, « West Semitic Groups in the Nippur Region between c. 750 and 330 B.C.E. », in Stökl, J., Waerzeggers, C. (éds.), Exile and Return : The Babylonian Context, Beihefte zur Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, vol. 478, p. 94 – 156, Walter de Gruyter, Berlin / Boston.

Zadok, R., 2015b, « Notes on the onomastics from Yahūdu », Nouvelles Assyriologiques Brèves et Utilitaires, 2015/3, p. 140 – 2.

Diverses notes concernant l’orthographe de noms judéens et leurs variantes que l’on peut retrouver dans la documentation néo-babylonienne et achéménide.

Zadok, R., 2015c, « Yamu-iziri the summoner of Yahūdu and Aramaic linguistic interference », Nouvelles Assyriologiques Brèves et Utilitaires, 2015/3, p. 142 – 4.

Remarques concernant la proximité géographique probable entre Āl-Yāhudu et Bīt-Našar et un certain Yamu-iziri, intermédiaire de l’administration fiscale perse avec les Judéens.