Notes de lecture: Michael Hudson & Baruch A Lévine (éds.), Urbanization and Land Ownership in the Ancient Near East, ‪‪Peabody Museum of Archeology and Ethnologie Bulletin, n°7, Harvard University 1999, par Mustapha Djabellaoui (doctorant, Paris 1)

   Résumé

Cet ouvrage qui se voulait un bilan de l’état de la recherche au milieu des années 90 fait apparaître de multiples problématiques concernant la terre et la propriété foncière en Mésopotamie, notamment en raison de l’importance considérable de la documentation en écriture cunéiforme. Les méthodes historiques employées permettent de dresser un premier bilan d’une économie complexe, le plus souvent héritée de pratiques antérieures. La gestion de la terre n’en est alors qu’une manifestation, aux multiples implications politiques et sociales. En l’absence d’une histoire économique générale de la Mésopotamie, qui reste à écrire, on peut souligner l’apport de cet ouvrage à l’adoption d’une méthodologie qui tienne compte de la particularité des études économiques propres à l’Assyriologie.

*  *  *

L’ISLET, Institute for the Study of Long-Term Economic Trend, a été créé essentiellement pour favoriser l’étude des phénomènes économiques sur le temps long et leurs implications politiques et sociales; il s’appuie pour cela sur des sources ethnographiques, archéologiques et épigraphiques. Organisé depuis Londres et New York, l’ISLET associe des chercheurs et des universitaires du monde entier, car l’institut a le souci de la transdisciplinarité et de la transversalité. Ainsi à plusieurs reprises l’ISLET s’est associé aux presses du Peabody Museum pour la publication de différents colloques organisés aux États-Unis, en Europe et en Russie.

L’un de ces colloques, qui s’est tenu en 1996, était organisé par M. Hudson et B. Levine à l’université de New York aux États-Unis et par M. Dandamaiev à l’Institut oriental de Saint-Pétersbourg en Russie. Ce colloque en deux parties s’inscrivait dans les dynamiques de recherche mises en place par l’ISLET, puisqu’il a associé différents chercheurs et différentes sensibilités historiques. Il est né d’une discussion scientifique entre Marc Van De Mieroop, Baruch Levine, Michel Hudson et Muhammed Dandamaiev, au sujet de la pertinence de la notion de modèle économique appliqué au Proche-Orient Ancien. Les organisateurs ont privilégié la longue durée chronologique, puisqu’elle court sur plusieurs millénaires. Ce choix se justifiait en partie par l’intérêt de produire une étude sur un temps «relativement long», permettant de mieux saisir les différentes évolutions économiques et de dresser ainsi les contours  d’un modèle économique propre aux sociétés de l’Orient ancien. Les thématiques proposées par les organisateurs portaient sur la relation entre proto-urbanisation/urbanisation d’une part et propriété «institutionnelle» et propriété privée d’autre part. Il s’agissait également de s’interroger sur les problématiques liées à la terre et la propriété et à leurs différents modes d’expression. Le colloque a donc tenté de mesurer l’impact de la propriété foncière sur les activités économiques, en proposant des problématiques centrées sur la définition de la propriété privée et sur les modes d’accès à la propriété foncière dans les sociétés de l’Orient ancien.

Le colloque de 1996 est également né du besoin de renouveler les approches économiques et de permettre ainsi la constitution d’une réflexion historiographique concernant l’histoire économique du Proche-Orient Ancien. Au-delà des débats entre primitivistes et néo-institutionnalistes, le colloque avait pour ambition de proposer une nouvelle grille de lecture de l’économie d’expression cunéiforme, tant il convient de prendre en compte les spécificités de cette documentation économique, qui jusqu’en 1996 était absente des débats propres aux études classiques. Les organisateurs et les participants ont tenté de dresser une esquisse d’un modèle économique propre aux sociétés orientales, à partir d’une thématique liée à la propriété et ses différentes formes, depuis l’apparition des premiers sites urbains, à la fin du néolithique (Ve/IVe millénaires) jusqu’à l’arrivée des Macédoniens et des Grecs en Mésopotamie à la fin du IVe siècle et au début du IIIe siècle.

Ce colloque a fait l’objet d’une publication dans les presses du Peabody Museum à Harvard. L’ouvrage est édité par M. Hudson et B. Lévine sous le titre: «Urbanization and Land ownership in the Ancien Near East» (Urbanisation et propriété foncière au Proche-Orient Ancien).  Le présent compte-rendu propose une analyse de cette publication.

L’ouvrage est organisé en trois grandes parties thématiques, qui portent chacune sur une période chronologique liée à un type de sources.

Une première thématique est consacrée aux aires proto-urbaines qui seraient des lieux définis à partir de considérations cosmologiques et servant à des rituels spécifiques. Ainsi, au cours de la préhistoire et de la proto-histoire, la propriété privée serait née d’une volonté d’organiser un espace consacré, voire un lieu de mémoire pour les communautés de chasseurs-cueilleurs. Le développement de cette réflexion s’appuie essentiellement sur les dessins rupestres découverts dans les grottes du sud de la France, ainsi que sur des sources ethnologiques. Les conclusions de cette réflexion illustrent des comportements économiques collectifs, alors qu’aucune source archéologique ou épigraphique n’est disponible.

Dans la seconde partie, les auteurs proposent une étude dans laquelle l’archéologie des cités mésopotamiennes, des IVe, IIIe et IIe millénaires renseigne sur plusieurs facteurs économiques. La topographie fournit des données sur la densité de la population, sur l’aménagement des villes et sur la mise en valeur des propriétés foncières. L’apport de l’archéologie à l’histoire économique soulève ici de nouvelles perspectives de recherches, notamment concernant le cadastre et la distribution spatiale des infrastructures urbaines.

La troisième partie s’appuie sur la documentation cunéiforme et propose une synthèse sur la terre, les tenures et l’immobilier au cours du Ier millénaire. La documentation apporte suffisamment d’éléments pour permettre de dresser un état des lieux des pratiques économiques liées à la gestion de la terre et aux transactions foncières. On s’intéressera dans le cadre de ce compte-rendu, principalement à cette troisième partie même s’il est indispensable de prendre en compte les principales conclusions de M. Hudson concernant l’archéologie et la valeur de la terre dans les villes de Mésopotamie.

Afin de restituer les débats survenus au cours du colloque de 1996, les auteurs de Urbanization and Land ownership publient après chaque article les discussions et les différentes interrogations qui ont suivis les interventions. Cet ajout peut éclairer le lecteur sur les débats, les oppositions, voire parfois les tensions qui ont animé ce colloque de 1996. Cette volonté de «transparence», qui s’inscrit dans une démarche scientifique de restitution d’un cheminement intellectuel, fait également état des débats économiques en cours dans les années 90. L’ouvrage laisse ainsi apparaitre plusieurs problématiques et soulève de facto beaucoup de questions. Il s’interroge ainsi sur la nature de l’économie proche-orientale et les moyens dont disposent les historiens d’en saisir les différentes expressions dans les sources cunéiformes. De même, il propose une lecture plus comptable et pratique des sources cunéiformes, favorisant la compréhension et la contextualisation de la documentation. Plus de dix ans après la publication de cet ouvrage, il paraît donc tout à fait légitime de s’interroger sur l’apport historiographique et scientifique du colloque et de sa publication.

Ce compte-rendu aborde trois points qui m’ont paru essentiels. D’abord, présenter les sources utilisées, celles qui ont été sélectionnées afin de tenter de définir la propriété et ses différentes manifestations. Puis, il sera question de la pertinence de l’utilisation des méthodologies propres à l’historien: l’exploitation des sources suppose ainsi des méthodes particulières qui peuvent fournir des informations et de multiples données sur l’économie. Enfin, d’une manière générale, il sera question des apports majeurs de l’ouvrage et des perspectives de recherches qu’il a soulevées.

1-Les sources

1-1 Sources archéologiques

Un premier point concerne les apports de l’archéologie à l’histoire économique. À ce titre, il faut noter la contribution de M. Hudson, qui dresse un tableau de l’état des découvertes archéologiques en 1996, en Babylonie du sud. Les rapports de fouilles des principaux sites urbains mettent en lumière quelques points importants concernant la gestion des terres et plus précisément leur valeur. Par exemple, la reconstitution de la densité de population devient une donnée essentielle pour comprendre les modes d’occupations des territoires. Il est possible de répertorier des données topographiques et donc lier urbanisme et propriété foncière. M. Hudson émet alors l’hypothèse selon laquelle s’il est vrai que les terres acquièrent davantage de valeur dès lors que l’on en tire un revenu important et régulier, il n’en demeure pas moins qu’elles possèdent également une valeur intrinsèque quand elles se situent à proximité d’un bâtiment conséquent comme un temple ou un palais. On constate aussi que les terres situées le long des canaux, des chenaux et celles localisées près des nœuds de communication peuvent aussi acquérir une forte valeur. Par ailleurs, M. Hudson conclut ses hypothèses archéologiques en ayant recourt à l’épigraphie, en précisant que dans la majorité des sites étudiés, les grands propriétaires fonciers demeurent les temples et/ou les palais. Il est donc logique que les temples qui sont liés aux premières infrastructures urbaines de Mésopotamie aient polarisé leur espace proche, octroyant de facto une importante valeur foncière à l’ensemble spatial situé dans leur périphérie immédiate.

1-2 Sources cunéiformes

Les sources cunéiformes utilisées concernent principalement des transactions immobilières, et des transferts de terres; elles constituent un fonds documentaire inhérent à la compréhension des problématiques liées à la propriété foncière. Cette production documentaire émane essentiellement des temples des principales villes de Babylonie comme l’Ebbabar de Sippar ou l’Eanna d’Uruk, au Ier millénaire avant notre ère. Il est également possible, pour la même période de recourir aux archives privées, comme celles de la famille Egibi.

Ainsi C. Zaccagnigni dans Aspects économiques de la propriété foncière et de l’utilisation de la terre en haute Mésopotamie et en Syrie de la fin du IIIe millénaire à l’époque néo-assyrienne, réfléchit sur l’utilisation des terres et sur la propriété en haute Mésopotamie et en Syrie. L’auteur s’appuie sur une analyse sélective des sources écrites émanant des palais, des temples et des archives privées de la seconde moitié du IIe millénaire à la fin de l’empire néo-assyrien au cours du VIIe siècle. Cette approche ne se prétend pas exhaustive, l’auteur privilégiant principalement les sites du second millénaire à savoir Ebla, Mari, Nuzi, Emar. Il faut noter que C. Zaccagnini fournit peu de détails sur les capitales assyriennes. Sa communication dresse davantage un état des lieux de la propriété et de ses différents modes d’expressions au second millénaire. Les grands organismes y apparaissent comme de grands propriétaires, mais on assiste également à quelques transferts de propriétés en faveur de dignitaires privés.

M. Dandamaiev avec «L’usage de la terre dans la région de Sippar durant les périodes néo-babylonienne et achéménide», sans négliger l’apport de la documentation issue de l’Eanna d’Uruk et en utilisant également des archives privées comme celles des Egibi, étudie principalement les archives de l’Ebabbar de Sippar. Cette documentation compte plus de 5000 documents économiques, administratifs et juridiques de la fin du VIIe siècle jusqu’à l’année 475, qui marque la fin des archives conservées.

C. Wunsch dans «Les biens immobiliers des Egibi à Babylone au VIe siècle avant notre ère» utilise une archive privée, celle des Egibi. Cette importante famille d’entrepreneurs, documentée par environ 3000 tablettes qui couvrent environ un siècle (VIe-Ve siècles) disposait d’un important patrimoine foncier, qui permet de comprendre les mécanismes d’accès à la propriété et les modalités de transmission de l’héritage foncier.

Enfin la contribution de N. Kozyreva dans «Vendeurs et acheteurs de biens immobiliers urbains dans le sud de la Mésopotamie au début du second millénaire», propose de recourir aux impressions des sceaux-cylindres présents sur les contrats de ventes de maisons. Car la glyptique peut améliorer l’état de nos connaissances sur la propriété immobilière en particulier et sur l’économie ancienne en général.

1-3 Quelle cohérence ?

Au vu de la documentation mobilisée et notamment en raison de sa diversité, on doit d’abord s’interroger sur la cohérence de ce fonds documentaire qui apparaît considérable. Dans quelle mesure les sources peuvent-elles nous éclairer sur la propriété foncière et les biens fonciers en Babylonie en général ? Certes, il s’agit d’une documentation de nature économique, a priori favorable à la mise en place d’une analyse historique. Cet aspect est souvent souligné et plusieurs fois relevé par les intervenants eux-mêmes. Mais la documentation économique émanant des centres de pouvoirs peut-elle renseigner à elle seule sur les pratiques économiques d’une société aux ramifications sociales complexes ?

B. Levine et M. Hudson proposent alors de questionner les sources cunéiformes uniquement dans l’optique de savoir s’il existe un marché immobilier et si tel est le cas, comment le déceler dans les sources.

Cela suppose d’abord qu’un bien foncier ait une valeur qui dépende dudit «marché». De ce point de vue M Van de Mieroop dans «Réflexions sur les biens immobiliers urbains dans l’ancienne Mésopotamie» évoque une mise en place progressive et quasiment empirique du «marché». Il s’agit le plus souvent d’un processus en corrélation avec des événements politiques. Ainsi, M. Van de Mieroop évoque l’existence de ce «marché» qu’il constate à partir des différentes dettes contractées à Nippur durant le second millénaire. Le modèle qu’il propose suppose que la documentation renseigne sur des pratiques foncières qui ne sont que le reflet de pratiques économiques, elles-mêmes, obéissant à un «marché». Il émet ainsi l’hypothèse d’offres et de demandes déterminés par les aléas politiques. M. Hudson lui pose alors la même question qu’aux autres intervenants : est-ce que l’on peut parler dans ces conditions de «marché» ? Comment est déterminée la «valeur» du bien en question ? En somme : s’agit-il d’une économie moderne ? Si C. Wunsch rappelle qu’il est séduisant d’importer un modèle économique et même de recourir à un modèle de la propriété foncière et immobilière contemporain, et que de ce fait l’entreprise du colloque soit parfaitement louable, elle insiste en revanche pour utiliser des méthodes d’interprétation historique clairement définies et partagées par la communauté scientifique assyriologique dans son ensemble.

C. Wunsch attire ainsi l’attention de M. Dandamaiev sur le fait que le fonds documentaire qu’il utilise est constitué majoritairement de documents produits par les temples, et qu’à ce titre il demeure tributaire d’une documentation spécifique: en cela elle nécessite un traitement particulier, d’autant plus que cette documentation est une production partiale et partielle. De même M.Hudson, B. Levine et C. Zaccagnigni rappellent que malgré une documentation abondante, il est délicat d’évoquer une pratique immobilière et a fortiori spéculative en Mésopotamie avant le VIe ou le Ve siècle. C’est précisément le propos de C. Wunsch quand elle évoque la documentation disponible qui, selon elle, soulève plus de problèmes qu’elle n’en résout. Enfin, M. Van de Mieroop conclut sur l’une des difficultés de ce colloque à faire face aux caractères limités des preuves apportées par la documentation.

Par conséquent, si l’on peut interroger à loisir les documents disponibles, il faut avoir conscience du fait que nous ne risquons de ne rechercher et identifier que des structures économiques qui nous sont familières ou contemporaines, voire même des structures empruntées aux périodes classiques.

Dès lors, il est parfois hasardeux de développer la cohérence d’un schéma relevant de la seule problématique proposée. Les données économiques disponibles doivent être exploitées de manière différenciée. Il convient de dresser un état des lieux de la documentation avec sa spécificité, et c’est uniquement dans ces conditions que l’on pourra interroger les données obtenues. Pour l’heure, la première cohérence tangible reste celle fournie par la problématique du colloque et cette dernière n’est pas une donnée négligeable puisqu’elle permet une première confrontation des sources avec une problématique somme toute légitime : peut-on transposer un modèle économique moderne en Mésopotamie ancienne ? Quelles sont les analogies possibles ?

2- Les méthodes 

Les méthodes utilisées pour traiter la documentation ont permis de mieux comprendre les pratiques liées au foncier et à l’immobilier. Il s’agit de méthodes inhérentes aux sciences humaines et notamment à l’histoire. Chaque intervenant expérimente une méthode, N. Kozyvera s’intéresse aux sceaux-cylindres, alors que M. Dandamaiev se sert de la prosopographie, enfin, C. Wunsch propose pour sa part, une étude à partir d’ une archive familiale.

2-1 Glyptique et onomastique

N. Kozyreva étudie les noms propres des sceaux-cylindres, apposés sur les tablettes de ventes de maisons datant du second millénaire. Ayant recours à l’onomastique, elle constate qu’une importante population ouest-sémitique achète des maisons situées au sein des principaux centres urbains. Elle émet alors l’hypothèse selon laquelle, les transactions ont lieu au sein d’un cercle restreint, constitué par la famille et le voisinage. Par ailleurs, elle ajoute que la plupart des personnes concernées par la transaction sont des nouveaux venus dans la ville. Ces transactions ne bouleversent pas le mode de vie des populations initialement établies. Elle conclut par une approche sociale de la propriété foncière. Les liens entre acheteurs et vendeurs dépassent le simple cadre économique et il est, selon elle, important de prendre en considération les aspects sociaux. Les pratiques économiques seraient les conséquences de relations d’une autre nature: familiales, politiques, culturelles.

C. Wunsch revient amplement sur la contribution de N. Kozyreva, car elle apporte des éléments sur le peuplement des grandes villes et fait apparaître une problématique importante concernant les acteurs des transactions immobilières en Mésopotamie: quelles sont les personnes qui ont la possibilité d’acquérir des biens fonciers à l’intérieur des villes? Grâce aux sceaux-cylindres, quelques minces indices apparaissent. Malheureusement la glyptique et l’onomastique seules, ne sont pas suffisantes pour mesurer l’ampleur de ce phénomène. Toutefois, il est intéressant de constater que cette vision de la pénétration de nouvelles populations est en rupture avec les approches traditionnelles qui privilégient des installations conflictuelles où la terre est en permanence un objet de confrontation.

2-2 Prosopographie

M. Dandamaiev propose quant à lui une approche méthodologique axée principalement sur la prosopographie et l’onomastique. Il tente de reconstituer les profils des exploitants agricoles de la région de Sippar, au cours de la période néo-babylonienne et achéménide. Il suit le parcours de personnages qui gèrent d’importantes terres agricoles pour le compte du temple de l’Ebabbar. Grâce à la prosopographie, il montre que ceux qui gèrent de vastes propriétés foncières exercent (ou ont exercé) le plus souvent une fonction importante dans l’administration du temple. M. Dandamaiev émet alors l’hypothèse d’une gestion des terres, essentiellement menée depuis le temple. Ce dernier jouerait le rôle d’un administrateur foncier, voire d’un régulateur, notamment en ce qui concerne la distribution des terres, sans doute en concurrence avec un pouvoir politique dont il convient de préciser le rôle dans ce contexte.

C. Wunsch montre la limite de l’étude de M. Dandamaiev car cette dernière a pour cadre essentiellement le temple de l’Ebbabar de Sippar. Elle souligne surtout la limite d’une méthode quand cette dernière utilise un seul fonds documentaire. Pourtant, M. Dandamaiev met en avant l’importance des archives de l’Ebbabar qui lui ont permis de dresser un portrait de quelques personnalités importantes. Ces hommes ont réussi à gérer plusieurs centaines  d’hectares au nom du temple. Ainsi, l’on peut identifier, ou du moins appréhender, une pratique foncière qui va de pair avec un parcours administratif mené dans le sanctuaire. L’ensemble contribue à comprendre la stratégie foncière (s’il en existe une…) appliquée par le temple.

2-3 Les archives des Egibi

Cornelia Wunsch dans sa démonstration tente de contextualiser et de rattacher à des évènements politiques les archives des Egibi de Babylone. Pour cela, elle montre comment s’est constitué le patrimoine foncier des Egibi, particulièrement celui de Nabû-ahhē-iddin, fils de Šulaia, descendant d’Egibi. C’est lui qui a mis en oeuvre une poltiique d’acquisition systématique de terres agricoles et qui a permis à la famille de se «territorialiser». Après sa disparition, les générations suivantes de la famille Egibi se sont attaché à consolider ces possessions. Pour étayer sa démonstration, C. Wunsch souligne l’importnace des événements politiques qui ont permis l’acquisition d’une importante parcelle de terre par Nabû-ahhē-iddin en 559, au cours du règne du roi Nériglissar. La terre concernée couvrait une superficie notable de 24 kur (32 ha) et représentait un investissement conséquent pour les Egibi. C. Wunsch précise par ailleurs que Nabû-ahhē-iddin n’est ici que l’un des associés documentés et qu’il apparaît comme partie prenante d’une vaste entreprise comprenant plusieurs entrepreneurs. Si l’on ignore la forme de cette association, on voit qu’à la mort de l’un des deux acquéreurs, la parcelle a été divisée entre les descendants des deux associés.

La réflexion de C. Wunsch est fondée sur le postulat que les Egibi possèdaient des terres pourvues d’une valeur importante. Cette valeur se justifiait en partie par le potentiel d’augmentation des capacités de production, qui constituait donc une forte valeur ajoutée. Mai sil n’y a pas que cela: il est également question d’une topographie particulière où la localisation et la situation participent à l’estimation de la valeur totale de la terre. Ainsi, C. Wunsch rejoint les conclusions tirées par M. Hudson des données archéologiques.

C. Wunsch reconnaît qu’il reste difficile de rassembler une documentation archéologique suffisamment importante pour en tirer des informations indubitables. Elle se sert donc essentiellement de la documentation épigraphique afin d’étudier les parcelles de terre acquises par les Egibi le long du «grand canal» à Babylone. Elle propose de reprendre toutes les données topographiques, et ainsi de dresser un ou plusieurs plans qui permettraient de constituer un cadastre. L’exploitation du cadastre permettrait de dresser un schéma d’ensemble de la distribution des terres en Mésopotamie. En outre, pour C. Wunsch, les pratiques économiques liées à la propriété foncière et aux biens immobiliers doivent nécessairement être mises en relation avec les liens sociaux et les dépendances qui unissent les principaux acteurs de la vie économique. C’est ainsi que l’on peut saisir les politiques et les stratégies affectées à la gestion des terres, aux tenures et aux propriétés foncières en Mésopotamie.

Ce lot d’archive montre là ses propres limites. Il ne renseigne pas sur l’ensemble du réseau économique connecté à la famille Egibi, quant à la valeur de la terre, les données disponibles ne permettant pas vraiment de dresser un schéma d’ensemble. Par ailleurs les quelques données explicitant la valeur pécunaire des terres ne peuvent être exploitées sur une grande échelle car elles ne fournissent pas de variations assez significatives. 

3- Apports et perspectives de recherches. 

3-1 Une méthodologie pour l’histoire économique.

L’ouvrage fait apparaître des problématiques relativement novatrices pour le milieu des années 90, notamment celles concernant les différentes expressions de la propriété foncière, l’existence d’un marché immobilier et la valeur de la terre en Mésopotamie. En effet, d’importants transferts de biens fonciers sont constatés dans la documentation et ils renseignent parfois sur les modalités des transactions; en outre la documentation fournit des indices, minces mais réels, sur la valeur de la terre. Ces problématiques sont inhérentes au contexte de renouvellement historiographique de cette période. D’où la nécessité de dresser un bilan qui contribue à l’écriture d’une histoire économique de la Mésopotamie.

La fixation de la chronologie offre de nombreuses perspectives de recherche. Un «marché immobilier» n’existe pas en tant que tel avant la seconde partie du Ier millénaire. Les pratiques attestées durant les siècles précédents sont les conséquences de phénomènes sociaux et économiques liés à un contexte politique particulier. Il ne saurait y avoir une histoire économique sans un paradigme politique, même sommaire. Pour autant, au Ier millénaire, on ne constaterait l’apparition modérée d’un marché foncier qu’à partir du IVe siècle, moment où les pratiques économiques et donc foncières et immobilières se mettent à changer. «Cela prendra davantage de temps avant que la terre ne soit l’objet d’un investissement commercial, sans parler du phénomène moderne qui inclut la spéculation» indique ainsi M. Van de Mieroop.

Les principales conclusions apportées par l’ouvrage constituent des paramètres essentiels pour des études futures sur l’économie d’expression cunéiforme. Elles semblent être partagées par tous, tant elles forment un dénominateur commun à l’ensemble de l’ouvrage.

D’abord le recours systématiquement à des méthodes rigoureuses. Désormais, il faut tenir compte de la diversité des sources et dans la mesure du possible se consacrer d’abord à des monographies. En effet, il n’est pas pertinent de tenter de dresser une présentation globale, car on se heurte à la difficulté d’application d’un modèle trop généraliste.

Ensuite,  il faut avoir à l’esprit que l’économie mésopotamienne recèle des mécanismes qui lui sont propres et qu’il convient de faire apparaître en dehors de modèles économiques importés de l’Antiquité classique ou d’une autre période historique.

Enfin, il est absolument nécessaire de travailler sur les liens qui unissent les acteurs de la vie économique tout en examinant le rôle exercé par les détenteurs du pouvoir politique.

3-2 Quelques constats

L’ouvrage comporte quelques points faibles qu’il convient de relever.

En premier lieu, le manque d’une synthèse finale. Ainsi des études de cas trop précises ne permettent pas toujours de répondre aux différentes problématiques. À cela s’ajoute, une difficulté dans l’analyse spatiale : les territoires étudiés ne sont pas toujours définis, d’où la difficulté tout au long de l’ouvrage de recourir à un terme précis, «Mésopotamie» «Proche-Orient ancien», ou simplement la mention du cadre étudié (ville).

Pour autant, l’un des principaux manques de cet ouvrage demeure l’absence d’un cadre et d’une interprétation juridiques. Les formules juridiques, très nombreuses, ne sont pas forcément explicitées, alors que des cas particuliers sont cités comme exemples. Dans quelle mesure, ces exemples sont-ils révélateurs d’un comportement économique plus général?

Ensuite, certains auteurs n’ont pas recours à un vocabulaire commun, ce qui peut parfois donner lieu à des contresens.

Notons également la quasi-absence d’explicitation des données politiques et historiques. Ce manque de contextualisation rend difficile une compréhension de l’ensemble et ne rend pas convenablement compte des évolutions politiques et à plus forte raison économiques observées  sur le «temps long» comme cela est proposé par l’ISLET.

L’utilisation des sources économiques ne doit pas être trop exclusive et négliger d’autres types de documentation : par exemple la documentation épistolaire, relativement abondante en Mésopotamie, qui peut parfaitement nous renseigner sur les pratiques économiques et plus particulièrement celles liées à la propriété foncière et immobilière.

Enfin, l’ouvrage est à replacer dans le contexte d’une économie de marché, celle de la fin du XXe siècle, triomphante et expansionniste qui n’avait pas alors rencontrée de sérieuses remises en cause. Moins de dix ans après la chute du mur de Berlin (à mettre en relation avec la présence au colloque d’historiens de l’ancien bloc de l’Est), en Russie, les oligarques luttent avec les reliquats des grands organismes soviétiques afin de s’approprier davantage de biens immobiliers et de propriétés foncières à Moscou et dans les grandes villes. Voilà pourquoi la Russie est régulièrement citée en exemple par les intervenants qui observent de nombreuses analogies entre l’état relativement dynamique de l’économie russe à la fin des années 90 et les pratiques économiques urbaines en Mésopotamie au Ier millénaire avant notre ère. Par conséquent, il est parfois difficile de dégager les problématiques liées à l’économie ancienne de celles liées à des enjeux plus contemporains

3-3 Une dynamique de recherche.

M. Hudson conclut en annonçant, une nouvelle thématique pour un colloque à venir : «l’écriture d’une histoire économique nécessite de dresser des schémas communs: pourquoi ne pas commencer par le salaire?».

D’autres rencontres ont été organisées par M. Hudson et B. Lévine dans le cadre de l’ISLET et ont donné lieu à publication dans le Peabody Museum Bulletin. Ce groupe de chercheurs est resté très actif en matière d’histoire économique du Proche-Orient ancien, tout au long de la décennie suivante. Il exerce une influence certaine sur l’historiographie économique, en réunissant plusieurs spécialistes. Urbanization and land ownership  fait ainsi partie d’une série de publications qui ont contribué à renouveler l’approche de l’histoire économique mésopotamienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *